le fil du 21 avril

Nous sommes 421 800 insoumis

Ce soir

15 MINUTES POUR CONVAINCRE

*=*=*=*=*=*

21/04/2017 par Daniel Schneidermann

Champs Elysées, l’attentat qu’on attendait

Pour tout avouer, on avait coupé le son. On surveillait l’émission du coin de l’œil en dinant, Mélenchon était déjà passé, Le Pen aussi, on attendait Poutou, et Fillon, quand apparut sur l’écran l’image orange d’une rue barrée, et des silhouettes de policiers à la lumière bleutée des gyrophares. Immédiatement on sait que c’est lui, c’est arrivé, l’attentat-de-quelques-jours-avant-la-présidentielle, celui qui va rebattre les cartes, relancer Fillon et Le Pen, c’est maintenant, on y est, le timing est trop parfait pour que ce soit autre chose. Mais où on a mis la télécommande ? Voilà, un policier tué, l’assaillant aussi, le quartier bouclé, c’est parti.

C’est mieux et pire que tout ce qu’on pouvait craindre, du travail de pro, les Champs Élysées, plus-belle-avenue-du-monde, cœur du sanctuaire, répercussion maximum immédiate, d’ailleurs Trump tweete dans la foulée, tout colle. Le timing aurait été encore plus parfait si c’était tombé pendant Mélenchon, ou pendant Le Pen, mais sans doute Daesch n’avait pas l’ordre de passage des postulants. Dès lors, il y a deux sortes de candidats. Non plus les petits et les gros, mais ceux qui sont passés avant, et ceux qui passent après, dans le nouveau paysage que dessine l’attentat, dans les interstices du live que Pujadas improvise en pointillés, cherchant l’impossible équilibre entre casser l’antenne et continuer comme si de rien n’était, lisant ses dépêches, puisqu’il n’a pas de prompteur. Ce serait les suites d’une attaque à main armée, avance-t-il. Et puis non. Un deuxième policier est mort. Et puis non. Il est dans son élément.

Le premier à enchainer derrière la nouvelle, donc, c’est Poutou. On parle Guyane, cultures maraîchères, puis Salamé :  » question d’actualité, avec ce qui se passe ce soir sur les Champs Élysées, vous voulez le désarmement des policiers ? » Poutou, imperturbable :oui, on veut désarmer les policiers, car ils agressent et gazent dans les manifs, et font chier les jeunes dans les quartiers populaires. Aie aie aie camarade ! Où sont passés tes conseillers ? (Poutou se déclarera « attristé » lors de son speech de conclusion, en rappelant que « la lutte contre le terrorisme, c’est d’abord la lutte contre la politique française à l’international » mais c’est trop tard, la fachosphère et la bienpensance journalistique l’avaient déjà éparpillé contre les murs).

Arrive ensuite Macron. Il a eu un quart d’heure de plus pour se préparer. Avec la gravité de rigueur, il explique qu’il a laissé dans sa loge l’objet transitionnel que Pujadas-Salamé ont demandé à chacun d’apporter sur le plateau, l’objet qu’ils poseraient sur le bureau de l’Élysée, au cas où. Macron, c’est le livre de grammaire de sa grand mère. Mais avec ce qui vient de se passer, l’heure n’est pas aux enfantillages, pas question, le livre de grammaire est resté consigné dans la loge, regardez comme je suis ferme dans la tempête, admirez l’homme d’État.

Fillon passe en dernier. Tapis rouge. Il a eu tout le temps de fourbir, de polir. Pour la première fois depuis trois mois, l’événement lui sourit. Mais il trébuche sur la panique, en glissant « on nous laisse entendre qu’il y a d’autres violences ailleurs dans Paris » (rien ni personne ne laisse entendre ça). D’ailleurs, Fillon va interrompre sa campagne, ce qui accessoirement lui évitera de devoir répondre à Closer, dont le scoop du jour couronne la campagne.Bref, pas certain que le coup soit réussi, les dés roulent encore.

