(petit) calcul autour d’un (GROS) salaire…

(PETIT) CALCUL AUTOUR D’UN (GROS) SALAIRE…

 La Chambre Régionale des Comptes a découvert que le salaire du directeur du camping municipal du Grau du Roi atteignait … 9000 €

Notons au passage que ce directeur s’est lui-même octroyé des augmentations substantielles (300% en 15 ans, 44% sur les 3 dernières années, excusez du peu !) et ce de façon peu orthodoxe puisqu’il se les est « auto-attribuées » sans en informer vraiment (?) son conseil d’administration, c’est-à-dire son président et employeur, c’est-à-dire la SEM, et en dernier ressort la mairie du Grau du Roi, c’est-à-dire monsieur le Maire du Grau du Roi… On tremble devant les contrôles de fous effectués sur ces 15 dernières années de gestion !

Devant la révélation (?) de ces faits, n’importe quel employeur, sous peine de passer pour complice de tels abus, mettrait son amour-propre dans sa poche, notifierait (il a deux mois pour le faire) la réalité d’une faute grave et engagerait une procédure de licenciement. Telle n’a pas été la réaction de notre bon maire puisque ce dernier, en Conseil municipal, a trouvé que, certes, sa rémunération était « un peu au dessus de la moyenne », mais que c’était un excellent professionnel. Point. Fermez le ban. Circulez, y’a rien à voir !

Bien. Laissons le maire à son cas de conscience. Nous n’irons pas jusqu’à dire qu’il n’a pas les moyens de s’opposer au directeur du Camping Municipal. Cela étant, l’opacité de la gestion relevée par la chambre régionale laisse supposer qu’il vaut mieux ne pas trop toucher à ce directeur… Nous n’en dirons pas plus… Il faudrait une enquête approfondie et ce n’est pas notre maire qui va la diligenter…

Reprenons un petit calcul sur ce salaire exorbitant pour un directeur de camping (autant qu’un Secrétaire d’Etat !). Notons tout d’abord que 9.000 € brut par mois (on espère que ce n’est pas du net !), cela fait tout de même 108.000 € par an. Rajoutez-y 55% (en moyenne) de charges sociales patronales, cela monte la facture annuelle à 167.400 € ! Ce n’est pas rien !

Mais revenons à notre chiffre mensuel (on se perd dans les trop gros chiffres…) Admettons, qu’excellent professionnel, il mérite la moitié de son salaire (4500 €, c’est déjà plus que correct !). Cela laisse 4500 €. Le salaire d’un Agent de Sécurité de la Voie Publique (ASVP) ou d’un Agent de Médiation qui démarre sa carrière au SMIC est de 1.400 € brut.

Avec 4500 € laissé par notre Secrétaire d’État, pardon, notre directeur de camping, on peut donc embaucher un peu plus de 3 de ces agents à l’année (3,20 exactement)…Poursuivons notre raisonnement et reconnaissons que ce renfort d’agent ne serait vraiment utile que sur la saison touristique et qu’il faudrait les recruter sur deux mois et non sur douze. Cela porterait notre effectif d’ASVP ou d’Agents de Médiation (en tenant compte des primes de fin de contrat) à… 18 agents sur les deux mois d’été. Faites le compte, c’est mathématique !

Il parait qu’il ya des problèmes d’incivilité que l’on ne peut pas régler au Grau du Roi avec le train à 1 € ???

Les belles lettres_2

C’est pour alerter sur des questions graves de santé publique qu’une chercheuse française vient de refuser la Légion d’honneur. Directrice de recherche honoraire à l’Inserm, Annie Thébaud-Mony travaille depuis trente ans sur les questions de cancers professionnels et de crimes industriels. Des études rendues très difficiles par l’implication grandissante des entreprises dans le financement des chercheurs…

Madame la Ministre,

Par votre courrier du 20 juillet 2012, vous m’informez personnellement de ma nomination au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur et m’indiquez que vous êtes à l’origine de celle-ci. J’y suis très sensible et je tiens à vous remercier d’avoir jugé mon activité professionnelle et mes engagements citoyens dignes d’une reconnaissance nationale. Cependant – tout en étant consciente du sens que revêt ce choix de votre part – je ne peux accepter de recevoir cette distinction et je vais dans ce courrier m’en expliquer auprès de vous.

