comprendre la dette_suite 4

Notre ami le Berruyer fou a encore frappé, avec ces deux nouveaux graphiques qui en disent plus long que les grands discours alambiqués. Très impressionnant, le premier nous montre que l’économie financière représente plus de 50 fois l’économie réelle.

Le second nous aider à visualiser comment c’est possible.Sur une échelle de temps qui commence en 1950, on peut y voir combien les salaires restent liés au PIB (les petites colonnes rouge et bleu en bas du graphique) Et pour vous éviter de sortir la calculette, on peut vous dire que si l’on prend les 30 dernières années (traduites en euros constants), le PIB et les salaires ont été majorés de 60%, le patrimoine non financier de 150% et le patrimoine financier brut de près de 330%. Puisqu’on vous dit que la crise n’est qu’une vue de l’esprit !

Le graphique imagé ci-après n’est pas de la patte de Berruyer mais il s’inscrit tout autant dans notre série « comprendre la dette ». Sa clarté présente même l’avantage de nous donner des éléments de débat pour la campagne en cours, au cas où certains se demanderaient encore qui est responsable de quoi.

L’augmentation de la dette française est ici envisagée depuis le début des années Mitterand jusqu’à aujourd’hui. En rose les gouvernements PS, en bleu les gouvernements RPR-UMP. On notera que, relativement à une évolution « normale » de la dette face aux nouveaux défis, c’est sous Bérégovoy qu’on assiste à la première envolée, qui sera très largement accentuée par Balladur et Juppé.Très visible devient l’effort du gouvernement Jospin sous Chirac pour contenir l’envolée, mais peine perdue avec les Raffarin et Villepin qui allaient suivre. Le dernier tronçon de l’échappée belle, n’en parlons même pas tant il parle tout seul, le gouvernement Fillon est au-dela de toutes mesures. C’est l’explosion mais que voulez-vous… faut bien payer les yachts de l’article précédent!

Laisser un commentaire