Non au cumul des mandats !

La limitation du cumul des mandats, c’est maintenant !

Aujourd’hui, près de la moitié des députés et sénateurs occupent plusieurs mandats en même temps : ils cumulent leurs fonctions au parlement avec des responsabilités en tant que maire, président d’agglomération ou de conseil général. Certains d’entre eux occupent jusqu’à 24 fonctions !

Alors que de nombreux députés et le gouvernement appellent les parlementaires à ne pas s’opposer à la limitation du cumul des mandats, la commission des Lois du Sénat vient de rejeter le projet de loi déjà adopté par l’Assemblée nationale, pour tenter de retarder encore sa mise en application. C’est le moment d’amplifier la mobilisation citoyenne pour répondre aux élus qui mettent tout en œuvre pour que cette loi ne voie pas le jour. Merci de signer et diffuser cet appel !

https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/la-limitation-du-cumul-des-mandats-c-est-maintenant?utm_source=action_alert&utm_medium=email&utm_campaign=45848&alert_id=SdrAfbpnTW_mPURIPFCwT

Ci-après le texte de la pétition adressée à :
François Hollande, Président de la République
Jean-Marc Ayrault, Premier Ministre
Parlementaires français, A l’Assemblée Nationale et au Sénat

Malgré l’engagement du Président de la République, malgré la proposition de la Commission Jospin, malgré l’opinion française favorable à la limitation du cumul des mandats, les plus lourdes menaces pèsent sur l’adoption du futur projet de loi.

La levée de boucliers de certains parlementaires qui n’hésitent pas à manifester vigoureusement leur opposition à cette réforme, nous fait craindre que la France continue à détenir le record des pays les plus cumulards d’Europe.

En effet, de nombreux sénateurs plaident pour que des règles spécifiques s’appliquent au Sénat.

Les députés quant à eux invoquent le sacro-saint ancrage local comme si un mandat local non exécutif ne suffisait pas à l’assurer. Jusqu’à quand continuerons-nous d’ignorer que les lois de décentralisation, en élargissant le champ d’action des collectivités territoriales ont augmenté considérablement les contraintes de gestion, exigeant des président-e-s, vices – président-e-s des conseils régionaux et généraux, maires et maires adjoint‐e de devenir enfin des élus-e-s à temps plein ?

Par ailleurs, chacun le sait, la France connaît aujourd’hui une grave crise de la représentation politique et ce n’est pas un hasard si l’abstentionnisme est en train de devenir le plus grand parti de France. Nos concitoyens veulent désormais des dirigeants politiques qui leur ressemblent et qui soient disponibles. Nous devons prendre toute la mesure de cette attente populaire, car déjà le doute et la défiance se sont installés.

Le renouvellement de la classe politique est devenu aujourd’hui une exigence pour que l’exercice de notre démocratie puisse s’ouvrir à tous dans le respect de la parité, de l’égalité entre les femmes et les hommes et dans la diversité des origines, des générations et des classes sociales. C’est un enjeu démocratique, d’une société moderne qui avance et qui gagne.
Une nouvelle fois, ne laissons pas passer cette chance, limitons les mandats pour faire toute leur place aux femmes et aux diversités.

Cordialement,
[Votre nom]

Les commentaires sont fermés.