Aux armes, les enfants !

Petite info en attendant le grand marché transatlantique…

Ça s’est passé le 30 avril dernier dans un village du Kentucky: Kristian, un garçon âgé de 5 ans tue sa sœur, âgée de 2 ans, en jouant avec le fusil qu’on lui a offert un an plus tôt. Un seul mort, diront certains, ça fait un peu fait divers, presque à classer dans la rubrique des chiens écrasés. Ce n’est quand même pas les massacres de Newtown ou de Colombine.

Mais pour info, le « fusil-jouet » du petit Kristian est un Crickett à un coup. Il est même fabriqué en bleu pour les garçons ou rose pour les filles. Quand le fabriquant (Keystone Sporting Arms) a fondé sa société en 1996 avec 4 employés, il arrivait à produire 4 000 armes par an. Maintenant il dispose de 70 employés, ce qui permet de fabriquer (chiffre pour 2008) quelques 60 000 armes « spéciales enfants » par an.

Selon le porte-parole de la police de l’État il n’est pas prévu de poursuites pour l’instant. Quant à John Phelps, le juge du comté, il nous explique que la possession d’une arme est une chose normale pour un petit enfant : « Cela fait partie du mode de vie, pas seulement dans cette partie du sud du Kentucky, mais dans toute l’Amérique rurale : la chasse, le tir, la pêche commencent dès le plus jeune âge. Dans ce comté, il n’y a pas une seule famille qui n’ait pas d’arme ». Et puis faut bien s’entraîner, quand on prétend au titre de gendarme du monde ( et de préférence du monde arabe).

Sur le plan politique, cela intervient après la défaite de Barack Obama qui a vu rejetée sa proposition d’amendement proposant la vérification des antécédents judiciaires et psychiatriques des futurs acheteurs d’armes. Ça n’empêche pas une association américaine (Moms Demand Action for Gun sense in America) de lancer une nouvelle campagne sur l’interdiction des armes à feu, avec trois affiches et une vidéo. Vous trouverez la vidéo en fin d’article, elle dure 46 secondes. Voici déjà les trois images, c’est assez édifiant, pour ne pas dire terrifiant.

Pour ceux qui ne lisent pas l’anglais : la phrase commune à chaque image est la suivante : « Un enfant tient dans ses mains un objet qui a été interdit en Amérique, pour leur sécurité à tous. Devinez lequel. » Si vous avez répondu « le fusil » vous avez perdu. La phrase au bas de l’affiche vous apprend que « Ce qui est interdit dans les écoles américaines est le jeu de la balle au prisonnier, considéré comme violent. Et pourquoi pas les fusils d’assaut ? »

Ici on peut lire :« Nous ne vendons pas d’œufs Kinder, pour la sécurité de nos enfants. Et pourquoi pas les fusils d’assaut ? » (En effet, les œufs Kinder Surprise sont interdits à la vente aux USA.)

Enfin cette perle : « Nous avons ôté Le Petit Chaperon rouge des écoles, à cause de la bouteille de vin dans son panier. Et pourquoi pas les fusils d’assaut ? »

Pour comprendre, il faut savoir que dans cette version illustrée du Petit Chaperon Rouge (celle tenue par la gamine sur la photo), la grand mère n’hésite pas à s’envoyer un bon verre de pinard.

Faut dire qu’à l’époque de l’écriture du conte on n’avait pas inventé le coca-cola. Dommage, ça aurait évité des censures et surtout de belles conneries dont on n’est pas vraiment préssé qu’elles deviennent trans-atlantiques.

source : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=15440

additif_dimanche 05 mai 2013

La convention annuelle de la NRA, le puissant lobby des armes, bat son plein ce week-end du 4 et 5 mai à Houston. 70 000 personnes sont attendues pour cette réunion qui dure trois jours.

L’inénarrable Sarah Palin a clos la séance d’ouverture en accusant le président Obama et le maire de New York, Michael Bloomberg, d’utiliser la tuerie de Newtown pour faire avancer leur agenda politique. Et elle a salué les membres de la NRA : « Vous ne battez pas en retraite et vous menez un combat dont je suis fière de faire partie. Je vous demande à tous de conserver la foi et de continuer de lutter pour notre liberté. Que Dieu vous bénisse et bénisse les Etats-Unis d’Amérique. »

Ne voulant pas abandonner le terrain aux pro-armes, les anti sont aussi présents ce week-end à Houston pour sensibiliser l’opinion à la violence générée par les armes. Ils ont commencé à lire en continu les noms des quelque 4 000 victimes d’armes à feu depuis Newtown.

quelques images, in english :
http://fr.euronews.com/2013/05/04/armes-a-feu-la-nra-entame-sa-convention-annuelle-aux-etats-unis/

Laisser un commentaire