Silence sur Monsanto

Comme on pouvait s’en douter, la presse française (dans sa totalité) n’a pas relayé l’info concernant la manifestation du 25 mai contre Monsanto. Forcément, c’était plus payant médiatiquement de tendre les micros à la Barjot, à Civitas et aux identitaires Copé, Hortefeux et autres Collard.

Voici donc sur Sémaphores les seuls éléments récoltés. Nous les devons à un blogueur du journal Le Monde, qui répercutait à son tour l’info venant de RTL-Belgique. S’il s’est trouvé un voisin Belge pour parler du problème que Monsanto pose à toute la planète, ce n’était pas tant pour signaler le millier de manifestants réunis sur le parvis du Trocadéro malgré la pluie, mais surtout parce que cette manif (en réalité un sitting pacifique et festif) avait lieu en simultané dans plus de 40 pays. On peut tout de même savoir qu’en Belgique il y eu  80 arrestations, la manifestation n’était manifestement pas autorisée.

Certes, même militant, nul ne peut être de tous les combats. Mais de là à ne pas accorder quelques minutes à un danger qui s’avance à grand pas et nous menace tous, c’est aussi prendre le risque que certaines de nos autres luttes restent vaines tant elles sont liées entre elles. On connait généralement le nom de Monsanto comme celui d’un géant mondial des pesticides, des OGM et des semences. On sait moins que l’objectif affiché de la firme est une main mise planétaire sur le contenu futur de nos assiettes, un futur qui a déjà commencé, notamment au Parlement Européen. Le lobbying forcené qu’y exercent les firmes est à deux doigts de gagner la bataille qui rendra tous les agriculteurs dépendants de ces grandes sociétés de produits phytosanitaires et de semences.

Les agriculteurs seulement ?

Pas si sûr. Cultiver son jardin pourrait devenir un acte criminel, également au sein de L’Union Européenne ! Oui, avoir un potager pourrait bientôt devenir un acte répréhensible.

Une nouvelle loi proposée par la Commission européenne souhaite l’illégalité de la pousse, la reproduction ou la vente des semences de végétaux qui n’ont pas été testées et approuvées par une nouvelle autorité (l’Agence européenne des variétés végétales). En criminalisant la culture privée de légumes, la Commission européenne remettrait le contrôle de l’approvisionnement alimentaire à des sociétés comme Monsanto.

Source :http://www.rtl.be/info/vous/temoignage/1004911/cultiver-son-jardin-pourrait-devenir-un-acte-criminel

Deux films à voir sur Internet pour aller plus loin : Solutions locales pour un désordre global de Coline Serreau (1h50), et Le monde selon Monsanto (1h50 aussi_ diffusé deux fois sur Arte)

Et une excellente interview d’Éric Séralini sur le site de La Provence. Pour rappel, Séralini est le chercheur qui a mis en évidence le danger des OGM pour la santé. Ses recherches se poursuivent malgré les bâtons dans les roues. Ici il n’hésite pas à parler du réseau mafieux des OGM et doit prochainement intervenir au parlement européen.

http://www.laprovence.com/article/actualites/2372541/gilles-eric-seralini-le-reseau-mafieux-des-ogm.html

Laisser un commentaire