Actualité de quelques dossiers régionaux en Languedoc-Roussillon

 

Aqua domitia, Hinterland de Poussan, Agrexco à Sète, Huile de palme à Port-la-nouvelle…

Le débat public se termine sur Aqua Domitia, dit encore «le tuyau», vaste projet initié par le conseil régional LR et BRL de transport de l’eau du Rhône vers les départements de l’ouest. Les conclusions seront rendues dans 2 mois.

Ce débat aura laissé apparaître un projet déséquilibré, peu efficace, d’un coût exorbitant et opaque, et non écologique. Il ne s’appuie sur aucun bilan hydrologique global, sur aucune étude précise de l’évaluation des besoins.  Lire la suite

Retraites et conférences gesticulées

Une conférence gesticulée, dé qu’es aco ?
Eh bien c’est avant tout une conférence, même si certains ont décidé de lui donner un caractère plus ludique et participatif. C’est pour le moins un courant qui vient s’ajouter à tous les mouvements d’indignation et de révolte qui fleurissent en résistance à la crise. En France on doit à Frank Lepage d’avoir initié ce qu’on appelle désormais ces conférences gesticulées qui sont, à n’en pas douter, une véritable éducation populaire.Sur ce thème précis de l’éducation et de la culture, nous vous invitons à découvrir sur Internet ou en vous procurant le DVD édité par la Scop Le Pavé la conférence « Inculture(s) 2 » (Saisissez Frank Lepage, puis cherchez Inculture(s) et disposez d’une bonne heure et demie, vous ne le regretterez pas).
Mais les conférences gesticulées essaiment et nous vous proposons de prêter une oreille attentive à celle sur le thème des retraites si chères aux français.
Vous allez voir qu’il n’est pas besoin de déranger les plus grands spécialistes en économie quand le bon sens « populaire » met à ce point en lumière les mensonges qu’on voudrait nous faire avaler sur la difficulté à payer les retraites de demain, et ceux sur la réalité du chômage et du plein-emploi.

1/2: Retraite : une autre version -… par wearechangebrest

Découvrir la Scop Le Pavé c’est ici:
http://www.scoplepave.org/qui-sommes-nous

Écouter la suite sur les retraites et découvrir une interview de Frank Lepage… Lire la suite

L’oeil sur le nucléaire

Proglio, le patron d’EDF, nous ment effrontément lorsqu’il affirme que la fermeture de la filière nucléaire provoquerait la perte d’un million d’emplois.Et nous mentent aussi les ministres et notre président qui reprennent ces chiffres sans autre souci que d’agiter l’épouvantail de l’insécurité. On ne voit pas d’où sortirait ce million de chomeurs lorsqu’on sait qu’en France seulement 110 000 personnes sont employées dans la filière nucléaire.D’autant qu’une large majorité d’entre eux sont des cadres qu’il ne serait pas très difficile de « recycler » dans les nouveaux secteurs des énergies renouvelables.Pour comparaison,l’Allemagne avait 40 000 emplois dans le nucléaire, et son secteur «énergies propres» procure déjà un emploi à 370 000 personnes.Et ce n’est qu’un début. Une sortie raisonnée du nucléaire en France devrait générer 600 000 emplois au bas mot.
Sur ces chiffres comme d’autres il est temps de ne plus nous laisser intoxiquer mais de partir aux renseignements.Plus de 60% des Français étant pour une sortie du nucléaire, il y a de fortes chances pour qu’un référendum soit organisé au lendemain des élections. Encore faudra-t-il pouvoir en débattre en connaissance de cause, ce qui veut dire s’informer hors des télés et médias à la botte du gouvernement actuel et la clique du Fouquet’s.
Parmi les articles récents sur le sujet nous renvoyons à l’article d’Agoravox qui contient de nombreux liens permettant de se faire une idée globale du problème nucléaire.
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-mensonge-nucleaire-de-sarkozy-104684

Concernant la gestion des déchets:
http://groupes.sortirdunucleaire.org/La-Hague-secrets-et-mensonges-d

