OTAN en apporte le vent

Bruit de bottes à Chypre… L’arrivée d’avions de combat et d’avions de transports britanniques sur une base de Chypre fait monter la pression. Aux armes, et cætera. Des brèves de ce genre tombent en continu, comme les coups qui précèdent un lever de rideau. Mais bien futé qui connaitrait le script du spectacle annoncé, tout juste sait-on que le metteur en scène s’appelle oncle Sam, et que le suivent quelques aveugles.

Pas plus que d’autres blogs et journaux, Sémaphores ne saurait démêler l’info de l’intox dans ce flot de données aussi complémentaires que contradictoires. La presse se déchaîne et ses lecteurs se déchirent, même sur Mediapart qui a pris depuis hier une position atlantiste en ne publiant pas de contre-article à celui de Caroline Donati. Nous en publions plus loin les principaux extraits, mais nous préférons commencer par partager le point de vue de José Fort paru dans l’Humanité.

Avec la peau des autres

C’est un monde, la chronique de José Fort.  Sur toutes les radios et télés publiques et privées, sur la plupart des sites internet, la mobilisation est générale. Chroniqueurs du matin, experts en tout et pour tout, observateurs jamais démentis, militaires à la retraite, sont sur le pont avec pour seule lettre de mission : faire accepter par l’opinion publique l’entrée en guerre des puissances occidentales dans le conflit syrien.

Il y a comme un goût de déjà vu. Souvenez-vous de la première guerre US en Irak lorsque les médias français s’étaient transformés en studios d’état major diffusant en direct les frappes et leurs traînées verdâtres, diffusant des informations mensongères avec le terrible résultat que l’on connaît. Ces gens là sont prêts à en découdre avec la peau des autres. L’Irak, l’Afghanistan, la Libye ne leur suffisent pas : les petits nouveaux à la sauce Obama et Hollande veulent leur guerre et peuvent compter sur des médias à la botte.

Ils jouent avec le feu. Celui qui peut embraser l’ensemble de la région déjà au plus mal et au delà. Car une question n’est jamais posée : et si dans la folie de l’escalade guerrière le bouton de l’arme atomique démangeait certains ?

*=*=*=*

Roland Dumas (Ministre des Affaires Étrangères sous Mitterand et ex Président du Conseil Constitutionnel) lâche une bombe

http://gloria.tv/?mediafile=FMwReDSI6OuPuvCJLIJ2plgIVSUuT08hYwtAKrKly-GFWHB0rw

*=*=*=*

Le point de vue du journaliste belge Michel Collon, que nous avons déjà présenté dans ces pages car il est le fondateur du collectif Investig’Action, qui n’a pas attendu la guerre en Syrie pour dénoncer la propagande qui sert à justifier l’entrée en guerre d’un pays contre un autre. (son site personnel : http://www.michelcollon.info )

*=*=*=*

 Ça ne vous rappelle rien ?

Comme l’explique l’analyste vétéran américain Anthony Cordesman : « L’administration Obama est confrontée à la réalité que les États-Unis ont perdu il y a dix ans la crédibilité que leur conféraient leur autorité et leur réputation. Le gouvernement américain fait peut-être confiance au gouvernement américain. Mais ce n’est pas une confiance partagée par le reste du monde et, si l’on en croit les sondages, par les Américains eux-mêmes. »

*=*=*=*

Du côté de Mediapart

Sous la plume de Caroline Donati, voici quelques-uns des éléments dont on nous demande de tenir compte, dont acte, mais nous ne pouvons décemment pas ne pas les commenter.

>>> Le secrétaire d’État américain John Kerry est intervenu mardi 27 août pour affirmer : « Des armes chimiques ont été utilisées en Syrie, c’est indéniable. Ce que nous avons vu la semaine dernière en Syrie choque la conscience mondiale. Cela défie tout code de moralité. (…) Le président Obama pense que ceux qui ont recours aux armes les plus atroces contre les populations les plus vulnérables de la planète doivent rendre des comptes. »

>>> Selon le réseau de médecins syriens de l’UOSSM, plus de 1 300 personnes sont mortes en raison de l’utilisation de gaz toxiques, dont 67% de femmes et enfants. Les structures médicales de la Ghouta ont pris en charge 9 838 personnes dont 3 041 cas graves.

>>> Médecins sans frontières (MSF), qui appuie plusieurs hôpitaux dans cette zone, a aussi recensé les décès de 355 patients « présentant des symptômes neurotoxiques ». « Les symptômes qui nous ont été rapportés, le schéma épidémiologique de cet événement – caractérisé par l’afflux massif de patients dans un laps de temps très court, la provenance des patients et la contamination des secouristes et du personnel ayant fourni les premiers soins – suggèrent fortement l’exposition massive à un agent neurotoxique », a précisé MSF dans un communiqué publié samedi.