Concernant mon activité professionnelle, j’ai mené pendant trente ans des recherches en santé publique, sur la santé des travailleurs et sur les inégalités sociales en matière de santé, notamment dans le domaine du cancer. La reconnaissance institutionnelle que je pouvais attendre concernait non seulement mon évolution de carrière mais aussi le recrutement de jeunes chercheurs dans le domaine dans lequel j’ai travaillé, tant il est urgent de développer ces recherches. En ce qui me concerne, ma carrière a été bloquée pendant les dix dernières années de ma vie professionnelle. Je n’ai jamais été admise au grade de directeur de recherche de 1e classe. Plus grave encore, plusieurs jeunes et brillant.e.s chercheur.e.s, qui travaillaient avec moi, se sont vu.e.s fermer les portes des institutions, par manque de soutien de mes directeurs d’unité, et vivent encore à ce jour – malgré la qualité de leurs travaux – dans des situations de précarité scientifique. Quant au programme de recherche que nous avons construit depuis plus de dix ans en Seine Saint Denis sur les cancers professionnels, bien que reconnu au niveau national et international pour la qualité scientifique des travaux menés, il demeure lui-même fragile, même s’il a bénéficié de certains soutiens institutionnels. J’en ai été, toutes ces années, la seule chercheure statutaire. Pour assurer la continuité du programme et tenter, autant que faire se peut, de stabiliser l’emploi des jeunes chercheurs collaborant à celui-ci, il m’a fallu en permanence rechercher des financements – ce que j’appelle la « mendicité scientifique » – tout en résistant à toute forme de conflits d’intérêts pour mener une recherche publique sur fonds publics.

Enfin, la recherche en santé publique étant une recherche pour l’action, j’ai mené mon activité dans l’espoir de voir les résultats de nos programmes de recherche pris en compte pour une transformation des conditions de travail et l’adoption de stratégies de prévention. Au terme de trente ans d’activité, il me faut constater que les conditions de travail ne cessent de se dégrader, que la prise de conscience du désastre sanitaire de l’amiante n’a pas conduit à une stratégie de lutte contre l’épidémie des cancers professionnels et environnementaux, que la sous-traitance des risques fait supporter par les plus démunis des travailleurs, salariés ou non, dans l’industrie, l’agriculture, les services et la fonction publique, un cumul de risques physiques, organisationnels et psychologiques, dans une terrible indifférence. Il est de la responsabilité des chercheurs en santé publique d’alerter, ce que j’ai tenté de faire par mon travail scientifique mais aussi dans des réseaux d’action citoyenne pour la défense des droits fondamentaux à la vie, à la santé, à la dignité. Lire la suite

le TER à 1 €, wagon suivant

Information du groupe Cap sur le Changement. 04/08/2012

L’utilisation politique du TER à 1€ par le maire du Grau du Roi est grossière. Elle saute aux yeux de ceux qui veulent bien voir.  Nous pensons que nombreux ne sont pas dupes. Il est temps de prendre de la hauteur et d’être constructif.

Il est vrai que la claque qu’il vient de subir au législatives (27% sur sa propre ville) a dû particulièrement l’affecter. Alors ce train à 1€ instauré par le conseil régional et son représentant local Robert CRAUSTE, ce pourrait être pour lui du pain bénit pour tenter de se refaire une santé politique ! On doit reconnaître que les débordements, les incivilités et les actes de petite délinquance, commis par une minorité de jeunes voyageurs doivent être dénoncés et réprimés ; des solutions doivent êtres apportées (des solutions qui ne sont pas seulement factuelles mais de politique générale de la jeunesse). Sur ce point Robert CRAUSTE n’a cessé d’agir avec responsabilité et en respectant les engagements qu’il a pris devant les commerçants. Le conseil régional a toujours été représenté aux réunions à la Préfecture   par le Directeur de cabinet du Président BOURQUIN et par la direction en charge du TER.

Le premier magistrat et certains de ses proches en font des tonnes ! Cela avait commencé le 02/07/2011 le jour de l’inauguration du TER. Ce jour-là un comité d’accueil hostile attendait le Président du Conseil Régional devant la gare. Cette manifestation a été qualifiée de spontanée par le maire ! Qui peut croire cela quand on a la preuve que des mails ont été adressés aux commerçants de la ville, quand on connaît l’activisme zélé de certains élus de la majorité, en manque de reconnaissance, pour recruter et servir le chef suprême ! Ce n’est pas la bonne méthode pour dialoguer avec les collectivités territoriales. On n’oubliera pas la présence du FN avec ses représentants locaux et régionaux. La politisation était déjà forte.   Les commerçants présents en étaient-ils conscients ?

Et puis sur un fond de réalité, sur l’émotion et les rumeurs, la mise en scène politique a pris de l’ampleur, alimentée par des écrits, des postures et des discours. On arbore l’écharpe tricolore, on rédige une foule de courriers, que l’on s’empresse de diffuser largement, on déclame des tirades mélodramatiques en conseil municipal. Et que lit-on ? Qu’entend-on ? « Vous allez tuer le Grau du Roi », « ce sont des hordes sauvages qui déferlent sur la ville », « le train déverse 800 jeunes sur la ville et une seule famille », « il va y avoir des morts »… Le maire va jusqu’à publier un courrier inquiétant sur le site de la ville. Autant d’éléments contre productifs en termes d’image de la station qui décrédibilisent leurs auteurs.

