Comment ça va, l’Europe ?

 Espagne

 Malgré de fortes réticences, bon nombre de médias ont dû se résoudre à parler de la manif du 25 septembre en Espagne. C’est que l’analyse de l’événement oblige à réaliser qu’il ne s’agit plus de simples manifestations mais que les mouvements des peuples européens prennent l’allure d’une insurrection. Sur les banderoles dressées à Madrid les revendications témoignent de l’exaspération et de la colère. « Ras-le-bol », « Assez », « Gouvernement, démission ! », « Non au 4e Reich !».

Certains observateurs considèrent que ce 25-S marque une radicalisation du mouvement, même si pour l’instant c’est plutôt la répression policière qui vient de franchir une nouvelle étape, voir la vidéo ci-après. Qui plus est, on apprend que les débordements ont été provoqués par des policiers infiltrés, habillés en simples civils manifestants et faisant mine d’arborer des drapeaux rouges, les vidéos accablantes circulent sur le net (liens plus bas). On peut parier que s’il n’y avait pas eu tant de blessés, nos télés nationales n’auraient pas concédé la moindre image, comme ce fut le cas pour la manifestation au Portugal où plus d’un million de personnes sont descendues dans la rue le 15 septembre, bel exemple pour un pays qui compte 10 millions d’habitants, soit 10 % de la population.

Une très belle photo qui prouve qu’il y a force et force ! Avis aux robocops !

Un site où retrouver la journée du 25 en détails : http://actualutte.com/25s-le-direct/

Et pour les hispanisants : http://www.tercerainformacion.es/spip.php?article41808

Grèce

Alexis Tsipras, leader du parti grec anti-austérité Syriza, a plaidé jeudi au Parlement européen, à Bruxelles, pour la tenue d’une « conférence européenne sur la dette (…) en vue de déprécier une grande partie de la dette, comme cela a été fait pour l’Allemagne en 1953 ».

En amont d’une rencontre avec le président du Parlement, l’Allemand Martin Schulz, Tsipras a insisté : « Nous avons un problème commun, nous devons trouver des solutions communes ».

Interrogé sur les manifestations en Grèce il a remis les pendules à l’heure : « Les télévisions ont retenu ces incidents isolés. (…) La population grecque est restée contenue dans son comportement, en dépit des attaques qu’elle subit. Les images que vous avez vues, on les a vues aussi en Espagne aux portes du Parlement, on les verra peut-être à Paris dimanche (lors de manifestation contre le nouveau traité européen – ndlr), ou dans d’autres pays. »

source Mediapart

Allemagne

Blockupy 2012, Ce n’était qu’un début, nous revoilà !

« Les journées d’action de Blockupy de Mai 2012 ont représenté un tournant en Allemagne. Lors de ces manifestations qui dénonçaient la gestion de la crise en Europe, Blockupy a lancé des actions massives et internationales de désobéissance au cœur même du monde de la finance, à Francfort sur le Main.

Un des mots d’ordre : « Résistance contre l’austérité de la Troïka et du gouvernement – pour une solidarité internationale et une démocratisation de tout domaine de la vie ».

 Le défi que représente ce mouvement pour les responsables du gouvernement du land de la Hesse – et pour la police – fut tel qu’ils ont interdit pratiquement toute manifestation et ont instauré un état d’urgence préventif à Francfort afin d’imposer ces interdictions absurdes. Or voilà qu’aujourd’hui la ville de Frankfort bloque à nouveau Blockupy. Le service du maintien de l’ordre de Francfort interdit l’érection d’une tente d’information dans le centre ville.

Nouvel avis d’action est lancé : le 20 octobre 2012 à partir de 12 heures, prenons la ville !

En savoir plus :  http://blockupy-frankfurt.org

France

Le grand rendez-vous de solidarité avec les autres peuples européens aura lieu le 30 septembre, essentiellement à Paris mais aussi partout ailleurs où ce sera possible. Nous avons déjà fait mention des appels en provenance des partis composant le Front de Gauche, en voici d’autres qui témoignent de l’ampleur de la mobilisation.

