Quelle « affaire Taubira » ?

Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront jamais maîtres du printemps. (Pablo Neruda) 

On peut se réjouir que Jean-Marc Ayrault ait saisi le procureur de la République de Paris pour la une odieuse du journal d’extrême droite Minute qui vise la ministre de la justice Christiane Taubira. Selon le premier ministre, cette une est « susceptible de constituer l’infraction d’injure publique à caractère racial ». Seulement « susceptible » ? Cela n’est toujours pas assez en regard de la loi ? Serait-ce un impair de la part de « Minute » ? En quoi cette une diffère-t-elle des précédentes sur lesquelles on n’a pas trop entendu les ministres en place, et l’hidalgo Valls en particulier ? Voici la une du numéro précédent :

Alors bien sûr, comme le notait Daniel Schneidermann il y a deux jours, non sans humour et colère non feinte : « Enfin une abjection, une vraie, une incontestable, sur laquelle tout le monde tombe d’accord, de Giesbert à Barbier, en passant par Ciotti, Pécresse, Valls et Le Pen. « Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane » : comme elle est confortablement ignominieuse, cette couverture de Minute. Ô douillette saloperie ! Comme on est tous heureux de se retrouver dans le confortable refuge de la réprobation, autour d’un café et d’un vin chaud, pour se réconforter des rigueurs des temps, et souffler un peu entre gens de bien, communiant sur l’essentiel. Haro sur Minute ! Interdisons Minute, qui déshonore nos petites ignominies raisonnables (comme Bernanos disait en 44 que Hitler avait « déshonoré l’antisémitisme ») ! Et on pourra continuer à titrer tranquillement sur l’Islam sans gêne, l’Islam qui fait peur, les femmes voilées qui aspirent notre aide sociale, ou à disserter sur les Roms qui n’ont pas vocation à s’intégrer. »

Car le problème est aussi et surtout là : le rôle odieux de ces mêmes médias qui font semblant de s’insurger aujourd’hui en désignant un bien pratique bouc émissaire dont ils ont fait le lit. Qu’ont à dire des Giesbert ou des Barbier de leurs propres unes ?

 

Noël Mamère préfère (et il a raison) noter la responsabilité énorme des médias dans cette dérive : « les « news magazines » ont remplacé les marronniers sur l’immobilier ou le classement des lycées les plus performants par des unes redondantes sur l’islam, l’immigration, les Roms. Plus c’est gros et plus ça fait vendre. La dictature de l’audimat se faisait auparavant sur le vide. Elle se décline aujourd’hui autour du racisme le plus exacerbé : « la carte des Roms », « l’invasion islamique »… Valeurs actuelles, Le Point, L’Express, L’Opinion, sont devenus les « Minute » politiquement corrects de la pensée rancie.

Médias, intellectuels et politiques se fourvoient. Les flux migratoires sont l’expression d’une mondialisation qui n’a pas débuté il y a trente ans : nous avons détruit des civilisations, des nations, des empires, en voulant imposer notre vision du monde. Le boomerang est là. »

http://blogs.rue89.com/chez-noel-mamere/2013/11/12/taubira-insultee-apres-le-tabou-de-la-parole-celui-des-actes-vient-toujours-231647

Voici une récente une du journal « Le Point ».

Vous avez dit « marronnier » ? En voici de précédentes :

Et quand on pense que la majorité de la presse ne vit que sous perfusion, c’est donc grâce à l’argent public que toute cette intox est diffusée. Mais là personne ne s’en offusque, en tout cas si peu…

Signalons tout de même la prise de position d’Edwy Plenel, que nous publions en intégralité pour les non-abonnés à Mediapart (qui ne reçoit aucune subvention de l’État). À cette précision près que nous trouvons très regrettable son appel à une marche le 3 décembre alors que l’appel à une autre marche (contre la fiscalité et la prochaine augmentation de la TVA) a été lancé par la plupart des organisations de gauche. La surenchère ne fait pas forcément l’union, cher Edwy. Merci néanmoins pour cette parole et ces rappels si nécessaires face à l’incurie de l’ensemble de la presse.

Ndlr : ce texte peut aussi être écouté sur France Culture.

Marchons le 3 décembre pour l’égalité et contre le racisme

Cette agression contre Christiane Taubira – c’est le troisième épisode en quelques semaines –, c’est une agression contre nous, c’est une agression contre la République qui se fait au nom du peuple français. Et la question qui est posée, bien au-delà des partis politiques, c’est : est-ce que nous, tous, ceux qui nous écoutent, là, nous sommes attachés à la République ?

C’est quoi la République ? L’article premier du Préambule de la Constitution depuis la catastrophe européenne, celui de la Constitution de la Quatrième République, maintenu par la Cinquième, énonce ceci, que je voudrais rappeler : « Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés. »

Le mot race, mot d’époque, que veut-il dire ? Il parle de l’apparence, il parle de la couleur de la peau. Alors il faut s’interroger sur qu’est-ce que c’est que le surgissement de ce racisme le plus archaïque : qu’une élue de la République, ancienne candidate à la présidentielle, aujourd’hui ministre d’un gouvernement de la République, soit traitée de guenon, de singe, parce qu’elle a une couleur de peau qui la distingue, la peau noire.