Cela continue avec un communiqué de presse du maire en réponse à une interview de Robert CRAUSTE dans la presse régionale. La copie de ce communiqué est distribuée illico presto aux commerçants par un Agent de Surveillance de la Voie Publique (ASVP). Il n’est pas dans les missions d’un Agent de Surveillance des Voies Publiques de faire la propagande du Maire, surtout quand il manque cruellement d’effectif pour assurer ses « missions de surveillance de la voie publique ».

Le règlement de comptes politique se poursuit. Premier objectif du maire : Il faut abattre Robert CRAUSTE le seul concurrent crédible pour les municipales de 2014.

Il est pratique de tenter de reprendre la main sur la thématique de l’insécurité (notamment au regard des 41% enregistrés par le FN lors des législatives au Grau du Roi. Mais c’est aussi dangereux car cela peut également alimenter les haines et les amalgames. L’identité qui est une belle chose risque de se transformer en repli pour une ville qui se doit d’être ouverte. Alimenter des rumeurs infondées conduisant à la quasi paranoïa, voilà ce qui est irresponsable !

C’est commode de faire le «buzz» sur le TER et de taper sur l’opposant principal  pour masquer les propres insuffisances de la politique municipale dont il est le responsable : le sous-effectif de la police municipale, une pauvre politique d’animation culturelle, un centre ville dénaturé qui perd son âme de village méditerranéen, la saleté de la ville,  la pollution de l’étang de Salonique,  le surendettement dénoncé par la chambre régionale des comptes, 8 millions d’euros annoncés pour la construction d’un nouvel hôtel de ville prestigieux avec un bureau vue sur mer pour le maire, le salaire de 9 000 € par mois pour le directeur du camping municipal jugé excessif par la Chambre Régionale des Comptes, le cadeau de 458 000 € consenti à la société qui gère l’Hôtel-Résidence de Camargue. Avec tout cet argent public, il serait possible recruter des policiers municipaux et des agents de médiation, il serait possible de mieux communiquer et de mieux dynamiser la vie économique, culturelle et commerciale tout au long de l’année.

Nous espérons bloquer le projet pharaonique de nouvelle mairie et nous préconisons la vente de l’hôtel-résidence de Camargue. Ceci permettrait de désendetter la ville et d’engager des politiques utiles.

Derrière l’écran de fumée, il y a la réalité d’un homme et d’une politique à bout de souffle. Ce n’est pas en brandissant des épouvantails que l’on va vers le progrès. Le maire veut-il faire du TER à 1€ un point d’entrée de sa campagne des municipales pour 2014 ?  Le suspense est total, après trente années de pouvoir va-t-il oser se représenter ? Quoi qu’il en soit, nous, avec Robert CRAUSTE nous relevons le défi pour mettre le cap sur le changement et sur l’avenir afin d’impulser une nouvelle dynamique dont la ville a besoin.

Le groupe d’opposition municipale CAP SUR LE CHANGEMENT

Note de Sémaphores.info : cette information parue également sur le blog de Robert CRAUSTE a généré de nombreux commentaires sur Facebook, dont pas un seul pour rattraper l’autre, réactions primaires voire haineuses qui rendent perplexe sur le fait qu’on appelle ça des « réseaux sociaux« . Nous rappelons que l’incivilité est le problème de toutes et de tous, et que seules les propositions citoyennes et responsables sont les bienvenues.

 

3d Ball Music Machine

Le coup-de-cœur musical de la semaine à l’attention de ceux qui ne l’auraient pas encore reçu par mail ou vu sur la Toile. De la musique sans qu’il y ait le moindre musicos à l’instrument… Chapeau ! Ou pas. Cette vidéo est bien sûr une création numérique, l’instrument est donc virtuel, mais on peut savoir que la technologie actuelle permet presque d’aboutir à ce résultat, au point que la société Intel y travaille sérieusement, le gros problème actuel est la récupération des billes qui génèrent des notes.

des nouvelles de l’ex

Allez, ça fait quand même plaisir de savoir où il est passé, avouez…

Nicolas Sarkozy, nouveau roi du Palais d’Antares

information divulguée par l’hebdomadaire français Le Point en juin dernier n’était donc pas une rumeur, Nicolas Sarkozy était bel et bien décidé à s’offrir le Palais d’Antares, luxueuse villa de 1500 mètres carrés, située dans le triangle d’or de Marrakech.

Le passage de l’ancien président français accompagné de son épouse dans la ville ocre avait été particulièrement médiatisé sur les deux rives de la méditerranée virant à la polémique sur le présumé lieu de résidence du couple présidentiel. Certains quotidiens ont en effet affirmé que Nicolas Sarkozy avait reçu  gracieusement du roi marocain ou encore d’un riche homme d’affaires originaire du Moyen-Orient, une somptueuse villa.

