Jean-Pierre Mocky soutient Gardaren lou Pagnol

 

Gardarem Lou Pagnol reçoit un soutien de poids : celui de Jean-Pierre Mocky. Le collectif, qui se bat « contre la privatisation » du cinéma Marcel Pagnol à Aigues-Mortes, promet la venue du réalisateur dans les jours à venir. Selon Le Figaro, Jean-Pierre Mocky serait “révulsé par l’attitude du maire”, Cédric Bonato (PS).

La Ville (…) a signé un partenariat pour quinze ans avec Culturespaces (ndlr-sémaphores : filiales de Suez-GDF). Ce géant du divertissement culturel doit diffuser en boucle pendant la journée un documentaire historique de 22 minutes sur la septième croisade. Objectif : attirer les touristes.

Source Midilibre.fr 29/09/2013, 14 h 58 | Mis à jour le 29/09/2013, 15 h 10

En attendant la venue possible du réalisateur, Sémaphores propose aujourd’hui une page d’histoire du cinéma Pagnol, celle de son inauguration.

UN CINEMA POUR AIGUES-MORTES.

Un pari audacieux qu’il fallait tenter !

Monsieur le Maire coupant le ruban lors de l’inauguration, entouré de M. Etienne Mourut, Maire du Grau-du-Roi, Conseiller Général ; M. Robert Triaire, Maire de Saint-Laurent-d’Aigouze ; MmeMézy, Conseillère Municipale, Présidente de la Commission Culturelle ; M.Jean-Louis Parody, Président de l’Association Grand Ecran Pour Tous ; Mme Dambrin, Directrice du Cinéma et Secrétaire de l’Association.

Il a ouvert ses portes le 16 décembre 1988. Le jour de son inauguration, Sodol Colombini, Maire, s’exprimait en ces termes :

 Il n’est pas ordinaire d’assister à l’inauguration d’un cinéma municipal.

Le cinéma a connu une grave crise au cours de ces vingt dernières années, qui est certes dû au développement de la télévision, mais également aux difficultés que rencontrent de nos jours toutes les créations artistiques, y compris d’ailleurs à la télévision elle-même.

Notre commune se devait de redonner vie au cinéma qui, ne l’oublions pas, est considéré comme le 7ème Art. Le cinéma n’est pas seulement un moyen de distractions, de loisirs, mais aussi et surtout un formidable moyen de connaissances. Le cinéma a un pouvoir culturel accessible à tous : connaissances historiques, connaissances du monde, connaissances d’autres cultures d’autres peuples. Il a aussi un côté magique et féérique.

Assis dans un fauteuil, on part avec un film dans une aventure où parfois en quelques minutes, on fait le tour du monde, on se projette dans le passé comme dans le futur.

Il est à souligner que la réalisation d’un film représente un énorme travail de création. Certains films ont demandé plusieurs années de préparation et de tournage.

Le cinéma est le meilleur moyen de vulgarisation de tout ce qui touche au monde, à l’univers et à l’imaginaire. Dans un film, on peut reproduire toutes les activités humaines dans toutes leurs dimensions. Avec le formidable développement des moyens techniques, pratiquement tout est possible sur un écran de cinéma. Encore faut-il, pour valoriser les potentialités du cinéma à notre époque, avoir des salles qui le permettent.

Dans un premier temps, nous pensions faire cette réalisation au Régent, c’est-à-dire dans le lieu même où a fonctionné le dernier cinéma dans notre Commune, et c’est à cet effet d’ailleurs que nous avions tenu à acquérir le Régent lorsqu’il fut mis en vente.

Cependant les dimensions de la salle ne permettaient pas l’installation d’un écran suffisamment grand. C’est pourquoi nous avons décidé de réaliser le futur cinéma Marcel Pagnol dans ces lieux. C’est en quelque sorte un retour aux sources car c’est ici que des générations et des générations d’Aigues-Mortais ont découvert le cinéma en 1936.

Comme vous pouvez le constater, nous avons tenu à donner à cette salle le confort maximum, l’équiper d’un écran géant et du son stéréophonique. Les appareils de projection 35 mm et 16 mm sont du dernier cri. Mais également, nous avons tenu à nous équiper de toutes les techniques audio-visuelles les plus modernes : un système vidéo, un système diapositives.

Il est également possible de transmettre dans cette salle toutes les émissions de télévision, aussi bien les télévisions par faisceaux hertziens que les émissions télévisées par satellite.

Qu’il me soit permis de signaler que nous avons mis des installations qu’on peut qualifier d’avant-garde (et vous savez que ne n’utilise pas ce terme à la légère). En effet, comme cela vient d’être annoncé cette semaine, suite aux essais concluants effectués sous l’autorité de Claude Lelouch, il sera possible de projeter dans cette salle, grâce au système de vidéo transmission par satellite, les films le jour même de leur sortie à Paris.

Nous voulons évidemment diffuser tous les grands films et cela le plus tôt possible. Mais nous voulons également que le cinéma Marcel Pagnol devienne un lieu d’échanges culturels permanents de notre commune.

Pour cela, nous associerons la Bibliothèque Municipale Louis Aragon et le Cinéma Marcel Pagnol. Du livre à l’écran, de l’écran au livre, pour nous les techniques audio-visuelles ne doivent pas s’opposer à la lecture, bien au contraire.

Qu’il me soit permis de rappeler à cette occasion, l’importance qu’a prise la Bibliothèque Municipale Louis Aragon dans notre Commune. 1 500 inscrits et 14 000 ouvrages sont empruntés annuellement à la Bibliothèque qui contient un fonds de 8 000 livres et revues. Huit classes primaires fréquentent régulièrement la Bibliothèque et certains chaque semaine. Les enfants de la crèche viennent aussi à la Bibliothèque pratiquement tous les quinze jours.