Pour suivre l’accident de Fukushima qui ne fait plus la Une des journaux:
http://www.scoop.it/t/fukushima-informations/p/840726038/la-derniere-video-de-fukushima
http://fukushima.over-blog.fr/article-les-disparus-de-fukushima-93065109.html

Et tout le monde gagnera à lire les documents incontournables émis par Negawatt, dont il ne fait pas de doute que les conclusions du dernier rapport se retrouveront pour grande part prises en compte dans les programmes de toutes les formations politiques de gauche, et espérons-le de droite aussi.
http://www.negawatt.org/

TER à 1 € : qu’est-ce qui est en jeu?

On se rappelle la manifestation du 1er juillet en gare du Grau-du-Roi lors du premier TER à 1 € avec les élus Mourrut et Jamet, UMP et FN main dans la main pour dénoncer l’invasion prévisible de hordes de voyous venues des ZUP de Nîmes dont ils n’auraient jamais dû sortir : 100 000 casseurs cet été dans les rues du Grau-du-Roi, vous les avez vu?

Qui dira que ces manifestations et réactions encore aujourd’hui sont insupportables : qu’elles puent la xénophobie, la mesquinerie, la peur de l’autre et des jeunes en particulier, la morgue de l’aisance, le repli sur soi, l’étroitesse de l’esprit petit-bourgeois?

Car 100 000 c’est en effet le nombre de voyageurs sur la ligne Nîmes – Le Grau-du-Roi cet été : des familles entières, des enfants qui découvrent la mer, des papis sans voiture, des jeunes désargentés, des travailleurs saisonniers, de simples actifs, des touristes.

Même des gens pauvres ont pu ainsi quitter quelques heures la chaleur nîmoise pour marcher sur la plage. Mais «pauvre» c’est un gros mot non pour nos commerçants pétitionnaires?

Et oui cette affluence heureuse crée aussi des problèmes d’organisation et de sécurité. Si la fréquentation est multipliée par 5 il faut également multiplier par 5 les moyens de contrôle et de gestion : voilà ce qu’il fallait dire et qu’il faut évaluer. Evidemment la sécurité et la tranquillité sont des droits fondamentaux : on ne l’assure pas en fustigeant la «racaille» par des attitudes haineuses. Mais on anticipe les problèmes et on les règle.

Le projet du conseil régional n’est pas une «révolution» comme le prétend Ch. Bourquin. Il est expérimenté dans le Nord, l’Auvergne, le Poitou-Charentes. Mais cette mesure marque une volonté politique clairement sociale et écologique qui mérite d’être saluée. Elle vise à accroître la mobilité et le pouvoir d’achat des personnes. Elle favorise la démocratisation des déplacements et des loisirs. Elle protège l’environnement en favorisant les transports collectifs et réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

L’objectif à terme, avec la généralisation à venir du dispositif, est de multiplier par 5 le report modal de la route vers le train en Languedoc-Roussillon : c’est un objectif que les observateurs jugent réaliste et nécessaire. On se souviendra peut-être que la ligne du Grau fut la première. On oubliera, on l’espère pour eux, les protestations peu glorieuses des contestataires.

Une Petite Leçon De Crétinisme…

C’est faire beaucoup d’honneur et malheureusement de publicité à un blog inactif et désuet que de commenter un article publié dans «Vivre Ensemble, le blog des élus du groupe majoritaire» du conseil municipal du Grau-du-Roi. (http://www.etiennemourrut-legroupe.com/) Mais comme il s’agit tout de même d’un «outil politique voulu par Etienne Mourut et son équipe municipale» cela peut avoir un intérêt documentaire.

Ainsi le dernier billet publié sur ce blog s’intitule «Une Petite Leçon De Socialisme…». C’est un copié-collé d’un texte qui traîne sur le net. Il s’agit d’une citation qui date en fait de 1984 d’un certain Adrian Rogers (né en 1931), prédicateur évangéliste d’extrême-droite anti-avortement et homophobe.

