Le fil sémaphorien_février2014_n°2

¤=¤=¤=¤=¤

le dessin du jour. Enfin une médaille pour la France

¤=¤=¤=¤=¤

On a beaucoup aimé

Le 8 février, dans plusieurs villes d’Espagne, des centaines de femmes ont enregistré leur corps au Registre de la Propriété, pour qu’il soit bien clair que leur corps n’est pas la propriété de l’État.

Ici devant le Registre de la Propriété de Bilbao

¤=¤=¤=¤=¤

C’est une info AFP, reprise ce matin par LeMonde.fr et Libé.fr : Jean-François Copé « s’est emporté dimanche soir contre un livre pour enfants qu’il a feuilleté sur le plateau du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. » L’ouvrage en question ? Tous à poil ! de Claire Franek, illustré par Marc Daniau, paru aux Éditions du Rouergue en 2011 :


copé tous à poil

Il se trouve que Copé s’est complètement fourvoyé. Un livre paru en 2011… Dites, monsieur Copé, qui était aux commandes en ce temps-là ? Qui s’occupait du chômage ? Qui devait aller chercher la croissance avec les dents ?

En effet, ainsi que l’ont montré les Décodeurs du Monde (lien en fin d’article), « le livre, qui a remporté des prix, date de 2011. Il figure depuis 2012 sur une bibliographie indicative réalisée par une association ardéchoise, mais n’a jamais été recommandé officiellement par l’éducation nationale. Il ne s’agit donc pas d’un choix « pétri d’idéologie » opéré par le gouvernement. Ce livre n’est pas recommandé, aucun enseignant n’est tenu de s’en servir. »

Tous à poil n’est présent sur aucune liste de livres officiellement proposés aux enseignants et la constitution de la liste est particulièrement singulière puisqu’elle a été réalisée par les parents d’élèves d’une association.

Alors pourquoi M. Copé juge-t-il soudain nécessaire de dénoncer un ouvrage vieux de trois ans et qui n’avait, jusqu’ici, traumatisé personne ? La réponse est sans doute du côté des Zemmour, des Alain Soral et autres fouteurs de merde.

En savoir plus sur le livre en question : http://decodeurs.blog.lemonde.fr/2014/02/10/tous-a-poil-cope-sattaque-a-la-litterature-jeunesse/

¤=¤=¤=¤=¤

le dessin du jour

¤=¤=¤=¤=¤

Irlande : homophobie et droits des homosexuels

Les Irlandais sont appelés à voter par référendum, à la fin du mois, sur le mariage pour tous. S’il est adopté, ce sera toute la Constitution irlandaise qui devra être revue, d’où le référendum. D’où également les affrontements des pour et des contre à coups d’analyses constitutionnelles via articles, interviews et interventions télévisées.

C’est dans ce débat que le comédien-écrivain-drag-queen, Rory O’Neill, alias Panti Bliss, s’est livré à une performance à l’Abbey Theater de Dublin. Une vidéo connaît depuis un véritable succès dans le pays – et même au-delà.

Sous-titre en français disponibles en cliquant sur le bouton « captions », en bas à droite de l’écran.

¤=¤=¤=¤=¤

Serge Dassault_ le suivi

Le sénateur UMP a demandé de son propre chef, lundi 10 février, la levée de son immunité parlementaire, anticipant la décision des membres du bureau du Sénat qui doivent se prononcer mercredi.

Bien joué, Serge ! Quand une situation vous échappe, autant feindre d’en être l’instigateur. Une stratégie du « volontariat » qui, n’en doutons pas, a dû se négocier en coulisse.

Par ailleurs on a appris que c’est Christine LAGARDE qui va accompagner HOLLANDE chez OBAMA…

On comprend mieux pourquoi l’amie de Sarkozy et patronne du FMI n’a pas été mise en examen suite à son audition du 31 janvier 2014 par la Cour de justice de la République. Cela aurait fait mauvais genre à la Maison Blanche. Faut pas être un grand poète pour voir que Hollandie rime avec comédie…

¤=¤=¤=¤=¤

Loi sur la transition énergétique : nouveau retard

Un document de travail devait être présenté par la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) du ministère de l’écologie le 11 février à un groupe de suivi regroupant des représentants de l’État, des collectivités locales, des syndicats, des ONG et des parlementaires. Cette réunion a été reportée au 27 février, soit quinze jours plus tard, « en raison de difficultés d’agenda ».

Officiellement, le projet de loi doit être déposé devant le Conseil économique, social et environnemental le 1er avril. Mais le ministère de Philippe Martin a d’ores et déjà annoncé que le conseil national de la transition écologique (CNTE) ne se réunirait pas en mars, à cause de la campagne municipale.

Après ça on nous dira que les élections municipales ne sont pas des élections nationales… Si n’était le cumul de mandats des uns et des autres, on ne voit pas en quoi des municipales peuvent mettre en suspend le travail des parlementaires et du gouvernement. Suite de l’article après les municipales.

¤=¤=¤=¤=¤

On n’a pas trop aimé…

Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, estime qu’il faut enseigner l’entrepreneuriat dès l’école maternelle.

Euh… finalement, on n’aime pas ça du tout !

