Ras le Pen !

D’abord un rectificatif : ce ne sont pas 9 millions d’euros (voir info précédente) que le FN emprunterait à une ou plusieurs banques russes mais il souhaiterait pouvoir le faire jusqu’à hauteur de 40 millions. (source Mediapart du 27 novembre)

Ensuite…

Impossible aujourd’hui d’ouvrir Libé sans tomber sur un article de 2 pages sur « le FN qui progresse », de glander sur Facebook sans voir un lien vers une vidéo d’Alain Soral, ou d’allumer sa télé sans se farcir la Marine Le Pen.

Mais au delà des raccourcis historiques faciles, l’extrême droite d’aujourd’hui, c’est quoi ? Tout le monde parle du FN, mais quel journaliste a fait l’effort de lire son programme ou de décrypter ses stratégies ?

Certains l’ont fait et vous en parlent ici : http://desinvox.com/

Et un petit bonus comme on les aime à Sémaphores, rien que pour le plaisir ou le rafraîchissement de la mémoire : après celles de l’UMP et du PS (voir notre Mafiascope) voici la

Liste (non exhaustive) des condamnations et mises en examen du FN

C’est juste après la balise Lire la suite

TAFTA_CETA_dossier de rappel

Ils ne sont forts que du silence qu’ils nous imposent

Ni la Commission Européenne, ni le gouvernement n’ont à ce jour rendu ce traité public.

Il faut interpeler les élus locaux (4 articles du traité concernent les communes). Et les communes doivent interpeler le gouvernement pour lui demander de se retirer de la négociation. Près de 200 l’ont déjà fait. Malgré ce, on constate au quotidien que la population n’est pas informée, et pour cause… Bernard Lagarrigue revient en détail sur les dangers de ces négociations secrètes.

LE CETA QUI CACHE LE TAFTA QUI CACHE QUOI ?

Canada Europe Trade Agreement ? Quézaco ?

Cet accord de libre échange signé le 18 octobre entre le Canada et l’Union Européenne nous concerne tous, et en premier lieu parce qu’il n’est autre que la copie conforme du projet d’accord de libre échange  entre les États-Unis et l’ Union Européenne, le trop fameux TAFTA, qui alimente la chronique depuis des mois, et dessine une nouvelle carte  des familles de pensée.

Plusieurs remarques s’imposent avant même de plonger dans les profondeurs de l’accord Canada – EU.

Sur la méthode d’une part, marquée par la clandestinité des négociations, ce n’est en effet que l’été dernier, soit quelques mois avant leur conclusion, que les députés européens ont eu connaissance d’une première ébauche du projet. Et c’est bien la même opacité qui caractérise les négociations en cours entre les États-Unis et l’Europe ; le texte du mandat donné aux négociateurs européens, et non pas le contenu ou la moindre ébauche de contenu, n’a été rendu public qu’après décision de la Cour de Justice Européenne !

José Manuel Barroso

Autre remarque, sur la date de la signature, le 18 octobre, et la qualité des signataires, le Premier Ministre canadien et le président de l’Union Européenne dont la légitimité ne peut être mise en cause. Il en est tout autrement en revanche du troisième homme à avoir paraphé cet accord, M. Barroso, président de la Commission Européenne.

 

Jean-Claude Juncker

Quelle était sa légitimité dès lors que son successeur, M. Junker, avait été désigné le 15 juillet, confirmé par le Parlement européen le 22 octobre et prenait ses fonctions le 1°novembre. Aucune, mais cet accord de libre échange était le grand œuvre de sa présidence, il ne pouvait prendre le risque de le voir rejeté. En effet, si la France, socialiste, a donné son absolution sans mot dire, l’Allemagne, libérale, a sans cesse exprimé ses réticences et singulièrement sur la question de l’arbitrage privé en cas de conflits états/entreprises. En connaissance de cause, pour avoir été confronté à ce type de procédure qui selon la CNUCED* est défavorable aux états six fois sur dix. A moins d’un accord amiable dans tous les cas favorables aux entreprises !

Réticences dont a fait fi la commission Barroso !

Reste que cet accord CETA doit encore être approuvé par les 28 chefs d’états de l’UE, puis par le Parlement Européen, et par chacun des parlements nationaux. A suivre…

Qu’attendent le Canada et l’Union Européenne de cet accord qui vise non seulement à réduire puis supprimer les barrières douanières mais aussi à lever les restrictions sur les services et les obstacles réglementaires ? Une hausse des échanges, de l’ordre de 12 Mds par an entre le Canada et l’Union Européenne. A quel prix ? Autant lire dans une boule de cristal.

 Hausse des échanges ? C’est très exactement ce que vise aussi le projet de Grand Marché Transatlantique, autrement appelé TAFTA*, qui anticipe une hausse de la croissance de 0,5 % l’an selon une source américaine, mais seulement 0,2 % selon une étude européenne, avec pour seule feuille de route la libéralisation des échanges, la suppression de toutes les barrières douanières, réglementaires, de tout ce qui peut restreindre la liberté. Celle des entreprises s’entend !

  Mais pour éviter que les citoyens ne s’emparent du débat, et ne provoquent de légitimes interrogations, les négociations, comme celles conduites pendant plus de quatre ans entre le Canada et l’Europe, ont été entourées du secret le plus absolu. Ainsi le mandat définitif donné le 14 juin 2013 par l’UE à ses négociateurs portait très clairement « restreint UE ». Ce n’est qu’après le jugement de la Cour Européenne de Justice du 3 juillet 2014 qu’il a été déclassifié. Une véritable atteinte aux plus élémentaires des pratiques démocratiques.

    Dans ce document de 18 pages et 46 articles, écrit en anglais*, le mandat est explicite, il n’est question que de mettre un terme à tout ce qui peut gêner les échanges commerciaux avec, par exemple un art.3 qui préconise « un haut niveau d’ambition d’aller au-delà des engagements de l’OMC », ou encore l’art10 « le but sera d’ ‘éliminer tous les droits sur le commerce bilatéral… »

Mais ce sont les articles qui concernent les atteintes aux droits démocratiques les plus élémentaires qui sont les plus préoccupants, comme cet art.4

« Les obligations de l’accord seront obligatoires pour tous les niveaux de gouvernement »

Autrement dit l’accord concerne aussi les collectivités infra-gouvernementales. En France, les communes, départements et régions. Un article assassin qui n’est rien d’autre qu’une opportunité offerte aux entreprises multinationales de s’attaquer non pas aux états dont les moyens de défense restent puissants, mais aux collectivités de rang inférieur. Par exemple rien n’interdirait un pétrolier qu’il soit américain, ou même européen par le biais d’une filiale, de traduire en justice pour entrave, et donc infraction à l’accord de libre échange, une commune qui s’opposerait à l’exploitation de gaz de schistes.

