Tell me why

Par Mario, un coup de cœur musical.

« Dans mon rêve, des enfants chantent une chanson d’amour pour tous les garçons et les filles, le ciel est bleu et l’herbe verte, et le rire est le langage du monde. Puis je me réveille et tout ce que je vois n’est qu’un monde plein de peuples dans le besoin. Tell me why, dites-moi pourquoi il doit en être ainsi, dites-moi ce que je dois faire pour devenir un homme, pourquoi je devrais me dresser et combattre dans un monde en guerre, pourquoi la forêt brûle, pourquoi l’océan meurt, pourquoi nous ne pouvons être amis ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? »

Cette version de Tell me why est reprise depuis plusieurs années par des enfants de tous âges et de tous pays, le plus souvent à l’occasion de podiums en recherche de nouveaux talents. Sauf erreur, le premier gamin à la chanter fut Declan Galbraight, alors âgé de neuf ans. Vous trouverez la vidéo ainsi que les paroles de la chanson après la balise « lire plus ». Mais je propose en premier cette version live moins connue qui nous arrive de Chine, pour son aspect poignant et néanmoins très professionnel de ces deux jeunes chanteurs. C’était en 2008, le plus âgé avait 11 ans et se nomme Xu ZeHui, le péquelet avait 7 ans et se nomme Chenle Zhong. Ils font depuis carrière, comme le jeune Declan. Leur répertoire s’est agrandi mais ils chantent toujours Tell me why et je ne crois pas qu’ils aient rencontré beaucoup d’hommes qui aient pu apporter une réponse à leur cri.

La version studio de Declan Galbraight est après la balise Lire la suite

Très brève 2_ ça sent le sapin !

C’était samedi en direct lors de l’émission «La voix est libre» sur France-3 Ile-de-France. Henri Guaino, conseiller de Nicolas Sarkozy, aurait dû débattre avec Jérôme Guedj, président PS du Conseil général de l’Essonne. Mais le sens du débat se perd pour certains, le sang froid aussi, et l’on passe du « Pov’ con » de début de mandat au «sale con» de la fin. La classe ! Monsieur Guaino, vous nous aviez habitué à mieux, surtout lorsque vous vous adressez à la Marine.

La Shoah : une idée franco-allemande

Si les propos de Claude Guéant sur les civilisations ont fait le tollé que l’on sait, il est très étonnant que la presse et certaines associations n’aient pas relevé plus que ça cette autre monstruosité proféré par notre président de la République lors du dîner du CRIF :

« Hier, hier, on s’est entretué, on s’est détesté, on s’est envahi, on s’est déchiré, on s’est massacré. Les Européens ont eu l’idée folle de la Shoah, la France et l’Allemagne ». Nicolas Sarkozy 09 février 2012


La Shoah, une idée française ? Merci Monsieur le Président ! Nos parents résistants et anciens combattants apprécieront…

Et pour preuve que notre président n’arrête pas de changer :


Sarko insulte l’Allemagne par JKY56

Eva Joly sur Mediapart

Comme l’avait été François Bayrou le mois dernier, Eva Joly était l’invitée de Mediapart le jeudi 23 février à 20h30, Jean-Luc Mélenchon sera l’invité le 23 mars, puis François Hollande le 13 avril.

Nous ferons un rappel pour les candidats à venir mais déjà, pour celles et ceux qui auraient raté ces émissions ou souhaiteraient les revoir, nous plaçons les deux vidéos après la balise et rappelons qu’elle sont en accès libre sur Mediapart.

voir les vidéos en intégralité

Lire la suite

Plantu poursuivi en justice

On apprend par un communiqué de l’AFP que le dessinateur Plantu devrait prochainement comparaître en justice à la suite d’une plainte d’une organisation proche de traditionalistes catholiques, scandalisée par un de ses dessins qui mettait en scène le pape Benoît XVI sodomisant un enfant.

