Un scoop de NBC News

C’est un scoop de NBC mais c’est aussi un bien curieux enfumage que celui organisé depuis des années par une branche de l’armée américaine.

« Si j’ai vraiment été trompé, je vais devenir un citoyen très écœuré, car je viens depuis des années » dit à NBC Jesse Baker un ancien combattant de la 2e Guerre Mondiale et de la guerre de Corée qui a assisté à plus de 50 de ces cérémonies bidonnées.

Depuis septembre 2006, le ministère de la défense américain rapatrie régulièrement les corps de soldats qui ont été retrouvés à l’étranger après avoir été tués pendant la Seconde Guerre Mondiale, la guerre de Corée ou la guerre du Vietnam. Les corps retrouvés arrivent par avion sur la Joint Base Pearl Harbor-Hickam à Hawaï.

Lors de ces impressionnantes « arrival ceremonies » au pied de l’avion censé arriver de l’étranger avec les cercueils des soldats, il y a une cérémonie officielle avec sonnerie aux morts, généraux et autres gradés au garde à vous. Ceci en présence d’hommes politiques, de journalistes, de familles de militaires, et d’anciens combattants qui croient assister à un vrai retour. On amène aussi des employés de la base pour qu’il y ait un public assez nombreux.

Joint Base Pearl Harbor-Hickam à Hawaï. Photo Department of Defense (DOD)

En fait, comme ABC News l’a révélé, tout est faux, et cela dure depuis 7 ans. L’avion ne vient pas de poser, généralement il n’est même pas en état de voler. Il est juste remorqué jusqu’au lieu de la cérémonie avant l’arrivée du public. On y place des boites de transfert couvertes d’un drapeau qui ressemblent ainsi à des cercueils, dans lesquels on a mis des restes humains conservés dans un laboratoire de la base où l’on tente de les identifier.

Les boites sont ensuite chargées dans un bus qui quitte les lieux pour retourner au laboratoire d’où les restes sont venus. Mais, selon NBC, il arrive que ce soit un employé qui ramène les boites en plastique contenant les restes sans aucune cérémonie, dans son véhicule personnel vers le labo.

il y a 83 000 militaires américains portés disparus à l’étranger. Le JPAC n’arrive à en identifier que 72 en moyenne chaque année, et cela coûte environ 1 million de dollars par corps. Les restes des soldats attendent environ 11 ans dans une annexe du JPAC avant d’être identifiés.

(source Gilles Klein, Arrêt sur image)

À propos de Lampedusa et des poules de l’Assemblée

On se croirait revenus près de trois ans en arrière, quand l’UMP défendait jusqu’au bout les dictatures « amies de la France ». Samedi, le sénateur UMP de Compiègne Philippe Marini a confessé sa nostalgie du régime de Mouammar Kadhafi. « L’afflux des réfugiés africains à Lampedusa et bientôt chez nous me fait regretter la disparition du régime Kadhafi en Libye ! » a-t-il écrit sur Twitter.

Là où n’importe quelle personne un peu humaine voit d’abord un drame, Marini ne voit qu’immigration clandestine et invasion. Et ce type est sénateur !…

A part ça, Vendredi soir, un nouveau naufrage a fait au moins 30 morts, selon les autorités italiennes, huit jours après la tragédie qui a coûté la vie à plus de 300 personnes au large de la petite île sicilienne. L’embarcation a chaviré en quelques minutes, vendredi vers 17 h 15, dans une zone au centre d’un triangle entre Malte, la Libye et Lampedusa. Qui Marini va-t-il regretter cette fois ?

Et pour rester dans les incivilités de ces messieurs les représentants du peuple…

Il faut dire qu’il n’est pas grand-chose à l’honneur de l’UMP ces derniers temps. Mardi soir à l’Assemblée, en plein débat sur les retraites, c’était Philippe Le Ray qui imitait une poule pendant l’intervention de la députée EELV Véronique Massonneau. Il a fallu interrompre la séance (alors qu’il vaudrait mieux interdire la buvette à certains…).