Mais, et cela est une autre bombe à retardement, cette justice ne serait ni européenne, ni française dans notre cas, mais internationale.

On peut ainsi citer le Centre International de Règlement des Conflits liés à l’Investissement, lié à la Banque Mondiale, et qui siège à Washington. Ou encore la London Court of International Arbitration, ou pourquoi pas la Chambre de commerce internationale basée à Paris, dont l’un des but est le lobbying « pro business »auprès des organisations internationales. On pourrait rêver mieux en termes de garanties d’impartialité !

Tout dans ce projet d’accord de libre échange contribue à affaiblir l’Union Européenne au nom d’une croissance plus qu’aléatoire, d’autant que, autre facteur aggravant, la négociation est totalement asymétrique entre les États-Unis, pays fédéral qui depuis 1933 protège certains de ses marchés- Buy American Act– et l’Union Européenne, regroupement de nations indépendantes aux objectifs souvent différents voire antagonistes.

Qui l’emportera, qui fera valoir le respect du droit des européens ? La mobilisation des citoyens des 28 états membres, et peut être le poids de l’Allemagne très vigilante sur l’avenir de ses entreprises. Quant à la France son président semble pressé de conclure cet accord…

B. LAGUARRIGUE

* CNUCED : Conférence des Nations Unies sur le commerce et de développement.

* TAFTA( Trans atlantic free trade area), GMT( grand marché transatlantique),TTIP( Transatlantic trade and investment partnership), trois sigles pour désigner un même objet. Peut être pas un hasard…

* Directives pour la négociation du traité de libre échange UE/USA :

www.attac.org

www.contrelacour.fr

Bonus : Une première vidéo pour ceux qui n’ont que trois minutes pour comprendre le mécanisme, suivi d’un Entretien avec Raoul Marc Jennar_29mn. (Écouter vers la 11ème minute les incidences des tribunaux d’arbitrage sur les communes.)

Si la vidéo suivante ne fonctionnait pas dans nos pages, essayez ici : http://archives.tele-astv.fr/video-4564-le-jt-interview-raoul-marc-jennar-26-septembre-2014.html


À propos du GMT-TAFTA. Interview de Raoul Marc…

L’exemple de Grenoble

Saisissant l’opportunité de la fin de son contrat avec la société JC Decaux, la commune de Grenoble a décidé de bannir la publicité de ses rues.

L’info a fait le tour de la presse, aussi n’allons-nous pas sur Sémaphores répercuter les cris d’orfraie qu’elle suscite par ci par là. N’empêche que le débat doit avoir lieu dans toutes les communes où des citoyens se sentent de le porter. Premiers éléments.

extrait trouvé sur le Net.

« Au-delà de la critique de la publicité s’étalant dans nos rues et des messages qu’elle véhicule, la décision de Grenoble questionne le rôle de l’élu local et la portée politique de ses décisions sur l’organisation de la vie collective. On peut comprendre qu’il soit surprenant pour certains que des élus respectent leurs promesses électorales. Mais il ne faut pas s’y tromper, si la réaction des publicitaires est si violente dans la presse, c’est bien parce que l’émancipation des élus leur est insupportable et qu’elle remet en cause les fondements même de leur modèle économique. Oui, remplacer des panneaux de publicité par des arbres et des panneaux d’expression libre est un acte politique fort. Par la simple application du bon sens politique, nous sommes face à une initiative profondément subversive. Grenoble ouvre ainsi la voie à une réappropriation de l’espace public par les concitoyens. Cette décision a une portée nationale. Elle doit provoquer le débat dans toutes les municipalités. A qui le tour ? »

Et un petit site à visiter pour qui ne connaîtrait pas, celui de celles et ceux qui se battent depuis des années pour une saine et citoyenne règlementation de la publicité :

http://www.deboulonneurs.org/

Suite papale n°3

Le Vatican n’est pas un État !

Qui est le père du Vatican ? Mussolini !

… “Après l’échec de la vague révolutionnaire de 1917-1922, sur la base de l’écrasement du mouvement ouvrier, Mussolini prend le pouvoir en 1922, la même année que le pape Pie XI.

Les accords du Latran sont signés le 11 février 1929 par Benito Mussolini en personne. Le quartier de 44 hectares (l’équivalent de la distance entre deux stations de métros) du Vatican est déclaré indépendant le 7 juin 1929. Acte bilatéral entre l’Église catholique et le régime fasciste.”

Ce troisième volet sémaphorien consacré à l’intervention du Pape François au parlement européen est plus spécialement destiné aux passionnés d’Histoire, ceci éclairant cela, et permettant de comprendre les diverses réactions qui animent le débat. Voici ce qu’écrivait Jean-Marc Schiappa le samedi 26 janvier 2008

A chaque visite papale, on nous ressort les mêmes inepties. Par ignorance ou par calcul, c’est selon. Mais, bon gré mal gré, on nous dit « que voulez-vous, le pape est un chef d’État » ; parfois, des laïques bien intentionnés se récriant contre cette affirmation osée affirment « c’est un État totalitaire ».

Et bien, non ! Le Vatican n’est pas un État, ni dictatorial, ni même théocratique. Il n’est pas un État du tout.

Origines

Grâce à Pépin le Bref, cher au Président Sarkozy, pour des raisons qui sont, peut-être, de l’ordre de l’identification psychanalytique, les États Pontificaux sont créés en 756. Sous l’autorité temporelle du Pape, ils vont évoluer tout au long du Moyen-âge comme n’importe quelle structure féodale, ni plus ni plus : extensions, conquêtes, querelles, conflits, scissions.

Les choses changent avec la Révolution française et la condamnation par le pape de celle-ci. La population d’Avignon, par exemple, alors sous domination papale décide de demander son rattachement à la France ; ce qui fut fait en 1791. C’est un des premiers exemples du droit des peuples à disposer d’eux mêmes.

Les États Pontificaux forment à cette époque – et le resteront tout au long du XIXe siècle – une partie essentielle du centre de l’Italie, autour de Rome, de l’Adriatique à la Tyrrhénienne, empêchant l’unité de la Nation italienne. Voilà pourquoi tous les unitaires italiens, de Buonarroti à Garibaldi, combattront l’existence de ces États, à la fois, spirituels et temporels.