Le parquet de Paris a requis le 8 février le renvoi en correctionnelle du dessinateur, ainsi que celui d’Eric Fottorino, l’ancien directeur de la publication du Monde Magazine qui avait publié ce dessin controversé en avril 2010.

Parce que nous pensons que la liberté d’expression et la liberté de la presse sont des valeurs fondamentales; que le dessin de presse et la caricature usent par nature de l’irrévérence et de la dérision; que la faculté de déranger et choquer en est inséparable, nous témoignons de notre entière solidarité avec Jean Plantu en montrant à nouveau le dessin incriminé.

 

Georges Frêche statufié

Il serait intéressant de s’interroger sur le sens de la statue politique, du rapport qu’elle induit entre «le grand homme», celui ou celle qui est érigé(e) et ceux qui la dresse puis l’admire.

On notera d’abord que l’on ne dit jamais «la grande femme», même s’il s’agit d’une femme, ce n’est évidemment pas un hasard. Le terme «d’érection» pour une statue parle également de lui-même.

On notera ensuite, comme une constante, que tous les régimes totalitaires multiplient ces représentations proposées à l’admiration du peuple et que tous les mouvements de libération n’ont de cesse de les mettre à bas.

Il est significatif que l’affaire des statues («Les grands hommes du XXème siècle») ait débuté par la découverte par Georges Frêche lui-même d’une statue de Lénine mise au rebut et dont il ait voulu faire l’acquisition. On pourrait penser à une provocation un peu kitch, ce serait mal connaître l’intéressé. Il avait une intense fascination pour l’exercice secret d’un pouvoir d’intrigues, de stratégies cachées, etc. La démocratie l’ennuyait. Ce n’est pas un hasard non plus si son homme de main, Robert Navarro, a de sérieux démêlés avec la justice.

Mais il savait aussi se moquer de lui-même, tout renverser dans un grand éclat de rire. Ses suiveurs aujourd’hui à la Région, et ailleurs, pèchent par esprit de sérieux. Je veux croire que Frêche aurait trouvé ridicule cette vénération confite post mortem – mais je n’en suis pas sûr.

Frêche avait promis un grand succès touristique à sa place des grands hommes pour justifier les 1,2 millions d’euros dépensés : loupé magistral, la place reste déserte (voir Midi Libre, 11-09-2011, «Les Grands Hommes n’attirent pas la foule»). Les statues, tout le monde s’en fout. Parce qu’en plus d’être une erreur politique c’est une faute de goût : un style académique, un genre dépassé, suranné, un peu grotesque (Lénine, Mao, Golda Meir, etc, on dirait une BD non?)

La statue de Frêche lui-même aujourd’hui c’est soit le comble de l’ironie, soit la cerise sur le gâteau. Un gâteau à près de 100 000 € quand même.

Non au MES (Mécanisme Européen de Stabilité)

Ce mécanisme engage les finances des États au bénéfice d’autres États mais toute « assistance financière » est subordonnée à de « strictes conditionnalités ». Entendez par là des plans de rigueur dont on a pu observer les conséquences désastreuses sur la Grèce, le Portugal et l’Irlande. Ce mécanisme organise la casse sociale et la récession en fait de « solidarité ». Sachons que si certains États sont réticents à demander une telle « assistance financière », ils peuvent désormais être mis sous pression pour demander une telle assistance « par précaution ».

Ses rédacteurs souhaitent voir ce mécanisme entrer en vigueur dès Juillet 2012. En France où les travaux parlementaires seront clos début Mars, l’Assemblée nationale votera sur cette ratification le 21 Février. C’est pourquoi il est urgent d’agir pour enrayer cette monstruosité. Pour s’en convaincre nous vous invitons à regarder la vidéo ci-dessous. Elle est en allemand mais sous-titrée en français, occasion de dire que ce fumeux traité n’est traduit en français que depuis quelques jours par des militants, seule une version « dans la langue de l’envahisseur » a été remise à tous les peuples de la zone euro. Voici deux exemples édifiants concernant l’immunité et le secret professionnel pour tous les membres et employés de MES.