Selon le quotidien Akhbar Al Yaoum, Nicolas Sarkozy a acquis la villa jeudi dernier pour un montant de 5 millions d’euros.

source : http://www.bladi.net/nicolas-sarkozy-palais-marrakech.html

Les belles lettres_1

Lettre ouverte à Philippe Courroye, comédien et martyr

 Monsieur,

C’est avec beaucoup d’émotion que nous avons pris connaissance du vibrant plaidoyer pro domo que Le Figaro vous a offert de réciter dans ses colonnes le 24 juillet_1. Ainsi, vous seriez la « victime d’une procédure d’exception », d’un « traitement inique » (et unique), point d’orgue d’une véritable « chasse à l’homme » orchestrée par « certaines organisations » dans le but de vous « lyncher ». Bigre ! Mais que font les défenseurs des droits de l’Homme ?

Fort heureusement, votre « indépendance d’esprit », votre « force de caractère » et votre « ténacité », comme vous dites, vous permettent de faire face à cette épreuve atroce avec flegme, car vous n’êtes pas de « ceux qui subissent » ou « qu’on attelle » ou qui mettent « un genou à terre » ou qui cèdent aux « injonctions politiques ou syndicales », etc.

Vous êtes, en effet, l’indépendance incarnée. Il est vrai que nous aurions pu nous en rendre compte plus tôt…

Ainsi, lorsque vous déjeuniez avec Jacques Chirac au domicile de l’homme d’affaires François Pinault quelques mois avant de requérir un non-lieu dans le dossier des emplois fictifs de la Ville de Paris_2, vous militiez en réalité pour une justice indépendante et ouverte sur la société. De même, lorsque vous invitiez à dîner Nicolas Sarkozy, alors chef de l’exécutif_3, il est désormais clair que vous défendiez avec panache l’honneur des procureurs. Et vous poursuiviez ce combat courageux en acceptant de ce même Nicolas Sarkozy, qui vous donnait du « cher Philippe », les insignes d’Officier de l’Ordre National du Mérite_4.

C’est également votre « ténacité » qui vous a conduit, lorsque survint « l’affaire Woerth-Bettencourt », à concentrer vos forces contre un majordome indiscret et une comptable trop bavarde, à faire appel d’un supplément d’information embarrassant, à faire examiner les factures téléphoniques de plusieurs journalistes et de l’une de vos collègues et… à ne pas ouvrir d’information judiciaire, jusqu’à ce qu’il ne vous soit plus possible de faire autrement_5.

Autre illustration de votre remarquable « indépendance d’esprit » : cet enregistrement révélé par Mediapart dont il résulte que Patrick Ouart, alors conseiller pour la justice de Nicolas Sarkozy, était informé de la décision de classement sans suite que vous alliez rendre un mois plus tard concernant la plainte de la fille de Madame Bettencourt…_6 Peut-être votre « force de caractère » avait-elle besoin du renfort de l’Élysée : même les héros ont leurs faiblesses.

A l’évidence, ces faits ont été très mal interprétés et nous devons aujourd’hui confesser notre aveuglement idéologique. De même avons-nous injustement toussé lorsque Le Canard enchaîné a révélé que vous aviez dîné à votre domicile avec trois personnes directement concernées par des dossiers judiciaires parisiens intéressant le groupe Casino : Jean-Charles Naouri, PDG dudit groupe (et accessoirement employeur de votre épouse), Maître Paul Lombard, avocat de Casino, et Patrick Hefner, alors patron de la Brigade financière de Paris_7.

Interrogé sur vos multiples aventures gastronomiques, vous aviez répondu : « Je déjeune et je dîne avec qui je veux ». Ce qui dénote une farouche indépendance – et une sensibilité éthique à fleur de peau.

Certes, vous avez trouvé parfaitement normal d’être nommé procureur de Nanterre sans avoir jamais exercé dans un parquet de première instance et, surtout, contre l’avis du Conseil supérieur de la magistrature. Certes, nul ne vous a entendu protester contre la mutation-sanction par Rachida Dati du procureur général Marc Robert, annulée depuis par le Conseil d’État – celui-là même que vous saisirez (en invoquant le cas Robert ?) si le CSM valide le projet de la Chancellerie vous concernant. Certes, vous n’avez jamais réclamé de changement de statut pour les magistrats du parquet et, en particulier, vous n’avez pas jugé utile de signer la récente résolution de la Conférence nationale des procureurs de la République en ce sens_8. Mais il n’est jamais trop tard pour se révolter et dénoncer « un signal très négatif pour l’indépendance de la justice » ou une décision « politique ».

Il est vrai aussi qu’on vous dit fort peu présent au palais de justice de Nanterre et que la souffrance au travail est chaque jour plus palpable dans votre service.