C’est l’intervention des troupes de Napoléon III, dit « le Petit » (décidemment !) qui permet le maintien de ces États en 1867. La chute du second Empire en 1870 voit l’entrée des troupes italiennes à Rome, par la Porte Pia (saluée au Congrès international de la Libre Pensée de 1904). L’unité de l’Italie est réalisée et Rome devient logiquement sa capitale.

Il n’y a plus, dès lors, de pouvoir temporel du pape. Celui-ci, Pie IX, conteste ces décisions et se qualifie de « prisonnier du Vatican », refusant les tentatives de tractations de l’État italien ; ses successeurs agiront de même. Nous remarquerons que cela n’a pas empêché l’Église catholique ni d’exister ni de fonctionner (Condamnation du modernisme, de la loi de Séparation de 1905 etc.). L’Église catholique n’a pas besoin d’un État pour fonctionner. L’affirmation de La grande Encyclopédie des pays, publiée par le Figaro-Magazine « l’autonomie de l’État du Vatican … est nécessaire …pour assurer l’indépendance de la charge du pape » est une contre-vérité. L’Histoire l’a prouvé.

Les Accords de Latran (ou « du Latran »)

 Les accords du Latran, Mussolini et le Pape

Après l’échec de la vague révolutionnaire de 1917-1922, sur la base de l’écrasement du mouvement ouvrier, Mussolini prend le pouvoir en 1922, la même année que le pape Pie XI [1]. Le pouvoir fasciste n’est cependant pas stable : l’assassinat du dirigeant socialiste Matteotti en 1924 et la proclamation des lois dites « ultra-fascistes » sont plus un signe de faiblesse que de force. Mussolini a besoin d’une forme de reconnaissance internationale d’où ses négociations avec le pape qui, lui même, a besoin de pérenniser et de clarifier sa situation.

Les accords du Latran sont signés le 11 février 1929 par Benito Mussolini en personne. Le quartier de 44 hectares (l’équivalent de la distance entre deux stations de métros) du Vatican est déclaré indépendant le 7 juin 1929. Acte bilatéral entre l’Église catholique et le régime fasciste. Lire la suite

Snowden, Amnesty et les droits humains

Le lanceur d’alerte américain Edward Snowden, ancien sous-traitant de la NSA ayant révélé l’étendue de ses pratiques de surveillance d’Internet, fera sa première apparition publique en France, par vidéoconférence, le 10 décembre.

M. Snowden prendra la parole, depuis la Russie où il a obtenu l’asile, à la Gaîté Lyrique, dans le 3e arrondissement de Paris, à l’occasion d’un événement organisé pour la journée internationale des droits de l’homme par Amnesty International avec le soutien du Monde, de Mediapart et d’Arte.

Outre un concert et la projection d’un film, deux tables rondes seront organisées au cours de cette journée, notamment sur le thème de la « surveillance des données et respect de la vie privée.

Source Le Monde

Refuser de fermer les yeux sur les violations de droits humains dont trop de personnes sont victimes, c’est déjà contribuer à les faire reculer.
À partir du 3 décembre, Amnesty International lance 10 jours pour signer, sa campagne annuelle de mobilisation. Les citoyens du monde entier sont invités à agir pour des personnes dont les droits fondamentaux sont bafoués et à faire de leur regard une arme contre les violations des droits humains.
Dès le 3 décembre, nous comptons sur vous pour agir sur 10jourspoursigner.org et lors des évènements organisés par nos militants dans plus de 200 villes en France.
LE 10 DECEMBRE EN COMPAGNIE D’EDWARD SNOWDEN
Le 10 décembre à la Gaîté lyrique (Paris), journée internationale des droits de l’homme, venez participer aux tables rondes  » Torture et sécurité : le modèle américain  » et  » Surveillance des données et respect de la vie privée « . Edward Snowden y sera en téléconférence ouverte au public pour la première fois en France.
Cet évènement est ouvert à tous dans la limite des places disponibles et pourra aussi être suivi en direct sur notre chaîne Youtube.
La journée se terminera par un concert d’Emily Loizeau, « Piano-Cello Tour ». Réservez votre place (12 €)
LA PLUS GRANDE MOBILISATION MONDIALE ANNUELLE EN FAVEUR DES DROITS HUMAINS
En 2013 dans le monde, 2,3 millions d’actions ont été réalisées dans le cadre de cette campagne annuelle : pétitions, courriers aux autorités, messages de soutien, en provenance de 140 pays.
Notre mobilisation change des vies
Fin 2013, Jabeur Mejri en Tunisie, Yorm Bopha au Cambodge, Nguyen Tien Trung au Vietnam, Vladimir Akimenkov et Mikhaïl Kosenko en Russie, étaient tous en prison : tous ces prisonniers d’opinion sont aujourd’hui libres, et notre mobilisation collective y a largement contribué !
Nous comptons sur vous !

Pour reconnaître la Palestine

Gouvernement français : reconnaissez la Palestine

La première pétition vient de la plateforme We Sign it, la suivante est lancée par le Mouvement pour la Paix. (il n’est pas interdit de signer les deux)

Monsieur, Madame les députés/sénateurs,

Les 28 novembre 2014/ et 11décembre 2014, une proposition de résolution invitant le gouvernement français à reconnaître l’État Palestinien sera soumise au vote de l’Assemblée Nationale/du Sénat. En tant que citoyen, nous tenons à vous faire part de l’importance que revêt ce vote à nos yeux.

La France, patrie des droits de l’homme, ne peut continuer à tolérer les violations du droit international ainsi que la situation d’occupation et la colonisation des Territoires palestiniens.

Il est donc heureux que l’Assemblée Nationale/le Sénat s’empare de cette question comme l’ont fait vos homologues suédois et britanniques, en invitant leurs gouvernements à reconnaître un État de Palestine indépendant. Nous croyons fermement que la France doit affirmer l’existence d’un État Palestinien libre dans le respect des résolutions de l’ONU, des frontières de 1967 et avec Jérusalem-Est pour capitale. Auprès des Nations Unies, ce sont 134 pays dont 7 comptent parmi les membres de l’Union Européenne qui ont reconnu son existence.

La France, incarnation des valeurs d’égalité, de liberté et de fraternité ne peut rester aux marges de l’histoire et trahir ses valeurs fondatrices. C’est pourquoi nous, signataires de cette pétition, vous demandons, en votre qualité de représentant de la nation, de voter positivement la résolution invitant le gouvernement français à faire de la reconnaissance de l’État de Palestine un instrument pour obtenir un règlement définitif du conflit.

Veuillez agréer, Messieurs, Mesdames les Députés/sénateurs, l’assurance de notre parfaite considération.

