Les cousins d’abord

Non, ce n’était pas le radeau de La Méduse, ce bateau

Qu’on se le dise sur le port, dise sur le port

Il naviguait en père Peinard sur la grand’ mare des canards

Et s’appelait les cousins d’abord, les cousins d’abord

(pardon Brassens, et merci quand même)

Une famille aux affaires qui fait de bonnes affaires

Le tandem MOURRUT–ROSSO fonctionne assez bien, on le dit. Mais imaginerait-on qu’il puisse aussi fonctionner pour servir des intérêts particuliers, voire de clan ou de dynastie ?

Pour tenter de répondre, il faut se souvenir que le fils du maire s’est jadis porté acquéreur de la station service BP au Grau du Roi. (voir les pages que Sémaphores consacrait à ce sujet en mars 2012_lien en fin d’article)

Par ailleurs, on se souviendra aussi que le maire a participé en conseil municipal à un débat sur le PLU, qui accorde une augmentation de 10% à 35% de la constructibilité du terrain sur lequel est sise ladite station service du fiston. En termes d’urbanisme on appelle ça le « terrain d’assiette », et vous allez voir que l’assiette pourrait être bien garnie…

La surface du terrain en question est de 5134 m²

Lorsque le COS (coefficient d’occupation du sol) est fixé à 10%, cela signifie donc que seulement 513,4 m² sont autorisés à la construction.

Mais si le même COS est révisé à 35% pour la même zone, ce sont 1796,9 m² qui deviennent constructibles. Belle plus-value, non ?

À présent, si l’on tient compte que la valeur du mètre carré construit dans ce secteur est estimée en moyenne à 4 000 euros…

Simple calcul avec un COS à 10% : 513,4 m² x 4 000 € = 2 053 600 €.

Ce qui devient avec un COS à 35% : 1796,9 m² x 4 000 € = 7 187 600 €

Les bonnes affaires font toujours la différence, dit-on. Ici c’est la différence qui devient une excellente bonne affaire puisqu’elle permet de dégager 5 134 000 € de plus !

Mais pensez-vous que cela suffise, par ces temps de crise où le million d’euros devient l’unité de jonglage ? Ben non ! En tout cas, pas chez les Mourrut and Co.

Dans un courrier du 27 décembre 2012, Monsieur ROSSO, ici conseiller général du canton d’Aigues Mortes, est intervenu auprès du Conseil Général pour l’inciter à vendre au même fils du Maire un terrain qui jouxte la station service BP. Cette parcelle en bord de route départementale représente près de 800 m². Il va de soi que les 35% de constructibilité supplémentaire s’appliquerait alors sur l’ensemble du terrain. Elle est pas belle la vie plus-value ?

Reprenons la calculette : 5134 m² + 800 m² = 5934 m²

Du coup, et toujours pour un COS à 35%, la surface constructible autorisée passe à 2076 m². Multipliés par nos 4 000 euros d’estimation du mètre carré bâti, nous arrivons donc à 8 304 000 €, une affaire encore bien meilleure qui fait monter la plus-value à…   6 250 400 € !

Y aurait-il du projet dans l’air ? Les langues de peilhe du pays parlent de la construction d’un hôtel (pas un hôtel de ville, ça c’est déjà prévu en bord de mer, mais un hôtel tout court)… Bah ! Ce qu’en disent les langues de peilhe, faut en prendre et en laisser.

Mais vous pouvez toujours lire ou relire l’article « Et les shadocks pompaient » relatif à la station BP, c’est ici.

En dessous c’est le courrier cité.

 

Les commentaires sont fermés.