Le cercle des poètes retrouvé_n°29

Serge Utgé-Royo, auteur-compositeur-interprète, fils d’un exilé anarchiste catalan qui a fui le régime franquiste, n’est pas sans rappeler un autre exilé, un certain Leny Escudéro dans les accents de révolte et des voix qui écorchent nos bonnes consciences.

Il n’a jamais caché pas ses opinions anarchistes et n’hésite pas à fustiger le Front National dans « Amis, dessous la cendre », à dénoncer les horreurs, les injustices et l’absurdité. Et pour ne rien gâcher, une grande sensibilité et une écriture finement ciselée.

Amis, dessous la cendre
Le feu va tout brûler

La nuit pourrait descendre
Dessus nos amitiés

Voilà que d’autres bras tendus
S’en vont strier nos aubes claires
Voilà que de jeunes cerveaux
Refont le lit de la charogne

Nous allons compter les pendus
Au couchant d’une autre après-guerre
Et vous saluerez des drapeaux
En priant debout
Sans vergogne

Amis, dessous la cendre…

La nouvelle chasse est ouverte
Cachons nos rires basanés
Les mots s’effacent sous les poings
Et les chansons sous les discours

Si vos lèvres sont entrouvertes
Un ordre viendra les souder
Des gamins lâcheront les chiens
Sur les aveugles et sur les sourds

Je crie pour me défendre
A moi, les étrangers
La vie est bonne à prendre
Et belle à partager

Si les massacres s’accumulent
Votre mémoire s’atrophie
Et la sinistre marée noire
Couvre à nouveau notre avenir

Vous cherchez dans le crépuscule
L’espérance de la survie
Les bruits de bottes de l’Histoire
N’éveillent pas vos souvenirs

Amis, dessous la cendre…

Bonus pour celles et ceux qui découvriraient Utgé-Royo :

 

Les commentaires sont fermés.