C’est une de ces paraboles débiles qui part du postulat que l’humanité est divisée entre méritants et fainéants, justifiant a posteriori l’injustice et les inégalités sociales d’une société réactionnaire au service d’une élite privilégiée.

Pour en savoir plus sur un des maître à penser de nos élus : http://wikipedia.qwika.com/en2fr/Adrian_Rogers

 

 

4 siècles de SMIC

Pfff ! Même plus envie d’en faire un article ! Et surtout pas de le publier dans la rubrique Billets d’humeur, sauf à en créer une nouvelle qui s’appellerait Très Mauvaise Humeur !
Juste au moment je m’apprêtais à répercuter l’info sur les salaires des directeurs de Sciences-Po, qui ont gagné en moyenne 142.391 euros cette année et dont certains cadres dirigeants recoivent en sus des primes de plusieurs centaines de milliers d’euros par an… voilà que tombe cette autre info !

4 siècles de SMIC ! c’est ce que vient de gagner en 2011 le PDG de BNP PARIBAS !
(sources: Alternatives économiques dernier numéro spécial)

Vous voyez bien qu’il n’y a pas de crise !

Playing for Change

par Mario. Mon coup de coeur musical de la semaine sera triple grâce aux trois chansons proposées, et même quadruple avec cette très belle initiative que représente Playing for Change.

Playing for Change est un concept musical qui met en scène des musiciens des quatre coins du monde pour diffuser un message de paix.

La Fondation Playing for Change est une organisation à but non lucratif destinée au développement d’écoles de musiques à travers le monde. La première école est créée à Gugulethu, dans la banlieue de Cape Town (Afrique du Sud) en 2008. En 2010 deux écoles de musiques sont construites à Tamalé, au Ghana, et à Kirina au Mali. Depuis,la Fondation développe aussi des programmes éducatifs au Népal et au Rwanda en collaboration avec d’autres organisations.

Pour la petite histoire, tout commence en mars 2005 lorsque Mark Johnson, ingénieur du son et réalisateur, filme le chanteur Roger Ridley dans les rues de Los Angeles, interprétant Stand by me. Il décide d’ajouter d’autres musiciens en superposant leur interprétation à celle de Roger Ridley. Il part à Barcelone avec son équipe,où il enregistre Clarence Bekker avant de partir pour l’Afrique du Sud, l’Inde, le Népal et le Proche Orient afin d’enrichir la version de Stand by me. D’autres chansons seront enregistrées selon le même concept. Mes coups de cœur vont particulièrement à « One Love » de Bob Marley et à « Imagine » de John Lennon. Un dernier mot sur cette vidéo de Stand by me: vous êtes sans doute nombreux à l’avoir déjà reçue par mail ou l’avoir découverte sur Youtube puisqu’elle y compte aujourd’hui plus de 30 millions de visites. Un chiffre qui témoigne en lui seul de l’universalité de la musique.

voir aussi « Imagine » et « One Love » Lire la suite

Kiprokoukouak

Par Stéphane Isard

L’affaire débute il y a quelques temps, lors d’une commémoration au monument aux morts, en présence du député-maire Étienne Mourrut, de quelques « personnalités » et de l’école de musique venus rendre hommage à ceux tombés pour la France. Le députétienne est visiblement en colère après les jeunes du Conseil municipal Jeunes qui n’ont pas daigné venir se recueillir, alors qu’il vient de les « inviter » à l’Assemblée nationale. Lire la suite

L’étrange mémoire de Claude Guéant, sinistre de l’intérieur

Le 30 octobre 1979, le corps de Robert Boulin est retrouvé dans un étang, près de la forêt de Rambouillet. On conclut immédiatement à un suicide. Le ministre n’aurait pas supporté d’être mis en cause dans une sombre affaire immobilière. Pourtant, dès le début, nombre de journalistes et d’hommes politiques vont évoquer l’hypothèse d’un assassinat. Un ministre en exercice du gouvernement français a été liquidé, à l’issue d’un règlement de comptes dans son propre camp politique. Près de trente ans plus tard, l’affaire Boulin demeure une énigme irrésolue. Pour rappel, en 1979, Valéry Giscard d’Estaing est président de la République, Raymond Barre Premier ministre et Jacques Chirac, maire de Paris, préside le premier parti de la majorité de droite, le RPR.