Immunité

Tout le personnel est à l’abri de poursuites à l’égard d’actes accomplis en qualité officielle, sauf si simplement le directeur général en décide autrement pour les simples agents du MES (pour le président du conseil des gouverneurs, un gouverneur, un gouverneur suppléant, un administrateur, un administrateur suppléant ou le directeur général c’est le Conseil des gouverneurs qui statue)

Les archives et les documents du MES ainsi que ses locaux sont inviolables.

La propriété, le financement et les actifs du MES, où qu’ils se trouvent, sont exempts de perquisition, réquisition, confiscation, saisie, par une action de l’exécutif, judiciaire, administrative ou législative

Secret professionnel

Tous les membres et employés du MES sont contraints au secret professionnel avant et après la cessation de leurs fonctions



Dans la suite de ce dossier nous vous proposons :

  • ·       Une lettre type à envoyer à votre député pour lui demander de se positionner clairement. (à envoyer avant le 21 février en cours)
  • ·       Un résumé des principaux points du traité pour ceux qui souhaitent en comprendre les grandes lignes.
  • ·       L’intégralité du traité (en français) pour ceux qui veulent vraiment aller plus loin.

Lire la suite

Un tré bo discourt du présidan

Y a pas à dire, Sarko c’est un gars qui cause très mieux la France qu’on comprend tous ce qu’est-ce qu’il dit. Preuve qu’avec un français de niveau CE2 on peut trouver un job qui rapporte de la thune pendant cinq ans.
Bref, au terme d’un suspense à faire baver les producteurs hollywoodiens, Nigela Merkozy a enfin déclaré sa candidature à la succession de lui-même. « Chuis candidat ! » a-t-il dit dans un français presque correct, avant de glisser sur deux lapsus que seules les mauvaises langues trouveront révélateurs : « …les réformes entreprises les cinq prochaines années » et « si les Français me confient un prochain sept… quinquennat ». Et si nous sommes heureux d’apprendre que « Ma campagne ça ne sera pas consisté à dire du matin au soir du mal des autres »,  nous avons en revanche moins bien saisi cette tournure de novlangue : « La question essentielle qui est posée, c’est celle que si la France est forte ».  Le reste fut très clair, notamment la promesse (que pour une fois nous voulons croire sincère de la part d’un candidat): « Je ferai trancher le peuple français. »

Allô, Guaino, t’es toujours là ou tu cherches une piste d’atterrissage ?

Carmen Amaya

Le coup de coeur musical de la semaine nous fait remonter en 1944 pour cette démonstration époustouflante de danse flamenca par Carmen Amaya. Née en 1913 à Barcelone, Carmen avait commencé à y danser dès l’âge de 6 ans dans les restaurants. Elle fuit la guerre civile espagnole en 1937 pour aller au Portugal, puis en l’Argentine et se produira dans de nombreux pays d’Amérique Latine avant de débuter aux États-Unis en 1941, où le président Roosevelt l’invitera même à venir danser à la Maison Blanche. Féministe de la première heure, elle sera aussi la première danseuse de flamenco à s’habiller en pantalons. Hommage et respect, señora !

Un volcan allumé par de superbes éclairs de musique espagnole.         Charles Chaplin
Carmen Amaya, c’est la grêle sur les vitres, un cri d’hirondelle, un cigare noir fumé par une femme rêveuse, un tonnerre d’applaudissements.     Jean Cocteau

Salauds de pauvres !

La survie est devenue le quotidien de millions de Français. La pauvreté gagne du terrain. Il y a aujourd’hui 8,2 millions de pauvres, c’est à dire vivant en dessous du seuil de pauvreté, 60 % du revenu médian, soit 954 euros par mois pour une personne seule.

