Le vénérable professeur Mehlang Chang et le syndrome du larbin

Il s’agit d’un détournement à caractère « politique » que ne désapprouveraient pas des situationnistes tels que Guy Debord ou René Vienet, auteur en 1973 de « La Dialectique peut-elle casser des briques ? » L’idée était de doubler un film chinois avec des sous titres qui exprimaient la lutte anticapitaliste sous forme de comédie. Cette version récente en reprend le mécanisme, pour un moment de rire mais, chinoiseries obligent, un rire parfois jaune.

Interview du professeur Mehlang Chang qui nous explique les raisons du déclin de la France.
Information Importante : Le professeur Mehlang Chang nous informe qu’il nous fera parvenir un discours inédit lorsque le compteur de visites aura dépassé le million. Alors n’hésitez pas à diffuser cette vidéo autour de vous 😉

Si les auteurs de ce professeur Mehlang Chang ont pu inclure dans leur titre le fameux syndrome du larbin, sans doute le doivent-ils au petit dessin animé qui en portait déjà le titre en 2008. Voici le début du texte pour se mettre dans le bain, la vidéo vous dira le reste.

« Chez un individu, le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent.
L’amour démesuré qu’affiche le larbin à l’égard des patrons, des rentiers ou des milliardaires, est l’acte de foi qui structure son discours. Le larbin agit sans discernement de ce qui pourrait être bon pour lui, il intellectualise le débat pour tenter de nous convaincre que piocher chez les riches est toujours la pire des solutions, quand bien même il en serait bénéficiaire. »

Le texte du syndrome du larbin est disponible à cette adresse : http://www.agoravox.fr/actualites/pol…

Voir aussi :
http://www.youtube.com/watch?v=UOadag…

Les commentaires sont fermés.