Egalement les groupes de stage d’insertion et de nombreux élèves du Collège viennent à titre individuel pour faire des recherches. La Bibliothèque est également fréquentée par les habitants des communes voisines et de nombreux vacanciers.

Pas plus que nous ne voulons opposer cinéma et bibliothèque, nous ne voulons opposer cinéma et télévision, étant bien entendu que pour nous, il ne s’agit pas de céder à la facilité.

L’objectif  est de permettre que puissent se réaliser dans cette salle des rencontres autour des émissions qui ont fait la grandeur de la télévision française.

Vous me permettrez de préciser notre opinion concernant le problème de la publicité à la télévision.

Nous ne sommes pas, par principe, opposés à toutes publicités (et il est vrai que certaines publicités ont une qualité artistique indéniable), mais cela devient dangereux et inacceptable lorsque c’est l’impératif publicitaire qui finit par faire la loi dans le public comme dans le privé.

Dans ces conditions, on ne recherche plus la publicité pour financer une émission, on fait l’émission pour faire valoir la publicité et tous les coups sont bons pour accroître l’audience ; on dégrade ainsi, on dénature la qualité, le sens des œuvres, on porte atteinte aux droits des créateurs à présenter des œuvres qui portent leur génie propre, et aux droits des téléspectateurs à les découvrir. Imagine-t-on le portrait de la Joconde barré par un bandeau  vantant les mérites d’une marque de soutien-gorge, et imagine-t-on « Carmen » interrompu pour glorifier… des pastilles pour la gorge.

On n’en est pas encore là, mais le chemin qui y conduit a été pris allègrement par les chaînes de télévision. C’est grave pour l’identité, pour la culture, pour l’imaginaire d’un peuple comme le nôtre.

Voilà pourquoi, notamment, nous sommes opposés aux coupures des films par la publicité. Inutile de préciser que nous n’envisageons aucune publicité dans cette salle. Cette mesure évidemment est symbolique, mais il est des symboles qui ont leur importance et qui montreront que le cinéma Marcel Pagnol d’Aigues-Mortes n’est pas un lieu où on va pour tuer le temps, pour oublier ses soucis, ou pour fuir l’ennui, mais où on va tout en se distrayant, apprécier une œuvre cinématographique.

Nous avons tenu à donner à ce cinéma le nom de Marcel Pagnol. Marcel Pagnol est né à Aubagne en 1895 et sa disparition en 1974 a été une grande perte pour le monde littéraire et cinématographique. Souhaitons que l’utilisation de ce cinéma soit digne du nom qu’il porte.

La réalisation de ce cinéma revient à 1 448 000 F. Sur cet investissement, la Commune récupèrera 230 000 F de T.V.A. Ce projet a fait l’objet de subventions en annuités du Conseil Général à hauteur de 450 000 F.

Le cinéma doit être subventionné par le Ministère de la Culture pour un montant de 300 000 F. La Région devrait également participer au financement de ce projet, notamment sur la partie concernant le système vidéo télé satellite.On nous a officiellement annoncé l’accord d’une subvention de l’ordre de 100 000 F.

Permettez-moi de remercier tout particulièrement les personnes qui ont apporté leurs conseils précieux pour cette réalisation. Il s’agit : d’Armand Panigel, qui a été l’animateur à la télévision de l’émission « Au Cinéma ce Soir » ; de StellioLorenzi, qui nous fera l’honneur de venir à la fin du mois de janvier, à l’occasion de la représentation dans cette salle du film « Les Prisonnières » ; et de Madame Thérèse Launet, Directrice du Cinéma Municipal de Clermont-l’Hérault.

Également, je tiens à remercier les personnes qui nous ont apporté leur précieux concours, notamment Messieurs Claude Morello, Joseph Servel, Jean Murat qui, ces derniers jours, se sont dépensés sans compter pour bien maîtriser les appareils de projection. Je remercie également Michel Tournaire à qui nous devons le graphisme de nos programmes.

Nous souhaitons que le fonctionnement et la programmation de ce cinéma ne soit ni une affaire privée, ni une gestion municipale stricte.

A cet effet, nous avons proposé que soit mise en place une association qui regrouperait tous les amoureux du 7ème Art de notre Commune.

Cette association aura pour fonction de décider de la programmation et d’assurer le fonctionnement de ce cinéma. Elle bénéficiera évidemment de l’aide technique, financière et humaine de la Municipalité.

Nous sommes fiers et heureux de vous annoncer qu’avant même que l’activité de ce cinéma ne commence, de nombreux Aigues-Mortais se sont investis en vue de sa réussite.

D’ores et déjà, 73 personnes ont donné leur adhésion à l’associationGrand Ecran Pour Tous. Cette association a déjà mis en place son bureau qui comprend 15 membres. Il est présidé par Jean-Louis Parody et c’est Madame Anne Dambrin, employée municipale, qui en est secrétaire et qui fait  fonction de Directrice de Cinéma.

Je tiens ce soir à remercier tout particulièrement Madame Dambrin pour le dévouement dont elle a fait preuve  afin  que soit lancé, dans les meilleures conditions, ce cinéma.

C’est pourquoi nous pouvons être optimistes pour l’avenir du Cinéma Marcel Pagnol d’Aigues-Mortes.Ainsi, Aigues-Mortes, à la mesure de ses ambitions, se dote d’une nouvelle réalisation qui, je n’en doute pas, fera honneur à notre cité.

Vive le Cinéma et longue vie au Cinéma Marcel Pagnol !

Les commentaires sont fermés.