On apprend toutefois que Philippe Le Ray a été sanctionné à l’unanimité des présidents de groupe – il doit renoncer pendant un mois à un quart de son indemnité de député. Waouh, la punition ! Seulement 8 000 euros pour boucler le mois, ça va être dur…

Nous préférons signaler qu’Une pétition demandant des sanctions systématiques contre les parlementaires au comportement sexiste a déjà recueilli 10 000 signatures.

Cinéma Pagnol_ le suivi

mise à jour_7 octobre_15h

Cher-es ami-es du collectif “GARDAREM LOU PAGNOL”

Nous venons d’apprendre qu’à l’occasion de votre occupation du cinéma Marcel Pagnol, les membres présents de votre collectif se sont vus prendre en photo sur ordre du Maire aux fins de les assigner en référé devant le Tribunal Administratif.

Et pourquoi pas un prélèvement d’ADN pendant qu’ils y sont? Peut être un Rom sans papier se cache-t-il parmi vous!

Souvenons nous que ce personnage n’a pas eu un mot pour dénoncer les coups de feu racistes à l’encontre de jeunes d’Aigues Mortes en 2012. Il emploie aujourd’hui les grands moyens contre des citoyen-nes qui manifestent dans le cadre de la Loi (délation, pressions, mensonges). La pente des renoncements et des compromissions se descend très vite. Lire la suite

Maître Connard

Franchement, ce n’est pas à Sémaphores que nous aurions osé un tel titre 😉 Mais si c’est Jean-Marie Le Pen en personne qui le dit…

Quoi qu’il en soit, cet article du Canard Enchaîné vient à point pour lancer notre série sur ce casse-couilles autoproclamé dont on vous promet qu’il ne va pas nous les casser longtemps. Notre série est prévue pour toute la durée de la campagne municipale, c’est promis, vous saurez tout ce qu’il faut savoir sur ce menteur, frimeur et magouilleur de première.

(cliquer sur l'image pour éventuellement agrandir)

Oui, Marine Le Pen est d’extrême droite

par Alexis Corbière

Marine Le Pen connaît-elle l’histoire de son parti fondé le 5 octobre 1972 par une poignée de militants de l’extrême droite néo fasciste (comme François Duprat), ex collaborateur (comme François Brigneau), ex PPF (comme Victor Bathélémy), OAS ou autres groupuscules de la galaxie de l’extrême droite de l’époque (tel Jean-Pierre Stirbois) ? Ou, peut être, se moque-t-elle tout simplement de nous ?(…)

Depuis toujours l’extrême droite ne veut pas qu’on l’appelle extrême droite. Jamais elle n’a assumé ce terme et surtout depuis l’horreur de la seconde guerre mondiale. A quelques exceptions près, les fascistes français des années 30 refusaient aussi qu’on les appelle fascistes. Toujours, cette famille politique a cherché à camoufler sa véritable identité. Elle prospère dans la confusion.(…)

Pourtant, Marine Le Pen s’est toujours revendiquée de la continuité de son père. Il n’existe aucune déclaration de sa part qui prendrait des distances avec les 60 ans d’engagement politique de papa. Elle a également été élue présidente du FN en 2011 avec le soutien actif de son père et non contre lui ni ses idées. Elle l’a ensuite toujours défendu, affirmant qu’il « avait toujours eu raison ». Toujours, avec une belle constance et fidélité, elle s’est placée dans son sillage. Sans cela, sa carrière politique n’aurait d’ailleurs jamais existé. Elle est une pure héritière, qui a essentiellement bénéficié de son nom pour faire de la politique. (…)

La présidente du Fn a remplacé le juif cible de toutes les abjections, par un autre bouc émissaire : l’immigré de confession musulmane. Depuis 2011, Marine Le Pen a substitué la rage antisémite de papa et de beaucoup des fondateurs du FN, en une rage contre nos concitoyens musulmans, ce qui ne change pas fondamentalement la nature de ce courant politique ni de ce parti.(…)

Tout dans le FN, même « marinisé » reste d’extrême droite. Les termes qu’elle emploie, les thèmes qu’elle développe. Le ciblage systématique des étrangers comme responsables de la crise et du chômage. Sa haine des syndicats et du mouvement ouvriers organisé, c’est l’extrême droite. Lire la suite

Enfants Roms: l’autre tweet de Valérie

Philippe Alain, cette lettre à l’attention de Valérie Trierweiler a été publiée le sur son blog Mediapart. C’était l’été, l’hidalgo qui nous sert de sinistre de l’Intérieur n’en faisait déjà qu’à sa tête, pas de quoi s’étonner que cette lettre ressurgisse ces jours-ci au vu de « l’avancement » de la situation.