Signature ici : http://reconnaissezlapalestine.wesign.it/fr

ou sur FacebookTwitter et google+ .

Urgent : Cyberaction envers les parlementaires.
> Pour un vote en faveur de la reconnaissance
> d’un État de Palestine

> Madame, Monsieur,

La Palestine est déjà reconnue par 135 pays. Plusieurs parlements ont récemment voté pour cette reconnaissance, dont le parlement britannique et le parlement espagnol, marquant à leur manière l’année 2014 consacrée par les Nations Unies comme année internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

C’est au tour du parlement français de se prononcer le 2 décembre prochain.

Le massacre perpétré le mardi 18 novembre dans une synagogue de Jérusalem, qui a fait l’objet d’une condamnation unanime, ne doit pas retarder un vote favorable, bien au contraire.
> Nous devons aussi entendre la voix de plus de 600 personnalités israéliennes, dont l’ancien ambassadeur d’Israël en France Élie Barnavi, qui ont choisi de s’adresser aux parlementaires de différents pays européens pour leur dire de reconnaître l’État palestinien.

La France doit reconnaître d’urgence l’État de Palestine dans le prolongement de son vote favorable pour l’admission de la Palestine à l’Unesco.
> C’est une étape nécessaire et urgente sur le chemin de la paix à travers le respect du droit international.

C’est pourquoi nous vous demandons d’intervenir auprès des parlementaires de votre département à travers la cyberaction lancée par le Mouvement de la paix, en signant la cyber-lettre en ligne (adressée aux parlementaires de notre pays avant le débat qui doit commencer le 28 Novembre 2014 à l’Assemblée Nationale)

Cordialement,
> Le Bureau national du Mouvement de la Paix

Pour cela :

  • Signez la cyber-lettre en ligne qui sera envoyée en votre nom aux parlementaires de votre département – cela ne prend que quelques instants;
    >
    >
  • Demandez un rendez-vous aux parlementaires de votre département pour les mettre devant leurs responsabilités ;
  • Faites suivre ce message à vos connaissances et parlez-en autour de vous.

Nous comptons sur vous.

Le Mouvement de la Paix
> Contact : roland.nivet
@mvtpaix.org
>

www.mvtpaix.org

 

Magomedkhan, 11 ans, mort sur un parking

À l’heure où l’Amérique s’enflamme contre les brutalités policières, à l’heure où un autre gamin de douze ans vient d’être abattu parce qu’il avait un pistolet en plastique, Sémaphores s’associe à RESF (Réseau éducation sans frontières) pour saluer la mémoire de Magomedkhan, 11 ans, mort sur un parking, à Nice jeudi soir, et témoigner notre solidarité à sa famille.

Depuis son arrivée en France en 2009, avec ses parents fuyant les persécutions et demandant un asile qu’on leur a refusé, Magomedkhan s’est retrouvé sans ressources avec sa mère et ses 3 frères.

L’urgence était pourtant criante :

– Une mère isolée avec 4 enfants mineurs dont un enfant lourdement handicapé ;

– Cette mère disposant d’une autorisation provisoire de séjour renouvelée tous les 6 mois ;

– Des documents délivrés par la préfecture, mais sans le droit au travail ;

– Cette mère sans aucune ressources ni allocations pour l’éducation des enfants ;

– Un hébergement d’urgence de 9m2 obtenus depuis peu, après de longues procédures.

Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir saisi, à de multiples reprises, les institutions concernées pour obtenir la carte de séjour qui aurait pu permettre à la famille de stabiliser sa situation, un hébergement dans un CHRS, le droit pour l’enfant handicapé à pouvoir bénéficier d’une aide matérielle….

C’est dans ces conditions que la famille n’a jamais pu poser ses maigres valises dans un endroit stable et sécurisant alors que l’association Habitat et Citoyenneté a alerté les services sociaux sur la nécessité impérieuse d’obtenir une place dans un centre d’hébergement et de réinsertion.

Jamais Magomedkhan n’a eu droit à un bout de chambre à lui, ni à un bureau pour faire ses devoirs, ni à des repas assurés chaque jour, encore moins à des loisirs.

Malgré cela, il a beaucoup investi dans l’école, seule institution accueillante.

Depuis ses 7 ans, le petit Magomedkhan faisait le traducteur de toutes les démarches administratives de sa mère, de ses frères ; il accompagnait sa mère dans les hôpitaux, celle-ci n’ayant jamais eu le temps de se rendre à des cours de français, ne pouvant laisser seul l’enfant malade.

Magomedkhan attendait le soir que la boulangerie du quartier ferme pour rapporter le pain non vendu à la maison et cela, tout le monde le savait.

Seules les associations humanitaires et militantes ainsi que des citoyen-nes bénévoles ont apporté leur aide à cette famille, pour se nourrir, se vêtir ….

Magomedkhan, enfant lumineux et joueur en dépit de tout, comme tous les enfants, avait besoin de loisirs. Il a grandi trop vite comme la plupart des enfants dans sa situation, enfant d’étrangers fuyant des pays où leur vie ne vaut pas cher.

Ce soir-là, il était sorti retrouver des copains… pour oublier ?  Pour respirer ? Pour avoir un peu d’espace ?

Sa mère a bien essayé de le joindre au téléphone mais…

Ce n’est pas seulement une bombe aérosol qui a tué Magomedkhan, ce sont surtout les violences institutionnelles subies par sa famille en contradiction totale avec la CIDE (Convention Internationale des Droits de l’Enfant) dont nous venons de célébrer l’anniversaire.

« L’intérêt supérieur de l’enfant  » dont parle cette Convention signée par la France, ce n’était pas pour lui, ni pour ses frères, ni pour tous les petits Magomedkhan qui grandissent dans notre beau pays.

Premiers signataires :

ADN ; Amnesty International Nice ; CIMADE ; COVIAM ; Habitat&citoyenneté ; LDH Cannes ; LDH Nice ; MRAP ; RESF 06 ; Secours Catholique ; …

Le réseau RESF organise une collecte pour venir en aide à la maman, ce mardi soir au cercle de silence de Masséna (Nice) , ainsi que chez Habitat & Citoyenneté les mardis et vendredis (28, rue Dabray. 06000 Nice. Téléphone : 06.49.29.03.59.  )

Pour ce qui est de la collecte, Sémaphores propose de ne pas oublier la clique de corrompus dont on nous dévoile les charmes tous les jours et dont on nous dit qu’ils sont légion… Par exemple à Mme Lauvergeon, avec son million et demi d’indemnités pour sa non-reconduction à la tête d’Areva. Ou à M. Mestrallet (GDF) dont la pauvre retraite va à peine dépasser les 800 000 euros mensuels ! And so on, en bref de quoi rendre une vie digne et décente à des milliers de gens.

