Dernier point sur le nucléaire

Si les rejets des installations nucléaires ne sont pas sans nous préoccuper, qu’en est-il des 2053 explosions nucléaires qui ont eu lieu dans le monde depuis 1945 et dont les retombées sont toujours présentes dans l’atmosphère.
Afin que chacun puisse s’en faire une idée, le réseau Sortir du Nucléaire nous propose une petite animation de 14 minutes réalisée par l’artiste japonais Isao Hashimoto.
Ouvrez le son et visionnez jusqu’au bout, c’est aussi hallucinant qu’édifiant ! Et faites circulez cette vidéo auprès des irréductibles qui n’ont pas encore compris absurdité de la course à la bombe.

Et puis ce titre, déjà signalé par quelques médias :

Mutations chez les papillons de Fukushima : quelles conclusions en tirer ?

Il faut absolument lire cet entretien avec Michel Fernex, professeur émérite de médecine et spécialiste des impacts sanitaires des radiations

« Il est temps de cesser de mentir. Il faut reconnaître le danger que représentent les problèmes génétiques qui vont s’amplifier ».

http://groupes.sortirdunucleaire.org/Entretien-Michel-Fernex

Et un dernier point en provenance de Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France. Source Mediapart le 24 août 2012.

François Hollande veut ramener la part du nucléaire à 50 % dans la production nucléaire en 2025, contre 75 % aujourd’hui. Or comme le note Yves Marignac, en 2027, 80 % des réacteurs français auront dépassé 40 ans et devront donc faire l’objet soit de lourds investissements d’entretien, soit d’une décision d’arrêt pour cause de vieillesse. Comment comprenez-vous la position du chef de l’Etat ?

On ne la comprend pas. On lui a dit à plusieurs reprises que l’équation qu’il annonce ne tient pas. Nous avons rencontré les équipes de Matignon et de l’Élysée : personne au sein du gouvernement ne sait dire comment concrètement va se passer cette réduction à 50 %. Quelles centrales vont être fermées ? Poursuivies ? Combien de temps ? Il n’y a pas de scénario prévu. Sur la fermeture de Fessenheim, il n’y a pas non plus de visibilité. Or il faut trois ans pour fermer une centrale, ça va aller vite.

Le scénario sur la table, c’est la fermeture de deux réacteurs d’ici à 2017, et ensuite de tous les autres concernés par la réduction à 50 %. Ce calendrier est-il réaliste ?

Non. Ou alors il faut s’y mettre tout de suite et prendre des mesures drastiques. Il faut évaluer les besoins et les consommations sinon ce n’est pas crédible. Sans compter le démarrage de l’EPR de Flamanville qui va intervenir on ne sait quand et qui va bousculer cette équation…Cette centrale est totalement absurde. Il n’y a aucune justification à la construction de ces nouveaux réacteurs. Il est complètement paradoxal d’avoir un chef d’Etat qui annonce vouloir lancer un vrai mouvement vers une réduction de nucléaire, et qui construit une nouvelle centrale dont on n’a pas besoin. Cela ne rime à rien.

Il n’y a pas de message clair. Aujourd’hui, face à cela, on est à la fois dans l’expectative et l’insatisfaction. Si François Hollande continue dans cette direction, il va réussir à se mettre à dos en quelques mois les organisations de défense de l’environnement mais aussi les industriels, et les populations locales.

Laisser un commentaire