@Valtrier

Je m’appelle Marcel et j’ai 7 ans. Je fais partie des 900 Roms de Lyon que monsieur Valls a décidé de jeter à la rue en application de décisions de justice dont je ne conteste nullement la légalité mais dont je voudrais porter à votre connaissance l’inhumanité.

Je pensais tout d’abord vous envoyer moi aussi un tweet, mais devant tout ce que le gouvernement et la police nous font subir en ce moment, je n’ai pas pu me limiter à 140 caractères et je vous prie de m’en excuser. J’ai donc décidé de vous écrire une lettre. Si tout cela continue, c’est un livre que je vous enverrai.

Il y a quelques mois, j’ai lu un de vos tweets, ou plutôt deux. Je ne veux pas vous parler de celui qui a fait les premières pages alors qu’il aurait dû être oublié mais plutôt de celui qui a été oublié alors qu’il aurait dû faire les premières pages.

Vous avez écrit : « Rapport de l’Unicef : 10% d’enfants pauvres en France. Une information qui mériterait l’indignation et la Une. Pas la banalisation. »

Tout d’abord, je voulais vous remercier pour l’attention que vous portez aux plus démunis et particulièrement aux enfants pauvres. Je voulais aussi vous signaler que selon ce même rapport de l’Unicef, le taux de pauvreté qui frappe les enfants en Roumanie n’est pas de 10%, mais de … 76%. (1) Vous comprenez sans doute pourquoi mes parents ont décidé un jour de tout quitter pour venir s’installer en France. Qu’auriez-vous fait à leur place ? Vous seriez restée en Roumanie ou vous auriez décidé de partir dans l’espoir de donner une vie meilleure à vos enfants ?

Une vie meilleure… Quelle utopie… Depuis quelques jours, c’est un véritable enfer que je vis avec ma famille.

Mardi matin, j’ai été expulsé « d’un campement insalubre » en application d’une décision de justice. Je ne sais pas pourquoi cette expulsion a eu lieu au mois d’août. Le jugement et le commandement de quitter les lieux ont été notifiés au mois de mai. De mauvaises langues disent que monsieur Valls a attendu le milieu de l’été pour expulser tout le monde en même temps dans l’espoir que cela passerait inaperçu. Lire la suite

Lettre ouverte à Marine Le Pen

La dirigeante du Front national a annoncé qu’elle envisageait de saisir la justice à chaque fois que son parti serait désigné comme un parti extrémiste. Pour Thomas Guénolé, politologue à Sciences-Po, l’analyse de l’idéologie du FN montre pourtant qu’il se situe bien à l’extrême droite. Il lui adresse une lettre ouverte.

Madame Le Pen,

Le mercredi 2 octobre, vous avez menacé de poursuites judiciaires quiconque dirait que le FN est d’extrême-droite. Pourtant, votre formation critiqua longtemps la loi Gayssot, qui rend illégaux les propos négationnistes, au motif que cette loi porterait atteinte à la liberté d’expression. C’est une incohérence intéressante.

Ce préalable posé, je vous écris cette lettre ouverte pour vous confirmer, sans aucune animosité personnelle, que le FN est bien un parti d’extrême-droite. De fait, si vous portez plainte, je serai à votre disposition pour vous le démontrer plus avant dans une salle d’audience.

Un constat de localisation dans le paysage politique

Le FN est d’abord d’extrême-droite car, contrairement à ce que vous prétendez souvent, ses idées sont celles d’une droite radicalisée, extrémisée. Le dire d’extrême-droite est donc un constat de localisation dans le paysage politique. De fait, on retrouve bien chez vous les quatre familles de la droite, mais toujours sous forme extrémiste.

Lire la suite

Sagrada familia & Léviathan

Deux coups de cœur visuels cette semaine.

Le premier est consacré à La Sagrada Familia à Barcelone, cette construction d’Antonio Gaudí (1852-1926), commencée en 1882, et qui devrait être achevée (si tout se passe bien) en 2026, date du centième anniversaire de la mort de Gaudí. Elle s’ornera alors de dix-huit tours.