Entre 1990 et la création du RSA en 2009, le niveau du RMI a décroché de 34 % par rapport au revenu médian des Français. Contrairement aux idées reçues, des centaines de milliers de Français ne demandent pas le RSA auquel ils ont pourtant droit. Seules 450.000 personnes sur 1,5 million de bénéficiaires potentiels ont demandé à profiter du RSA-activité (le complément de revenu destiné à encourager à reprendre une activité). Par ailleurs, 30 % de ceux qui pourraient toucher le RSA-socle (l’ancien RMI) ne le demandent pas. La raison ? Le «refus de la part des travailleurs modestes d’être identifiés à des assistés».

Dans son livre « Salauds de pauvres », Benjamin Griveaux (élu PS de Saône-et-Loire) égrène notamment les chiffres suivants :

2,4 millions de pauvres ont moins de 18 ans, 4 sur 10 ont moins de 25 ans, 54 % sont des femmes.

700.000 personnes sont sans domicile, dont 140.000 SDF.

On compte plus de trois millions de mal logés.

Quatre millions de personnes vivent sans complémentaire santé.

Cinq millions de personnes ont eu recours aux associations caritatives en 2010.

60 % des Français craignent de devenir SDF.

Le titre du livre de Benjamin Griveaux est une référence à une réplique célèbre de Jean Gabin dans le film « La Traversée de Paris ».

Hadopi de mal en pis

l’Hadopi semble avoir du mal à honorer les factures envers les fournisseurs d’accès à Internet et ces derniers trouvent que la lutte contre le piratage commence à leur coûter cher. Fin 2011, ce sont au bas mot 2,5 millions d’euros qui n’ont toujours pas été réglés. SFR a adressé une facture de 500 000 euros, Orange chiffre son intervention autour de 1,3 million d’euros et Free à 630 000 euros. Numericable et Bouygues Telecom n’ont pas pu ou pas souhaité répondre.
On apprend à l’occasion que 880 000 mails d’avertissement ont été envoyés, qu’ils ont été suivis par 68 343 lettres recommandées, pour finalement transmettre moins de 165 dossiers aux parquets pour qu’ils prennent des sanctions envers les internautes récidivistes.
Encore un flop qui coûte bien cher au vu de son résultat.
Article détaillé sur l’Express : http://blogs.lexpress.fr/tic-et-net/2012/02/14/hadopi-laisse-une-ardoise-de-25-millions-deuros-aux-telecoms/

dernière minute :

La Cour européenne de justice a confirmé, jeudi 16 février, qu’on ne pouvait contraindre un hébergeur à surveiller et à filtrer les contenus en ligne de ses utilisateurs selon le droit européen, estimant néanmoins qu’il fallait «un juste équilibre» entre le droit de propriété intellectuelle et la liberté d’entreprise, le droit à la protection des données à caractère personnel et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations.

Par ailleurs (voir article précédent), le traité commercial multilatéral ACTA qui impose une forme de surveillance et de filtrage automatisé doit être prochainement soumis au parlement européen. L’Estonie, les Pays-Bas, Chypre, la Slovaquie et l’Allemagne ne l’ont pas signé à Tokyo le 26 janvier, la Bulgarie, la Pologne, la République tchèque, la Roumanie, la Slovénie et la Lettonie ont suspendu depuis leur processus de ratification. Le 11 février, des manifestations anti-ACTA ont eu lieu partout en Europe, d’autres sont prévues le 25 février et en mars.

Mourrut se dédouane sur les morts ! Déjà qu’il les faisait voter…

L’enquête sera brève, désormais. Notre précédente info n’aura tenu que le temps de poser la question : »Mais que faisaient ces 25 000 euros en petites coupures derrière une armoire de la Régie du Grau du Roi ? » Ne cherchez plus, la réponse était dans l’édition de Midi Libre d’hier (lundi 13 février 2012), avec au passage un intertitre surprenant : Le régisseur est décédé. Si Agatha Christie ne l’était pas aussi, on aurait pu croire à l’annonce de son dernier polar.