*=*=*=*=*=*

La force des people ! Avec Mélenchon les 23 avril et 7 mai 2017 ! Votons !

 

*=*=*=*=*=*

Sergio Rossi, professeur d’économie à l’Université de Fribourg, fait partie d’un collectif d’une centaine d’économistes à défendre le programme économique de Jean-Luc Mélenchon. Quelles sont ses motivations? Interview.

Avec des confrères du monde entier vous appelez les citoyens français à voter pour le candidat de la France insoumise. Pourquoi?

Il est le seul à proposer un programme qui puisse relancer l’économie française. Une économie qui stagne depuis plusieurs années. Appliquer l’austérité, comme le proposent de différentes manières les autres candidats, à un pays qui souffre sur le plan économique ne fera qu’aggraver la situation. Cela d’autant plus qu’ils envisagent de continuer à privilégier au niveau fiscal les hauts revenus et les grosses fortunes. Jean-Luc Mélenchon a en revanche compris que la solution passait notamment par une augmentation des dépenses publiques (qui devrait créer des emplois et augmenter le pouvoir d’achat de la classe moyenne, ndlr).

Pourtant, le Mouvement des entreprises de France (Medef) fustige la politique économique de Mélenchon, comme celle de la candidate de l’autre extrême, Marine Le Pen.

Il faut nuancer les propos du Medef, mais, d’une manière générale, le mouvement craint pour ses membres. Il a un regard tourné vers les profits de court terme. Or augmenter les dépenses publiques revient à augmenter les recettes fiscales. Toutefois, cette relance budgétaire profitera aussi aux entreprises tournées vers le marché domestique. Le Medef a par contre raison quant au nationalisme et au protectionnisme prônés par Marine Le Pen: la fermeture fera davantage de mal à la France qu’autre chose.

Pensez-vous que le programme de Mélenchon puisse réellement inciter les Français à voter pour lui?

Il est évidemment très difficile de le dire. On aura un premier signal dimanche. Mais je crains que l’électorat ne se laisse séduire par le plus modéré des candidats. Il pourrait se tourner vers Macron, qui représente le centre. Mais c’est un centre vide de contenu, sans un vrai programme économique. Lui et les autres candidats, mis à part Mélenchon, ne proposent d’ailleurs aucune ligne claire sur le plan économique: ils suggèrent implicitement d’avancer par simple inertie. En effet, depuis Sarkozy, la France fonctionne ainsi, sans ligne directrice en ce qui concerne sa politique économique.

 

*=*=*=*=*=*

Programme économique et social: Marine Le Pen est tout sauf la candidate du peuple!

Le programme économique et social de la candidate du FN ne peut prétendre être le programme du peuple. Il est défavorable aux salariés et est ouvertement discriminatoire.

Élaborés dans la perspective d’un second tour opposant la candidate FN à un candidat de droite (François Fillon ou aujourd’hui Emmanuel Macron), les « 144 engagements présidentiels » de Marine Le Pen cherchent à séduire les classes populaires qui ont vu leur situation se dégrader après plus de 30 ans de politiques néolibérales. On y trouve bien des annonces sociales, comme la retraite à 60 ans, destinées à faire apparaître la candidate comme celle du peuple. Une analyse détaillée[1] montre qu’il n’en est rien.

Un programme au service du patronat et des riches

Le programme 2017 de Marine Le Pen est d’abord au service du patronat. Il promet notamment aux PME et TPE de nouvelles baisses de cotisations et un « protectionnisme patriote » au service de leur compétitivité. Le souci de ne pas déplaire au patronat réduit d’ailleurs à presque rien ses ambitions écologiques, qui s’arrêtent là où elles pourraient contraindre les entreprises à produire autrement pour polluer moins.

