Par Dumont et par veaux…

slogansComme elle le fait chaque année, l’ONG Global Footprint Network a annoncé jeudi 13 août que l’humanité vit désormais à crédit pour sa fourniture en énergie. Un crédit « contracté » auprès de la planète en épuisant des ressources fossiles non renouvelables ou en détruisant des zones au potentiel environnemental important. Ce qui confirme que cette date intervient chaque année un peu plus tôt.

marquesMesurons les progrès accomplis…

C’était en 1974, René Dumont était candidat à la présidentielle. Son idée d’une croissance raisonnée n’était pas dans l’air du temps, les temples de la consommation poussaient comme des champignons, voilà ce que voulait le bon peuple, qui accordera finalement 1% des suffrages à cet homme au pull-over rouge sans cravate et sans langue de bois. Mais le pire au fond restait encore à venir : une humanité de plus en plus destructrice de son écosystème, des aveugles fils d’aveugles qui, encore en 2015, répètent comme des perroquets qu’ « On ne va quand même pas revenir à la bougie » chaque fois qu’on leur parle de sortir du nucléaire. À se demander si 1974 appartient vraiment au passé. Et quand on sait qu’on se dirige allègrement vers 1984…

 

Les commentaires sont fermés.