URGENCE Palestine_20 Juillet

mise à jour du vendredi 25 juillet

Suite à au lancement de la campagne pour la dissolution de la Ligue de Défense Juive, par Jean-Jacques Candelier député du Nord, Wesign.it subit une attaque de grande ampleur.
Cela s’est manifesté, d’abord par un ralentissement, puis par une impossibilité d’accéder au site depuis mardi soir. Nous avons pu rétablir la pétition mais le site renvontre encore d’importantes difficultés.
Nos équipes techniques sont mobilisées pour rétablir au plus vite l’accès à la plateforme.
Nous tenons à nous excuser auprés de tous ceux qui n’ont pu signer la pétition.

Cette attaque par des soutiens de la Ligue de Défense Juive, confirme la nécessité de se mobiliser contre ce groupuscule d’extrême droite qui sème la violence et cultive la haine. Nous vous demandons de rester mobilisés pour exiger la dissolution de la Ligue de Défense Juive, merci à vous de continuer à diffuser la campagne auprés de vos contacts.

Dissolution de la LDJ

M. Jean-Jacques Candelier interroge M. le ministre de l’intérieur sur la dissolution administrative d’une association.

Soutenez la demande de dissolution de la Ligue de Défense Juive en signant cette pétition
« Une vidéo tourne sur la toile montrant les militants de la LDJ (Ligue de Défense Juive) dégradant les rues et provoquant les manifestants pacifiques qui soutenaient la Palestine et le droit international. Les agissements de cette organisation criminelle, classée « organisation terroriste » par le FBI, et interdite d’activité en Israël comme aux États-Unis, doivent cesser. L’impunité de ces barbares dont le seul but est d’attiser la haine est inacceptable. Leur politique de « défense des juifs » contribue à l’amalgame entre judaïsme et sionisme. Il lui demande s’il compte dissoudre ce groupe fasciste et raciste qui terrorise la population. »

  Signez et faites signer tous vos amis pour ceux qui l’ont pas encore fait,
  Diffusez le lien de l’appel dans vos blogs, journaux, radios, tv,
  Diffusez le lien de l’appel via tous les réseaux sociaux.

=*=*=*=*=*=*

Invité de l’Esprit d’actu, Bernard Ravenel révèle qu’il y a eu un compromis entre » Nicolas Sarkozy à l’époque ministre de l’Intérieur et le CRIF pour tolérer la LDJ ». Il révèle également que la police  » est fatiguée de la LDJ ». Président d’honneur de l’Association France Palestine Solidarité, historien et militant politique, spécialisé dans les questions méditerranéennes, Bernard Ravenel a participé en 1960 à la fondation du Parti socialiste unifié (PSU).

*=*=*=*=*=*=*

mise à jour du lundi 21 juillet

Communiqué du Front de Gauche  Lundi 21 Juillet 

Amplifier la solidarité avec le peuple palestinien, Défendre le droit de manifester

Ce week-end, la guerre engagée par le gouvernement israélien a franchi un pallier supplémentaire dans l’horreur. Il faut en finir avec cet engrenage meurtrier, ce qui suppose un arrêt immédiat des bombardements et le retrait des troupes israéliennes déployées dans Gaza.

Plus largement, il est grand temps de mettre un terme au blocus qui asphyxie Gaza depuis 7 ans, de libérer les prisonniers palestiniens, d’en finir avec la colonisation et de démanteler les colonies existantes en territoires occupés.

Israël doit enfin se conformer au droit international dans le cadre des résolutions des Nations Unies. Une paix juste et durable suppose l’existence de deux états dont un état palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale.

Dès aujourd’hui, la France devrait œuvrer à sanctionner durement le gouvernement Israélien en commençant par mettre tout son poids dans la balance pour que l’Union européenne suspende son accord d’association avec Israël qui accorde des avantages économiques à ce pays.

Malheureusement, le gouvernement français n’en prend pas le chemin. Au contraire, le président de la République, son premier ministre et sa diplomatie apportent leur soutien à l’agression israélienne. C’est d’autant plus inacceptable que François Hollande s’était engagé en 2012, à agir pour favoriser la paix et la sécurité entre Israël et la Palestine, à soutenir la reconnaissance internationale de l’Etat Palestinien (engagement 59 du candidat François Hollande).

Le Front de gauche dénonce également la décision du gouvernement Valls qui a conduit à l’interdiction de la manifestation de samedi 19 juillet à Paris au motif d’incidents intervenus le dimanche précédant dont l’origine ainsi que le rôle de la Ligue de Défense Juive donnent lieu à des versions contradictoires.