A part ça, aujourd’hui le nombre de sans-abris dans l’Union européenne est estimé à 4,1 millions.  

Patrick Le Hyaric a interrogé la Commission sur la mise en œuvre de la stratégie de lutte de l’Union européenne contre le sans-abrisme. (ndlr : …et sur le logement social)

Pour lire les deux questions et les réponses, c’est ici : http://www.patrick-le-hyaric.eu/patrick-le-hyaric-interroge-la-commission-sur-la-mise-en-oeuvre-de-la-strategie-de-lutte-contre-le-sans-abrisme-dans-lunion-europeenne/

 

Suite papale n°2

Le pape François était en visite officielle à Strasbourg ce 25 novembre au siège du Parlement européen.
Il a évoqué les racines chrétiennes de l’Europe et appelé à une « Europe qui soit capable de faire un trésor de ses propres racines religieuses », car ainsi elle resterait plus facilement « exempte de tous les extrémismes qui se répandent dans le monde moderne, à cause, entre autres, du grand vide auquel nous assistons en Occident. (…) C’est l’oubli de Dieu et non sa glorification qui génère la violence. »


Mélenchon : « Un Parlement n’est pas le lieu d… par lepartidegauche

Suite, par Mario, apostat et cependant chrétien :

C’est très bien que le pape François veille à bien nous rappeler les prétendues « racines chrétiennes » de l’Europe, tout comme Marine Le Pen nous rappelle à celles de la France. Reste à savoir de quelle France on parle, de quelle chrétienté, et à quelle Histoire on se réfère.

Avant que de devoir son nom à un certain Clovis qu’on voudrait roi des Francs, il convient de rappeler qu’il était avant toute chose un Mérovingien et que, comme tous les dignes descendants de Mérovée, ses dévotions allaient à un paganisme que l’Église naissante n’avait de cesse de voir disparaître. La trahison fatale viendra avec la fameuse « donation de Constantin » (document qui s’avèrera faux, ou pour le moins antidaté) par lequel l’empereur Constantin 1er donnera l’imperium sur l’Occident au pape Sylvestre.

À partir de là, très loin de toute spiritualité qui eut été véritablement chrétienne, l’Église sera de toutes les magouilles politiques, sans cesse présente à la cour de ceux qu’elle fait et défait à sa guise, à la table de tous les puissants mais pas celle des gueux à qui elle fermera maintes fois ses portes, pour atteindre des sommets d’horreur et de barbarie lors de la « Sainte Inquisition » (fallait oser l’adjectif !). Doit-on oublier que plus de 400 000 femmes, pour la seule Europe, finiront sur le bûcher pour soupçon de sorcellerie ? Doit-on oublier les accords signés entre le Vatican et les régimes mussolinien et hitlérien ?

Quand l’Église aurait-elle cessé de flatter les pires dictateurs, ou dans le moindre des cas de les couvrir par son silence ? On n’a pas entendu s’élever la voix de l’Argentin et futur pape François lorsqu’il était aumônier des brigades qui torturaient les prisonniers dans les geôles de Videla ! Et l’on voudrait venir donner des leçons de conduite en 2014 jusque dans les parlements ? Plus de cent ans après la séparation de l’Église et de l’État ? Ce n’est pas acceptable !

Qu’attendre d’une église qui n’a reconnu qu’en 1995 que la Terre et ronde et qu’elle tourne ? (clôture du procès Galilée). Qu’elle nous considère comme des brebis égarées lorsque nous déclarons que notre corps nous appartient, lorsque notre amour est homosexuel, lorsque nous voulons avorter parce que nous estimons que c’est dans l’intérêt de l’enfant qui naîtrait, lorsque nous voulons éteindre la lumière de notre propre vie plutôt que d’imposer de la souffrance à nos proches ? Dans quel obscurantisme voudrait-on nous maintenir encore plus longtemps ?

Non, le pape n’est pas un chef d’État mais un chef religieux et le Vatican ne saurait être considéré comme un État !

Et non, monsieur le Pape, les religions ne sont pas le remède à la guerre et à la violence, elles en sont la cause profonde, ce siècle comme les précédents en est une preuve éclatante.

« Les religions sont le soupir de la créature affligée, l’esprit d’un monde sans esprit, le cœur d’un monde sans cœur ; elles sont l’opium des peuples. » Karl Marx

 

Il n’y a pas de journalistes à Mediapart

Alors que son congrès se tiendra à Lyon les 29 et 30 novembre, le Front national a refusé lundi d’accréditer Mediapart et « le Petit Journal » de Canal Plus. Les raisons ?

Une source au FN a confirmé à l’AFP que Mediapart n’était pas accrédité, en justifiant : « Il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de monde. »

« Le vice-président du FN, Florian Philippot, a donné une tout autre explication de ce refus d’accréditer les deux médias, lundi soir, sur i-Télé : « Ce n’est pas nouveau… On accepte au congrès du Front national les militants du Front national et les médias, on n’accepte pas les militants des autres partis. Ce sont des militants, il faut l’assumer. En tout cas, ce sont des militants anti-Front national (… ) Ce ne sont pas des médias, ce ne sont pas des journalistes. »

Ben dis-donc, s’il n’y a pas de journalistes à Mediapart, cher Florian, faudra nous dire où. Chez Minute, peut-être ?

Marine, elle, livre encore une autre explication : sur Twitter, lundi soir, elle se défend de vouloir écarter certains médias, tout en évoquant des « médias hostiles », parmi lesquels elle place l’Agence France-Presse (AFP) : « Nous ne refusons pas l’accès du #CongrèsFN aux médias hostiles : la preuve M. Daudin de l’AFP, entre autres, est accrédité. MLP »

Outre Canal Plus et Mediapart, le Front national refuse aussi ponctuellement l’accès à ses événements à d’autres journalistes, notamment dans ses villes : exemples avec France Info et L’Express à Fréjus ; Le Ravi au Pontet, ou encore un photographe de l’AFP, qui n’avait pas reçu l’aval de la direction du FN pour assister à une conférence de presse, en décembre 2012.

Re-ben-dis-donc, qu’est-ce que ça donnerait comme presse libre si le F-Haine accédait au pouvoir !

Au fait, chère Marine, ton ami Franz Shonhuber, il est accrédité ?

