Lettre ouverte à Jean-Marc Ayrault

Lettre ouverte à Jean-Marc Ayrault à la veille de son voyage à Moscou

par Noël Mamère

Monsieur le Premier ministre, entre la révolte des Bretons et la manifestation des lycéens, le 5 novembre prochain, contre les expulsions de leurs camarades sans-papiers, vous serez jeudi à Moscou pour vous entretenir avec Vladimir Poutine. Nul doute que vous évoquerez la situation des trente militants de Greenpeace International enfermés dans des conditions indignes dans les prisons du Grand Nord russe depuis le 19 septembre dernier.

Leur crime ? Avoir protesté contre les projets de forages pétroliers en Arctique, en escaladant une plateforme de Gazprom en mer de Pechora. La garde russe, qui dépend directement de Poutine, a abordé le navire de Greenpeace, l’Arctic Sunrise, en contravention avec le droit international, alors qu’il se trouvait en dehors des eaux territoriales russes et a arrêté ses membres d’équipage sous la menace d’armes à feu.

(…) Avec 30% des gisements non encore découverts de gaz dans le monde et 13% des gisements de pétrole, l’océan Arctique revêt une importance stratégique particulière pour son principal pays riverain, la Russie… Qui n’est pas seule à convoiter ces richesses. Cinq pays limitrophes cherchent à annexer des territoires qui, jusqu’à présent, n’étaient sous l’autorité d’aucun État. (…)

Ours polaires et marées noires

Monsieur le Premier ministre, je voudrais ici vous alerter sur le cas spécifique de Prirazlomnaya, la station contestée par Greenpeace. La construction de cette plateforme récupérée de la mer du Nord, remonte à 1984, soit près de trente ans !

Un incident sur une telle installation, composée, entre autres, de pièces provenant de vieilles plateformes de la mer du Nord qui ont rouillé pendant trente ans dans les chantiers navals de Mourmansk, pourrait provoquer une catastrophe sans précédent. D’autant qu’elle se trouve à proximité de parcs nationaux et de réserves naturelles, refuges d’espèces protégées et menacées, comme le morse de l’Atlantique et les ours polaires. En cas de marée noire, il serait quasiment impossible d’intervenir.

Gazprom, au conseil d’administration duquel siège votre camarade de l’Internationale socialiste, l’ancien chancelier allemand, Gerhard Schröder et dont Dominique Strauss-Kahn est devenu le conseiller, refuse d’ailleurs de rendre public son plan d’action en cas de marée noire.

Or, en votre qualité de Premier ministre, vous ne pouvez ignorer le bilan catastrophique de la Russie en la matière : tous les dix-huit mois, les fleuves du nord de la Russie déversent 500 000 tonnes de pétrole dans l’océan Arctique, des chiffres effrayants qui relèguent au rang « d’incident » la catastrophe de Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique.(…)

Je suis certain, monsieur le Premier ministre, que vous demanderez la libération immédiate des militants de Greenpeace. Personne ne comprendrait qu’ils ne soient pas libérés alors que la Russie s’apprête à accueillir les Jeux olympiques d’hiver, en février 2014, à Sotchi. Personne ne comprendrait que ces Jeux puissent se tenir dans une prison à ciel ouvert où 30 militants de Greenpeace appartenant à dix-huit pays différents (la Russie, les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, l’Argentine, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et la France) seraient encore emprisonnés.(…)

Monsieur le Premier ministre, ne cédez pas une fois de plus à celui qui soutient le boucher de Damas et qui a humilié le président de la République et votre gouvernement, il y a moins d’un mois sur la Syrie. Osez dire son fait à cet héritier de Staline :

  • qui a massacré le peuple tchétchène ;
  • qui a couvert l’assassinat des journalistes, comme Anna Politkovskaia :
  • qui emprisonne régulièrement des dissidents, comme les Pussy Riot ;
  • qui couvre les attaques répétées contre les homosexuels ;
  • qui réprime des militants écologistes ou des syndicalistes…

Je ne comprendrais pas que la France, dirigée par une majorité écologiste et socialiste, laisse les activistes de Greenpeace pourrir dans les prisons russes. Je ne comprendrais pas que vous restiez silencieux en vous abritant sous le secret des discussions diplomatiques. (…)

Lire la lettre intégrale sur le blog de Noel Mamère :

 http://blogs.rue89.com/chez-noel-mamere/2013/10/28/monsieur-ayrault-chez-poutine-noubliez-pas-les-militants-de-greenpeace-231512

Sémaphores rappelle que plus de 500.000 personnes ont rejoint l’appel lancé par Greenpeace International. Vous aussi, exigez la libération de ces militants en écrivant à l’Ambassade de Russie sur le site de Greenpeace France.

Cliquez ici pour demander la libération des activistes

Les commentaires sont fermés.