Photo Victimes à l’hôpital de Kafr Batna.© Violation documentation center

>>> Les cibles atteintes par les missiles étaient loin des zones de combats et des positions militaires de l’ASL. « Ils n’ont pas visé l’Armée syrienne libre mais des positions civiles, assure al-Attar, le chef du conseil unifié de Damas.

>>> Les tirs de missiles portant des armes chimiques ont été accompagnés de bombardements conventionnels, missiles et tirs de mortiers, afin d’entraver les secours.

Une attaque chimique préparée de longue date

>>> Le convoi de missiles destinés à l’attaque de mercredi a été acheminé sur le site militaire d’Al-Qutayfah, au nord-est de Damas, le 10 août, soit dix jours avant leur lancement.

>>> Le 8 août, le président Assad aurait réchappé à une tentative d’attentat alors qu’il se rendait à la mosquée Ibn al-Malek pour la prière de l’Aïd, la fête de Ramadan.

>>> Les éventuelles frappes militaires que prépareraient plusieurs pays occidentaux viseraient ainsi à forcer la négociation d’une transition politique. « Les frappes sont envisagées non pas pour renverser le régime de Bachar al-Assad mais pour aller à Genève II, et à la solution politique concoctée par les puissances»

Note Sémaphores : Obama et John Kerry n’ont pas l’air de classer dans ces armes atroces les drones qui tuent lâchement des civils depuis plusieurs années au Pakistan (et tuent tout aussi lâchement des soldats). Quant à devoir demander à d’autres de rendre des comptes, que ne se souviennent-ils pas de leurs propres avions qui bombardèrent et mitraillèrent des soldats irakiens qui se retiraient du Koweït en arborant le drapeau blanc. Des milliers d’hommes furent ainsi massacrés le long de ce qu’on appela « l’autoroute de la mort » (the Highway of Death).

l’autoroute de la mort

Et à propos d’attaques chimiques, faut-il leur rappeler ce temps où la CIA aidait Saddam Hussein à gazer les Iraniens ?

http://www.rtbf.be/info/monde/detail_attaques-chimiques-de-saddam-hussein-la-preuve-que-les-usa-l-ont-aide?id=8074877

Et nous faudra-t-il oublier les centaines de milliers d’enfants morts suite à l’embargo irakien (500 000), la scandaleuse prison de Guantanamo indigne d’une nation qui prétend à la civilisation, ou le plus grand camp de concentration à ciel ouvert qu’est la bande de Gaza ?

Syrie : « Les attaques chimiques sont un coup monté »

En exil depuis 35 ans, l’opposant Haytham Manna, responsable à l’étranger du Comité de Coordination nationale pour le changement démocratique (opposition syrienne non armée), s’oppose avec force à toute intervention étrangère contre son pays. 

http://www.levif.be/info/actualite/international/syrie-les-attaques-chimiques-sont-un-coup-monte/article-4000384171801.htm

Ayssar Midani 26.08.13© Cercle des Volontaires

Selon le média algérien, Al Khabar, la Russie aurait produit, lors de la réunion en urgence du Conseil de Sécurité portant sur le massacre d’Al Ghouta, des images satellites montrant que 2 missiles chimiques auraient été tirés depuis une position rebelle.

Rappelons aussi que des rebelles avaient été arrêtés à la frontière turque en possession de 2 kg de gaz Sarin, démontrant ainsi à minima qu’aucun des camps en présence n’hésitait à verser dans le pire dans le conflit qui déchire la Syrie depuis plus de deux ans.

À cet appui, que penser de cette vidéo postée dès le mois de décembre 2012 sur Internet, qui donne à penser que les rebelles sont tout aussi susceptibles d’envisager la possibilité d’utiliser des armes chimiques ? Le clip, obtenu par la Syria Tribune, montre des équipements de laboratoire et des conteneurs de produits chimiques. Certains conteneurs affichent une écriture anglaise et certains portent l’étiquette de Tekkim, une firme turque.

« Vous avez vu ce qui s’est passé ? Ce sera votre sort, vous Alaouites infidèles, je jure par Allah de vous faire mourir comme ces lapins, une minute seulement après que vous ayez inhalé le gaz », déclare l’homme dans la vidéo.

Censurée sur You tube, une vidéo filmée à environ 4 km de l’explosion par l’ASL, dans la nuit du 4 au 5 mai 2003. On dirait une explosion nucléaire ! Elle ne l’était pas, bien sûr, mais ça donne une idée des armes utilisées…


L’Explosion à Damas


Les commentaires sont fermés.