La photo présente l’édifice tel qu’il se dresse aujourd’hui, dont il reste encore 35% à construire, et la vidéo vous laisse découvrir le final espéré.


La Sagrada Familia 2026 par asi


Le second coup de cœur est un extrait du documentaire « Léviathan », que Le Monde présente comme un voyage mental à bord d’un bateau ivre documentaire tourné sur un bateau de pêche dans l’Atlantique nord, dont le titre renvoie au monstre marin du livre de Job, semeur de désordre et souffleur de chaos, Lucien Castaing-Taylor et Verena Paravel inventent l‘action filming.

L’action, c’est celle que les éléments déchaînés imposent à la douzaine de caméras qu’ils ont placées, avec le concours de l’équipage, en différents points de ce bateau ivre lancé en pleine mer. Filmant aussi bien le ciel que les fonds marins, le pont du bateau où refluent les vagues et où se déversent les poissons, la salle des commandes où gronde le bruit assourdissant du moteur, ce dispositif compose un théâtre abstrait où se débattent, dans un tourbillon de bruit et de fureur, l’homme et la mer, la nature et les machines…

Leviathan Trailer July 2012 from Sensory Ethnography Lab on Vimeo.

Electeurs fantômes aux Saintes Maries ?

Roland Chassain, maire UMP des Saintes-Maries-de-la-Mer et conseiller général attire une fois de plus l’attention. La dernière fois c’était pour son retrait au profit du Front national lors des dernières législatives. Aujourd’hui, c’est parce qu’on découvre qu’aux Saintes le nombre d’électeurs dépasse de près de 400 personnes le nombre d’habitants.

On compte en effet (d’après l’Insee) 2 678 électeurs pour 2 296 Saintois. Pour comparaison, en 2009, ils étaient déjà 2 667 électeurs pour seulement 2 308 habitants. Mais alors que la population saintoise diminue depuis quinze ans, le corps électoral ne cesse d’augmenter (+ 425 électeurs entre 1999 et 2009).

Une plainte a été déposée vendredi dernier auprès du procureur de la République de Tarascon par des habitants du village qui soupçonnent des irrégularités. Cette plainte contre X (voir en fin d’article) se fonde sur l’article L-88 du code électoral qui sanctionne les « déclarations frauduleuses » et « faux certificat » pour s’inscrire sur les listes.

Selon l’avocat Me Ludovic Para, on apprend que « certains électeurs sont domiciliés à des adresses qui n’existent pas », que « certaines adresses domicilient jusqu’à cinq électeurs qui habitent en réalité sur d’autres communes», ou que d’autres « sont domiciliés au port de plaisance alors que personne n’y réside à l’année ».

Le port de plaisance des Saintes-Marie-de-la-Mer.© B. De La Cruz

Interrogé sur telle adresse particulière, l’inamovible et fanfaron Roland Chassain soutient que « L’adresse doit exister ». Mais si on lui demande de nous la montrer, il répond qu’il n’a pas le temps mais qu’il croit que « cette maison appartient à ma secrétaire qui en est propriétaire et qui l’a louée pour des raisons personnelles à une copine à elle qui travaille à la mairie ».

On apprend que la préfecture des Bouches-du-Rhône a été saisie depuis des années mais en vain, et on gagnera à se souvenir de la démission en 2008 d’un membre de la commission administrative de révision des listes électorales. Le motif de sa démission ? « Les listes étaient révisées sans que les commissions de révision ne siègent effectivement ».

 Ah ! UMPunité quand tu nous tiens…

N’empêche que si Roland Chassain maintient son investiture pour les municipales, il ne devrait pas avoir trop de difficultés à être réélu. Au second tour des dernières législatives le FN a totalisé 72 % aux Saintes et ne présentera pas cette fois de liste face à l’indéboulonnable fanfaron.

Certaines communes font voter des morts, d’autres des fantômes… C’est vrai qu’il s’est toujours passé de drôles de miracles aux Saintes-Maries-de-la-Mer…

source Mediapart

Plainte Electeurs SMM

La lettre d’un Manouche à Manuel Valls

en avant-propos, cet extrait d’une lettre que l’écrivain Gustave Flaubert adressait à Georges Sand en juin 1867.

«Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s’étaient établis à Rouen. Voilà la troisième fois que j’en vois. Et toujours avec un nouveau plaisir. L’admirable, c’est qu’ils excitaient la haine des bourgeois, bien qu’inoffensifs comme des moutons. Je me suis fait très mal voir de la foule, en leur donnant quelques sols. Et j’ai entendu de jolis mots à la Prudhomme.

Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d’ordre.

C’est la haine qu’on porte au Bédouin, à l’Hérétique, au Philosophe, au Solitaire, au Poète. Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m’exaspère. Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire son bâton.»

 

Manuel, souviens-t-en…

Par Jean-Claude Lefort, Député honoraire, Fils de Manouche.

« Quand on est de gauche, on n’a pas la matraque en guise de cœur. C’est un Français d’origine manouche qui t’écrit et qui écrit au Français de fraîche date que tu es. C’est un fils de «brigadiste» qui se rappelle à toi. Souviens-t’en : «Celui qui n’a pas de mémoire n’a pas d’avenir.»

Manuel, tu as déclaré hier soir, sur BFMTV, que la situation était très différente pour toi, relativement à celle des Roms, car ta famille espagnole était venue en France pour fuir le franquisme.

Tu as été naturalisé français en 1982. Franco est mort en 1975. Sept ans avant ta naturalisation. Quand tu es devenu français, il n’y avait donc plus de dictature en Espagne. Tu avais donc « vocation », selon tes mots, à retourner dans ton pays de naissance, en Espagne. Tu ne l’as pas fait et je comprends parfaitement, de même que je comprends totalement ton souhait de devenir français. Cela sans l’ombre d’un doute.

Tu avais «vocation» à retourner à Barcelone, en Espagne où tu es né, pour reprendre tes propos qui concernaient uniquement les Roms. Celui qui t’écrit, en ce moment, est un Français d’origine manouche par son père. Mon père, manouche et français, est allé en 1936 en Espagne pour combattre le franquisme, les armes à la main, dans les Brigades internationales. Pour la liberté de ton pays de naissance, et donc celle de ta famille. Il en est mort (1), Manuel. Des suites des blessures infligées par les franquistes sur le front de la Jarama, en 1937. Je ne te demande aucun remerciement, ni certainement pas la moindre compassion. Je la récuse par avance. Je suis honoré en vérité qu’il ait fait ce choix, quand bien même il a privé ma famille de sa présence alors que je n’avais que neuf ans et ma sœur, dix-huit.

La guerre mondiale est venue. Et les camps nazis se sont aussi ouverts aux Tziganes. Tu le sais. Mais un nombre énorme de Manouches, de Gitans et d’Espagnols se sont engagés dans la Résistance sur le sol français. Ton père aurait pu en être. Il en avait l’âge puisque il est né en 1923. Georges Séguy et d’autres sont entrés en résistance à seize ans. Je ne lui reproche aucunement de ne pas l’avoir fait, bien évidemment. Mais je te demande le respect absolu pour celles et ceux qui se sont engagés dans la Résistance contre le franquisme, puis ensuite contre le nazisme et le fascisme. Contre ceux qui avaient fait Guernica. Et pourtant, à te suivre, ils avaient «vocation» à retourner ou à rester dans leur pays d’origine, ces «étrangers, et nos frères pourtant»…

Lire la suite sur L’Humanité : http://www.humanite.fr/politique/manuel-souviens-t-en-550018

Jean-Pierre Mocky soutient Gardaren lou Pagnol

 

Gardarem Lou Pagnol reçoit un soutien de poids : celui de Jean-Pierre Mocky. Le collectif, qui se bat « contre la privatisation » du cinéma Marcel Pagnol à Aigues-Mortes, promet la venue du réalisateur dans les jours à venir. Selon Le Figaro, Jean-Pierre Mocky serait “révulsé par l’attitude du maire”, Cédric Bonato (PS).

La Ville (…) a signé un partenariat pour quinze ans avec Culturespaces (ndlr-sémaphores : filiales de Suez-GDF). Ce géant du divertissement culturel doit diffuser en boucle pendant la journée un documentaire historique de 22 minutes sur la septième croisade. Objectif : attirer les touristes.

