De la sondagite aigüe

Il ne se passe pas un jour sans que les médias nous abreuvent de chiffres, de pourcentages sensés connaître le résultat des candidats à la prochaine élection présidentielle. Mais qui contrôle le bien fondé de ces sondages dits « d’opinion » ? Personne, en tous cas aucun organisme indépendant ou supranational. Et de fait, la moindre analyse montre à quel point les questions sont biaisées, appelant la plupart du temps des réponses téléguidées. L’opinion, ça se fabrique ! Ne nous laissons pas sonder par ces agences qui fabriquent notre point de vue à partir d’éléments de langage, quels que soient les partis commanditaires. Notre vote nous appartient, et chacun sait au fond de lui-même quel monde meilleur il désire pour les siens et pour laisser un avenir ouvert à ses enfants. Là est l’unique vote utile, là est le respect de la pluralité et de la démocratie. S’il n’y avait qu’une seule voie à droite nommée Sarkozy et une seule à gauche nommée Hollande, alors à quoi bon des élections à deux tours ? Autant passer tout de suite au duel final ! Mais ça résoudrait quoi ? La France profonde n’est pas comme ça. Cette France sait très bien que Sarkozy n’est plus possible et que Hollande représente l’alternance mais pas le changement. Entre deux maux choisir le moindre ? Non ! Un pays qui a su mener une révolution, un Front populaire, un mai 68, qui soutient une déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen, ce pays-là est toujours debout ! Ni la crise, ni l’austérité, ni les élections ne sont des fatalités. Ne laissons pas les deux « grands » partis nous dire qu’il va falloir nous contenter des miettes. Rien, absolument rien n’est jamais joué par avance, et l’histoire des peuples l’a toujours démontré.
Dans l’immédiat, si vous êtes sollicités par quelques sondeurs, n’hésitez pas à leur rappeler l’article L-97 du code électoral qui dit que «ceux qui, à l’aide de fausses nouvelles, bruits calomnieux ou autres manœuvres frauduleuses, auront surpris ou détourné des suffrages, déterminé un ou plusieurs électeurs à s’abstenir de voter, seront punis d’un emprisonnement d’un an et d’une amende de 15.000 euros».
Manœuvre frauduleuses et détournement des suffrages, n’est-ce pas ce à quoi s’appliquent aujourd’hui les partis qui ont les moyens de s’offrir ces sondages manipulateurs ?

 

Une réflexion au sujet de « De la sondagite aigüe »

Laisser un commentaire