Mais même un « grand magistrat » – pour reprendre les mots de votre avocat9 – ne peut pas être partout. Quant à vos collègues du parquet de Nanterre, ils peuvent bien demander leur mutation… De fait, ils sont de plus en plus nombreux à la souhaiter.

Vous êtes parfait, surtout ne changez rien. Lorsque vous déclarez « Je ne dis pas que je ne me suis jamais trompé – quel homme ne commet-il pas d’erreurs ? », vous faites bien de ne pas préciser lesquelles et de vous en tenir à cette clause de style, il n’est jamais bon de se remettre trop sérieusement en question. Vous risqueriez, sinon, d’épargner un peu l’institution judiciaire.

Lorsque vous êtes questionné sur le suicide d’un substitut dont vous étiez le supérieur, vous avez raison de vous retrancher derrière l’enquête sommaire du parquet de Créteil, d’accuser les syndicats de magistrats de « récupération abjecte » et d’occulter que, le 7 juin dernier, le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) des Hauts-de-Seine a demandé, à l’unanimité des fonctionnaires et magistrats présents, qu’une inspection soit ordonnée à la suite de ce drame. La meilleure défense n’est-elle pas l’attaque et l’omission ?

Qu’importe, au fond, que le Syndicat de la magistrature se soit gardé de toute conclusion hâtive, demandant seulement à son tour que toute la lumière soit faite10. On peut préférer l’ombre, après tout. Qu’il nous soit permis, enfin, de vous remercier pour cette phrase magnifique : « Afin de préserver mon indépendance, je n’ai jamais été affilié à un syndicat ou à un parti ». Venant de vous, quel hommage !

Il appartient désormais au CSM – et à lui seul – de se prononcer sur le projet de mutation dans l’intérêt du service dont vous faites l’objet. Bien sûr, certains observateurs verront dans votre intention affichée de quitter la magistrature un chantage peu glorieux – et dans l’évocation d’une éventuelle « double peine » une ultime indécence, même si ce qui vous arrive n’est objectivement pas agréable ni facile à vivre. D’autres s’étonneront de vous voir dédaigner le poste d’avocat général près la Cour d’appel de Paris et se demanderont de quelle promotion vous rêviez. D’autres enfin trouveront honteux que le grand bénéficiaire d’un système vicié en devienne soudain le pourfendeur et se présente comme un bouc émissaire après avoir tant profité du pouvoir. Laissez-les donc à leurs médisances !

Bien cordialement,

Pour le Syndicat de la magistrature, Matthieu Bonduelle, président

1 http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/07/24/01016-20120724ARTFIG00557 courroye-je-suis-victime-d-une-procedure-d-exception.php

2 Le Monde, 16 mai 2009.

3 L’Express, 12 novembre 2009.

4 L’Express, 12 novembre 2009.

5 Cf. Notre lettre ouverte au Conseil consultatif de juges européens » en date du 6 octobre

2010 : http://www.syndicat-magistrature.org/Atteintes-a-l-independance-de-la,1318.html

6 http://www.mediapart.fr/journal/france/110211/bettencourt-les-juges-perquisitionnent-chez-eric-woerth?page_article=2

7 Le Canard enchaîné, 8 avril 2009.

8 AP, 8 décembre 2011.

9 AFP, 20 juillet 2012.

10 Cf. Notre lettre ouverte à la garde des Sceaux en date du 20 juin 2012 :

http://www.syndicat-magistrature.org/Situation-du-parquet-de-Nanterre.html

Source :

Mail : syndicat.magistrature@wanadoo.fr

site : www.syndicat-magistrature.org

Jeux Olympiques London 2012, titre interdit

Le saviez-vous ?

Jeux, olympique, Londres, médaille, 2012, il est interdit aux médias d’utiliser deux de ces mots dans la même phrase sous peine d’amende. Pas seulement pour les médias, d’ailleurs, puisque certains établissement londoniens tels que l’Olympic Bar ou le London Olympus Hotel ont été sommés de changer de noms. C’est parce que sur le modèle du Patriot Act, existe un Olympics Game Act qui entend règlementer la liberté d’expression pendant la durée des jeux. Idem pour l’utilisation des symboles tels que les anneaux olympiques. Un boulanger a été obligé d’enlever de sa vitrine des pains qu’il avait réalisés en forme d’anneaux ; une fleuriste a subi la même mésaventure pour des bouquets reprenant ce symbole et une grand-mère a même été inquiétée parce qu’elle avait tricoté pour une poupée un pull aux couleurs olympiques, destiné à être vendu pour une action de charité !

Pour pouvoir employer les symboles et les termes liés aux Jeux il faut en avoir acheté les droits. Ainsi la chaîne BFM, qui n’a pas cru bon de verser cette obole, est réduite à devoir parler de “jeux d’été” pour ne pas dire “olympiques”. Certes, au nom du droit à l’information, il existe une dérogation légale sinon les journalistes ne pourraient tout bonnement plus commenter les fameux JO 2012 de Londres.

