Quand Filoche s’effiloche

Dans un billet précédent à propos des motions PS (Solferino delenda est), nous nous demandions « Mais que dit Filoche ?». Lui habituellement si prompt à réagir comme tout frondeur qui se respecte, voilà qu’il a pris son temps et se fend d’un long billet oiseux et vaseux sur son blog Mediapart du 25 mai. Ce ne peut plus être que par honnêteté intellectuelle qui nous mettons ci-après le lien pour aller lire cette non-reconnaissance d’une débandade pourtant annoncée.

http://blogs.mediapart.fr/blog/gerardfiloche/250515/25-000-socialistes-de-gauche-nous-prendrons-nos-decisions-ensemble#comment-6470071

Pour le reste, nous pensons à Sémaphores comme la très grande majorité des internautes qui ont posté des commentaires sur votre blog, M. Filoche. Ce congrès était votre dernière chance et vous l’avez ratée.
De quelle gauche vous revendiquez-vous M. Filoche ? « Où est passé l’héritage du CNR que votre parti détricote avec parfois plus d’efficacité que la droite elle-même ? Parti qui privatise à tout rompre, qui vote l’espionnage des citoyens, qui passe à coups de 49.3, qui place un Valls et un Macron aux commandes après avoir clamé par la voix de celui qui est à l’Élysée qu’il n’avait qu’un ennemi qui se voit aujourd’hui confier les clés de nos finances, qui entourloupe sur les retraites, qui se rend complice après le traité européen de l’ignominie du TAFTA, TIPP et la liste est longue.»

La « vraie » gauche, M. Filoche, vous savez parfaitement où elle se trouve. Et il se trouve qu’elle vous accueillerait à bras ouverts pour peu que vous vous décidiez à ouvrir les yeux. Cette gauche se nomme Syriza en Grèce, Podemos en Espagne, Die Linke en Allemagne et, ne vous en déplaise, Front de Gauche en France. Rien ne vous empêche d’y rallier votre propre formation. Mais penser rallier des mouvements citoyens tout en restant au sein d’un parti qui les méprise… ne nous prenez pas pour des truffes. Désormais, ce sera aussi sans nous, M. Filoche.

Les commentaires sont fermés.