Ce programme est aussi au service des plus riches. Il entend par exemple permettre « à chaque parent de transmettre sans taxation 100 000 euros tous les cinq ans (au lieu de quinze actuellement) » et d’augmenter « le plafond des donations sans taxation aux petits-enfants à 50 000 euros, également tous les cinq ans ». Qui peut donner tous les cinq ans 100 000 euros à ses enfants et 50 000 euros à ses petits-enfants ? Pas grand monde.

Des propositions défavorables aux salariés, qui s’en prennent aux syndicats

Le Medef et la CGPME en rêvent, le FN le promet ! D’abord, la suppression du compte pénibilité. Ce dernier prévoit des mesures de formation, de prévention et d’aménagement de l’emploi sur la base de critères objectivables de pénibilité. Trop beau pour les salariés ! Le FN propose de remplacer ces droits par une « majoration des annuités de retraite », et les critères de pénibilité par une « évaluation personnalisée » du médecin du travail… qui ne constatera les pathologies que trop tard. Finie la politique de prévention.

Surtout, les syndicats sont dans la ligne de mire. Au nom d’une prétendue « véritable liberté syndicale » et sous couvert de supprimer un « monopole de représentativité » qui n’existe plus, le FN entend affaiblir la représentation des salariés et favoriser le retour des syndicats maison. Souvenons-nous de ces syndicats qui se prétendaient « libres », et qui, loin de défendre les intérêts des salariés, étaient aux ordres des patrons et proches de l’extrême droite. Le FN n’a pas oublié !

Emploi : une politique ouvertement discriminatoire

La « priorité nationale » dans la politique d’emploi du FN s’appuie sur un mythe selon lequel les étrangers prendraient le travail des français ou feraient baisser les salaires… ce qui est démenti par les études empiriques.

La proposition phare est « une taxe additionnelle sur l’embauche de salariés étrangers ». Marine Le Pen affirme qu’elle existe déjà. Pas vraiment : les employeurs ont à s’acquitter d’une taxe forfaitaire (Ofii) lors de la première entrée en France d’un salarié étranger hors Union européenne, ce qui traduit une priorité aux travailleurs présents sur le sol français. La taxe voulue par le FN instaurerait une discrimination directe et permanente contre l’ensemble des travailleurs étrangers. Fixée à 10 % de leur salaire brut mensuel (près de 150 euros par mois pour un Smicard) elle exercerait un effet dissuasif sur les employeurs. Les 1,7 million d’étrangers actifs présents sur le territoire national seraient concernés, dès lors qu’ils passeraient par le chômage ou changeraient d’emploi. En 2012, Marine Le Pen voulait obliger les chômeurs étrangers à « quitter le territoire » après un an de chômage. En 2017, elle entend les empêcher de retrouver un emploi.

Protection sociale : l’exclusion d’un nombre toujours plus grand d’étrangers

Le mythe FN des « pompes aspirantes de l’immigration » fait des immigrés des touristes de la protection sociale. Pourtant, toutes les études montrent qu’ils contribuent davantage au financement de la protection sociale qu’ils ne coûtent en prestations, car ils sont majoritairement d’âge actif.

Les familles étrangères sont les premières visées : le programme 2017 du FN suggère de réserver les allocations familiales aux familles françaises. Cela renvoie aux racines du parti à l’époque où il était dirigé par Le Pen père : familialisme et xénophobie. Les immigrés vieillissants sont une deuxième cible. Le FN prévoit de réserver le minimum vieillesse (Aspa) aux personnes âgées de nationalité française, exigeant des étrangers qu’ils démontrent qu’ils ont résidé légalement vingt ans en France – contre dix ans actuellement. Un durcissement considérable au vu de la précarisation du séjour des étrangers.

En mettant une touche sociale dans son programme, Marie Le Pen voudrait détourner contre les étrangers et les immigrés les difficultés des victimes du capitalisme mondialisé. Elle est tout sauf la candidate du peuple. Ne la laissons pas faire !