Certes du temps a passé depuis, mais de nouveaux éléments ayant permis récemment de rouvrir l’enquête, Yvon Mézou, directeur de rédaction du quotidien 20minutes, a pris sur lui de poser une (pas) très innocente question à notre actuel ministre de l’Intérieur, Claude Guéant. C’était le 1er novembre dernier sur Radio France International et la question était :

« Monsieur Guéant, je vais faire appel à votre mémoire : le 30 octobre 1979, au petit matin, un ministre, Robert Boulin, a été trouvé mort au bord d’un étang (…) le ministre de l’intérieur de l’époque, Christian Bonnet -dont vous étiez le collaborateur- a expliqué qu’il avait été prévenu dans la nuit, c’est à dire quelques heures avant la découverte du corps, en expliquant que le conseiller de permanence l’avait informé de ce décès. Il semble que ce conseiller, c’était Claude Guéant. Vous vous en rappelez ? Avez-vous des informations à nous communiquer sur l’enchaînement des faits ? »

Réponse de Claude Guéant : « Très franchement je ne me souviens pas avoir été le conseiller de permanence ce jour-là et je n’ai pas tout à fait le même souvenir. Je me souviens que nous avons appris la mort de Robert Boulin alors que nous étions réunis, c’était un matin, assez tôt. Mais je suis incapable de me souvenir de cela« . Lire la suite

Nichon, Nibar, et les amis du président

Alors que les magistrats français chargés de l’affaire Takieddine s’apprêtent à solliciter une entraide judiciaire avec la Colombie, Mediapart dévoile que les policiers colombiens s’étaient déjà rendus sur place il y a deux ans, soupçonnant quelque opération de blanchiment. Dans le collimateur : les propriétés Palmera et Cactus (à Nilo, en Colombie), mais aussi deux bars aux doux noms évocateurs de Le Nibar et Le Nichon. Ça ne s’invente pas ! Du moins, pour l’inventer, faut-il avoir une certaine tournure d’esprit, vous en conviendrez. Où l’on peut s’inquiéter c’est lorsque cet état d’esprit est celui des tristes sires Thierry Gaubert et Jean-Philippe Couzi.

Le premier, ancien conseiller et ami de Nicolas Sarkozy, est aujourd’hui mis en examen dans l’affaire Takieddine (affaire Karachi et autres, notamment l’intervention française en Lybie). Gaubert doit par ailleurs comparaître devant le tribunal correctionnel de Nanterre ces prochains mois dans une affaire de détournements présumés au 1% logement. Des faits commis alors qu’il était collaborateur au cabinet du maire de Neuilly qui n’était autre que le même Sarkozy, qui le mariera vers la fin des années 80. On notera son passage aux ministères du budget et de la communication jusqu’en 1995, avant d’être aujourd’hui conseiller du président du groupe Banques populaires-Caisse d’épargne.

J-P Couzi (à gauche) avec Olivier Dassault

Le second, Jean-Philippe Couzi, témoin de mariage du président avec Carla Bruni, est surtout l’ami de Nicolas Bazire, actuellement n°2 du groupe de luxe LVMH du milliardaire Bernard Arnault. On se garderait bien de faire de l’amalgame, mais c’est fou ce que ces gens-là sont liés. Si le président préfère le yacht de son ami Bolloré pour clore les frais de c(h)ampagne de son élection, c’est plutôt à bord de celui de Ziad Takieddine qu’on retrouvera le sieur Gaubert, yacht également prisé par  Jean-François Copé, par Brice Hortefeux, voire Dominique Desseigne, propriétaire du Fouquet’s où Nicolas Sarkozy fêtera son élection en 2007. Au demeurant, d’autres investissements de Couzi dans un hôtel à Santa Marta (côte nord des Caraïbes) sont également dans le collimateur des enquêteurs.

Gaubert et Desseigne sont sur un bateau. Takieddine tombe à l'eau...