Cette interdiction constitue une atteinte intolérable au droit de manifester ; elle témoigne aussi du choix du Premier Ministre d’une stratégie de la tension qui est insupportable car potentiellement dangereuse pour le débat et la démocratie!

Dans de nombreuses régions comme dans les grandes villes européennes, les manifestations se sont déroulées avec des cortèges massifs et sans heurts. Ce qui confirme que l’interdiction de manifester et le dispositif policier et sécuritaire déployé sont à l’origine des tensions.

Le Front de Gauche participera aux prochaines manifestations prévues en solidarité avec le peuple palestinien et appelle à la poursuite de la mobilisation et à son renforcement car il y urgence !

Le Front de Gauche – le lundi 21 juillet 2014

MANIF LE 23 JUILLET à 18H30 de DENFERT ROCHEREAU à BASTILLE

soutiens actuels :

Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) – Alliance for Freedom and Dignity (AFD) – Alternative Libertaire (AL) – Américains contre la guerre (AAW) – Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) – Association des Tunisiens en France (ATF) – Association France Palestine Solidarité (AFPS) – Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) – Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC) – Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) – Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) – Association Universitaire pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) – Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP) – Cedetim / IPAM – Collectif des Musulmans de France (CMF) – Collectif Faty Koumba – Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP) – Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) – Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO) – Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) Confédération Générale du Travail (CGT) – Confédération paysanne – Droit-Solidarité – Ensemble – Europe Ecologie les Verts (EELV) – Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) – Fédération Syndicale Unitaire (FSU) – Gauche Unitaire (GU) – Génération Palestine – La Courneuve-Palestine – le Mouvement de la Paix – les Alternatifs – les Femmes en noir – Ligue des Droits de l’Homme (LDH) – Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) (LIFPL) – Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) – Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) – Mouvement Politique d’Emancipation populaire (M’PEP) – Organisation de Femmes Egalité – Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) – Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) – Parti Communiste Français (PCF) – Parti de Gauche (PG) – Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) – Une Autre Voix Juive (UAVJ) – Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) – Union Générale des Etudiants de Palestine (GUPS-France) – Union Juive Française pour la Paix (UJFP) – Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) – Union syndicale Solidaires

Dans une lettre ouverte au Président de la République, une centaine d’élus et militants du Parti socialiste disent leur étonnement : « Nous n’aurions jamais imaginé interpeller ainsi l’homme que nous avons porté collectivement à la tête de notre pays ». Ils expriment leur «solidarité au peuple palestinien » et dénoncent un « affront fait à celles et ceux qui œuvrent depuis longtemps pour la construction d’une paix durable au Proche Orient ».

Dans un souci de ne laisser aucune bonne volonté sur la touche, Sémaphores publie ci-après cette lettre, non sans faire deux remarques. Il est regrettable et pour le moins pas normal que le sigle PS ne figure pas aux côtés de ceux des signataires de la prochaine manifestation du 23. Se dire affligé, atterré, indigné… (on nous la joue souvent en ce moment)  ne saurait en rien et à aucun moment compatible avec le fait de rester dans un parti politique dont les têtes soutiennent un régime d’apartheid, de colonisation et de fascisme en route. La deuxième remarque va au partage des exigences posées par ces « militants étonnés » (sic Mediapart). « Nous exigeons le retrait immédiat des troupes, l’arrêt des bombardements et la levée du blocus illégal sur Gaza, l’arrêt de la colonisation et l’application du droit international et des résolutions de l’ONU jusqu’ici ignorées par Israël. », dites-vous, messieurs-dames. Et vous n’êtes pas les seuls à vouloir vous arrêter là.

Il serait pourtant de bon ton et dans le pur respect des droits internationaux que d’exiger d’Israël de se retirer de toutes ses colonies injustement acquises et de se retrouver dans les seules limites territoriales qui leur avaient été reconnues par la communauté internationale en 1967.

Voici la lettre:

Monsieur le Président,

Comme beaucoup de Français, nous nous sentons concernés par ce qui se passe en ce moment à Gaza. Nous avons été véritablement stupéfaits en apprenant votre position qui consistait à apporter un soutien ferme et absolu au gouvernement israélien d’extrême droite dirigé par Benjamin Netanyahou.