Si vous êtes spectateurs, lisez bien les clauses détaillées sur vos billets d’entrée. Ainsi n’escomptez pas rediffuser des vidéos ou des photos sur les réseaux sociaux, des cellules de surveillance ont été mises en place pour épier des sites comme Twitter, Facebook, Youtube, Facebook ou Instagram. Un ptit creux entre deux compètes ? Pas de souci Mac DO est venu avec ses frites sur lesquelles il a l’exclusivité, même s’il a fallu faire une exception pour les fish’n chips nationales. Et ne vous habillez pas n’importe comment si vous tenez à entrer. Adidas étant le sponsor officiel, on tolèrera que vous portiez des Nike mais après faut pas déconner ! Les autres, du balai ! Idem si vous avez un tee-shirt Pepsi, pas question, Coca-Cola tient à régner en maître. Et comme toute connotation politique n’est pas mieux vue, ne comptez pas arborer votre T-shirt rapporté de Cuba à l’effigie du Che. Pas de politique dans le sport, non mais ! (petite astuce : si vous tenez vraiment à votre Che Guevara sur la poitrine vous n’avez qu’à dire que pour vous cela correspond à une religion. Ça au moins on ne voit pas qui pourrait l’interdire…). Enfin laissez à la maison vos clés 3G ou wifi sous peine de confiscation : British Telecom a décroché une exclusivité sur l’accès wifi et les spectateurs devront payer (mais uniquement par carte Visa, sponsor oblige !).

Liste non exhaustive, et nous vous invitons à lire l’article intégral qui a été notre source pour ce billet sous la plume de Netmamou (blogs.mediapart) mais agrémenté de vidéos à l’appui sur le site : http://scinfolex.wordpress.com/2012/07/27/comment-la-propriete-intellectuelle-a-transforme-les-jeux-olympiques-en-cauchemar-cyberpunk/

Enfin notons avec Netmamou que la France n’est pas à l’abri de ces dérives de plus en plus totalitaires. « Le Code du Sport prévoit déjà que les photographies prises lors d’une compétition appartiennent automatiquement aux fédérations sportives, ce qui ouvre la porte à une forme d’appropriation du réel. A l’issue de l’arrivée du Tour de France, des vidéos amateurs ont ainsi été retirées de Youtube à la demande de la société organisatrice du Tour, avec l’accord du CSA, qui dispose en vertu d’une autre loi du pouvoir de fixer les conditions de diffusion de ce type d’images. Et les compétences de cette autorité s’étendent aux manifestations sportives, mais plus largement “aux évènements de toute nature qui présentent un intérêt pour le public“. Réagissons avant qu’il ne soit trop tard et refusons ces monstruosités juridiques ! »

Et cessons de peindre et repeindre Pierre de Coubertin en humaniste qu’il n’était pas. S’il n’en avait tenu qu’à lui aucune femme n’aurait été admise à concourir à une autre épreuve que la couture et le tricot. Pas politiques, les J.O ? Ce n’est pas ce qu’en pensent les militantes du mouvement féministe ukrainien Femen. Habituées du happening seins nus, elles ont manifesté jeudi dernier près de l’hôtel de ville de Londres pour dénoncer cette fois la présence aux JO de pays musulmans comme l’Arabie saoudite où les femmes ne bénéficient pas des mêmes droits que les hommes.

Pas politique lorsque, depuis toujours, des délégations entières boycottent les jeux selon qui en est le pays organisateur ? Et, sans aller jusqu’à rappeler de plus graves incidents, n’oublions pas une certaine remise de médailles. C’était en 1968 à Mexico. Les Américains Tommie Smith et John Carlos, 1er et 3e sur le podium pour le 200 m… Un 200 mètres qui a fait depuis un très long chemin d’humanité, la preuve en images : http://www.lemonde.fr/jeux-olympiques/video/2012/08/02/hors-jeux-le-poing-gante-de-tommie-smith-et-john-carlos-en-1968_1735982_1616891.html

 

la compil d’infos_spécial gaz de schiste

Ce sera l’un des principaux sujets de la rentrée et il s’agit de ne pas se faire confisquer le débat, ni par des politiques aux ordres, ni par des scientifiques télécommandés. C’est pourquoi Sémaphores répercute cette compilation d’infos sur le sujet du gaz de schiste afin que chacun puisse réfléchir à partir d’éléments concrets.
Réalisée grâce à l’aide et aux apports des membres des collectifs français et étrangers. Merci à tous les contributeurs et contributrices bénévoles qui passent des jours et des nuits à recueillir des informations et à les partager.