Tout aurait pu relever du domaine privé, si ce n’est que le Nichon et le Nibar, ouverts respectivement en 2003 et 2005, ainsi que la construction précédente (2001) des villas de Thierry Gaubert et son ami Jean-Philippe Couzi sont des opérations immobilières sous couvert de sociétés off-shore. Ce qui signifie non déclaré au fisc français, ce qui n’est pas sympa vis-à-vis des copains puisqu’en 2003 Gaubert est chargé de mission auprès de Jean-François Copé, au secrétariat d’État des relations avec le Parlement.Mais comment déclarer ce dont on n’est même pas au courant de l’existence ? Lire la suite

Salaires des députés, ce qu’on en pense à l’étranger

En complément à notre billet précédent sur le gel des salaires de parlementaires, voici une vidéo sur ce que pensent les politiques Suédois de leurs homologues français.

Et une seconde vidéo relative à ces autres députés européens qui n’ont visiblement pas envie que la transparence soit faite sur leurs salaires, et montre à quel point il devient difficile d’enquêter.

Communiqué du courant Montebourg

Communiqué :

La désignation des candidats pour les élections législatives s’est faite, dans l’Hérault à huis clos entre élus locaux partisans de Hollande et d’Aubry. Aucun représentant du courant

Montebourg n’a été invité à ces tractations pas plus que la commission dite de la tutelle n’a jugé bon d’en intégrer au moins un depuis les Primaires. Aucun n’a été retenu pour représenter les socialistes aux élections législatives.

Ce résultat inacceptable appelle les remarques suivantes :

◊ Cette décision est la négation totale des résultats des primaires citoyennes dans l’Hérault. Sachant qu’une circonscription est réservée à l’accord Verts-PS, il reste 8 circonscriptions pour les candidats socialistes. Avec 40 % des voix de Hollande et 8, 5% des voix de Royal, ces courants obtiennent 4 candidats sur 8. Avec 25 % des voix de Aubry ce courant obtient 4 candidats. Les courants Montebourg (19 % des voix) et Vals (7 %) sont totalement privés de représentants. Deux circonscriptions auront des femmes candidates alors que les textes votés par le PS auraient voulu qu’il y en ait quatre.

◊ Les militants partisans de Montebourg sont les bienvenus quand il s’agit de mener à bien une rénovation problématique au niveau national et local, mais ils n’ont pas leur place dans la recomposition du parti surtout quand vient l’heure des élections. Tout se passe comme si les appareils et les caciques se vengeaient de Primaires qu’ils n’auraient jamais vraiment acceptées. Exclure 27% de cet électorat en est le remarquable résultat.

◊ Les représentants du courant Aubry auront du mal à nous faire croire que c’est le courant Hollande qui est seul responsable. Et vice-versa. Merci à tous. Qu’on ne compte pas sur nous pour cautionner, sur un champ de ruines démocratique les diverses procédures de réconciliation d’une Fédération en crise. Le mouvement lancé par Arnaud Montebourg s’est constitué avec succès ce 29 novembre dans l’Hérault. Il continuera le combat de la rénovation du socialisme et de la politique autrement.

A Montpellier, le 30 novembre 2011

Le coordinateur du Mouvement chargé des relations avec le Parti socialiste,

Michel Calvo

Le nucléaire, c’est sûr !

C’est tellement sûr que tout le monde a maintenant la preuve que c’est faux.
Qu’il s’agisse d’Areva, d’EDF, des forces de l’ordre ou des responsables politiques, le consensus est encore aujourd’hui de prétendre que les sites nucléaires français sont sécurisés et que les militants de Greenpeace qui se sont introduits dans plusieurs centrales nucléaires ont été immédiatement repérés. Le seul problème est qu’à l’heure de ces déclarations mensongères un militant se trouvait toujours au cœur d’une centrale dont le nom n’a pas été précisé, si l’on en croit la vidéo ci-après.


