Pour reconnaître la Palestine

Gouvernement français : reconnaissez la Palestine

La première pétition vient de la plateforme We Sign it, la suivante est lancée par le Mouvement pour la Paix. (il n’est pas interdit de signer les deux)

Monsieur, Madame les députés/sénateurs,

Les 28 novembre 2014/ et 11décembre 2014, une proposition de résolution invitant le gouvernement français à reconnaître l’État Palestinien sera soumise au vote de l’Assemblée Nationale/du Sénat. En tant que citoyen, nous tenons à vous faire part de l’importance que revêt ce vote à nos yeux.

La France, patrie des droits de l’homme, ne peut continuer à tolérer les violations du droit international ainsi que la situation d’occupation et la colonisation des Territoires palestiniens.

Il est donc heureux que l’Assemblée Nationale/le Sénat s’empare de cette question comme l’ont fait vos homologues suédois et britanniques, en invitant leurs gouvernements à reconnaître un État de Palestine indépendant. Nous croyons fermement que la France doit affirmer l’existence d’un État Palestinien libre dans le respect des résolutions de l’ONU, des frontières de 1967 et avec Jérusalem-Est pour capitale. Auprès des Nations Unies, ce sont 134 pays dont 7 comptent parmi les membres de l’Union Européenne qui ont reconnu son existence.

La France, incarnation des valeurs d’égalité, de liberté et de fraternité ne peut rester aux marges de l’histoire et trahir ses valeurs fondatrices. C’est pourquoi nous, signataires de cette pétition, vous demandons, en votre qualité de représentant de la nation, de voter positivement la résolution invitant le gouvernement français à faire de la reconnaissance de l’État de Palestine un instrument pour obtenir un règlement définitif du conflit.

Veuillez agréer, Messieurs, Mesdames les Députés/sénateurs, l’assurance de notre parfaite considération.

Signature ici : http://reconnaissezlapalestine.wesign.it/fr

ou sur FacebookTwitter et google+ .

Urgent : Cyberaction envers les parlementaires.
> Pour un vote en faveur de la reconnaissance
> d’un État de Palestine

> Madame, Monsieur,

La Palestine est déjà reconnue par 135 pays. Plusieurs parlements ont récemment voté pour cette reconnaissance, dont le parlement britannique et le parlement espagnol, marquant à leur manière l’année 2014 consacrée par les Nations Unies comme année internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

C’est au tour du parlement français de se prononcer le 2 décembre prochain.

Le massacre perpétré le mardi 18 novembre dans une synagogue de Jérusalem, qui a fait l’objet d’une condamnation unanime, ne doit pas retarder un vote favorable, bien au contraire.
> Nous devons aussi entendre la voix de plus de 600 personnalités israéliennes, dont l’ancien ambassadeur d’Israël en France Élie Barnavi, qui ont choisi de s’adresser aux parlementaires de différents pays européens pour leur dire de reconnaître l’État palestinien.

La France doit reconnaître d’urgence l’État de Palestine dans le prolongement de son vote favorable pour l’admission de la Palestine à l’Unesco.
> C’est une étape nécessaire et urgente sur le chemin de la paix à travers le respect du droit international.

C’est pourquoi nous vous demandons d’intervenir auprès des parlementaires de votre département à travers la cyberaction lancée par le Mouvement de la paix, en signant la cyber-lettre en ligne (adressée aux parlementaires de notre pays avant le débat qui doit commencer le 28 Novembre 2014 à l’Assemblée Nationale)

Cordialement,
> Le Bureau national du Mouvement de la Paix

Pour cela :

  • Signez la cyber-lettre en ligne qui sera envoyée en votre nom aux parlementaires de votre département – cela ne prend que quelques instants;
    >
    >
  • Demandez un rendez-vous aux parlementaires de votre département pour les mettre devant leurs responsabilités ;
  • Faites suivre ce message à vos connaissances et parlez-en autour de vous.

Nous comptons sur vous.

Le Mouvement de la Paix
> Contact : roland.nivet
@mvtpaix.org
>

www.mvtpaix.org

 

Un chantier de plus…

Nous en avions parlé le 30 octobre dernier (article ici), à la suite de l’appel de militants qui se sentaient un peu seuls, dans un combat dont peu de médias se font l’écho, alors qu’il est dans la continuité de ce qui se passe au Testet ou à Notre Dame des Landes, ces chantiers de plus ou moins grands travaux décidés contre l’avis des populations. Ici il s’agit encore de destruction de forêt et de zone humide, pour un énième village vacances et parc de loisir.