Militants et élus socialistes, nous sommes nombreux à être touchés par les bombardements israéliens à Gaza. Ces bombardements, en toute violation du droit international, provoquent chaque jour de nouveaux morts et blessés parmi la population palestinienne. Et le pire est à craindre. Nous condamnons les tirs de roquettes contre la population civile israélienne qui ont provoqué la mort d’un civil. Quel que soit le nombre, la mort ne serait-ce que d’un être humain nous est tout aussi insupportable d’un côté comme de l’autre. Mais lorsque d’un côté nous avons un seul mort, et de l’autre, plusieurs centaines dont des femmes et des enfants, il nous est inconcevable de justifier un tel déséquilibre… Cette barbarie ne vous émeut-elle donc point ? Le peuple palestinien n’a-t-il pas le droit de vivre en paix dans un Etat libre et reconnu par les autorités internationales au même titre que l’Etat d’Israël ?

Ce soutien unilatéral de votre part, sans condamnation aucune à l’égard d’Israël, est un affront fait à celles et ceux qui œuvrent depuis longtemps pour la construction d’une paix durable au Proche Orient, en contradiction totale avec les principes et les valeurs d’une gauche humaniste qui prône l’auto-détermination des peuples, en contradiction totale avec la ligne diplomatique française depuis 40 ans… En cela, vous rejoignez totalement la position personnelle de votre prédécesseur Nicolas Sarkozy qui se disait être « l’ami d’Israël » plutôt que l’ami du droit international et de la paix. Vous, un cran au-dessus, vous recherchez des « chants d’amour » pour un État qui viole chaque jour un peu plus le droit d’un peuple à son indépendance, des « chants d’amour » pour un peuple qui colonise une terre à la barbe de la communauté internationale sans que personne n’arrête cette ignominie.

Nous voulons exprimer ici notre solidarité au peuple palestinien, au gouvernement d’entente nationale, soutenir l’adhésion de la Palestine en tant que membre à part entière de l’ONU et affirmer plus que jamais la nécessité de la création d’un État palestinien libre, viable et indépendant, en sécurité et en paix avec l’Etat d’Israël.

Nous exigeons le retrait immédiat des troupes, l’arrêt des bombardements et la levée du blocus illégal sur Gaza, l’arrêt de la colonisation et l’application du droit international et des résolutions de l’ONU jusqu’ici ignorées par Israël.

Militants sincères, militants respectueux de nos débats internes et des règles de notre parti, nous n’aurions jamais imaginé interpeller ainsi l’homme que nous avons porté collectivement à la tête de notre pays de manière publique. Malheureusement aucun débat interne n’a lieu et notre parti est devenu une sorte de fantôme qui hoche la tête devant vos errements.

Nous vous interpellons publiquement, parce qu’indignés. Publiquement parce qu’impossible de pouvoir vous parler directement comme nous le faisions quand vous étiez notre Premier Secrétaire.

En espérant que vous partagerez notre position et la défendrez non seulement au sein de l’Union européenne mais aussi auprès de l’ONU aussi personnellement que vous avez écrit ce communiqué de presse qui a suscité notre émoi, recevez, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations les plus hautes.

suite du dossier Sémaphores après la balise

Nous pourrions nous contenter de montrer cette image, suffisamment explicite :

Mais nous préférons vous montrer celle-là :

Ceci est un enfant coupé en morceaux par une bombe israélienne. Oui, très sincèrement, il nous coûte de publier des horreurs pareilles. Mais avons-nous d’autre choix que de brusquer certaines consciences face à la désinformation générale concernant le drame génocidaire qui se joue à Gaza.

Il est inadmissible d’entendre Valls et autre Cazeneuve nous demander de « ne pas importer le conflit israëlo-palestinien sur le sol français » après que le président Hollande a clairement et sans ambages affiché son soutien à la pire politique d’Israël. Ne cessons de dire que ces propos ne l’engagent que lui et ne sauraient représenter l’esprit du peuple français dans sa globalité. Un massacre se passe sous nos yeux, un génocide par épuration ethnique, Israël rejoue Oradour sur Glane et le ghetto de Varsovie et nous devrions nous taire ?

Cela dit, les manifestations de soutien au peuple palestinien se poursuivent sur toute la planète et la manif à Paris a bien eu lieu malgré l’interdiction de la préfecture. Comme d’hab, il ne faut plus compter sur les merdias officiels pour l’info, par exemple Europe 1 qui n’a réussi à compter qu’une centaine de manifestants tout en publiant une photo qui démontre à elle seule leur mensonge.

Vu sous un autre angle, voici la centaine de participants :

Au carrefour de Barbès, à 15h30, samedi 19 juillet. Manifestation pour la Palestine. © @thomasguien

Mais il est clair que la bataille de l’info se joue aujourd’hui sur les réseaux. Voici quelques exemples de ce que vous avez pu rater.