Message de Julien, au coeur du réacteur par gpfrance

Sur BFM-TV, le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a jugé l’action de Greenpeace «irresponsable»: «Il va falloir en tirer des conséquences, dit-il. On ne peut pas permettre que n’importe qui puisse entrer aussi facilement que ça dans une centrale nucléaire. On peut imaginer ce que certains pourraient en faire».

Quelle superbe analyse de la part de Guaino qui ne se rend même pas compte que c’est exactement ce que Greenpeace entendait démontrer: il peut se passer n’importe quoi dans ces centrales.

Pour Michèle RIVASI, porte-parole d’Eva Joly et spécialiste des questions nucléaires, cette action démontre la vulnérabilité des centrales françaises et confirme la position tenue par EELV sur les évaluations complémentaires de sûreté (ECS) post-Fukushima:     » C’est le deuxième évènement en une semaine qui démontre que les autorités ne sont pas capables d’assurer ni la gestion d’une éventuelle catastrophe, ni une intrusion sur le site d’une centrale: c’est extrêmement grave et exige une réaction proportionnée ».

La semaine dernière, une visite surprise à la centrale de Paluel et du Blayais visant à éprouver la réactivité du personnel lors d’une simulation de crise a tourné au burlesque. L’incapacité à réagir rapidement, du fait de manque d’instructions ou de manque de matériel, a démontré que notre pays n’était pas capable d’assurer la sécurité des citoyens en cas d’accident. Cette fois-ci ce sont des militants pacifistes qui arrivent à démontrer que l’intrusion possible de terroristes pourrait mener à un attentat.

pour un complément… Lire la suite

Comptes présidentiels et austérité

Une première estimation du coût de Toulon 2, dernier discours du président Sarkozy aux français, évalue ce déplacement à 325 000 euros. Au sujet d’autres déplacements présidentiels, il n’est pas inintéressant de savoir que même la Cour des Comptes trouve que « le coût de certains voyages de très courte durée sur le territoire se révèle parfois élevé. » Ainsi fait-elle savoir à titre d’exemple au président que son « voyage en Haute-Marne qui vous a retenu du début de la matinée au début de l’après-midi, aura, en coût complet, représenté une dépense de 284 614,65 €, dont 121 289,60 € pour l’aménagement d’une voie d’accès et la location d’un chapiteau ; votre déplacement en Dordogne a représenté une charge de 129 544,29 €.»

Mais plus globalement, que coûte cette présidence au contribuable et quels efforts pourraient être faits dans le cadre d’une austérité pour le moment imposée au seul peuple ? Pour les lecteurs intéressés nous republions en fin d’article le rapport intégral de la Cour des Comptes concernant la gestion des services de la Présidence de la République – exercice 2010 et bilan 2008-2010.

En cette période de fêtes de fin d’année, on peut se demander si la tradition du sapin de Noël élyséen sera maintenue avec les mêmes fastes.

B. L’ARBRE DE NOËL

En 2010, à l’occasion de la fête de l’arbre de Noël, l’Élysée a accueilli 920 enfants dont 596 ne faisaient pas partie du personnel de la Présidence de la République. La location du théâtre Mogador où a été présenté un spectacle apparaît particulièrement onéreuse. Le coût total de cette manifestation est ressorti à 335 317,58 € soit 350 € pour chaque enfant.

Quand on pense que ces enfants-là sont déjà triés sur le volet, on se dit qu’il n’y a pas d’âge pour cumuler les privilèges.

Pour savoir où passent tant de millions… Lire la suite

Sixteen tons

par Mario

Parce qu’un peu de musique ne saurait faire de mal, surtout aux oreilles, j’inaugure cette série de mes coups de coeur musicaux. Cette première proposition ne va certes rajeunir personne, mais la bonne musique n’a pas de frontière et défie toujours le temps.

On attribue à Miles Travis d’avoir composée ces Sixteen Tons en 1945. C’est néanmoins la version que Tennessee Ernie Williams propose en 1956 que j’ai choisie. Malgré les excellentes versions d’un grand nombre de chanteurs (Tom Jones, Les Platters, BB King, Johnny Clash, etc.) elle reste à mon sens la plus pure. Coup de cœur donc, et ne venez pas vous plaindre si l’air vous reste dans la tête le restant de la journée.