Contre le scandale du Center Parcs de la forêt des Chambaran à Roybon

Dimanche 16 novembre avait lieu une nouvelle manifestation contre le projet d’implantation d’un village vacances Center Parcs dans les Chambaran, sur la commune de Roybon. Les militants écologistes restent mobilisés trois semaines après les premiers travaux de défrichement sur le site. Ils dénoncent toujours le comportement du préfet de l’Isère qui a donné son feu vert pour l’implantation de ce projet « de tourisme de masse », alors que l’enquête publique avait donné un avis négatif. De nouveaux recours ont été déposés depuis. Malgré cela, le 20 octobre, les travaux ont commencé avec le démarrage du défrichement du terrain.

Ce chantier a démarré le 20 octobre 2014 par une phase de déboisement rapide.
Pour info, il faut 80 ans pour reconstituer ce qui est détruit en une journée !
==================
Nous voulons ici informer le grand public de la réalité sur le terrain. Derrière les beaux discours publicitaires de Center Parcs vendant partout une image « nature et écologique », de multiples atteintes graves à nos biens communs sont programmées à Roybon dans les bois des Avenières.
Le service communication du groupe Pierre et Vacances ayant déclaré au Dauphine Libéré le 22 novembre 2014 : « nous n’avons rien à cacher », nous allons donc témoigner librement de ce qui se passe.
==================
Cette vidéo est libre, merci de la télécharger, de la partager, publier et republier partout, d’en faire des projections dans la rue, d’en faire d’autres versions, etc.

Contre le scandale du Center Parcs de la forêt des Chambaran à Roybon from PCSCP on Vimeo.

……………………………..
Ce Grand Projet Inutile Imposé (GPII) est une caricature de toutes les aberrations possibles :

Destruction de 110 ha de zones humides précieuses pour l’alimentation en eau potable de la région ;

Mise en péril localement de 37 espèces protégées, impact sur des rivières classées en réservoir biologique ;

Privatisation de biens communs publics d’usage libre et collectif ;

Gaspillage d’argent public et subventions en faveur de Pierre et Vacances ;

Mensonges des élus, désinformation politique sous couvert de développement durable et de création d’emplois ;

Profits à court terme réalisés au détriment de petits investisseurs et grâce à une niche fiscale illégitime, etc.
Ce projet Center Parcs à Roybon ne tient pas compte de l’avis négatif de l’enquête publique, du CNPN et de l’ONEMA, ni des recours déposés par des associations, FRAPNA Région, Fédération de Pêche Drôme, PCSCP, etc.

 

-> Rejoignez-nous dans la dénonciation de ce scandale écologique, politique et économique. Agissons ensemble pour préserver nos biens communs et l’avenir de nos enfants contre ce projet immobilier industriel destructeur et coûteux.
Après la ferme des 1000 vaches, ce serait une ville Center Parcs de 1000 COTTAGES !

-> pcscp.org/ + facebook.com/groups/142720152425653/
et aussi : chambarans.unblog.fr/

La Guerre des Graines

L’histoire révélée dans ce documentaire est celle d’une guerre silencieuse, méconnue et dont l’enjeu est pourtant crucial : notre indépendance alimentaire.

« La Guerre des Graines » est un film de Stenka Quillet et Clément Montfort. Un document de 52 mn à voir absolument et surtout jusqu’au bout.

« Les graines sont-elles une marchandise ou un bien commun de l’humanité au même titre que l’eau ou l’air ? Dans un avenir très proche, les agriculteurs n’auront peut être plus le droit de replanter leurs propres graines. En Europe, une loi émerge pour contrôler l’utilisation des semences agricoles… Derrière cette confiscation, 5 grands semenciers qui possèdent déjà la moitié du marché des graines et cherchent à étendre leur privatisation. »


[DOC] LA GUERRE DES GRAINES (officiel) par latelelibre

 

Veni, Vidi, Vichy

 « Quand un gouvernement viole les droit du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque partie du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

(Article 35 de la Constitution universelle des droits de l’homme et du citoyen. 1793)

Pendant que la presse fait ses choux gras autour d’un dîner de cons devenu l’ « affaire Jouyet/Fillon », la lumière se fait sur le décès de Rémi Fraisse. Mais une lumière que certains aimeraient bien mettre sous le boisseau, tant elle dénonce et engage la responsabilité de l’État et son ignoble silence. Nul doute que le récit de ce dîner de cons ait pour seule raison d’être que de masquer le degré zéro de la politique menée par le gouvernement. Sur le sujet du dîner nous renvoyons à l’excellente analyse qu’en fait Hubert Huertas (c’est ici : http://blogs.mediapart.fr/blog/hubert-huertas/131114/ce-que-revele-laffaire-jouyet-fillon#comment-5568019).