Bonus pour les amis Lyonnais (et ceux qui voudront s’y joindre :

Un chantier de plus…

Nous en avions parlé le 30 octobre dernier (article ici), à la suite de l’appel de militants qui se sentaient un peu seuls, dans un combat dont peu de médias se font l’écho, alors qu’il est dans la continuité de ce qui se passe au Testet ou à Notre Dame des Landes, ces chantiers de plus ou moins grands travaux décidés contre l’avis des populations. Ici il s’agit encore de destruction de forêt et de zone humide, pour un énième village vacances et parc de loisir.

Contre le scandale du Center Parcs de la forêt des Chambaran à Roybon

Dimanche 16 novembre avait lieu une nouvelle manifestation contre le projet d’implantation d’un village vacances Center Parcs dans les Chambaran, sur la commune de Roybon. Les militants écologistes restent mobilisés trois semaines après les premiers travaux de défrichement sur le site. Ils dénoncent toujours le comportement du préfet de l’Isère qui a donné son feu vert pour l’implantation de ce projet « de tourisme de masse », alors que l’enquête publique avait donné un avis négatif. De nouveaux recours ont été déposés depuis. Malgré cela, le 20 octobre, les travaux ont commencé avec le démarrage du défrichement du terrain.

Ce chantier a démarré le 20 octobre 2014 par une phase de déboisement rapide.
Pour info, il faut 80 ans pour reconstituer ce qui est détruit en une journée !
==================
Nous voulons ici informer le grand public de la réalité sur le terrain. Derrière les beaux discours publicitaires de Center Parcs vendant partout une image « nature et écologique », de multiples atteintes graves à nos biens communs sont programmées à Roybon dans les bois des Avenières.
Le service communication du groupe Pierre et Vacances ayant déclaré au Dauphine Libéré le 22 novembre 2014 : « nous n’avons rien à cacher », nous allons donc témoigner librement de ce qui se passe.
==================
Cette vidéo est libre, merci de la télécharger, de la partager, publier et republier partout, d’en faire des projections dans la rue, d’en faire d’autres versions, etc.

Contre le scandale du Center Parcs de la forêt des Chambaran à Roybon from PCSCP on Vimeo.

……………………………..
Ce Grand Projet Inutile Imposé (GPII) est une caricature de toutes les aberrations possibles :

Destruction de 110 ha de zones humides précieuses pour l’alimentation en eau potable de la région ;

Mise en péril localement de 37 espèces protégées, impact sur des rivières classées en réservoir biologique ;

Privatisation de biens communs publics d’usage libre et collectif ;

Gaspillage d’argent public et subventions en faveur de Pierre et Vacances ;

Mensonges des élus, désinformation politique sous couvert de développement durable et de création d’emplois ;

Profits à court terme réalisés au détriment de petits investisseurs et grâce à une niche fiscale illégitime, etc.
Ce projet Center Parcs à Roybon ne tient pas compte de l’avis négatif de l’enquête publique, du CNPN et de l’ONEMA, ni des recours déposés par des associations, FRAPNA Région, Fédération de Pêche Drôme, PCSCP, etc.

 

-> Rejoignez-nous dans la dénonciation de ce scandale écologique, politique et économique. Agissons ensemble pour préserver nos biens communs et l’avenir de nos enfants contre ce projet immobilier industriel destructeur et coûteux.
Après la ferme des 1000 vaches, ce serait une ville Center Parcs de 1000 COTTAGES !

-> pcscp.org/ + facebook.com/groups/142720152425653/
et aussi : chambarans.unblog.fr/

Humour… ou pas_les derniers glanes

Noël approche, Noël et sa féérie de guirlandes lumineuses. Et l’on peut vous dire que, même sans trop de moyens, certaines municipalités n’hésitent pas à mettre le « paquet »…

Enfin on a compris pourquoi le peuple ne bouge pas tellement malgré son envie de changement…

…sans doute les habitudes.

On a bien aimé ce regard tout africain…

Et pour ceux qui n’ont pas encore découvert l’humour des zoziaux qui volettent sur la Toile…

 

Cadeaux empoisonnés de Noël

Smartphones,vêtements, jouets…

Derrière les cadeaux qui envahissent les rayons des magasins ici, des centaines de milliers de familles d’ouvrier-ère-s et de paysan-ne-s souffrent là-bas :

Les multinationales qui ferment les yeux sur les abus commis dans leurs usines et celles de leurs sous-traitants ne doivent plus s’enrichir sur le dos des travailleurs-euses les plus défavorisé-e-s de la planète !

Pour leur venir en aide, rejoignez sans attendre la campagne de mobilisation de Peuples Solidaires :

Votre soutien est indispensable pour contrer les marques et les gouvernements qui violent les droits des plus faibles.

 

Lettre ouverte à Monsieur le pape

Dans son rôle de député européen, Jean-Luc Mélenchon publie sur son blog une lettre ouverte au Pape.

Lettre ouverte à Monsieur le pape

A Paris le 23 novembre 2014,

Monsieur le pape,

Soyez le bienvenu en terre de France. Nombreuses y sont vos ouailles et maints des miens parmi elles. On vous aura peut-être dit que d’aucuns ne souhaitaient pas votre présence à la tribune du Parlement européen. J’en suis. Je voudrais vous en expliquer le motif.

Mais avant cela, pour écarter l’idée d’un ressentiment personnel ou d’une volonté d’offense à votre foi, laissez-moi vous dire ce qui nous rapproche au-delà de ma propre éducation initiale et de l’engagement de certains des miens, et non des moindres, dans la foi chrétienne. Lire la suite

Le retour de l’emprunt russe ?

mise à jour du 24 novembre :

Ce lundi soir dans l’émission Spécial Investigation.

« Violences d’extrême droite : le retour », une enquête de Thierry Vincent, journaliste indépendant et ancien rédacteur en chef adjoint de Spécial Investigation. Diffusion le 24 novembre à 22 h 50 sur Canal Plus, dans Spécial Investigation. Production Antipode, 52 min.


Extrait du documentaire de Canal Plus… par Mediapart

L’emprunt russe de Marine

Pour Marine Le Pen c’était quitte ou roubles. Elle a choisi les seconds. Pas trop le choix, à vrai dire, quand les banques françaises refusent de vous prêter de l’argent. Depuis que Sarko s’est vu refuser le remboursement de ses comptes de campagne, paraît que les banques françaises sont devenues frileuses envers les partis politiques. Mais pas les banques étrangères. Encore qu’il fallait la trouver, cette First Czech Russian Bank (FCRB) toute prête à prêter 9 millions d’euros à un parti politique étranger sans qu’il puisse y avoir la moindre ingérence.

