le fil du 9 mai

« Je suis là pour dire à Macron qu’il ne va pas avoir un jour de répit. »

Nous ne sommes condamnés ni au pouvoir des riches ni à celui des haineux.

MACRON, PRÉSIDENT PAR DÉFAUT – Le Bon Sens

Le dimanche 7 mai, Emmanuel Macron a été élu président de la République. Il l’a été par défaut, une minorité de gens ayant voté pour lui sur la base d’une adhésion à son programme.

*=*=*=*=*=*

chronique du 08/05/2017 par Daniel Schneidermann

La France offre une idole aux Beautiful du monde

Et la bulle devint le Barrage, ce qui témoigne d’une belle plasticité. Et d’une belle Baraka. Il y aura fallu l’effondrement de Fillon, l’auto-démasquage de Le Pen, la neutralisation mutuelle de Hamon et Mélenchon, tout cela conjugué à la fascination auto-réalisatrice de la presse pour la success story. Et les bonnes fées Niel, Arnault, ou Lagardère, ont-elles actionné leurs baguettes ? Elles étaient là, cela suffisait.

Voyons-le s’avancer seul dans la Cour Napoléon du Louvre, produisant (enfin !) une image-symbole, solitude et clairs obscurs, façon Mitterrand au Panthéon : le Barrage est plutôt joli garçon. Il ne fait pas honte à regarder. On s’opposera, on combattra, mais on n’en aura pas honte. C’est déjà ça. Les scénographes ont travaillé, à la différence des paroliers : les deux discours du soir sonnent étonnamment creux. Il faut vite présenter des speech writers à ce littéraire qui parle pourtant à mots choisis. Ce serait dommage de devoir couper le son pour le regarder, et de se contenter de commenter les tenues de Brigitte, en cosmonaute seventie LVMH.

Il est joli garçon et il le sait, qui s’est embeddé une photographe, Soazig de la Moissonnière, avec l’arrière-pensée si transparente d’être son Pete Souza, photographe de l’épopée Obama. Regardez-le ici à l’arrêt, attendant le top départ de l’Hymne à la joie. Bons débuts, mais il faudra le décoincer encore un peu, Soazig, si vous durez…

La pyramide du Louvre est une bonne idée, très macronienne : Ancien Régime et Révolution fusionnés dans un même hommage. Rêve indicible d’une France où le joli Desmoulins fonderait une start up avec Marie-Antoinette, et où les sans-culottes s’embaucheraient chez Deliveroo. Seul problème : le triangle au-dessus de sa tête le range illico dans les Illuminati. On est parti pour cinq ans de rigolade dans la complosphère. Si vous ne voyez pas de quoi je parle, regardez notre émission de l’été dernier.

Le Barrage est jeune, la télé le souligne toutes les trois secondes et demie. 39 ans, le chef d’Etat français le plus jeune depuis Bonaparte (encore), Seule question : le Barrage se sait-il Barrage ou bien, avec toute cette blondeur autour de lui, à force de fausses paparazzades, se prend-il pour un Grimaldi ? Autour de sa jeunesse, vont frétiller les Vieux : il faut les voir, sur les plateaux, les Bayrou, les Royal, les Copé, les Dray, les Baroin, préfigurer un quinquennat de magouilles et d’embrouilles, et co-produire en attendant la soirée électorale la plus emmerdante de toute la Ve République. Face à eux, quelques pâles macroniens (Castaner, Griveaux), s’efforcent d’exister. Et le vieux Collomb ! Cachez-le celui-là !

Le Barrage est surtout européen et mondialiste bien entendu, et son élection enterre pour longtemps l’idée de Frexit, que plus personne ne porte en France, après le dégonflage de la baudruche Le Pen (Marine j’entends. La nièce est à l’affût). Comment cette idée put séduire, avant de terrifier : Todd en livre une explication démographico-éducative. Elle reste à compléter. En attendant, pendant que les Beautiful de tout l’Occident s’offrent une nouvelle idole, onze millions de voix grondent dans la pénombre.

*=*=*=*=*=*

Macron est un président « faible » et « minoritaire »

*=*=*=*=*=*

On apprend que Vladimir Poutine a adressé ses félicitations à Emmanuel Macron pour son élection. Ça s’appelle la diplomatie. Même quand c’est complètement démago, mais quoi ? Faut rester dans la bien-pensance. Pourtant, en Russie et jusqu’à la semaine dernière, la presse d’État ou proche du Kremlin n’avait pas de mots assez durs pour qualifier le nouveau Bonaparte.

« Les docteurs pensent que le favori de l’élection française est un psychopathe standard« , écrivait par exemple le quotidien privé Komsomolskaya Pravda, un des grands quotidiens du pays. Macron « brille comme une fausse pièce de monnaie et déclare des choses stupides avec une apparence incroyablement convaincante« , attaquait le Komsomolskaya Pravda. Le ton était tout aussi direct dans les pages du quotidien Rossiyskaya Gazeta, qui appartient au gouvernement russe. Macron y était comparé à une « couleuvre à collier qui se réveille de son hibernation« , mais aussi décrit comme ayant « des yeux globuleux comme ceux d’un poisson« .

