(petit) calcul autour d’un (GROS) salaire…

(PETIT) CALCUL AUTOUR D’UN (GROS) SALAIRE…

 La Chambre Régionale des Comptes a découvert que le salaire du directeur du camping municipal du Grau du Roi atteignait … 9000 €

Notons au passage que ce directeur s’est lui-même octroyé des augmentations substantielles (300% en 15 ans, 44% sur les 3 dernières années, excusez du peu !) et ce de façon peu orthodoxe puisqu’il se les est « auto-attribuées » sans en informer vraiment (?) son conseil d’administration, c’est-à-dire son président et employeur, c’est-à-dire la SEM, et en dernier ressort la mairie du Grau du Roi, c’est-à-dire monsieur le Maire du Grau du Roi… On tremble devant les contrôles de fous effectués sur ces 15 dernières années de gestion !

Devant la révélation (?) de ces faits, n’importe quel employeur, sous peine de passer pour complice de tels abus, mettrait son amour-propre dans sa poche, notifierait (il a deux mois pour le faire) la réalité d’une faute grave et engagerait une procédure de licenciement. Telle n’a pas été la réaction de notre bon maire puisque ce dernier, en Conseil municipal, a trouvé que, certes, sa rémunération était « un peu au dessus de la moyenne », mais que c’était un excellent professionnel. Point. Fermez le ban. Circulez, y’a rien à voir !

Bien. Laissons le maire à son cas de conscience. Nous n’irons pas jusqu’à dire qu’il n’a pas les moyens de s’opposer au directeur du Camping Municipal. Cela étant, l’opacité de la gestion relevée par la chambre régionale laisse supposer qu’il vaut mieux ne pas trop toucher à ce directeur… Nous n’en dirons pas plus… Il faudrait une enquête approfondie et ce n’est pas notre maire qui va la diligenter…

Reprenons un petit calcul sur ce salaire exorbitant pour un directeur de camping (autant qu’un Secrétaire d’Etat !). Notons tout d’abord que 9.000 € brut par mois (on espère que ce n’est pas du net !), cela fait tout de même 108.000 € par an. Rajoutez-y 55% (en moyenne) de charges sociales patronales, cela monte la facture annuelle à 167.400 € ! Ce n’est pas rien !

Mais revenons à notre chiffre mensuel (on se perd dans les trop gros chiffres…) Admettons, qu’excellent professionnel, il mérite la moitié de son salaire (4500 €, c’est déjà plus que correct !). Cela laisse 4500 €. Le salaire d’un Agent de Sécurité de la Voie Publique (ASVP) ou d’un Agent de Médiation qui démarre sa carrière au SMIC est de 1.400 € brut.

Avec 4500 € laissé par notre Secrétaire d’État, pardon, notre directeur de camping, on peut donc embaucher un peu plus de 3 de ces agents à l’année (3,20 exactement)…Poursuivons notre raisonnement et reconnaissons que ce renfort d’agent ne serait vraiment utile que sur la saison touristique et qu’il faudrait les recruter sur deux mois et non sur douze. Cela porterait notre effectif d’ASVP ou d’Agents de Médiation (en tenant compte des primes de fin de contrat) à… 18 agents sur les deux mois d’été. Faites le compte, c’est mathématique !

Il parait qu’il ya des problèmes d’incivilité que l’on ne peut pas régler au Grau du Roi avec le train à 1 € ???

Laisser un commentaire