D’où vient ce racisme le plus archaïque ? Il vient de ce qui a inventé le Blanc. Le blanc, ça n’existait pas cette couleur. Jusqu’à quoi ? Jusqu’à la Traite négrière, jusqu’à l’esclavage, jusqu’au fait de faire de femmes, d’enfants, d’hommes, de vieillards, de gens de tous âges, des esclaves, des marchandises dont on niait totalement l’humanité, que l’on renvoyait, en effet, à leur « animalité ».

Alors, d’où vient cette transgression ? D’où vient cette transgression qui remue profondément tous les racismes : l’article premier du Code Noir qui, sous Louis XIV, a théorisé la Traite, excluait les Juifs de tout ce commerce et visait aussi, assumait l’antijudaïsme. Alors d’où ça vient ? Ça vient d’en haut ! Le peuple français n’est pas raciste. Mais, depuis trop d’années, des intellectuels, des journalistes, des politiques ont ouvert la porte, entrouvert la porte où tout cela se glisse.

Car, depuis quand cette parole est-elle libérée à ce point ? Rappelez-vous, il y a trois ans, un discours de Grenoble qui vise l’origine et qui vise les Roms. Et, dans la foulée, on nous parle d’identité nationale. Et, dans la foulée, on nous parle de civilisations supérieures sur d’autres. Et, dans la foulée, on désigne nos compatriotes de culture musulmane.

Et que s’est-il passé cet été ? Eh bien, on nous a parlé à nouveau des Roms, on nous a parlé à nouveau de l’origine. Quand on entrouvre cette porte et que l’on dit qu’une population, au nom de son origine, n’est pas intégrable, on entrouvre la porte à tous les racismes. Le racisme, c’est une poupée gigogne : on désigne le Rom, puis derrière il y a l’Arabe, puis derrière il y a le Noir, puis derrière il y a le Juif.

On parle d’un journal qui s’appelle Minute. Que disait sa Une il y a quelques semaines ? « L’arbre rom qui cache la forêt arabe » quand M. Manuel Valls, après M. Sarkozy, désignait les Roms. Que disait-il cet été cet hebdomadaire en Une ? « Vas-y Manuel, mords-y l’œil » quand M. Manuel Valls, ministre de l’intérieur, chargeait sa collègue de la justice au lieu d’être solidaire de ce qu’elle devait faire, c’est-à-dire une réforme pénale conforme aux engagements du candidat Hollande.

Il y a quelques semaines, sur cette antenne, je disais qu’il faut continuer à marcher. C’était les trente ans de cette Marche pour l’égalité et contre le racisme qui est arrivée à Paris le 3 décembre 1983. Nous ne sommes ici que des journalistes, et donc que des citoyens. J’aimerais comme citoyen pouvoir marcher le 3 décembre 2013, de la Bastille à la République pourquoi pas, et que l’ensemble des sociétés de pensée, l’ensemble des partis, l’ensemble des associations, l’ensemble des cultes, l’ensemble des religions de ce pays, appellent à cette Marche, le 3 décembre 2013.

Marc Voinchet (France Culture) : Vous avez un petit livre, comme chaque mercredi, mais qui n’est pas sans rapport avec ce que vous dites. Frantz Fanon ?

Eh oui… Peau noire, masques blancs. Vous savez dans ce livre, qui date du début des années 1950, Frantz Fanon rappelle qu’un de ses professeurs lui disait – c’était à la Martinique, il parlait donc à des Antillais : « Quand vous entendez dire du mal des Juifs, dressez l’oreille : on parle de vous… Un antisémite est forcément négrophobe ». Il faudrait aussi que les Juifs de France se disent aujourd’hui que, derrière tout négrophobe, il y a un antisémite.

Je voudrais juste lire ces paroles, que nous devrions tous faire nôtres, de Frantz Fanon : « Moi, l’homme de couleur, je ne veux qu’une chose : que jamais l’instrument ne domine l’homme, que cesse à jamais l’asservissement de l’homme par l’homme, c’est-à-dire de moi par un autre. Qu’il me soit permis de découvrir et de vouloir l’homme, où qu’il se trouve. Le nègre n’est pas. Pas plus que le blanc. »

Et il ajoutait : « Il ne faut pas essayer de fixer l’homme puisque son destin est d’être lâché ». De bouger, de changer. Car qu’est-ce qui s’exprime là ? C’est le refus du changement, le refus du mouvement ! Une obsession de la fixité, une obsession de l’identité à racine unique, fermée, close. Et donc ce qui est en jeu, c’est profondément notre humanité. J’aimerais, je le redis, et je lance cet appel, à ceux qui peuvent organiser cela : marchons, marchons, le 3 décembre 2013, pour l’égalité et contre le racisme.

Les commentaires sont fermés.