La flamme de Collard

Dans notre série « Tenons notre Collard au chaud », aujourd’hui :

Quand Gilbert Collard poussait la chansonnette pour Vichy avant de vouloir la pousser pour Marseille, pour Saint Gilles, ou pourquoi pas pour le Grau du Roi…

Souvenons-nous ! En 2008, le Collard est candidat à l’élection municipale de Vichy, dans l’Allier, sous la bannière du Parti radical valoisien (Centre). Outre son show habituel qui lui sert pour tout programme, il se laisse alors aller à pousser la chansonnette et c’est ainsi que naît le tube « Aimer une ville », avec des chœurs et une orchestration de folie, surtout le guitariste. Selon le journal La Montagne, un CD a été distribué aux Vichyssois à l’époque. Ce document avait un temps disparu des sites et des blogs sur lesquels il avait été publié, puis Le Nouvel Observateur l’a ressuscité, nous partageons pour les lecteurs de Sémaphores cet ineffable instant de haute poésie et d’engagement politique qui transpire la sincérité du candidat.

« Moi Gilbert Collard, je m’offre tout entier, je dépose à tes pieds, mon verbe et mon bagage« 

En plusieurs couplets entrecoupés du refrain « aimer une ville« , le Collard déclame son amour pour Vichy, 25.000 habitants, dirigée depuis 1989 par l’UMP Claude Malhuret. Il s’engage (sic) à ne pas « déménager, quoi qu’il puisse arriver« … Bref, un homme de parole, mais plutôt en paroles.

« Vichy, je suis ton VRP, ton meilleur avocat« , chante-t-il encore en voulant « redonner la flamme à Vichy« , tout comme il se propose de la redonner aujourd’hui à St Gilles ou au Grau du Roi, selon l’humeur de la Marine ou les variations climatiques électorales dont dépendent les parachutages. Mais place à la chanson ! Ceci n’est qu’une mise en bouche.


Quand Gilbert Collard chantait pour gagner Vichy par LeNouvelObservateur

Les commentaires sont fermés.