D’abord quelques mots du président d’ATTAC-France à l’attention de ceux qui se demanderaient encore pourquoi manifester.


Pourquoi manifester le 30 septembre, 2012 par BTrenaissance

Communiqué des organisations CGT, FSU, Solidaires, UNEF

Les organisations CGT, FSU, Solidaires et UNEF réaffirment ensemble leur opposition à la ratification du Traité européen sur la stabilité, la coordination et la gouvernance qu’elles jugent économiquement inefficace et socialement injuste.

Si ce Traité devait être ratifié, il institutionnaliserait de fait l’austérité et enfoncerait les États dans une crise durable. Ce Traité pèserait de manière négative sur leurs politiques et leurs programmations budgétaires. Il aurait des conséquences lourdes sur l’emploi, le pouvoir d’achat, les services publics… pour l’ensemble des salariés, des jeunes, des retraités et privés d’emploi, et particulièrement pour les femmes.

Le Traité continuerait et accentuerait la logique des indicateurs absurdes hérités du Pacte de stabilité et de croissance de 1997 (limitation à 3% du déficit et 60% de la dette) sans tenir compte des cycles économiques et de la crise actuelle.

L’austérité n’est pas la solution face à la crise. Il faut sortir de la logique de réduction des dépenses publiques et trouver de nouvelles recettes pour des investissements productifs et socialement utiles. L’alternative à ce TSCG repose donc notamment sur la redistribution des richesses et une réforme fiscale d’ampleur.

A l’opposé de ce Traité, l’Europe a besoin d’une nouvelle politique économique et sociale, créatrice d’emplois de qualité et favorisant le pouvoir d’achat. Une Europe fondée sur la démocratie, les solidarités, la justice sociale et le souci de la transition écologique.

Aucun débat démocratique n’a eu lieu avec les citoyens.

Les organisations CGT, FSU, Solidaires, UNEF demandent aux parlementaires de ne pas voter ce Traité. Elles poursuivront la campagne, et notamment celle initiée par le Collectif audit citoyen de la dette, pour alerter et mobiliser sur les dangers de ce Traité et porter d’autres alternatives.

L’Appel des 100 écologistes contre le traité austéritaire

Des militants écologistes proches du Front de gauche et d’EELV s’associent pour prendre position contre la ratification du traité de stabilité budgétaire européen et appeler à la manifestation nationale du 30 septembre. Selon eux, le texte rendra impossibles toutes propositions et investissements publics en faveur d’une politique d’écologie sociale.

Pour nous, militant(es) écologistes, la transition écologique et sociale ne peut en aucun cas passer par l’austérité et la réduction des acquis sociaux, pas plus que la répartition des richesses ne peut attendre une improbable et destructrice croissance du PIB. Il y a urgence !

Comment mener la transition écologique et parvenir à 60% de réduction des gaz à effet de serre en 2040 en se contentant de « réguler » le marché européen des quotas carbone, en poursuivant les grands projets inutiles et imposés, ou en laissant les choix d’intérêt général aux mains des multinationales de l’agro-business, de l’eau et de l’énergie ?

Une véritable politique d’écologie sociale a, au contraire, besoin d’une intervention publique déterminée et d’investissements forts, de services publics de l’eau, du rail et de l’énergie renforcés ! Or ces propositions deviendraient impossibles à mettre en œuvre dans le cadre du TSCG qui impose la limitation des dépenses publiques.

Or, ces dépenses, dès lors qu’elles sont réalisées au nom de l’intérêt général, devraient être considérées comme des investissements : parce que nous n’avons pas de planète de rechange, la « solidarité » avec les générations futures réside en réalité dans des investissements publics forts au service de la bifurcation écologique de la société.