*=*=*=*=*=*

A ajouter à notre dossier Censure…

Tous les médias ne sont pas les bienvenus à la soirée de la soirée électorale du FN. Comme l’explique le site Buzzfeed, qui s’est vu refuser son accréditation pour participer à cette soirée qui se tient au Chalet du Lac, à Vincennes, une bonne dizaine de médias ont été blacklistés. Parmi eux, outre Buzzfeed : Mediapart et Quotidien (TMC), tricards de longue date comme nous le racontions dans notre émission de la semaine, mais aussi Les Jours, Konbini, Brut, Politis, Explicit, Streetpress, Charlie Hebdo, Rue89, La Télé Libre et plusieurs médias étrangers. Selon Mediapart, on trouve parmi eux Politico, la chaîne britannique Sky News ou encore des confrères étrangers et/ou indépendants (le site d’information américain The Atlantic et la Rai 3). Même Le Figaro a eu des difficultés à obtenir une accréditation. De son côté, le Bondy blog assure n’avoir jamais eu de réponse.

Solidaires, Libération, Les Inrocks, Le Monde, l’agence Bloomberg et L’humanité, tous pourtant accrédités, ont annoncé boycotter la soirée. Le journaliste de Society, dont le photographe qui l’accompagnait pour la soirée a été exclu par le service d’ordre, annonce également ne pas rester couvrir l’événement. Pour ceux qui continuent de couvrir la soirée, les conditions n’ont pas l’air optimales. Sur Twitter, la journaliste de La nouvelle édition (C8) assure qu’« au QG de Marine le Pen, les journalistes ont interdiction d’interviewer les militants. « Sinon je vous présente la sortie » nous dit la sécu« .

*=*=*=*=*=*

Les vœux de Benoît Hamon

Je félicite Emmanuel Macron pour son élection à la Présidence de la République. Le sens de l’intérêt général m’invite à souhaiter qu’il réussisse. Je félicite aussi les citoyens français venus nombreux lors des deux tours de cette élection faire vivre notre démocratie et choisir d’utiliser le bulletin de vote portant le nom d’Emmanuel Macron pour écarter un péril majeur pour la République : l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir.

Je note cependant le score historique de Madame Le Pen. Cela m’invite à aller à l’essentiel. Si 63% des Français ont voté pour Emmanuel Macron, cette majorité n’existe pas pour démanteler le Code du travail par ordonnance. Elle n’existe pas pour augmenter la CSG et supprimer l’Impôt de Solidarité sur la Fortune. Elle n’existe pas pour diminuer le nombre de fonctionnaires et laisser disparaître les services publics, dégrader l’hôpital et les écoles. Elle n’existe pas pour approuver les traités de libre-échange.

Parce que, ce soir, nous n’avons trouvé de majorité que pour dire non à l’extrême droite, c’est à l’occasion des élections législatives des 11 et 18 juin prochains que vous allez choisir la politique que vous souhaitez pour la France, pour la France en Europe, pour vous-mêmes et vos enfants.

Je veux porter, avec toutes les forces de gauche :
– L’urgence de solidarités nouvelles face aux mutations du travail (à l’ubérisation et la précarisation effrénée des emplois), mais aussi des existences, que nous soyons jeunes ou âgés.
– L’urgence d’améliorer le pouvoir d’achat des salariés, des retraités, des classes populaires et moyennes.
– L’urgence de la transition écologique, absente de manière irresponsable du débat et des projets de Madame Le Pen et Monsieur Macron, et qui représente un formidable gisement d’emplois. Cette urgence est aussi celle de la prise de conscience que nous devons et ne pouvons plus produire et consommer comme si les ressources naturelles étaient inépuisables et la planète invulnérable.
– L’urgence de sortir d’une démocratie intermittente se résumant à un scrutin majeur tous les 5 ans, où les projets s’effacent derrière le vote utile. Il faut passer à la 6ème République.
– L’urgence d’en finir avec l’austérité en Europe sans pour autant jeter l’Europe aux orties.

Ces cinq points, présents dans la plupart des projets des différentes sensibilités de la gauche et des écologistes en France et en Europe, peuvent constituer la base d’une plateforme commune à toute la gauche française pour gouverner dès le 18 juin.
Si la gauche se rassemble, elle peut être majoritaire à l’Assemblée nationale. Soyez en certains.

Nous, hommes et femmes de gauche par conviction, que nos cultures soient socialistes, écologistes, citoyennes, communistes, insoumises, hommes et femmes sincèrement désireux de faire gagner la gauche, il nous appartient de surmonter les antagonismes des partis, les vieilles rancunes, les sectarismes et les stratégies de démolition. Il faut un maximum de candidatures d’union à gauche pour les élections législatives. J’y suis prêt. Dès ce soir. Je soutiendrai par delà les étiquettes les femmes et les hommes sincèrement engagés dans cette démarche de rassemblement, première étape d’une renaissance et d’une reconstruction de la gauche française.

Nous avons fait barrage au pire. À nous de construire le meilleur.

Fidèlement,
Benoît Hamon

*=*=*=*=*=*

Où t’es, Marianne, où t’es ?

NdM- Qui tétoi ?

*=*=*=*=*=*

Humour… ou pas (Choisis ton camp camarade)

En marche ! à petits pas – Le Moment Meurice

*=*=*=*=*=*

Les commentaires sont fermés.