Des milliers de personnes ont manifesté dans les rues de Londres (Royaume-Uni), samedi 19 juillet. © REUTERS/Luke Mac Gregor

En Turquie, près de 300 députés et adjoints parlementaires ont manifesté leur solidarité en condamnant l’agression sioniste et dit qu’ils étaient prêts à aller à Gaza et faire un bouclier humain pour protéger ses habitants.

À Canberra, en Australie, c’était aussi un très bel appel à cesser immédiatement la guerre.

En Grèce, Alexis Tsipras incite à faire valoir notre solidarité européenne en déclarant qu’aujourd’hui nous somme tous des Palestiniens. “…if we want to be called europeans we can only say that we’re all palestinians today.” Alexis Tsipras ‏@tsipras_eu 3m

*=*=*=*=*=*

L’UE ne peut demeurer silencieuse face à la barbarie

Le député européen Patrick Le Hyaric demande à l’Union européenne de placer le peuple palestinien sous protection internationale.

A la demande du groupe de la Gauche unitaire européenne un débat a eu lieu mercredi 16 juillet en soirée au Parlement européen. Avant cela les députés du groupe de la Gauche Unitaire européenne se sont joints à la manifestation organisée par les associations et le collectif pour la paix devant le Parlement.

*=*=*=*=*=*

UN APPEL A SIGNER QUI DÉNONCE L’INDUSTRIE DES ARMES ET LES COOPÉRATIONS MILITAIRES DERRIÈRE LES MASSACRES DE GAZA

Des Prix Nobel de la paix et des célébrités appellent à un embargo militaire sur Israël

http://blogs.mediapart.fr/blog/stephane-m/200714/des-prix-nobel-de-la-paix-et-des-celebrites-appellent-un-embargo-militaire-sur-israel-0

*=*=*=*=*=*

Au risque de choquer, voici le coup de gueule de Christophe Oberlin, professeur de chirurgie de l’université Paris-Diderot, accessoirement juif mais n’opérant pas moins à Gaza.

Lettre ouverte à François Hollande et autres racistes qui nous dirigent.

 

Pour ceux qui n’auraient eu droit qu’à l’enfumage des merdias, voici un nécessaire retour sur la manif pro-Palestine du 13 juillet dernier et la prétendue attaque d’une synagogue. Les invités étaient Michèle Sibony, membre de l’Union Juive Française pour la Paix, et Youssef Boussoumah, membre du «Parti des Indigènes de la République» (PIR)

Et voici la vidéo intégrale à partir de laquelle TF1 a réalisé son montage mensonger.

Enfin  il nous a semblé que ce dossier serait incomplet sans ce petit rappel historique retrouvé dans les archives de l’Ina. Le général Charles de Gaulle a beau ne pas être notre tasse de thé, il est incontestable que son analyse du conflit israélo-palestinien, outre qu’elle nous rafraichit utilement la mémoire, avait quelques accents visionnaires.

Pour aller plus loin : on peut savoir que les gouvernements ont des moyens juridiques pour faire pression sur Israël en ce qui concerne les crimes internationaux. Voir ci- après les liens vers les articles du Huffington, d’Amnesty International et du collectif BDS

La Palestine pourrait désormais saisir la Cour pénale

Le rehaussement du statut de la Palestine à l’ONU

Questions et réponses : la demande d’adhésion palestinienne

La Cour Pénale Internationale (CPI) – BDS France

Qu’est-ce qu’un crime d’agression selon le droit pénal international ?

Tel que défini par l’Assemblée des États parties réunie à Kampala (Ouganda) entre le 31 mai et le 11  juin 2010 pour la Conférence de révision du Statut de Rome, le crime d’agression s’entend de la planification, la préparation, le déclenchement ou la commission d’un acte consistant pour un État à employer la force armée contre la souveraineté, l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique d’un autre État.

Les actes d’agression comprennent notamment l’invasion, l’occupation militaire ou l’annexion par le recours à la force et le blocus des ports ou des côtes, si par leur caractère, leur gravité et leur ampleur, ces actes sont considérés comme des violations manifestes de la Charte des Nations Unies.

L’auteur de l’acte d’agression est une personne qui est effectivement en mesure de contrôler ou de diriger l’action politique ou militaire d’un État.

