Comment ça va, la planète ?

La Terre rencontre une autre planète ; Elles papotent :

« Ça va, toi ? demande l’autre planète.

-Non, je suis pas en forme en ce moment, répond la Terre.

-Ah bon, qu’est-ce que tu as ?

– J’ai l’humanité…

– Bah, t’inquiète pas, ça va pas durer… »

 La planète est malade, et sa guérison semble de plus en plus incertaine. La pression exercée par l’humanité sur les écosystèmes est telle qu’il nous faut chaque année l’équivalent d’une Terre et demie pour satisfaire nos besoins en ressources naturelles, tandis que le déclin de la biodiversité est sans précédent. Ce sont les conclusions alarmantes du Fonds pour la nature (WWF), dans la dixième édition de son rapport Planète vivante, le bilan de santé le plus complet de la Terre.

Résultat : les effectifs de ces espèces sauvages ont décliné de 52 % entre 1970 et 2010. Autrement dit, la taille de ces populations a fondu de moitié en moins de deux générations, ce qui représente un recul beaucoup plus marqué que celui précédemment estimé (– 28 %). Dans le détail, les espèces d’eau douce sont les plus durement touchées avec une chute de 76 % entre 1970 et 2010, contre un déclin de 39 % pour les espèces marines et les espèces terrestres.

Si ce déclin touche l’ensemble du globe, les pertes les plus lourdes sont observées sous les tropiques (– 56 % contre – 36 % dans les zones tempérées). L’Amérique latine est la région la plus affectée (– 83 %), suivie par l’Asie-Pacifique. Au contraire, dans les aires terrestres protégées, l’IPV a diminué de « seulement » 18 %.

Le « dépassement », ou ce jour à partir duquel l’humanité vit à crédit – qui intervient de plus en plus tôt dans l’année – est possible car nous coupons des arbres à un rythme supérieur à celui de leur croissance, nous prélevons plus de poissons dans les océans qu’il n’en naît chaque année, et nous rejetons davantage de carbone dans l’atmosphère que les forêts et les océans ne peuvent en absorber. Conséquence : les stocks de ressources s’appauvrissent et les déchets s’accumulent plus vite qu’ils ne peuvent être absorbés ou recyclés, comme en témoigne l’élévation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère.

L’article intégral est ici : http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/09/30/la-terre-a-perdu-la-moitie-de-ses-populations-d-especes-sauvages-en-quarante-ans_4496200_3244.html

Au vu du côté « alarmiste » de ce genre d’article (paru dans Le Monde mais également signalé par Mediapart) nous invitons ceux qui veulent aller plus loin dans la réflexion à aller faire un tour sur le blog suivant : http://www.pensee-unique.fr/news.html

Les commentaires sont fermés.