Sois jeune et tais-toi !

mise à jour le 04 mars

Répétons-leur en attendant.

Qu’ensemble on les emmerde

Entre quatorze et quarante ans

(Maxime Leforestier)

Le nouvel hymne des Enfoirés 2015, largement diffusé sur le Web, a déchaîné moqueries et quolibets des internautes. Et pour cause : le morceau, signé Jean-Jacques Goldman – visiblement devenu un peu réac’ – met en scène un dialogue chanté entre une bande de jeunes anonymes en mal d’avenir, et des stars du show-biz qui leur font la leçon sur le mode « vieux cons soixante-huitard ».
« Vous avez tout, l’amour et la lumière », chante le groupe des jeunes, s’adressant aux chanteurs professionnels. Réponse du groupe des « vieux » : « On s’est battu, on n’a rien volé ». Les jeunes : « Vous aviez tout, paix, liberté, plein emploi. Nous c’est chômage, violence et sida ». Réponse des « vieux » : « Tout ce qu’on a, il a fallu le gagner. À vous de jouer, mais faudrait vous bouger. » À croire que le chômage, le sida et la violence, on l’a bien mérité ! Plus loin, reprise du couplet. Les jeunes : « Vous avez raté, dépensé pollué. » Réponse des « vieux » : « Je rêve ou tu es en train de fumer ? » (sic !).

Les Enfoirés convertis à la doctrine anti-assistés de l’ultralibéralisme décomplexé… C’est Coluche qui doit se retourner dans sa tombe.

Lire sur Politis : http://www.politis.fr/Les-enfoires-anti-jeunes-et-anti,30259.html

Le sujet vu par Didier Porte


Didier Porte : « Salopards d’Enfoirés » par Mediapart

Enfoirés : Jean-Jacques Goldman répond à la polémique et se plante. Il n’a rien compris. A lire sur le nouvel Obs : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1332134-enfoires-jean-jacques-goldman-repond-a-la-polemique-et-se-plante-il-n-a-rien-compris.html

Coluche avait lancé un mouvement d’urgence et de révolte, les enfoirés vont communier dans son église et versent à la corbeille un peu de leur notoriété. Cela ne remet pas en cause l’utilité objective de l’association, animée par des gens formidables, mais change progressivement le sens politique de l’engagement des artistes.

A lire sur Mediapart : http://blogs.mediapart.fr/blog/olivier-beuvelet/030315/enfoires-un-acte-manque-parfaitement-reussi

Si même Attali s’en mêle…

L’écrivain Jacques Attali a violemment réagi sur Twitter, déclarant que «leur dernier clip est un monument de vulgarité et de haine des jeunes.»

Aussitôt relayé par des nombreux twittos, ce message a suscité l’indignation qui lui ont instamment demandé des comptes, et voulant savoir ce que lui faisait pour les personnes vivant dans la précarité. Jacques Attali ne s’est pas laissé démonter: «Le meilleur don est anonyme. Si des chanteurs veulent donner aux Restos du cœur, ils feraient mieux de donner 10% des recettes de leurs concerts», a-t-il répondu.

Oui, c’est bien ce qu’on appelle une fracture générationnelle.

Liberté pour de Luca !

Nous n’acceptons pas qu’un écrivain soit poursuivi pour ses mots.

Erri de Luca, devant le tribunal de Turin le 28 janvier. (Photo Marco Bertorello. AFP)

TRIBUNE

Alors que la France vient de se mobiliser pour défendre la liberté d’expression, comment pourrait-elle laisser un écrivain risquer la prison pour ses déclarations publiques ? La Lyon-Turin Ferroviaire, une filiale de l’entreprise publique SNCF Réseau et de son homologue italien, veut construire pour près d’une dizaine de milliards d’euros, un tunnel TGV au travers des Alpes pour nous entraîner encore plus dans une vie à grande vitesse. Elle a déposé plainte à Turin contre Erri de Luca. Elle entend le faire condamner pour des propos sur le sabotage du projet dans une interview accordée au Huffington Post italien. Il risque une peine de prison pouvant aller de un à cinq ans de prison ferme.

Nous avons lu la Parole Contraire qu’il vient de publier aux éditions Gallimard où il défend sa liberté de parole. Alors que la France vient de se mobiliser pour défendre la liberté d’expression, comment pourrait-elle laisser un écrivain risquer la prison pour ses déclarations publiques ?

