Simplicité volontaire et campagne Kokopelli

Nouvelles de Kokopelli – Novembre 2014 Campagne de soutien aux petits producteurs Français

L’Association Kokopelli est heureuse d’annoncer le lancement d’une campagne de soutien aux petits producteurs français.

De nombreux producteurs, travaillant avec des valeurs éthiques, écologiques et respectueuses de la Terre et de ses habitants, sont très souvent confrontés à une absence de points de ventes pour les fruits de leur travail – de par la prévalence des produits agro-industriels. Nous avons donc décidé de lancer cette campagne de soutien afin de donner un coup de pouce à des petits producteurs français.

Le principe est simple. Nous proposons, pendant un certain temps, sur notre site internet et sur nos stands, un ou plusieurs produits de producteurs que nous souhaitons soutenir. En échange de cette vitrine, sur chaque produit vendu, 1 euro est reversé à la campagne “Semences sans Frontières” de Kokopelli destinée à aider les populations rurales des pays les plus pauvres. En achetant un de ces produits, vous soutenez à la fois le producteur et la campagne “Semences sans Frontières”.

*=*=*=*=*=*=*

Par ailleurs et pour info, cette annonce reçue au courrier. Si même Natacha Polony le dit…

« On suggérera à Xavier Beulin la lecture du magazine La Décroissance, un magazine d’affreux “khmers verts” qui interroge le philosophe Olivier Rey sur la notion de mesure, et sur ce moment où ce qui était un progrès se retourne pour virer au cauchemar… » (sur Europe 1, le30 octobre 2014).

VIVRE LA SIMPLICITÉ VOLONTAIRE, HISTOIRE ET TÉMOIGNAGES, LE LIVRE

La Décroissance, les éditions l’Échappée et Le Pas de côté présentent une somme de cinquante témoignages de « simplicité volontaire » initialement publiés dans le journal La Décroissance.

« Des habitants de zone urbaine ou rurale vivent sans voiture, sans télévision, sans téléphone portable, sans lave-linge, et même parfois sans frigo… tout en étant investis dans la vie locale et en soutenant que l’on est plus heureux en possédant moins. Parmi eux, des jeunes parents intégrés professionnellement refusent l’engrenage des carrières, de l’argent, de la consommation et choisissent plutôt la solidarité et l’épanouissement intellectuel et social. D’autres ont carrément décidé de vivre en autarcie, par exemple dans une maison qu’ils ont construite dans les bois, sans eau ni électricité, “en grève générale quotidienne contre le capitalisme”. D’aucuns refusent un travail aliénant et se tournent vers des métiers artisanaux : cordonniers, ébénistes, brasseurs ou paysans. Certains ont pourtant eu une vie tout ce qu’il y a de plus conformiste, comme cet ancien ingénieur qui gagnait 100 000 euros par an et qui a tout plaqué car sa “vie n’avait aucun sens”. Toutes ces trajectoires, bien que très différentes, tentent d’appliquer les principes de la simplicité volontaire : une philosophie pratique selon laquelle la vie se trouve ailleurs que dans l’accumulation indéfinie et le “tout, tout de suite”. Ce livre présente une cinquantaine de parcours singuliers de déclassés volontaires qui nous expliquent les raisons de leurs choix, la manière dont ils vivent, les liens qu’ils tissent, leurs rapports aux autres, à la nature et aux savoir-faire. Ils nous racontent comment ils s’efforcent, chacun à leur manière, de s’extirper de la société de consommation et des grands réseaux techniques pour savourer une vie riche de sens, de puissance d’agir et de liberté. »

288 pages, 20 euros. Parution officielle le 21 novembre 2014 mais vous pouvez d’ores et déjà le recevoir en le commandant à La Décroissance en imprimant et retournant le feuillet ci-après. Bulletin pour commander : marino . Mais vous pourrez aussi passer par votre libraire habituel à partir du 21 prochain.

 

Les commentaires sont fermés.