Selon Mediapart, les fonds ont déjà été partiellement débloqués à hauteur de 2 millions d’euros, et c’est le député européen Jean-Luc Schaffhauser, ancien consultant de chez Dassault, qui a servi de « go-between » en Russie pour acter le principe de ce prêt.

« Schaffhauser aurait présenté Marine Le Pen à un puissant député nationaliste, Alexander Mikhailovich Babakov – conseiller du président Poutine en charge de la coopération avec les organisations russes à l’étranger – lors d’un voyage resté confidentiel en Russie, en février. Lors de ce déplacement, la présidente du Front national aurait rencontré Vladimir Poutine, et enclenché la recherche d’un organisme susceptible de faire un prêt au Front national.

Élu à la Douma, Alexander Mikhailovich Babakov, ancien chef du parti nationaliste Rodina, responsable de la commission en charge du développement du complexe militaro-industriel de la Fédération de Russie, a fait son apparition sur la liste des personnes visées par les sanctions de l’Union européenne consécutives à l’intervention russe en Ukraine.

La First Czech Russian Bank (FCRB). © Google Street View

« Légalement, rien n’interdit à un parti politique de contracter un emprunt auprès d’une banque française ou étrangère, à la condition bien sûr que le prêt ne dissimule pas un don de personne morale ou un blanchiment d’argent », remarque Me Jean-Christophe Ménard, avocat spécialisé en droit du financement politique, ancien rapporteur auprès de la commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP). « L’origine des fonds prêtés au parti est évidemment cruciale, poursuit-il. Dans le cas présent, il faudrait s’intéresser aux conditions de l’emprunt ou bien encore à l’éventuelle participation de l’État russe au capital de la banque. »

Meuh non ! Poutine ne va pas aider Marine à virer Hollande juste parce qu’il hésite à livrer de gros bateaux, faut pas paranoïer. Mais on peut quand même se demander pourquoi « le premier parti de France » (dixit le Marine’s club ) doit aller taper chez les voisins. Pas assez de militants et de sympathisants ? Ou bien ont-ils trop d’oursins dans les poches ?  Quand on pense que le Sarkothon a rapporté en un clin d’œil de quoi renflouer l’UMP… Mais il est vrai que tout le monde ne peut pas aller frapper chez mamie Bettencourt, ni emprunter à Kadhafi ou aux gentils Qataris.

Comment ça, il est mort Kadhafi ? Ça alors ! On en apprend tous les jours. Et aujourd’hui, tiens ça tombe bien, les juges d’instruction Renaud Van Ruymbeke et Aude Buresi sont saisis de soupçons d’irrégularités sur les financements du Front national – à travers « Jeanne », le micro-parti de Marine Le Pen. Paraît que l’enquête a été élargie à des faits de « blanchiment en bande organisée » liés aux contrats de prêts accordés à des candidats frontistes. Peut-être que dans la foulée, Aude et Renaud feront aussi péter un œil sur ce financement accordé au FN par la First Czech Russian Bank.

Quoi qu’il en soit n’oublions pas ce vieil adage coluchien : « Quand il pleut des roubles, les pauvres n’ont pas de sac. »

Le danger d’Amazon

Noël approche et certains seront tentés d’offrir des livres, on ne peut que les en féliciter… mais pas sans mise en garde à l’attention de qui seront tentés de le faire en pensant que le top c’est Amazon.

Répétons-le : un livre s’achète ou se commande chez votre libraire le plus proche de chez vous.

Nous enfoncerions une porte déjà grandement ouverte en rappelant qu’acheter sur Amazon c’est favoriser l’évasion fiscale (votre argent part directement au Luxembourg), c’est cautionner, et particulièrement en cette période de Noël, des emplois précaires et des méthodes de management proches de l’esclavage, c’est contribuer à la disparition des librairies indépendantes, c’est favoriser la destruction programmée de la « chaîne du livre » qui va de l’éditeur à l’auteur en passant par le diffuseur, le commercial, le libraire, le bibliothécaire… L’entreprise Amazon se propose d’être tout ça à elle seule, d’ouvrir prochainement des librairies physiques en plus des virtuelles, domaine où elle compte bien être le symbole même du livre, si possible pour toute la planète.

Amazon, désormais propriétaire incontestable du LIVRE sur Internet

La course aux enchères aura été âprement jouée, mais dans la dernière ligne droite, c’est donc Amazon qui remporte le gros lot. En lice, différentes extensions de noms de domaine, pour lesquelles huit sociétés, y compris Bowker et Google, s’étaient lancées. Si le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, les spéculations oscillent entre 5 et 10 millions de dollars. À présent, l’extension .BOOK appartient donc pleinement à Amazon.

Les concurrents n’étaient pas vraiment éditeurs, ni libraires, mais plutôt des sociétés high-tech, dont l’activité est de squatter des extensions, et de revendre ensuite des noms de domaine à des firmes qui avaient oublié de les réserver. À l’exception évidente de Bowker, société dérivée de Proquest, firme spécialisée dans la numérisation.

Il avait d’ailleurs été question de remettre en cause la vente de l’extension .BOOK : une société peut-elle acquérir un nom de domaine qui soit un terme générique ? Russel Pangborn, avocat général adjoint du commerce des marques chez Microsoft, était perplexe : selon lui, « cette situation menace l’ouverture et la liberté de l’Internet et pourrait avoir des conséquences nuisibles pour les utilisateurs du monde entier ».

Il n’y avait rien à faire. Rien ? Rien !

Concurrence déloyale, mais surtout, une démarche particulièrement coûteuse, pour faire partie de la petite liste des éligibles. Et plus chères encore sont les procédures de dépôts de dossier, pour s’opposer à la vente. « Il faut poser 5000 $ sur la table pour commencer la procédure, et présenter son dossier, qui est alors examiné par des experts. » Mais ces experts sont assez difficiles à identifier, et leurs honoraires défient l’imagination. « Mais quand bien même nous serions venus à bout des ces contraintes financières, un dossier ne permet pas de faire jurisprudence sur l’ensemble des autres termes. Déposer un dossier pour le terme BOOK, pourrait coûter plus de 20.000 $ et finalement, il faudrait recommencer avec READ, AUTHOR, etc. », nous expliquait la directrice de l’EIBF.

Il est donc possible que, prochainement, on voit apparaître sur la toile des incongruités comme www.fnac.book, ou www.sne.book, voire plus excitant encore, www.gallimard.book – sachant que toutes ces extensions découleront de la propriété d’Amazon. Les marques, pour éviter le cybersquatting, seront contraintes de verser leur écot à la société américaine.