REVUE ŒIL OUVERT n° 70 – 30 juillet 2012
A retrouver en entier là :  http://www.comite-info-malarce.com/

1 – Gaz de schiste : le gouvernement ne tranche pas… définitivement
Dominique Pialot | 24/07/2012

http://www.latribune.fr/green-business/l-actualite/20120724trib000710636/gaz-de-schiste-le-gouvernement-ne-tranche-pas-definitivement.html

La rencontre ce mardi matin des huit ONG ayant participé au Grenelle de l’Environnement avec le Premier ministre et la ministre de l’Écologie, Delphine Batho, n’a pas permis d’éclaircir la position officielle du gouvernement sur ce dossier épineux. D’autant que le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, promet « un débat à la rentrée ». (…)

En résumé : non à la fracturation hydraulique mais ouverture d’un « vrai débat démocratique si une nouvelle technique était mise au point ».

(…) En tout cas, Arnaud Montebourg, ne compte pas lâcher prise. « Un débat sur le gaz de schiste, auquel seront associées les deux chambres, aura lieu à la rentrée », a-t-il indiqué mardi devant les sénateurs de la commission des affaires économiques.

2 – Assemblée nationale – Séance du mardi 24 juillet – Fracturation hydraulique : réponse de Madame Delphine Batho, ministre de l’Écologie, à la question de Madame Josette Pons, députée du Var.

http://gazdeschiste-collectif-var.over-blog.com/article-assemblee-nationale-seance-du-mardi-24-juillet-fracturation-hydraulique-reponse-de-madame-delp-108497483.html
Lors de la séance de questions publiques à l’Assemblée nationale de ce mardi 24 juillet, Madame Josette Pons, députée du Var, a questionné Monsieur le Premier Ministre sur les « voix dissonantes » au sein du Gouvernement sur l’interdiction de la fracturation hydraulique.
Madame Delphine Batho a répondu « clairement et nettement » à cette question et s’est engagée sur la réforme du Code minier.

3 – L’offensive médiatique des pétroliers Dans les médias,
les arguments en faveur de l’exploitation des gaz de schistes font florès

# N’ENTERRONS PAS LE DÉBAT SUR LES GAZ DE SCHISTE
Jean-Michel Bezat LE MONDE | 25.07.2012
http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2012/07/25/n-enterrons-pas-le-debat-sur-les-gaz-de-schiste_1738035_3208.html?xtmc=gaz_de_schiste&xtcr=4

# Un  reportage pro-gaz de schistes – financé par Total d’après RUE 89 !! Voir :
HTTP://WWW.RUE89.COM/RUE89-PLANETE/2012/07/27/LE-REPORTAGE-PRO-GAZ-DE-SCHISTES-ETAIT-FINANCE-PAR-TOTAL-234186
Interrogé par @si sur les raisons qui l’ont poussé à réaliser ce reportage, le journaliste Jean-Michel Bezat, en charge des questions énergétiques, répond qu’il s’agit « d’un sujet appelé à faire l’actualité, d’autant plus depuis le début de polémique entre les membres du gouvernement » et estime naturel de le suivre. Il concède cependant qu’il s’est rendu sur place dans le cadre d’un voyage de presse, organisé par Total et son partenaire américain Chesapeake Energy. Une information que l’on peut deviner à la lecture : les citations et les arguments des industriels sont légion dans l’article, de façon parfois assez voyante. Par exemple, une responsable de Chesapeake y évoque rapidement un sondage assurant que « 66 à 77% » des habitants dans la région d’exploitation des gaz approuvent les forages, sans qu’on en sache plus sur le commanditaire ou la méthodologie dudit sondage.

A noter que, depuis quelques temps, Le Monde ne sait plus à quel saint se vouer sur ce thème brûlant, et passe allégrement d’une position à une autre. En effet, le lendemain, le journal dénonçait les conflits d’intérêts autour d’une étude qui concluait à la non-dangerosité de cette source d’énergie. « Selon plusieurs sources interrogées par @si, la question divise sérieusement la rédaction du quotidien. »

4 – L’offensive médiatique des pétroliers sur les radios publiques :

http://www.franceinter.fr/emission-on-verra-ca-demain-petrole-a-quand-la-panne-seche#comments
Pétrole : à quand la panne sèche ?
l’émission du lundi 23 juillet 2012

5 – et à la télé :
GAZ, ÉLECTRICITÉ : LE COUP DE MASSUE
Emission C dans l’air du 24 Juillet 2012
Monsieur Schilansky, de l’UFIP invité de l’émission « C dans l’air » de ce 24 juillet 2012.
http://pluzz.francetv.fr/videos/c_dans_lair_66467964.html
Voir en particulier dès la minute 27 : « faut-il rouvrir le dossier des gaz de schiste ? »

6 – ANTI GAZ DE SCHISTE = PRO-NUCLEAIRES ?
http://www.contrepoints.org/2012/07/28/91874-gaz-de-schiste-areva-et-edf-1-total-0
Gaz de schiste : Areva et EDF 1 – Total 0
Un billet d’humeur de Guy Sorman. le 28/07/2012

Avec le refus obstiné d’envisager une quelconque exploitation du gaz de schiste, le gouvernement Ayrault donne entière satisfaction aux Verts, en étrange alliance avec le lobby nucléaire.