Source Midilibre.fr 29/09/2013, 14 h 58 | Mis à jour le 29/09/2013, 15 h 10

En attendant la venue possible du réalisateur, Sémaphores propose aujourd’hui une page d’histoire du cinéma Pagnol, celle de son inauguration.

UN CINEMA POUR AIGUES-MORTES.

Un pari audacieux qu’il fallait tenter !

Monsieur le Maire coupant le ruban lors de l’inauguration, entouré de M. Etienne Mourut, Maire du Grau-du-Roi, Conseiller Général ; M. Robert Triaire, Maire de Saint-Laurent-d’Aigouze ; MmeMézy, Conseillère Municipale, Présidente de la Commission Culturelle ; M.Jean-Louis Parody, Président de l’Association Grand Ecran Pour Tous ; Mme Dambrin, Directrice du Cinéma et Secrétaire de l’Association.

Il a ouvert ses portes le 16 décembre 1988. Le jour de son inauguration, Sodol Colombini, Maire, s’exprimait en ces termes :

 Il n’est pas ordinaire d’assister à l’inauguration d’un cinéma municipal.

Le cinéma a connu une grave crise au cours de ces vingt dernières années, qui est certes dû au développement de la télévision, mais également aux difficultés que rencontrent de nos jours toutes les créations artistiques, y compris d’ailleurs à la télévision elle-même.

Notre commune se devait de redonner vie au cinéma qui, ne l’oublions pas, est considéré comme le 7ème Art. Le cinéma n’est pas seulement un moyen de distractions, de loisirs, mais aussi et surtout un formidable moyen de connaissances. Le cinéma a un pouvoir culturel accessible à tous : connaissances historiques, connaissances du monde, connaissances d’autres cultures d’autres peuples. Il a aussi un côté magique et féérique.

Assis dans un fauteuil, on part avec un film dans une aventure où parfois en quelques minutes, on fait le tour du monde, on se projette dans le passé comme dans le futur.

Il est à souligner que la réalisation d’un film représente un énorme travail de création. Certains films ont demandé plusieurs années de préparation et de tournage.

Le cinéma est le meilleur moyen de vulgarisation de tout ce qui touche au monde, à l’univers et à l’imaginaire. Dans un film, on peut reproduire toutes les activités humaines dans toutes leurs dimensions. Avec le formidable développement des moyens techniques, pratiquement tout est possible sur un écran de cinéma. Encore faut-il, pour valoriser les potentialités du cinéma à notre époque, avoir des salles qui le permettent.

Dans un premier temps, nous pensions faire cette réalisation au Régent, c’est-à-dire dans le lieu même où a fonctionné le dernier cinéma dans notre Commune, et c’est à cet effet d’ailleurs que nous avions tenu à acquérir le Régent lorsqu’il fut mis en vente.

Cependant les dimensions de la salle ne permettaient pas l’installation d’un écran suffisamment grand. C’est pourquoi nous avons décidé de réaliser le futur cinéma Marcel Pagnol dans ces lieux. C’est en quelque sorte un retour aux sources car c’est ici que des générations et des générations d’Aigues-Mortais ont découvert le cinéma en 1936.

Comme vous pouvez le constater, nous avons tenu à donner à cette salle le confort maximum, l’équiper d’un écran géant et du son stéréophonique. Les appareils de projection 35 mm et 16 mm sont du dernier cri. Mais également, nous avons tenu à nous équiper de toutes les techniques audio-visuelles les plus modernes : un système vidéo, un système diapositives.

Il est également possible de transmettre dans cette salle toutes les émissions de télévision, aussi bien les télévisions par faisceaux hertziens que les émissions télévisées par satellite. Lire la suite

section Dassault_3

Pour ceux qui ont la flemme de lire de longs articles mais veulent savoir ce qu’on peut bien reprocher à Serge Dassault, tout est récapitulé dans cette vidéo d’une heure, merci Mediapart.

Serge Dassault sera entendu demain mardi 2 octobre par la justice en tant que témoin assisté.

Mediapart sera entendu le 8 octobre qui suit.


Retour sur nos enquêtes : l’affaire Dassault par Mediapart