Anne Eydoux, Eric Berr, Frédéric Boccara, Mireille Bruyère, Benjamin Coriat, Nathalie Coutinet, Ali Douai, Jean-Marie Harribey, Sabina Issehnane, Esther Jeffers, Dany Lang, Philippe Légé, Jonathan Marie, Dominique Plihon, Thomas Porcher, membres du collectif d’animation des Economistes atterrés.

[1] Voir A. Eydoux et S. Issehnane, « Front national, un programme économique et social incohérent et xénophobe », Note des économistes atterrés, 30 mars 2017.

Té ! un petit cadeau pour Marine…

 *=*=*=*=*=*

Olivier Besancenot : « Si Mélenchon est élu, c’est un changement radical de situation »

*=*=*=*=*=*

Avec les soutiens de La France insoumise

L’émission « En direct de Mediapart » recevait ce 19 avril trois soutiens de Jean-Luc Mélenchon pour parler de cette fin de campagne présidentielle.

*=*=*=*=*=*

L’épidémiologie choisit rationnellement le vote Mélenchon

Face aux urnes, une analyse statistique invisible dans les médias nous donne une clef d’analyse rationnelle qui conduit à choisir Jean-Luc Mélenchon. En oubliant un instant les émotions et autres hystéries collectives, il est possible de réfléchir sur une base empirique avant de voter pour un candidat au premier tour. Deux épidémiologistes anglais nous en donnent les moyens.

Extraits

Wilkinson et Pickett ont en effet comparé 40 états les plus riches de l’OCDE, puis les 50 états des USA. Ils ont mis en évidence une relation statistique extrêmement forte entre les inégalités de revenus (en comparant les 10% les plus riches et les plus pauvres de chaque état) et une longue liste de problèmes offrant un gradient social.

Ce que démontrent empiriquement les deux chercheurs, c’est qu’il existe par exemple un lien statistique fort entre le chiffre de l’obésité et celui de l’inégalité des revenus, non seulement chez les plus pauvres mais aussi chez les plus riches ! Plus l’inégalité de revenus est importante (Etats-Unis) et plus le nombre relatif d’obèses sera élevé, même chez les plus fortunés. Et cette analyse se vérifie avec une longue liste de problèmes sanitaires (espérance de vie, mortalité infantile, problèmes cardiaques…), les taux d’homicides, celui des adolescentes enceintes, la performance du système éducatif,  la violence et l’incarcération, la santé mentale et les consommations de drogue, la mobilité sociale et même de les actions en faveur de l’environnement et le soutien au développement.

Ce que démontrent Wilkinson et Pickett, c’est que, même pour les riches, il vaut mieux vivre dans une société plus égalitaire en termes de revenus et que toute variation de ce seul paramètre met en mouvement une mécanique sociale invisible qui modifie les niveaux de nombreuses problématiques qu’il est inutile de traiter indépendamment.

L’amélioration de la santé ou de l’éducation est mesurable pour tous, dès que l’on réduit les inégalités de revenus.

Ce qu’il faut, cette semaine, retenir de ces analyses statistiques, c’est qu’elles vont empiriquement exactement à l’encontre de la théorie du ruissellement prônée par les libéraux.

Plus vous permettez au plus riches de s’enrichir (en supprimant l’ISF par ex) plus vous aggravez les problèmes sociaux, sanitaires, environnementaux, judiciaires même dans les cas où il est extrêmement difficile de l’expliquer. En revanche, plus vous réduisez les inégalités de revenus, même de façon arbitraire, plus vous réduisez toutes les problématiques dont la liste est trop longue pour être ici mentionnées.

Article intégral : https://blogs.mediapart.fr/patricjean/blog/190417/lepidemiologie-choisit-rationnellement-le-vote-melenchon?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66

*=*=*=*=*=*

Calendrier de la Constituante – Présentation par Raquel Garrido

*=*=*=*=*=*

*=*=*=*=*=*

Les commentaires sont fermés.