Mais où se cache le Hamas ?

Le Hamas, nous dit Israël, se cache parmi la population civile.

Dans un billet d’humeur publié par The Guardian, Richard SEYMOUR révèle toutes les cachettes détruites par Israël. La traduction française est de Léo Lerouge.

Ils se sont cachés à l’hôpital El-Wafa.

Ils se sont cachés à l’hôpital Al-Aqsa .

Ils se sont cachés sur la plage, où des enfants jouaient au football

Ils se sont cachés dans la cour de Mohammed Hamad, un homme âgé de 75 ans.

Ils se sont cachés dans les quartiers populaires de Shejaiya.

Ils se sont cachés dans les quartiers de Zaytoun et de Toffah.

Ils se sont cachés à Rafah et à Khan Younès.

Ils se sont cachés dans la maison des Qassan .

Ils se sont cachés dans la maison du poète Othman Hussein.

Ils se sont cachés dans le village de Khoza’a.

Ils se sont cachés dans les milliers de maisons endommagées ou détruites.

Ils se sont cachés dans 84 écoles et 23 centres médicaux .

Ils se sont cachés dans un café, où les Gazaouis regardaient la Coupe du Monde.

Ils se sont cachés dans les ambulances qui allaient ramasser les blessés.

Ils se sont cachés dans 24 cadavres ensevelis sous les décombres .

Ils se sont cachés dans le corps d’une jeune femme en chaussons roses, étalée sur le trottoir et abattue alors qu’elle tentait de fuir.

Ils se sont cachés dans les corps de deux frères de quatre et huit ans, qui étaient en soins intensifs dans le service des grands brûlés d’Al-Shifa .

Ils se sont cachés dans le corps du petit garçon dont les restes avaient été recueillis par son père dans un sac plastique.

Ils se sont cachés dans l’enchevêtrement inouï de corps qui arrivaient dans les hôpitaux de Gaza.

Ils se sont cachés dans le corps d’une femme âgée, qui gisait dans une mare de sang sur le sol en pierre.

Le Hamas, nous disent-ils, est lâche et cynique.

Sources_version anglaise : http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/jul/21/hospital-hamas-is…
version française : http://www.legrandsoir.info/le-hamas-nous-dit-israel-se-cache-parmi-la-population-civile-the-guardian.html

Les commentaires sont fermés.