Pour mémoire, Amazon avait dépensé 4,6 millions $ pour l’achat du .BUY, ce qui laisse envisager une fourchette très haute pour le .BOOK, bien plus désirable encore.

Article intégral à lire ici : https://www.actualitte.com/economie/amazon-desormais-proprietaire-incontestable-du-livre-sur-internet-53733.htm

Par ailleurs…

Nous convions tous les auteurs et illustrateurs pour la jeunesse à se fédérer autour des actions proposées par La Charte à l’occasion du Salon du livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil, dès le soir de l’inauguration, le 26 novembre. Nous distribuerons des tee- shirts manifestes, qui reprendront le mot d’ordre lancé par le CPE en mars dernier, lors du Salon du Livre de Paris : « Les auteurs, bientôt tous à poil?». Deux tables rondes se tiendront le 1er décembre : l’une entre 12h et 13h pour faire le point sur la situation sociale des auteurs, et l’autre entre 15h30 et 16h30 pour présenter la Trousse de secours juridique pour auteurs en détresse, élaborée avec la SAIF.

article à lire ici : « À part quelques élus, la plupart des auteurs n’arrivent plus à vivre de leur métier »

Les lecteurs informent_

*=*=*=*=*=*=*=*

 

Grau du Roi_ Conseil de quartier

mardi 2 décembre_18h30_Salle Pagnol (place du marché)

*=*=*=*=*=*=*=*

 

Stop TAFTA

Posted on par

 

Le collectif STOP TAFTA invité du conseil municipal de VAUVERT, lundi 1er décembre à 20h30.

Le collectif Stop TAFTA Petite Camargue a pour but d’alerter les élus et la population sur les dangers de l’accord de libre échange actuellement négocié entre l’Union Européenne et les États-Unis, appelé TAFTA ou Grand Marché Transatlantique.

Lundi 1er Décembre, sur invitation de Katy Guyot, maire de Vauvert, il exposera publiquement ses arguments lors du conseil municipal de Vauvert, dans l’objectif que la municipalité se déclare, par le biais d’une résolution, et comme déjà 147 collectivités en France, « Zone Hors TAFTA ». Conseil municipal à 20h30 ouvert à tou(te)s.

*=*=*=*=*=*=*=*

Disparition de la région Languedoc-Roussillon : la double opposition du Parti de Gauche

Le 25 / 11 / 2014,

La région Languedoc-Roussillon fusionnera donc avec sa voisine de Midi-Pyrénées. Le Parti de Gauche Languedoc-Roussillon exprime une double opposition à l’ensemble de la réforme territoriale. Elle marque l’alliance des libéraux, des potentats locaux et des oligarchies sous les auspices de l’Union Européenne.

La création de ce nouvel espace est une injure à la démocratie. Les bases de la République démantelées (communes, départements, État), la France sera administrée par des entités technocratiques. La souveraineté populaire sera bradée avec des communes dévitalisées au profit d’immenses intercommunalités, espaces tentaculaires qui relieront un bout à l’autre du département. La démocratie de proximité est congédiée, l’égalité entre les citoyens brisée, l’unité et l’indivisibilité de la République niée.

Cette contre-réforme  renforce la mise en concurrence effrénée des territoires. Le but est de niveler par le bas les droits sociaux en généralisant la concurrence des travailleurs entre eux. Les services publics seront réduits à la portion congrue au profit des grandes entreprises privées (VEOLIA, VINCI par exemple). Cette réforme signifie la fin des politiques d’aménagement du territoire solidaires, au profit des dogmes de la compétitivité et de l’austérité.

Le PG exige l’abandon de l’ensemble de ce projet de réforme territoriale antidémocratique et anti-solidaire.

Seul l’avènement d’une 6° République par un processus constituant initié par le peuple permettra de sortir par le haut de cette impasse politique et démocratique.

La PG Languedoc-Roussillon entend se saisir de cette possibilité pour enfin changer la donne. 

Francis DASPE et Charles MENARD, Délégués régionaux du Parti de Gauche en Languedoc-Roussillon

René REVOL, Membre du Bureau national du Parti de Gauche

*=*=*=*=*=*=*=*

 

*=*=*=*=*=*=*=*

*=*=*=*=*=*=*=*

Grau du Roi_ Conseil de quartier le mardi 2 décembre_18h30_Salle Pagnol (place du marché)

http://semaphores.info/wp-content/uploads/2014/11/Demarrage-CQ-11-14.jpg

*=*=*=*=*=*=*=*

Peut on arrêter le désastre avant la fin du quinquennat ?
La politique du président est rejetée dans le pays. Au Parlement, le socle de sa majorité s’est rétréci : à l’opposition du Front de gauche se sont ajoutées la dissidence des « frondeurs » du PS et la sortie des Verts du gouvernement.
Les Amis de l’Humanité du Gard vous invite à une Rencontre- Débat  
Mercredi 10 décembre 18h30  Salle Pablo Neruda 1 Place Hubert Rouger Nimes

avec  – Nicolas SansuDéputé du Cher PCF- Front de gauche
         – Christophe Cavard, député du Gard Europe Écologie – Les Verts
         – Fanelie Carrey-Conte , députée de Paris  PS membre des frondeurs
Crise économique, crise sociale, crise politique, crise morale
L’urgence de reconstruire une vraie alternative à gauche
Quel rassemblement à gauche pour porter une réelle alternative ?
En finir vraiment avec l’austérité qui mine la société
Créer les conditions politiques d’un vrai changement de société

*=*=*=*=*=*=*=*

Avis aux lecteurs amateurs de vin et de Cévennes

La Guerre des Graines

L’histoire révélée dans ce documentaire est celle d’une guerre silencieuse, méconnue et dont l’enjeu est pourtant crucial : notre indépendance alimentaire.

« La Guerre des Graines » est un film de Stenka Quillet et Clément Montfort. Un document de 52 mn à voir absolument et surtout jusqu’au bout.

« Les graines sont-elles une marchandise ou un bien commun de l’humanité au même titre que l’eau ou l’air ? Dans un avenir très proche, les agriculteurs n’auront peut être plus le droit de replanter leurs propres graines. En Europe, une loi émerge pour contrôler l’utilisation des semences agricoles… Derrière cette confiscation, 5 grands semenciers qui possèdent déjà la moitié du marché des graines et cherchent à étendre leur privatisation. »


[DOC] LA GUERRE DES GRAINES (officiel) par latelelibre