La farce du non-sens

Dimanche 9 mars, alors que Le Grau du Roi affichait une affluence record pour la saison, trois pelés et une tondue essayaient de remplir le quart du tiers de la moitié de la salle Carrefour 2000 pour la présentation de la liste FN-RBM. En vain.

Tout au plus une quarantaine de personnes, dont il faut décompter la quinzaine de colistiers adverses venus pour le fun ou la curiosité.  Car l’affiche était pourtant alléchante : Gilbert Collard présentait Yvette Flaugère… ou le contraire, avec comme slogan de campagne « La force du bon sens », qui nous a d’ailleurs inspiré le titre de cet article.

Hélas, rien, pas même un tract n’avait annoncé la venue du cabotin de Gallician, qui aurait sans doute préféré se garder d’une pareille publicité s’il avait su ce qu’allait être la suite du meeting. Déjà, lors de l’annonce officielle de candidature d’Yvette Flaugère aux municipales, Gilbert Collard était arrivé avec deux heures de retard, accompagné du comique recyclé Jean Roucas. C’est dire le respect de l’orchidoclaste envers les citoyens électeurs !

Cette fois, après un plaidoyer pour Marine Le Pen, l’avocaillon n’a pu que laisser sa pouliche présenter sa liste et son programme. Disons tout de suite que les deux mots sont un peu forts pour désigner ce qui relève plutôt du vide intersidéral.

La liste !

Sur les 29 membres nécessaires pour se présenter au Grau du Roi, une dizaine était tout bonnement aux abonnés absents, à quoi il faut ajouter que la candidate a carrément zappés deux de ses colistiers, dont elle a fini par retrouver les noms au rattrapage. D’autres oubliés nous seront dévoilés un de ces quatre, c’est promis, avant le 23 mars si possible.

Le programme !

Nous n’allons pas le détailler, nul n’est jamais venu à bout du vide intersidéral. Mais on peut vous dire que les bras en sont tombés à plus d’un devant tant d’inepties. Passons outre le volet sécurité-sécurité-sécurité-sécurité qui est le fond de commerce habituel du FN avec celui de l’immigration. Cette fois pas un mot, la candidate se contentant de « renvoyer dos à dos » ( ?) ses adversaires ! Notons plutôt que de grands projets sont envisagés pour l’avenir des Graulens.  Par exemple la création de pépinières sous serres afin que les employés municipaux puissent se mettre à l’ abri les jours de pluie ! Et que penseriez-vous de l’organisation d’un bal masqué nautique et nocturne ? Sympa, non ? Et pour le volet propreté, c’est réglé : les gens devront balayer devant leur porte, et si possible aussi à l’intérieur de chez eux !

Extrait du discours (source lamouetterieuse qui a facebooké en temps réel) : « La propreté c’est facile ; chacun nettoie en théorie devant chez lui ou chez lui. On habillera Le-Grau-du-roi, on fera des parties, et chacun sera responsable de son coin ; au moins ce sera clair, on ira pas courir d’un côté de l’autre ; c’est pendant leur temps de travail, pendant ce temps ce n’est pas fait. »

Yvette et Gilbert

Si vous en voulez plus, allez donc assister à la prochaine réunion, ça peut vous faire économiser un spectacle comique qui ne serait peut-être pas aussi bon. Rien n’empêche que tout ça ne nous fasse pas rire. Outre que les élections sont a priori un moment sérieux de la démocratie, on ne peut que s’inquiéter que le FN, dont la dangerosité idéologique n’est plus à démontrer, puisse accorder son investiture à des gens qui n’ont visiblement pas les compétences requises pour les responsabilités auxquelles elles prétendent.

Mais bref ! Nous savions déjà que les idées au FN sont aussi rares que les skieurs dans le Sahara, mais là…nous atteignons des sommets d’indigence politique et intellectuelle exceptionnels. Aussi, une question se pose à l’évidence :

Comment est-ce possible ? Comment cette liste peut-elle exister ?

Rappelons pour les faits qu’elle a été déposée in extremis, la veille de la clôture des dépôts. Et pour cause : malgré le soutien officiel du Rassemblement Bleu Marine et de Gilbert Collard, la liste peinait à trouver ses candidats il y a encore une quinzaine de jours. Quels arguments ont alors pu décider quelques téméraires à venir compléter cette cour des miracles ? Allez, on ne va pas vous la jouer au suspense : il faut voir ici la patte du trio RMC.

le trio RMC

Le trio Rosso-Mourrut-Collard avait déjà été pris en flagrants délits de connivence l’été dernier (voir articles précédents ici et ). Juste renvoi d’ascenseur, il fallait bien que le Collard de service remercie Etienne Mourrut pour l’avoir fait élire à la députation lors des dernières législatives. Un ascenseur bien peu républicain pour un prétendu gaulliste. Mais les habitudes sont si difficiles à défaire…Et puis pourquoi changer une formule gagnante ? Mourrut aurait-il été élu une seule fois sans les voix du Front National ? Et notre Rosso, candidat à la succession familiale, pourrait-il se permettre de renâcler devant l’apport des voix frontistes ? Que nenni !

Car le problème des municipales 2014 au Grau du Roi, pour la dynastie Rosso-Mourrut, est bel et bien l’existence de la liste Bernard Luciani, étiquetée Rassemblement de la droite, bien que largement en phase avec les idées frontistes. Ce n’est que la mésentente entre Collard et Luciani qui a fait que ce dernier n’a pas reçu l’investiture du parti. Et comme la saison des amours entre Mourrut et Luciani est passée, Rosso ne peut que trembler à l’idée des voix qui cette fois ne tomberont pas systématiquement dans l’escarcelle de son clan. Sauf à envisager d’obscures tractations entre les tours de la triangulaire qui s’annonce, le compte n’y est plus pour le clan.

Alors il fallait coûte que coûte soutenir la liste Marine-Flaugère pour siphonner des voix à M. Luciani et diviser les fronts. Vieille stratégie de politique à la papa aujourd’hui complètement dépassée. Mais on y croit encore chez les « frères de la Côte » et c’est ainsi que le tandem Rosso-Mourrut s’est fait un devoir de trouver pour Yvette Flaugère les candidats qui manquaient à sa liste déficiente. Entre amis, on peut bien s’arranger. L’essentiel est de conserver le pouvoir, et tant pis s’il faut passer par d’ignobles manœuvres. « Plutôt Hitler que le Front Populaire », disaient certains en 1936. « Toujours d’accord avec ça ! » répètent en 2014 les fils de p…étain.

Les commentaires sont fermés.