La relocalisation de l’activité, la reconversion industrielle, le maintien des emplois et la création de nouveaux, le plus grand gisement de « redressement productif » enfin, passe aujourd’hui par la transition énergétique et la révolution écologique de notre société. Elle est incompatible avec l’austérité qu’implique le TSCG.

Pour toutes ces raisons, nous, militant(es) écologistes, 
Appelons toutes celles et ceux qui comprennent l’extrême urgence de la transition écologique et sociale, à rejoindre la grande manifestation nationale du 30 septembre contre le TSCG à Paris
 et appelons l’ensemble des parlementaires français à voter contre cette ratification.

Voir la liste des signataires après la balise

Signataires :

Paul ARIES, directeur de La vie est à nous ! / Le Sarkophage
Benassem ABDELHALIM – FASE, Gennevilliers
Mathieu AGOSTINI, responsable de la commission écologie du Parti de Gauche
Marie Élisabeth ALLAIRE – EELV
Katell ANDROMAQUE – Conseillère municipale de Rezé, Gauche Anticapitaliste
Marie AOUSTIN – militante EELV
Camille Ariès – Assistante sociale, équipe animation le Sarkophage/la vie est à nous !
Janie ARNEGUY – les Alternatifs, ex-Conseillère municipale Nîmes
Marie BATOUX – Parti de Gauche
Sébastien BEAUDEUX – Chargé d’études en assainissement des eaux
Brigitte BERGER – Militante écologiste FASE-76
Aurélien BERNIER – Auteur
Martine BILLARD – Co présidente du Parti de Gauche
Guillaume BLAVETTE – EELV
Jean-Jacques BOISLAROUSSIE
Christophe BONNEUIL – Attac France, Commission Écologie et Société
Alima BOUMEDIENE THIERRY – Juriste et ancienne parlementaire
Jacques BOUTAULT – EELV Maire du 2e arrondissement de Paris
Emmanuel BOUTET – Membre et fondateur de l’association Relocalisons.
Roger BRIOT – FASE Isère, Communiste Unitaire, ACU
Florent BUSSY – Parti de Gauche
Philippe CHAMPIGNY, Alternatifs
Anne Marie CHARASZ – FASE 92
Philippe COLOMB – EELV
Maxime COMBES – Membre d’Attac France et de l’Aitec.
Albano CORDEIRO – FASE ID, Alter-ékolo
Alain COULOMBEL – Conseiller Régional et membre du conseil d’orientation politique d’EELV
Bernard DELIFIER – Éditeur (éditions Parangon)
Christophe DEGENNES – Commission Écologie de Solidaires et Objecteur de Croissance
Jérôme DESQUILBET – EELV, Aller Ekolo
Emmanuel DESSENDIER – Comité de rédaction d’Ecorev
Bruno DIANO – Maire de Crépand ancien Conseiller Régional de Bourgogne des Vert.
Manuel DOMERGUE – militant EELV Paris
Alain DORDE – militant écologiste
Véronique DUBARRY, adjointe écologiste au maire de Paris
Julien DURAND – Porte parole de l’ACIPA
William ÉLIE – Commission écologie des Alternatifs
Jean-Luc FAUCHE – EELV 84 Alter Ekolo
Jean FRANVILLE
Dominique FRESNEAU – Coprésident de l’ACIPA
Laurent GARROUSTE – Membre de la Gauche Anticapitaliste
Philippe GASSER – Conseiller Municipal des alternatifs 30, ATTAC
Vincent GAY – Membre de la Gauche Anticapitaliste
Gerard GENDRE – FASE-Alter-Ekolo Auvergne
Thomas GIRY – Parti de Gauche
Catherine GONNET – Secrétaire de rédaction Les Z’indigné(e)s*
Christian GRISOLLET – Coprésident de l’ACIPA