Bien évidemment, nous ne nous attendions pas à ce que le dépité-maire sache d’où peut bien provenir cet argent. En revanche, nous maintiendrons notre questionnement de savoir comment sont tenus les comptes du 3ème budget du Gard en importance, surtout à l’heure de soutenir un budget annuel dont on nous dit, malgré les divers épinglages de la Cour Régionale des Comptes, qu’il est parfaitement équilibré. Vous remarquerez que le mot n’est pas très éloigné d’équilibriste.

Ainsi que le reconnait monsieur Mourrut devant les journalistes de Midi Libre : « Bien sûr, ce n’est pas normal. Nous étions en train de finaliser les comptes. J’attends d’en connaître les résultats. Il faudra bien trouver une explication. On doit savoir d’où viennent ces 25 000 €. Mais il n’est pas question de penser au moindre tripatouillage. »

Pas de tripatouillage ?

Et qu’est-ce donc que cette manière de stocker les recettes communales derrière les meubles plutôt que dans les coffres prévus à cet effet ? Lorsqu’on sait la terreur qui règne dans les services municipaux, on a du mal à croire que les employés n’en fassent qu’à leur tête. Mais peut-être y avait-il une exception pour ce régisseur « au fonctionnement particulier » ? Et notre bon maire de se dédouaner en disant : « Il était déjà régisseur avant que je sois maire ». Et de poursuivre pour faire bonne mesure : « Et, il y a vingt ans, il a été victime d’un vol à la régie municipale. Des mesures de protection avaient donc été prises. La Brink’s venait chercher l’argent. Il y avait un coffre-fort, mais, apparemment, il ne l’utilisait pas, préférant répartir les sommes dans des enveloppes qu’il planquait un peu partout. C’était son idée. Il devait penser que si on le braquait, les voleurs n’auraient rien trouvé dans le coffre-fort. »

Pas de tripatouillage quand on reconnait qu’on laissait l’employé planquer des enveloppes un peu partout ? Faudra-t-il déplacer tous les meubles de la mairie pour finaliser les comptes ?

Quoi qu’il en soit, nous rendons grâce à monsieur le maire et à Midi Libre de ne pas avoir cité le nom de cet employé si « original » qui, même décédé, a encore une famille et de nombreux amis. Nous ne trouvons pas moins facile et peu élégante cette première réponse dont le seul but est de sauver une situation qui inquiète plus d’un Graulen à juste titre. Nous regrettons aussi que les morts aient parfois le droit de voter mais pas celui de la présomption d’innocence.

Quant aux journalistes de Midi Libre si prompts à noter qu’au Grau du Roi « les mauvaises langues s’en donnent à cœur joie », qu’ils sachent qu’elles sont nombreuses à ne pas se reconnaître dans ce qualificatif, qu’elles sont celles de citoyens responsables et que, non, ça ne les fait pas rire.

Le DJ de la République

Dans notre dernier billet nous avions vu comment une gastro ukrainienne peut coûter jusqu’à 40 000 euros avec un remboursement assuré de 7632 € par le président de la république en personne sur ses deniers personnels. Ce second billet n’a donc pour but que d’avertir notre cher DJ Pierre Sarkozy qu’on peut aussi attraper des cochonneries intestinales en Amérique latine, ou ne serait-ce qu’un gros rhume lorsqu’on passe aussi rapidement du très froid au très chaud.
Car la prochaine virée des jet-set clubs de la planète sera brésilienne. Nous apprenons à cette occasion que le fiston ne se déplace qu’avec deux gardes du corps appartenant au GSPR (Groupe de Sécurité du Président de la République), et donc rémunérés sur les deniers du contribuable. Mais croyez-vous que ça s’arrête là ? Lire la suite