¤=¤=¤=¤=¤

IRFM_le suivi

La « Pétition citoyenne pour la transparence sur l’indemnité des parlementaires« , adressée à Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale et à Jean-Pierre Bel, le président du Sénat, a déjà recueilli 110.000 signatures en quelques jours sur Change.org. A titre d’exemple, la pétition pour lever l’immunité parlementaire de Serge Dassault n’a été signée que par 25.000 citoyens depuis le 24 septembre 2013.

Il faut croire que cette demande de transparence fait son chemin puisque même le journal Challenges s’en fait le porte parole à travers un article consacré à Charles de Courson, initiateur de ladite pétition.

http://www.challenges.fr/economie/20140205.CHA0030/transparence-des-indemnites-des-deputes-la-petition-que-tous-les-francais-pourraient-signer.html

¤=¤=¤=¤=¤

Financement officiel des partis pour 2014. Source  Le Monde

La répartition des aides publiques aux partis pour 2014, publiée samedi 8 février au Journal officiel, place de nouveau le Parti socialiste nettement en tête des bénéficiaires, dans la logique de sa majorité au Parlement.

Sur un montant global de 63 099 073,55 euros, le PS obtient un peu plus de 25 millions, devant l’UMP (18 millions) et le Front national (5 millions). Ces aides se subdivisent en deux « fractions » :

  • La première fraction est attribuée en fonction des résultats obtenus lors des législatives de juin 2012, avec une minoration pour les partis n’ayant pas respecté la parité des candidatures. Elle est attribué à tout parti ayant présenté, dans au moins 50 circonscriptions ou dans au moins un département ou une collectivité d’outre-mer, des candidats ayant obtenu au moins 1 % des suffrages exprimés.
  • La seconde fraction est répartie en fonction du nombre de parlementaires ayant déclaré se rattacher à chaque parti au cours du mois de novembre 2013 : elle est donc réservée aux partis représentés au Parlement, qui touchent environ 40 000 euros par député ou sénateur.

En conséquence, si le FN est troisième du classement de la première fraction, grâce à ses 3,2 millions de voix pour 293 candidats et 281 candidates, il dégringole à la treizième place de la seconde fraction, car il n’a que deux députés. A l’inverse, les centristes de l’Urcid (Parti radical et alliés) est beaucoup plus avantagé par la seconde fraction, avec ses 37 parlementaires (contre 728 878 voix). Aligné sur le mode de scrutin législatif, ce financement des partis politiques donne donc une prime aux grands partis d’élus.

L’UMP, déjà amputée d’un tiers de son financement en passant dans l’opposition, pâtit du faible nombre de candidates qu’il avait présentées lors des législatives (129 femmes pour 377 hommes), alors qu’Europe Écologie-Les Verts (EELV) fait le plein grâce à une parité quasi parfaite (239 hommes, 233 femmes).

Le calcul de la seconde fraction (qui représente 34,3 millions d’euros) sera impacté par les prochaines sénatoriales. En revanche, les européennes n’interviennent pas dans le calcul de cette aide publique, la plus importante source de financement des partis. Les municipales y jouent un rôle indirect, par la désignation de grands électeurs qui choisiront ensuite les sénateurs.

Voir le détail ici : http://cf.datawrapper.de/Ouh00/3/

¤=¤=¤=¤=¤

L’usine aux 1000 vaches sur le point d’être interdite

« C’est le projet lui-même qu’il faut maintenant interdire, dit Patrick Le Hyaric en tant que député européen, au nom de l’intérêt général, au nom de l’emploi et conformément à la loi d’avenir que propose le ministre de l’agriculture.

En effet, ce sont de graves menaces pour l’environnement, pour la sécurité sanitaire, pour la santé publique et pour l’emploi que fait peser cette « usine à lait et …à gaz ». Cette ferme-usine de 8500 m2 qui nécessite de trouver au moins 2700 hectares de terre pour l’épandage des lisiers conformément à la loi, devrait être assortie d’un méthaniseur géant pour transformer en énergie les déchets produits par ces   centaines de vaches laitières et de génisses.

Il est désormais prouvé qu’une telle concentration animale a de multiples effets pervers pour la santé et l’environnement, en plus des petites fermes qu’elle détruit. Les animaux sont dopés à l’aliment concentré importé. Plus sensibles aux maladies, il faut les bourrer d’antibiotiques dont il semble qu’on en retrouve de plus en plus dans le lait et la viande de consommation. Les rejets de méthane sont très importants. A ceci il faudrait évidemment ajouter les effets négatifs induits sur les routes et les bourgs par les ballets de camion ramassant le lait.

Bien que bénéficiant de subventions dédiées à l’agriculture, le projet n’a en réalité plus rien d’agricole, puisqu’il s’agit de produire en priorité de l’énergie. Le lait et la viande n’étant plus que des « sous-produits » de qualité médiocre. Un tel système conduit à abaisser les prix à la production du lait et de la viande pour les agriculteurs –paysans. Une telle concurrence déloyale aboutira forcément à la faillite des fermes environnantes et à la perte du travail pour des dizaines de petits producteurs locaux !

Article entier ici : http://patrick-le-hyaric.fr/empecher-la-construction-de-lusine-a-lait/

¤=¤=¤=¤=¤

Les commentaires sont fermés.