En lecteurs, nous exprimons notre solidarité avc Erri De Luca.

En citoyens, nous demandons à l’État français de donner l’ordre à SNCF Réseau de faire retirer cette plainte.

En Européens, nous demandons au Parlement européen de se prononcer sur la liberté de critique d’un projet financé par la Commission européenne sur nos deniers.

En défenseurs de la liberté d’expression, nous n’acceptons pas qu’un écrivain soit poursuivi pour ses mots.

Liste des signataires ici : http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-salmon/020315/je-suis-erri-liberte-pour-de-luca-nous-n-acceptons-pas-qu-un-ecrivain-soit-poursuivi-pour-ses

la Légion du déshonneur

France-Maroc : la Légion du déshonneur

La torture, c’est ça : « Je suis resté attaché les yeux bandés et privé de sommeil tout au long de ma garde à vue. Entre cinq et huit personnes m’ont frappé avec un bâton sur la plante des pieds, les mains, le visage, les organes génitaux, la colonne vertébrale. (…) J’ai été électrocuté, suspendu par les pieds. (…) Le dernier jour de ma détention à Témara, ils m’ont cassé le pouce pour me forcer à mettre mon empreinte sur leurs documents. »

Ainsi donc Abdellatif Hammouchi, le patron des services secrets marocains, va devenir officier de la Légion d’honneur. Et peu importe qu’il soit visé en France par des plaintes pour complicité de torture, la raison d’État l’emporte sur la justice.

Pourquoi un hommage aussi appuyé à Abdellatif Hammouchi ? Le ministre de l’intérieur nous fournit la réponse lorsqu’il salue l’action menée par la DGST dont le « rôle est déterminant dans la coopération contre le terrorisme ».

Pourtant, cette lutte ne saurait justifier toutes les compromissions, toutes les atteintes aux droits de l’homme. Bien au contraire. Contre le terrorisme, notre meilleure arme n’est ni militaire ni barbouzarde, c’est l’affirmation et surtout le respect des principes de la démocratie, au premier rang desquels il y a la justice et le refus absolu de la torture.

Lire l’article intégral ici : http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/010315/france-maroc-la-legion-du-deshonneur

Le chaton de Banksy à Gaza

mise à jour le 3 mars 2015

Banksy a exécuté récemment trois dessins dans les ruines de Gaza pour rappeler la situation misérable dans laquelle se trouve l’enclave depuis l’opération israélienne “Bordure protectrice” à l’été 2014, qui a fait plus de 2000 victimes palestiniennes et détruit 18.000 maisons.

à lire l’excellent billet de blog d’André Gunther : Habermas et le chaton, de l’usage ponctué d’internet :

http://blogs.mediapart.fr/blog/andre-gunthert/020315/habermas-et-le-chaton-de-lusage-ponctue-dinternet

===============

Daniel Schneidermann a également signalé l’événement

  Pourquoi Gaza, plutôt que New York ou Londres, ses terrains habituels, tout de même plus accessibles ? Pour nous mettre un grand coup de griffe, de ses mignonnes petites griffes, sur nos faces de voyeurs velléitaires et volatils. Ce qu’il nous miaule, le chaton, très gentiment, c’est que nous sommes, peuple internaute, trop indifférents pour nous intéresser à Gaza si on ne nous en parle pas avec un lolcat. Ce qu’il nous dit, c’est qu’il nous connait par cœur, dans notre inertie crasse, et qu’il va nous parler le seul langage qu’on soit capables de comprendre.

Et il a raison, comme le reconnait Pierre Haski sur Rue89, qui a repéré le lolcat. Il nous connait bien. Haski, et moi-même, aurions-nous parlé de Gaza, sans le chaton de Banksy ? Bien sûr que non. La concurrence des sujets est rude. Que Gaza se reconstruise, et on en reparlera à la prochaine quand les Israéliens rebombarderont. Justement. Au rythme actuel, il faudra 100 ans pour reconstruire Gaza, selon Oxfam, citée par Haski. Pourquoi ce rythme est-il si lent ? Parce que les Israéliens ne laissent passer les camions de matériaux de reconstruction qu’au compte-gouttes. Sans doute fouillent-ils les sacs de plâtre un par un, ce qui n’aide pas à accélérer le processus. 100 ans, c’est un joli chiffre tout rond, médiatiquement bankable. Mais tout de même pas autant qu’un joli chaton. Bien joué Banksy.