Claude Guéant, l’homme qui murmurait à l’oreille des fachos

Quand bien même ce serait un piège à des fins électoralistes : il faut en parler. Il le faut d’autant plus lorsque des journaux tels que Libération ne trouve d’autre mot que « dérapage » pour qualifier des propos franchement odieux et lourds de conséquences. On savait déjà Claude Guéant sinistre de l’intérieur et voilà qu’il s’affirme en ministre de l’Inférieur. C’est le grand retour au choc des civilisations, et les français sont invités à désigner celles qui leur seraient inférieures. La méthode est vieille comme le monde qui consiste à diviser pour mieux régner mais qu’on ne s’y trompe pas : Il n’y a pas plus de dérapage de la part de Guéant qu’il n’y en a dans les propos d’un Le Pen repris aujourd’hui par la fifille à son papa. La provocation est tout ce qui reste au clan Sarkozy pour chasser sur les plates-bandes du F’haine.

Serge Letchimy

Non seulement le groupe majoritaire a préféré quitter l’Assemblée plutôt que d’entendre des arguments des citoyens blessés, mais voilà qu’il serait maintenant question de sanctionner Serge Letchimy, député et président du Conseil régional de la Martinique, pour ses propos tenus dans l’hémicycle. C’est pourquoi, oui, il faut sauver le soldat Letchimy en le soutenant, ne serait-ce que par quelques mots d’appui et de réconfort (vous pouvez le faire directement sur son mail à l’Assemblée Nationale). Par ailleurs nous espérons que des voix plus fortes s’élèveront du côté du PS pour défendre un de leurs proches sur un sujet autrement plus grave qu’une campagne présidentielle. Le rassemblement de la gauche est certes essentiel pour empêcher les idées nauséabondes de progresser dans la société, mais il est tout autant important que ce type de dérive réactionnaire ne trouve pas l’indifférence comme réponse. Il est déplorable que le seul soutien franc et clair à l’égard de Serge Letchimy soit venu de Jean-Luc Mélenchon. Serge Letchimy est certes un député PPM, mais il est apparenté socialiste et un compagnon de route des socialistes comme l’était son mentor depuis des dizaines d’années. Le Parti Socialiste et tous ses membres se grandiraient à apporter un véritable soutien à notre camarade martiniquais.

Les propos de Guéant ne déshonore pas seulement la France terre d’accueil et pays des droits de l’homme mais sont une atteinte à l’humanité, ils doivent être entendus et traités comme tels. Veillons à ne pas en faire de simples arguments électoraux, ni ne cherchons à les évacuer sous prétexte de campagne en cours, car notre silence ferait de nous des complices. A ceux qui ne comprendraient pas que la prochaine étape sera de parler de race aryenne, nous ne pouvons que dire : à bon entendeur, salut.

Ainsi que le pointait Edwy Plenel dans son dernier article : « L’oligarchie au pouvoir veut des pauvres (c’est-à-dire tout ce qui est moins riche qu’elle) qui la laissent tranquille en se faisant bataille les uns les autres, plutôt qu’en retrouvant ce qui les rassemble – leur condition sociale, leur situation salariale, leur habitat commun, leurs conditions de vie, etc. (…)

Ce ne sont pas que des mots : une immense violence, qui n’est pas seulement symbolique, est ainsi libérée. Toutes celles et ceux qu’elle vise et désigne, à raison de leur origine, de leur apparence ou de leur religion, la vivent et la supportent déjà, dans leur chair et dans leur âme. Allons-nous les laisser seuls, comme si c’était affaire de sensibilité individuelle et non pas de principes collectifs ? Allons-nous rester indifférents à la remontée, non plus à la périphérie du débat public mais en son centre, des idéologies meurtrières d’hier, cette barbarie nichée dans le délire pathologique de civilisations égarées ? Allons-nous rester silencieux ?

Notre empathie a trop longtemps fait défaut. Aux Juifs, aux Noirs, aux Arabes, aux musulmans, aux Roms et aux Tziganes, etc. : à tous ceux qui, successivement ou en même temps, sont les victimes de cette barbarie dont Claude Guéant est le pédagogue officiel. Il est bien temps de lui opposer le langage de la civilisation. »

Ci après nous proposons dans leur intégralité la lettre ouverte adressée au ministre de l’Intérieur par Serge Letchimy, ainsi que celle de MM. Victorin Lurel et Jacques Gillot, présidents du Conseil régional et du Conseil général de la Guadeloupe. Lire la suite

Chimes of Freedom

Amnesty International fête ses 50 ans et sort à l’occasion un quadruple album qui regroupe 75 reprises inédites de Bob Dylan sous le titre Chimes of freedom.