ACTIONS ET RÉACTIONS
des collectifs, élus, associations et ONG contre les HRM
7 –
Participons à l’opération « cartes postales aux ministres »
http://eco-lectif.ouvaton.org/index.php?article100/participons-a-l-operation-cartes-postales-aux-ministres.

Le gouvernement réfléchit activement sur la manière d’exploiter les gaz et huiles de schiste et de charbon tout en contournant l’opposition de la population.Avant le grand rassemblement en cours d’organisation pour le 22 septembre prochain, montrons-leur que nous veillons même si nous sommes en vacances et que la chaleur ne nous fait pas oublier les choix cruciaux des énergies en leur envoyant des cartes postales de nos vacances.
L’envoi des cartes doit être massif avant la conférence environnementale des 13 et 14 septembre prochains.
Merci de participer et de diffuser l’information autour de vous.

8 – « Le Compostelle de l’Environnement »
http://gaz-de-schiste-causse-mejean.org
Les collectifs d’opposition aux gaz et huiles de schiste de Lozère organisent, du 12 au 17 août, une marche citoyenne itinérante, de village en village :

L’itinéraire nous conduira de Florac à Millau, au fil du Tarn, par le sentier rive gauche.
L’objectif est d’informer et de partager avec toutes les personnes rencontrées, dans une ambiance détendue et festive.
Chacun peut y participer sur une ou plusieurs journées.
Chaque soir vers 19 h, au village étape, un rassemblement convivial d’information et de discussion sera proposé. Les élus locaux nous accueillent chaque soir !

Soyons nombreux à l’arrivée de la rando à Millau le vendredi 17 août, venez nous soutenir !!!

Laisser le gaz et le pétrole dans le sol : une idée à creuser !…
Gaz et huiles de schiste : ni ici, ni ailleurs, ni aujourd’hui, ni demain !
Pour marcher avec nous : 06 60 56 65 73 – 04 66 45 11 50
Contact Presse : 06 52 62 13 68 – 06 88 53 89 12
Collectifs Lozère
collectifcaussemejean@gmail.com
nongazdeschisteflorac@gmail.com

9 – et aussi PETITION CANADA :
L’île d’Anticosti est un joyau naturel située dans le golfe St-Laurent au Québec qu’on nomme la « Perle du St-Laurent » pour la splendeur de ses paysages. Elle abrite une faune et une flore terrestres et aquatiques diversifiées dont plusieurs espèces menacées. Ses récifs font partie des dix zones d’importance écologique majeure du golfe. L’île est d’une importance cruciale pour la vie de l’océan Atlantique. Les pétrolières envahissent ce patrimoine naturel mondial inestimable pour l’exploration de gaz et pétrole de schiste. Les québécois ont été dépossédés par ce qu’on appelle le « Vol du siècle » et des apparences de conflits d’intérêts. Par principe de précaution, exigeons un moratoire immédiat pour éviter des dommages environnementaux :
http://www.avaaz.org/fr/petition/Lile_dAnticosti_un_tresor_du_patrimoine_naturel_mondial_en_danger_face_aux_petrolieres/

le TER, monnaie locale ?

Reçu d’un lecteur et contributeur sémaphorien, le dessin humoristique ci-après nous a semblé s’inscrire dans la suite de notre précédent article sur les monnaies locales et solidaires.

A vrai dire nous ne sommes pas très sûrs du côté solidaire de cette monnaie et, on ne sait pas pour vous, mais pour nous, plus de deux TER la boule, ça fout vraiment les boules !

TER_le débat continue

Voici le dernier épisode de notre thriller estival « Touche pas à mon TER ».

Dans son édition du 31 juillet achevé, Midi Libre laissait la parole à Robert CRAUSTE, conseiller municipal d’opposition et conseiller Régional.

 

 

La réponse n’a pas tardé, à en juger par le communiqué de presse suivant adressé à Midi Libre avec prière d’insérer en tant que « droit de réponse » et signé Étienne MOURRUT, maire de Le Grau du Roi et fraîchement plus député. Notons toutefois que, sans attendre la publication de ce droit de réponse dans la presse, elle a été distribuée auprès des commerçants du Grau par une ASVP (auxilliaire de police municipale). Pourquoi seulement les commerçants ? Le reste de la population compterait-il pour du beurre ? Il est vrai que les milliers d’usagers du TER Nîmes/Le Grau du Roi n’ont pas besoin d’être informés personnellement, juste le droit de fermer leur gueule d’otages.