Ah ! Ah ! Ah !

 Le scandale n’est pas que nous ayons perdu le AAA, mais que les pays soient notés par des agences PRIVÉES.  Ce qui est scandaleux c’est que la campagne électorale va se dérouler sous le contrôle des financiers, sous la pression de la finance et de cette notation stupide.
Standard & Porcs Associés sont bien sympas de nous dévoiler toute une liste d’entreprises publiques « mises sous surveillance négative ». En clair, SNCF, EDF, Aéroports, Autoroutes… Faut s’attendre à des augmentations. Le film Austérité 3 sera prochainement en sortie nationale sur tous les écrans. Mais les chiffres sont têtus et parlent seuls, c’est d’abord ceci qu’il faut reconnaître : quelle qu’ait été la dette laissée par ses prédécesseurs, 700 milliards d’euros de déficit supplémentaire en cinq ans signifient que Nicolas Sarkozy, en un seul mandat, a accumulé autant de dettes que ses quatre prédécesseurs réunis.
Tout le reste, tout ce qui voudrait minimiser l’impact de la dégradation du triple A ou à l’inverse s’en servir pour augmenter la peur et l’inquiétude (Midi Libre de dimanche 15-01-2012 titrait à sa Une « Cet intrus qui plombe la présidentielle »), détourne l’opinion vers de faux problèmes. Le triple A c’est pour les triples buses, ça amuse les trépanés de la bourse mais pas le peuple. Allez demander aux Grecs ou aux Portugais ce qu’ils en pensent. Alors pourquoi c’est au tour de la France aujourd’hui ? Bonne question ! Mais notons que certains nous l’expliquent depuis des années, voir vidéo ci-après.

GENEREUX : Petite leçon d’économie dans la rue… par lepartidegauche

A l’attention des triples buses qui croient à la valeur du jugement de ce qu’il convient plutôt d’appeler des agences de natation (puisqu’elles ne servent qu’à juger de qui sait nager ou qui doit couler) nous préférons faire part de la colère d’un homme qui a parfaitement compris la signification des trois A. Il s’agit de Patrick Berritto, président des prud’hommes de Lille, et fraîchement réélu à l’unanimité des 87 juges de son collège salariés du tribunal des prud’hommes. Lors de son discours de ré investiture, après avoir tiré à boulets rouges sur la récente réforme qui oblige les citoyens à payer 35 euros dès qu’ils saisissent la justice, taxe qui s’applique donc à ceux qui s’adressent aux prud’hommes, le président Berritto n’a pas mâché ses mots avec ce tir au bazooka en direction du gouvernement Sarkozy : « Non seulement, je donne au gouvernement un zéro pointé mais aussi un triple A. A comme absurde, A comme abusif, A comme abject. »
C’était le 10 janvier dans Nord Éclair, article entier par le lien ci-dessous
http://www.nordeclair.fr/Actualite/2012/01/10/le-president-des-prud-hommes-lance-un-pa.shtml

 

Laisser un commentaire