Sémaphores préfère revenir, ou plutôt ne pas lâcher le combat autour duquel la mort de Rémi Fraisse doit nous faire réfléchir. Car il ne suffit pas d’avoir scandé « Plus jamais ça ! » en 1977 à propos de la mort de Vital Michalon (ce jeune professeur de physique de 31 ans avait déjà été tué par une grenade offensive), car il ne suffit pas de l’avoir crié encore lors de la mort de Malik Oussékine, tabassé par les voltigeurs de Pasqua, mais constater que la réponse des forces de l’ordre aux diverses manifestations va crescendo et que cette disproportion n’est plus admissible. Pas plus que ne l’est le silence qui tente de la couvrir.

Ainsi il fallait être abonné au Monde ou à Mediapart pour être informé de l’avancement de l’enquête, savoir ce qui s’est passé exactement la nuit où un jeune manifestant s’est retrouvé avec un morceau de colonne vertébrale en moins, arraché par l’explosion d’une grenade offensive du type de celles en vigueur depuis cette guerre de 14-18 qu’on commémore, triste coïncidence, au même moment.

« Il est décédé, le mec… Là, c’est grave… », tel est le titre choisi par le journal Le Monde. Cette phrase a été prononcée la nuit où Rémi est tombé, à 02 h 03 précises : « Il est décédé le mec. Là c’est vachement grave. Faut pas qu’ils le sachent. »

Selon les informations du Monde, les gendarmes ont tout de suite eu conscience de la gravité de la situation dans laquelle ils se trouvaient. C’est ce que révèle un procès-verbal daté du 29 octobre ; deux militaires de la section de recherches (SR) de Toulouse y ont retranscrit les propos entendus sur les films réalisés par les gendarmes mobiles. Chaque escadron est en effet doté d’une « cellule image ordre public » (CIOP). Durant une opération de maintien de l’ordre, un gendarme est chargé de filmer à l’aide d’une caméra tandis qu’un second, muni d’un bouclier, assure la protection du cadreur.

Article intégral payant ici (Le Monde) : http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/11/12/il-est-decede-le-mec-la-c-est-grave_4522249_3224.html

De son côté, Mediapart soulignait plutôt dans son titre « L’Intérieur dos au mur »

« Le lieutenant-colonel qui commandait le dispositif ce soir-là, entendu comme témoin, déclare par ailleurs ceci : « Je tiens à préciser que le préfet du Tarn, par l’intermédiaire du commandant de groupement, nous avait demandé de faire preuve d’une extrême fermeté vis-à-vis des opposants par rapport à toutes formes de violences envers les forces de l’ordre. »

« Selon le décompte officiel, le nombre d’engins tirés par les militaires, cette nuit-là, est impressionnant : plus de 700 grenades en tout genre. À savoir 312 grenades lacrymogènes MP7, 261 grenades lacrymogènes CM6, 78 grenades explosives assourdissantes F4, 10 grenades lacrymogènes instantanées GLI, 42 grenades offensives OF, ainsi que 74 balles en caoutchouc LBD 40 mm. Les grenades offensives OF, les plus dangereuses, sont lancées à la main, à 10 ou 15 mètres maximum. »

Et l’on voudrait que ça ne ressemble pas à une guerre ? Et l’on devrait se contenter du renvoi de la « faute » sur les forces de l’ordre par la ministre de l’Intérieur ?

Lire après la balise les dépositions des différents gradés. Lire la suite

Haussons le t(h)on avec Greenpeace !

La pêche thonière tropicale parmi les pilleurs des océans

Nouveau volet sur le terrain de la surpêche : Greenpeace publie une liste de 20 bateaux, les monster boats (“monstres des mers”), représentatifs des navires les plus destructeurs, naviguant sous pavillon européen ou appartenant à des armateurs européens.
Cette liste pointe du doigt quelques-uns des plus éminents représentants de la surpêche dans le monde, et de la destruction de la vie marine.

 

La surcapacité menace à court terme l’avenir des ressources de nos océans et les pêcheries de thons tropicaux (notamment, le thon listao, albacore et patudo). Il y a trop de bateaux, qui utilisent des techniques trop intensives, par rapport à la ressource disponible. Les stocks de poissons victimes de surpêche et ne sont plus en mesure de se renouveler correctement. En France, la pêche thonière tropicale est un exemple criant de la surcapacité de pêche, du fait du nombre de bateaux et des techniques utilisées, comme les dispositifs de concentration de poissons (DCP), qui démultiplient les prises.

le Dolomieu

La Sapmer est l’un des trois armateurs français ciblant le thon tropical. D’après les informations que nous avons pu collecter, c’est l’armateur qui dispose du plan de développement de sa flotte de thoniers senneurs le plus important au monde, quitte à tourner le dos à l’urgence. Il dispose de bateaux qui approvisionnent Petit Navire, comme le Dolomieu et le Franche Terre.

