Mon cher Arnaud,

Nous avions pensé vous parler de la dernière conférence de presse du président Flamby, mais elle est d’un tel vide sidéral que vous auriez râlé d’une page blanche qui eut été pourtant bien significative de ce que la Hollandie peut encore mettre en avant. Fort heureusement, notre contributeur sémaphorien masqué, Pascal Campel, s’est fendu d’un billet d’humeur et d’humour comme nous les aimons. Le surdiplômé Cambadélis ou le Manuelito aux dents longues ne perdent rien pour attendre, mais aujourd’hui c’est vers le frondeur Arnaud que nous tournons le projecteur, manière d’évaluer combien il reste de ces polis p’tits chiens en phase avec les idées qu’ils professent (ou voudraient nous faire croire que…).

Arnaud,

Pardonne-moi cette familiarité, mais nous nous sommes croisés il y a déjà un bail, c’était du temps où toute ton énergie passait dans la promotion de la Convention pour la 6° République. C’était avant que tu n’entres vraiment dans la carrière…

Or donc j’apprends que tu as choisi les States pour tes premières vacances d’après-ministre ! Autant dire que je m’étonne de voir un socialiste, car tu es toujours au Parti Socialiste je crois, choisir ce pays pour des vacances. Et si j’en crois les gazettes pipoles en « amoureux » de surcroit. Tu aurais pu choisir Venise, je sais c’est banal, ou Rhodes, à la mode. Ou pourquoi pas Cuba, tu sais ce pays qui malgré l’embargo américain, malgré la fin de l’aide du grand frère soviétique, malgré une conception particulière de la démocratie accorde la gratuité des soins de santé, et scolarise tous les enfants. Et Cuba dont les plages sont paradisiaques, sauf du côté de Guantanamo !

Ainsi donc, tu étais aux States avec dame Aurélie. Remarque que personnellement, ta vie privée « ça m’en touche une sans faire bouger l’autre » comme aurait dit Jacques le Corrèzien. Mais franchement j’ai les States en travers du gosier. Comment l’as de la marinière, de l’électroménager aux trois couleurs, celui qui tient des discours de Prime Minister devant un parterre de députés, patrons et journalistes tous made in France peut il respirer le même air que les flics qui abattent des jeunes, noirs bien sûr, le même air que la Bush family, ou que la National Rifle Association, sans parler de cet air fétide qui s’échappe des pénitenciers à l’heure de la mise à mort !

Donc Arnaud, soit tu es amoureux, ce que je peux comprendre, soit tu as perdu toute crédibilité pour rénover la gauche. D’autant que tu n’es plus le seul à vouloir un changement de République.

Si tu le permets, un conseil : au boulot ! Sinon, la 6° République se fera sans toi !

Bon, tu m’excuses, mais y a du taf’, la défense des « sans dents », des « illettrées » de Gad, ou encore des exigences surréalistes de don Gattaz. Comme tu le vois, il y a encore des gens qui sont de gauche, sur le terrain bien sûr. Sous les ors de la République, c’est moins certain !

Hasta siempre !

Les commentaires sont fermés.