Le fil du 24 avril

« Ce sont vos beaux sourires, vos yeux qui brillent, vos chansons, votre amour pour demain. Le voilà, le matin neuf qui se lève. À vous, jeunes gens, de reprendre la tâche et le flambeau à l’endroit où je vous l’aurais donné et tendu d’une main à l’autre. Allez, on est la France insoumise, maintenant et pour toujours ! »

*=*=*=*=*=*

Quelques déclarations

Danielle Simonnet : « Pas une voix ne doit aller à Marine Le Pen ! »


Déclaration de Pierre Laurent – 23 avril 2017

*=*=*=*=*=*

Lu sur le fil Facebook d’Arnaud Cuidet

Nous avons le droit d’être déçu, ou même accablés. Pour autant, la déception ne doit pas se transformer en désespoir :

1) On a fait 19% ! On a presque doublé le nombre de voix de 2012. En 5 ans, avec le système contre nous, ca n’est pas rien !

2) Le FN est devant nous d’à peine 600 000 voix. C’est rien ! C’est d’autant plus rageant, mais ca veut aussi dire que nous sommes en train de lui rependre du terrain. Ils travaillent depuis les années 80, nous avons du retard à rattraper, mais ne le rattrapons vitesse grand V !

3) il faudra attendre encore l’été ou la rentrée pour en être sur, mais nous sommes en passe d’accomplir un objectif politique majeur : l’implosion du PS, sont le simple nom est un obstacle au combat idéologique de gauche. Si cela s’avère, même les médias seront obligés de reconnaître que la FI est la principale force de gauche !

4) la force que nous avons construite ne doit rien au fait d’être fan d’un candidat. Elle s’est construite sur de l’éducation politique, de la conscientisation politique et une profonde émancipation qui a transformé chacun-e d’entre nous. Cette force ne disparaîtra pas, elle ne fera que grandir.

Il est de notre responsabilité de veiller à ce que la FI grandisse et se structure. De rudes combats nous attendent, mais cette campagne aura été la démonstration que nous savons les mener.

*=*=*=*=*=*

Mélenchon: une défaite aux airs de victoire

24 avril 2017 Par christophe Gueugneau

Le candidat de La France insoumise a échoué à créer la surprise lors du premier tour de la présidentielle, en finissant à la quatrième place. Il a réservé son appel au vote pour le second tour. En arrivant très largement devant le PS, il se place comme incontournable à gauche pour la reconstruction à venir.

Évidemment, la déception est palpable. Mais le cœur y est malgré tout. À 20 heures, dimanche soir, lors de l’apparition des premiers résultats à la télévision, donnant Emmanuel Macron et Marine Le Pen qualifiés pour le second tour, les militants de La France insoumise réunis devant le Belushi’s, le QG choisi, non loin de la gare de Nord, par Jean-Luc Mélenchon pour sa soirée de premier tour, crient « Dégagez, dégagez ! ». Plus de 300 journalistes ont été accrédités, et dans le QG, les militants se font rares, qui restent dans la rue. Jean-Luc Mélenchon est annoncé à la troisième place, avec environ 19 % des voix. C’est peu et c’est beaucoup.

C’est peu, parce que la dynamique de ces dernières semaines pouvait faire espérer une « qualification » pour le second tour. Vendredi soir, à l’occasion des « apéritifs insoumis » organisés un peu partout en France, Jean-Luc Mélenchon s’était rendu dans le XIXe arrondissement, à proximité du parc de Belleville, en compagnie de Pablo Iglesias, du parti espagnol Podemos, et de Marisa Matias, du Bloco de esquerda (Portugal). Sur place, la ferveur militante semblait dire que tout était possible. En résonance avec cette fin de campagne, où les meetings faisaient le plein, la présence des Insoumis sur les marchés était patente, tout comme sur les réseaux sociaux.

C’est beaucoup, parce que c’est une hausse spectaculaire par rapport au score de Jean-Luc Mélenchon en 2012. Le candidat du Front de gauche avait recueilli 11,11 % des voix, il fait cette fois-ci, avec La France insoumise, autour de 19 %. C’est beaucoup, aussi, car au sortir d’un quinquennat de François Hollande, élu par la gauche, le résultat de La France insoumise fait figure d’ovni. « Je suis très fière de ce qu’on a fait », dit Corinne Morel Darleux, du Parti de gauche, l’une des composantes de La France insoumise. « Je souhaite bon courage à celui ou celle qui dirigera la France après le second tour », ajoute-t-elle.

L’irruption du mouvement de La France insoumise dans le paysage de la gauche française constitue une victoire malgré la défaite pour Jean-Luc Mélenchon. Reste cependant à la concrétiser à l’occasion des législatives. « Ce sera la belle », dit Corinne Morel Darleux, avant de compléter : « la belle colère ».

(…)

Au-delà même du fait d’être passé devant le PS, La France insoumise estime s’être constituée en vrai mouvement social durant cette campagne. « Quel que soit celui qui l’emporte dans deux semaines, il ou elle aura en face une marée d’insoumis », estime Corinne Morel Darleux. (…)

Intervenant vers 22 heures, Jean-Luc Mélenchon le redit : « Je n’ai reçu aucun mandat des 450 000 personnes qui ont appuyé ma candidature », celles-ci seront « amenées à s’exprimer sur la plateforme ». Le candidat de La France insoumise a regretté qu’il n’y ait eu aucune « prise de conscience écologique » de la part des deux candidats qualifiés qui, en outre, « comptent s’en prendre une fois de plus aux acquis sociaux ». « Je vous appelle à rester groupés et en mouvement. Car les défis que nous avons nommés, ces défis restent à relever. Ceux qui prétendent aujourd’hui à l’honneur de nous représenter tous ont déjà montré qu’ils étaient incapables de les relever », a encore dit Jean-Luc Mélenchon.

 *=*=*=*=*=*

Autre article intéressant à signaler

http://www.francetvinfo.fr/politique/melenchon/recit-franceinfo-presidentielle-comment-jean-luc-melenchon-a-presque-reussi-son-pari_2152721.html

*=*=*=*=*=*

Humour du jour

 

*=*=*=*=*=*

Les commentaires sont fermés.