Les lecteurs informent…

La Section PCF de Nîmes organise

UNE SOIRÉE SPÉCIALE
A L’OCCASION DU REFERENDUM EN GRECE
AU CERCLE DE L’AVENIR – 25 Bis rue Nicot
DIMANCHE 5 JUILLET
à partir de 19 heures
Analyses des résultats
mais aussi apéritif, grillades

*=*=*=*=*=*

banierre_mailL’Assemblée représentative du 6 juin 2015 a proposé un ensemble de votes aux plus de 90 000 signataires du M6R. Pendant deux semaines, nous pouvions ainsi voter sur les principes d’auto-organisation du M6R, les actions que le mouvement mettrait en place ainsi que l’adoption du texte constitutif du M6R «Pour la 6è République». Plus de 4500 citoyens se sont exprimés dans ces quelques jou rs, le M6R avance à grands pas !
Le texte «Pour la 6e République» est adopté à plus de 90 % ! À nous d’organiser des réunions dans tout le pays pour faire connaître ce texte et convaincre de l’urgence de la 6è République.
L’Assemblée est maintenant officiellement dissoute et la fin de ses travaux est actée (84 %). Nous allons désigner au plus vite une équipe d’animation (92 %) composée de binômes paritaires fléchés sur des tâches précises (62 %). L’ouverture des candidatures aura lieu dès demain, sur la plateforme vote.m6r.fr. Les votes se dérouleront au cours de l’été.
Plus de 95 % des signataires ont décidé le lancement d’une campagne basée sur la collecte de cahiers de doléances spécialement édités et commandables en ligne et de travailler à la réalisation concrète d’une proposition de loi de convocation d’une assemblée constituante et à sa diffusion dans la société. Pour les régionales de 2015, le M6R vient de choisir d’interpeler l’ensemble des listes pour faire connaître son combat et défendre ses principes (96 %).
Vous trouverez les résultats détaillés dans cet article et ce document complet. Que les prochains mois soient ceux de l’action, organisons des rendez-vous des signataires dans tout le pays !
En avant vers 6è République !

*=*=*=*=*=*

La pétition d’Élise LUCET sur le secret des affaires_ le suivi

Lucet3 juil. 2015 — Chers signataires,

Mardi nous avons remis vos plus de 400.000 signatures à Constance le Grip, rapporteure du texte « Secret des affaires » au Parlement européen.

Nous lui avons fait part des menaces que présentait le texte malgré les dernières modifications apportées pour tenter de préserver la liberté d’information.

Elle nous a écouté attentivement, a pris note de nos mises en garde, et s’est même dite prête à retravailler son texte.

Cela ne suffit pas !

Nous avons bien insisté sur le grave problème posé par l’équilibre général du texte : en donnant au principe de secret des affaires une envergure si large, assorti de sanctions colossales, aucune exception ne suffira à préserver la liberté d’informer assurant aux citoyens un accès libre à l’information.

Nous l’avons invité à recevoir et entendre des patrons de presse et des lanceurs d’alerte, pour juger de la légitimité de nos inquiétudes, et lui faire comprendre la réalité des pressions qu’ils subissent sur le terrain. Elle a accepté et devrait les rencontrer très bientôt.

Adopter ce texte, c’est prendre le risque de rendre la censure légale. La seule issue possible: le RETRAIT du texte!

Nous vous informerons dans les prochains jours des actions que vous pourriez mener avec nous pour continuer à peser dans ce débat essentiel pour la liberté d’expression.
Soutien à Antoine Deltour

Aujourd’hui, nous aimerions vous demander de soutenir Antoine Deltour, victime emblématique de ce principe du secret des affaires qui existe déjà au Luxembourg.
5 ans de prison et une amende de 1 250 000 euros, voilà ce que risque le lanceur d’alerte de l’affaire LuxLeaks. Son geste citoyen a été saluée par le Parlement européen, mais il est accusé au Luxembourg d’avoir violé le secret des affaires.

Vous qui avez signé notre pétition, vous pouvez lui venir en aide. Les sources des journalistes sont les premières victimes de la protection du secret des affaires. Nous devons exprimer massivement que l’action courageuse d’Antoine Deltour a favorisé l’information et le débat démocratique. Ce serait incompréhensible qu’il soit condamné pour cela !

Soutenir Antoine Deltour, c’est aussi donner plus de force à notre appel contre le secret des affaires : cliquez ici pour signez en soutien du lanceur d’alerte Antoine Deltour : https://www.change.org/SoutenonsAntoineDeltour

Merci à tous,

Elise Lucet
La pétition sur le secret des affaires est toujours en ligne ici

*=*=*=*=*=*

Consultation publique jusqu’au 20 juillet avant autorisation de deux OGM en Europe

> Jusqu’au 20 juillet 2015, les citoyens européens pourront se prononcer sur les évaluations des risques réalisées par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) de deux OGM avant leur autorisation pour les marchés des denrées alimentaires et des aliments pour animaux.
> Il s’agit du maïs MON 87427 tolérant au glyphosate ainsi que du soja MON 87708 x MON 89788. Ce dernier est quant à lui rendu tolérant à deux types herbicides à base de dicamba et de glyphosate. Concernant le maïs MON 87427, l’Efsa avait estimé qu’il était aussi « sûr et nutritif que son équivalent conventionnel » et qu’il ne nécessitait « d’aucune exigence d’une évaluation scientifique des effets environnementaux potentiels associés à sa culture ». Pour le soja MON 87708 x MON 89788, si l’Efsa a relevé des divergences avec son homologue non OGM, elle souligne cependant qu' »aucune des différences identifiées dans la composition, les caractéristiques agronomiques et phénotypiques des semences et du fourrage obtenu à partir du soja MON 87708 × MON 89788 n’étaient pertinentes concernant la sécurité alimentaire ». De la même manière, l’Autorité européenne ne juge pas nécessaire d’exiger des informations scientifiques sur les effets environnementaux potentiels associés à la culture de ce soja.
>
> Pour mémoire, le glyphosate est l’une des molécules reconnues comme cancérogène probable pour l’homme par le centre international de recherche sur le cancer.

Dorothée Laperche Article publié le 29 juin 2015 par Dorothée Laperche, journaliste
> Rédactrice spécialisée

Les commentaires sont fermés.