Ce sang impur qui abreuve nos sillons

Reçu dans les mails de la semaine, ce rappel à propos des paroles de la Marseillaise, à l’attention des jeunes générations mais aussi de ceux qui, nombreux, peuvent ignorer le sens le sens de la phrase  » qu’un sang impur abreuve nos sillons  » …

« « « À l’époque, ce qu’on appelait le sang pur, c’était le sang des nobles qui, seuls, pouvaient prétendre au Pouvoir et à des fonctions d’officiers dans l’Armée.
Lors de la Révolution et notamment de l’attaque des autrichiens, les nobles se sont enfuis et il ne restait donc que des « Sang impur » (Républicains), par opposition aux « Sang pur » (Royalistes).

Au cri de la « Patrie est en danger », c’étaient des gens du peuple qui prenaient les armes pour combattre l’envahisseur et qui étaient disposés à verser leur propre sang pour la liberté.
C’est dans le même esprit qu’ont été composés le « Chant du départ » et, plus récemment, « Les africains ».

Et les sillons sont des tranchées creusées un peu partout dans la campagne et les champs, lors des sanglantes batailles.

Ainsi, « Qu’un sang impur abreuve nos sillons  » signifie donc que c’est notre « sang impur » à NOUS, le peuple, qui nourrira nos terres.
En aucun cas il ne s’agit du sang de l’ennemi. (…)

Bonne journée, citoyen(ne) ! » » »

C’est une bonne occasion pour lire ou relire l’article que Sémaphores avait consacré aux différentes versions de l’Hymne national en novembre 2011 :

http://semaphores.info/2011/11/ne-vous-deplaise-en-chantant-la-marseillaise%E2%80%A6/

Les commentaires sont fermés.