Augustin GROSDOY – Parti de Gauche
Marie-Claude HERBOUX – FASE 14
Damien JOLITON – Membre de la Gauche Anticapitaliste
Alfred KAUFMANN – Responsable associatif, militant écologiste
Catherine KRCMAR – Syndicaliste CGT, FASE.
Annie LAHMER – EELV
Jean Charles LALLEMAND – Secrétaire National du Parti de Gauche
Stéphane LAVIGNOTTE – militant écologiste
Francis LEBOUTTE – Objecteur de croissance, membre du mpOC Liège
Simon LECOMTE – Educateur spécialisé, animateur du Forum national de la pauvreté Emmaus-Lescar-Pau
Régis LECURU – Militant écologiste FASE
Philippe LECLERCQ – FASE Lorraine
Margareth LECOQ
Jean Pierre LEMAIRE – Bureau National du Parti de Gauche
Stéphane LHOMME – Directeur de l’Observatoire du nucléaire
Dominique LIOT militant syndical et associatif ERDF Toulouse
François LONGERINAS – Secrétaire national du Parti de Gauche chargé de l’économie sociale et solidaire, Co-animateur du Front de Gauche de l’ESS
Yann LOUVEL – Militant Ecologiste
François MAILLARD – Militant syndicaliste et écologiste – Basse-Normandie
 Marcel MEAUFRONT – FASE 06, Alter-Ekolo
Roland MERIEUX – Membre de l’exécutif des Alternatifs
Jean Pierre MEYER – Alternatifs Loire
Martine MICHAUDET-RAINAUD – FASE-33
Gilles MONSILLON – FASE, Exécutif de la Fédération pour une Alternative Sociale et écologiste (FASE-Alter ékolo)
Corinne MOREL DARLEUX, secrétaire nationale à l’écologie du PG, conseillère régionale Rhône Alpes
Pierre NOUZAREDE – Syndicaliste CGT, Communiste Unitaire ( FASE-ACU)
Remy QUERBOUET – Militant contre l’Aéroport de Notre Dame des Landes
J-F PELLISSIER – membre de l’exécutif des Alternatifs, Conseiller Régional IdF
Jean-Marc PHILIBERT – EELV Gard Alter Ekolo
Frédéric PIC – Gauche Alternative – Pau
Vaugon PIERRICK – EELV, Bourgogne
René PINTUREAU – Parti de Gauche, Coordination Vienne pour la Sortie du Nucléaire
Marie-Catherine POIRIER – Syndicaliste
Emmanuel POLEWIAK – EELV Alsace
Christine POUPIN – Porte-parole du NPA
Joseph RABIE – Urbaniste-chercheur, 93, FASE
Anita ROZENHOLC – Comité de rédaction d’Ecorev
Eros SANA – Porte-parole de la Zone d’Ecologie Populaire
Philippe SCHMITT – Conseiller municipal de QUETIGNY EELV
Victoria SELWYN – Militante associative écologiste
Mylene STAMBOULI – Conséillère Municipale Paris 13ème
Belloy STEPHANE – Alternatifs Seine Saint Denis
Frédéric SUPIOT – Conseiller fédéral pour la région hors de France d’Europe Écologie-Les Verts.
Jean Charles SUTRA
Jean-Marc TAGLIAFERRI – Délégué au conseil fédéral EELV Alter Ekolo
Michel TARIN – Membre de l’ACIPA
Jacques TESTART
Mireille TEULE – Libournais en transition, Sud Éducation.
Françoise VERCHERE – Conseillère générale PG, membre du « Collectif d’élus doutant de la pertinence de l’aéroport de Notre Dame des Landes ».
Anthony WHITNEY – Militant écologiste au PS, Syndiqué Snes-FSU
Muttiah YOGANANTHAN – Membre fondateur de l’Alliance d’Avalon
Bernard YVERT – militant écologiste
Alain ZOLTY – Militant écologiste

Pour signer cet appel, envoyez un message à : Mathieu Agostini > mathieu.agostini@gmail.com

Laisser un commentaire