« La musique de Bob Dylan perdure parce qu’il exprime brillamment nos chagrins, nos joies, notre fragilité, notre courage et nos combats. Le sens profond de ses paroles, d’une intensité artistique peu égalée, nous inspire et précède nos attentes. Amnesty International est extrêmement reconnaissante envers ce musicien légendaire et tous les artistes qui ont participé à ce projet. »  Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty International France

Ce sont en effet 80 artistes qui ont participé (on y retrouve Johnny Cash, Sting, Diana Krall, Patti Smith, Joan Baez, Elvis Costello et tant d’autres) et l’on appréciera que tous ces musiciens, arrangeurs, techniciens, producteurs et studios d’enregistrement aient travaillé bénévolement pour soutenir la cause des droits humains.

Sorti le 06 février chez les disquaires il est aussi en vente sur le site d’Amnesty au prix de 30 dollars l’album de quatre disques ou 20 dollars si vous préférez le télécharger en MP3

Liste des titres de Chimes of Freedom après la balise, ainsi qu’une vidéo de Miley Cyrus accompagnée par Johnzo West à la guitare, un des titres extrait du disque 2. Lire la suite

Loi Léonard_suite

additif à notre article précédent

Le député UMP de Charente-Maritime Jean-Louis Léonard s’est engagé à retirer une disposition de sa proposition de loi relative aux hébergements légers, qui visait à interdire la résidence en camping à l’année.

La proposition de loi de M. Léonard, ainsi que de 4 autres députés dont Étienne Mourrut, adoptée fin 2011 en première lecture par l’Assemblée nationale, avait en effet ému les associations défendant les mal-logés parce qu’elle faisait « obligation, pour le locataire, de fournir un justificatif de domicile de moins de trois mois pour la location d’un emplacement pour une durée supérieure à trois mois ».

70 000 personnes menacées – L’association Droit au logement (Dal) avait en particulier fait valoir que cette disposition menaçait les quelque 70 000 personnes qui vivent en camping toute l’année, faute de mieux.

Le député a reçu samedi 28 janvier à Châtelaillon-Plage, dont il est maire, une délégation du Dal, et a confirmé s’être engagé à retirer la disposition en question de sa proposition de loi.

Jean-Louis Léonard a expliqué qu’il ne s’était pas agi pour lui d’interdire le camping à l’année « puisqu’il est déjà interdit », mais bien d’ « établir un contrôle de cet habitat permanent ». « Il faut que les maires puissent éventuellement saisir les préfets pour reloger les gens », a-t-il dit.

Source Rue 89, La Gazette.fr et DAL

Abracadabra en Régie du Grau

Elle court elle court la rumeur, ce qui laissera donc ce billet au conditionnel pour l’instant, le temps pour la vérité de se manifester.

Il fallait repeindre les locaux de la Régie municipale du Grau du Roi. Et pour cela déplacer quelques meubles. Les employés de la Régie s’y seraient refusés en disant que ce n’était pas à eux de le faire, d’où les peintres s’y collèrent avant de sortir les pinceaux. Mais quelle ne fut pas leur surprise en découvrant derrière une armoire une enveloppe contenant 25 000 euros. A quoi correspond-elle, à quelle recette (parkings, marchés…?), comment n’a-t-elle pas laissé de trou de caisse ? Autant de questions pour l’instant sans réponse. Toujours est-il que les peintres ont eu l’honnêteté remarquable de rapporter le magot en mairie. C’est bien la première fois que de l’argent réapparaît dans les coffres.

Affaire bien évidemment à suivre…