L’Hallelujah de Leonard Cohen

Allez, c’est dimanche et, une fois n’est pas coutume, Sémaphores vous emmène à la messe. Enfin… presque. C’est quand même le petit coup de cœur musical de la semaine.

remis à jour le 24 septembre 2014

Depuis sa création en 1984 par Léonard Cohen, la chanson Hallelujah a largement fait le tour du monde. De Céline Dion aux célèbres Il Divo en passant par Bon Jovi, Bob Dylan, John Cale, Jeff Buckley ou Susan Boyle, on n’en compte plus les interprétations, d’autant qu’il n’est pas d’année sans que les jeunes talents s’y essaient aussi dans tous les concours style The Voice Kids 2014. On estime à plus de 120 les reprises d’Hallelujah, sans compter les versions live.

Mais la dernière version la plus inattendue (et excellente) est celle qui a surpris les jeunes mariés Chris and Leah O’Kane, et tous leurs parents et amis présents à l’église pour cette cérémonie où officiait le Père Ray Kelly. De quoi constater qu’il est des curés qui se lâchent vraiment, pour un plaisir grandement partagé si on se fie à son succès sur la Toile.

Le mariage était célébré le 05 avril dernier, la vidéo était postée deux jours plus tard, et elle a déjà été visionnée par près de 37 millions de personnes, un record.

Un choix plus sémaphorien va à cette autre interprétation enregistrée en 2012 et qui n’a guère dépassé les frontières norvégiennes, et c’est bien dommage. Le premier se nomme Espen Lind, le second est Askil Holm, le troisième se nomme Alejandro Fuentes et Kurt Nilsen ferme ce quatuor d’un instant. Hallelujah !

Enfin voici une troisième version. On n’y voit pas le chanteur mais… qu’est-ce que ça colle bien à l’image. Bon dimanche à toutes et tous.

Les paroles de la chanson se trouvent après la balise

« Hallelujah »

I’ve heard there was a secret chord
That David played, and it pleased the Lord
But you don’t really care for music, do you?
It goes like this
The fourth, the fifth
The minor fall, the major lift
The baffled king composing Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

Your faith was strong but you needed proof
You saw her bathing on the roof
Her beauty in the moonlight overthrew you
She tied you to a kitchen chair
She broke your throne, and she cut your hair
And from your lips she drew the Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

Baby I have been here before
I know this room, I’ve walked this floor
I used to live alone before I knew you.
I’ve seen your flag on the marble arch
Love is not a victory march
It’s a cold and it’s a broken Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

There was a time when you let me know
What’s really going on below
But now you never show it to me, do you?
And remember when I moved in you
The holy dove was moving too
And every breath we drew was Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

Maybe there’s a God above
But all I’ve ever learned from love
Was how to shoot at someone who outdrew you
It’s not a cry you can hear at night
It’s not somebody who has seen the light
It’s a cold and it’s a broken Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

You say I took the name in vain
I don’t even know the name
But if I did, well really, what’s it to you?
There’s a blaze of light in every word
It doesn’t matter which you heard
The holy or the broken Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah

I did my best, it wasn’t much
I couldn’t feel, so I tried to touch
I’ve told the truth, I didn’t come to fool you
And even though it all went wrong
I’ll stand before the Lord of Song
With nothing on my tongue but Hallelujah

Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah, Hallelujah
Hallelujah

Les commentaires sont fermés.