Tennessee Ernie Ford – 16 Tons par ccosterg

Et pour celles ou ceux qui voudraient chanter en rythme, les paroles se trouvent ci-après Lire la suite

De la sondagite aigüe

Il ne se passe pas un jour sans que les médias nous abreuvent de chiffres, de pourcentages sensés connaître le résultat des candidats à la prochaine élection présidentielle. Mais qui contrôle le bien fondé de ces sondages dits « d’opinion » ? Personne, en tous cas aucun organisme indépendant ou supranational. Et de fait, la moindre analyse montre à quel point les questions sont biaisées, appelant la plupart du temps des réponses téléguidées. L’opinion, ça se fabrique ! Ne nous laissons pas sonder par ces agences qui fabriquent notre point de vue à partir d’éléments de langage, quels que soient les partis commanditaires. Notre vote nous appartient, et chacun sait au fond de lui-même quel monde meilleur il désire pour les siens et pour laisser un avenir ouvert à ses enfants. Là est l’unique vote utile, là est le respect de la pluralité et de la démocratie. S’il n’y avait qu’une seule voie à droite nommée Sarkozy et une seule à gauche nommée Hollande, alors à quoi bon des élections à deux tours ? Autant passer tout de suite au duel final ! Mais ça résoudrait quoi ? La France profonde n’est pas comme ça. Cette France sait très bien que Sarkozy n’est plus possible et que Hollande représente l’alternance mais pas le changement. Entre deux maux choisir le moindre ? Non ! Un pays qui a su mener une révolution, un Front populaire, un mai 68, qui soutient une déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen, ce pays-là est toujours debout ! Ni la crise, ni l’austérité, ni les élections ne sont des fatalités. Ne laissons pas les deux « grands » partis nous dire qu’il va falloir nous contenter des miettes. Rien, absolument rien n’est jamais joué par avance, et l’histoire des peuples l’a toujours démontré.
Dans l’immédiat, si vous êtes sollicités par quelques sondeurs, n’hésitez pas à leur rappeler l’article L-97 du code électoral qui dit que «ceux qui, à l’aide de fausses nouvelles, bruits calomnieux ou autres manœuvres frauduleuses, auront surpris ou détourné des suffrages, déterminé un ou plusieurs électeurs à s’abstenir de voter, seront punis d’un emprisonnement d’un an et d’une amende de 15.000 euros».
Manœuvre frauduleuses et détournement des suffrages, n’est-ce pas ce à quoi s’appliquent aujourd’hui les partis qui ont les moyens de s’offrir ces sondages manipulateurs ?

 

A table !

Publié dans son blog par Jordan Pouille, journaliste et envoyé spécial en Chine.
Ca se passait samedi 26 novembre au Sofitel de Pékin, un petit repas pour le Gala annuel de la CCIFC, la Chambre de Commerce et d’Industrie française en Chine, un petit repas signé Lenôtre. Lors de son discours, madame l’Ambassadrice a bien tenté de glisser quelques mots sur la crise économique et financière, mais les plans sociaux et la rigueur n’ont pas eu l’heur de couper l’appétit aux 500 convives. Pour combien de serveurs ? C’est ce qu’on vous laisse découvrir dans la vidéo ci-dessous.

A noter que la CCIFC remettra le couvert le 4 décembre, à Shanghai cette fois, pour un dîner signé Fabrice Giraud, Chef du Jade on 36. Si ça vous tente, vous aurez droit à arroser de vins fins votre foie gras, puis velouté de champignons à l’émulsion de truffes, puis saumon de fontaine rôti, le tout suivi d’une délicieuse palette de macarons. Et ne venez pas dire que le service est trop long ! Trop fort, ces Chinois !
Cela dit, si le menu du Sofitel ou celui du Jade on 36 ne vous convenait pas, rassurez-vous, vous pouvez toujours manger dans la rue. Cette Chine-là existe heureusement encore.

copyright photo : lOUIs