Explications fournie par le site de la Cour pénale internationale : http://www.icc-cpi.int/fr_menus/icc/about%20the%20court/frequently%20asked%20questions/Pages/14.aspx

Lire aussi : Obliger les Etats à tenir parole – Le Monde diplomatique

Et pour ceux qui veulent aller plus loin dans les arcanes de la diplomatie et de la politique étrangère de la France, voici un fil chronologique reconstitué par le blogueur James in Paris. Informations à recouper avec l’enquête de Mediapart publiée le 15 décembre 201 par Lénaïg Bredoux : Politique étrangère : Hollande dans le «bain néoconservateur»

En dix-huit mois, il (le président Hollande) a engagé la France dans deux conflits armés. Il voulait « punir » Assad et « détruire » les terroristes du Sahel, se montrer ferme avec l’Iran et afficher son amitié avec Israël. Le président français est-il devenu néoconservateur ?

En janvier, au lendemain du déclenchement de l’opération Serval, c’est l’ancien ministre des affaires étrangères Dominique de Villepin qui, le premier, jugeait que « le virus néoconservateur » avait « gagné tous les esprits ». Laurent Fabius « demeure influencé par les néoconservateurs français, qui sont très bien placés, sérieux et influents au ministère des affaires étrangères. Ce sont eux qui contrôlent la haute administration en matière de relations internationales », expliquait aussi récemment à Mediapart le chercheur Bernard Hourcade, à propos du dossier iranien.

Lénaïg Bredoux explique :

Le « néoconservatisme » est un mouvement qui a émergé dans les années 1960 aux États-Unis, parti de la gauche anti-communiste jusqu’à former l’aile droite du parti républicain. Concrètement, les “néocons”, grands inspirateurs de la guerre en Irak, se moquent totalement de l’Onu, pensent qu’il faut défendre l’Occident, dont la pointe avancée est Israël, contre les puissances émergentes, méprisent les pays arabes, jugent que la démocratie est le meilleur régime parce qu’il garantit le plus sûrement la paix et la sécurité et qu’il faut l’instaurer, y compris militairement, à l’étranger.

… en France, un certain nombre d’intellectuels et de diplomates se sont inspirés de cette doctrine – c’est le cas de figures comme Bernard-Henri Lévy ou André Glucksmann et d’un petit groupe de fonctionnaires du Quai d’Orsay dont la plupart ont été en poste aux États-Unis et/ou en Israël au plus fort de la vague “néocon”, au début des années 2000. Ils ont même longtemps pensé avoir trouvé leur George W. Bush avec Nicolas Sarkozy, élu avec la volonté de rompre avec Jacques Chirac et de se rapprocher des États-Unis et d’Israël, et leur Donald Rumsfeld avec Bernard Kouchner. Ils ont été partiellement déçus.

On apprend que :

Les “védriniens” ou les tenants du “gaullo-mitterrandisme” s’inquiètent aussi de voir confirmer la carrière de certains diplomates influencés par les “néocons”.

C’est par exemple le cas de Gérard Araud, ambassadeur de la France à l’Onu, ancien directeur des affaires stratégiques et ex-ambassadeur en Israël dans les années 2000, de Philippe Errera, nommé par la gauche directeur des affaires stratégiques du ministère de la défense après avoir été représentant de la France à l’Otan, ou de François Richier, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l’Élysée, passé lui aussi par les affaires stratégiques, et ambassadeur en Inde depuis 2011.

Au Quai d’Orsay, Jacques Audibert, nommé par Bernard Kouchner, occupe toujours le poste clef de directeur des affaires politiques et de sécurité, et l’ambassadeur Éric Chevallier, proche de Kouchner, a la main sur la politique française en Syrie. Quant à Laurent Fabius, son cabinet a été fortement remanié en juin dernier, avec le départ de plusieurs arabisants et de Denis Pietton, directeur de cabinet pour le Brésil. Le ministre a depuis choisi comme directeur de cabinet adjoint un des visages de cette génération de diplomates, souvent jugés brillants et poreux aux thèses néoconservatrices, Martin Briens.

Ainsi, Mediapart citait en 2009 un diplomate européen à propos des négociations avec l’Iran : « L’équipe qui travaille aujourd’hui sur ce dossier à l’Élysée et au Quai d’Orsay reste sur la ligne ferme fixée avec l’administration Bush en 2003. Ce sont des gens comme François Richier, Martin Briens ou Philippe Errera, qui sont des idéologues assez durs. Ils ont été en poste à Washington à l’époque Bush et ils ont baigné dans l’atmosphère néoconservatrice de l’époque. »

Moins de 48h après la parution en « Une » de cette enquête en décembre 2013, Mediapart a reçu une demande de redressement fiscal de Bercy.

Les commentaires sont fermés.