La Sapmer veut pêcher toujours plus

C’est seulement en 2006 que la Sapmer se lance dans la pêche thonière tropicale. A l’origine, ce petit armateur réunionnais est spécialisé dans la pêche à la langouste et à la légine. En à peine quelques années, la Sapmer est devenue une entreprise de dimension internationale, avec un chiffre d’affaires annuel passant de 35 millions d’euros en 2008, à 91 millions d’euros en 2013. Pour la Sapmer ce n’est là qu’un début. D’ici 2018, elle a l’ambition d’avoir à l’eau une flotte d’au moins 20 thoniers senneurs, avec une capacité annuelle de capture de plus de 100 000 tonnes ! Lire la suite

Rémi Fraisse_la faute des gendarmes et le mensonge de l’Etat

Les raisons de contester l’utilité du barrage de Sivens.


Les raisons de contester l’utilité du barrage… par Mediapart

Qui va démissionner ?

Le gendarme qui a lancé la grenade ?

Le chef qui a donné l’ordre ?

Le préfet du Tarn qui a voulu une extrême fermeté (pour défendre des intérêts privés en toute opacité) ?

Le ministre de l’intérieur (ou de la défense) qui est responsable des actes de ses troupes ?

Le premier ministre qui est le chef du gouvernement et défend prioritairement la chaîne ci-dessus ?

Le président qui est supposé défendre la démocratie, l’égalité, la liberté et la fraternité ?

Ou tous ceux-là en même temps ?

*=*=*=*=*=*

Sivens: la faute des gendarmes, le mensonge de l’État

06 novembre 2014 |  Par Michel Deléan

L’État l’a su immédiatement et l’a caché: c’est bien une grenade offensive qui a tué sur le coup dans la nuit du 25 au 26 octobre Rémi Fraisse. D’après les premiers éléments de l’enquête et des témoignages de gendarmes mobiles, une longue chaîne de responsabilités a abouti à la mort de l’étudiant écologiste. Le gouvernement a tenté durant quarante-huit heures de brouiller les pistes.

«Grenade ! », crie le chef J. à l’attention de ses hommes, en joignant le geste à la parole. Des grenades offensives (OF) de ce type, la plupart des gendarmes mobiles avouent ne jamais en avoir lancé. Ce sont des armes de guerre, que seul un gradé peut projeter, et encore : dans certains cas bien précis, et seulement en les jetant à terre, prévoit le règlement. Mais cette nuit du 25 au 26 octobre, dans la forêt de Sivens, environ 40 grenades de type OF sont lancées par les militaires, sur un total de plusieurs centaines d’engins divers utilisés.

(…)Très vite, en tout cas, vers 2 heures du matin, la zone a été éclairée au projecteur, et le corps de Rémi Fraisse récupéré. Et en langage militaire, il a été « rendu compte » immédiatement au commandant d’escadron, et donc au préfet, au procureur, puis aux ministres de tutelle (intérieur et justice).

Discrètement, un premier examen médico-légal de Rémi Fraisse est pratiqué deux heures à peine après sa mort dans une morgue d’Albi. Le médecin qui examine le corps conclut immédiatement à un décès provoqué par une explosion, mais on n’en savait rien jusqu’ici. Des photos sont alors faites du cadavre. Il ne reste rien ou presque du sac à dos de Rémi Fraisse. Ce dimanche 26 octobre, l’État sait déjà tout ou presque du drame, mais va choisir de feindre l’ignorance et de minimiser pendant 48 heures.

(…) le matin précédant le drame, à 9 h 30, une réunion entre officiers est organisée à Gaillac, dirigée par le lieutenant-colonel Andreani, qui commande le groupement du Tarn. Il est alors décidé ceci : créer une « zone de vie » sur le chantier de la forêt de Sivens, et « tenir le site ».

(…)Dans un rapport de 7 pages, daté du 27 octobre, le professeur Telmon et le docteur Savall, du CHU de Toulouse, détaillent les blessures fatales provoquées par l’explosion d’une grenade offensive tirée par les gendarmes mobiles au cours des incidents.

Dans la « région dorsale haute du dos » de Rémi Fraisse, ils constatent « une large perte de substance de 16 cm sur 8 cm, à disposition quasi horizontale, atteignant la cavité thoracique, présentant à son extrémité inférieure de multiples dilacérations sur 3,5 cm de haut ». Les légistes font également état d’une « dilacération du lobe supérieur du poumon gauche et un fracas de la partie postérieure de la région thoracique haute, intéressant les omoplates, les arcs postérieurs des côtes et le rachis avec disjonction rachidienne du niveau T5/T6 avec rupture du cordon médullaire en regard ».

En clair, le jeune homme a eu une partie de la colonne vertébrale et de la moelle épinière arrachées par l’explosion, et il est très certainement mort sur le coup.

À lire aussi

Très bel article d’Edgar Morin dans Le Monde : http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/11/04/remi-fraisse-victime-d-une-guerre-de-civilisation_4517856_3232.html

Des nouvelles de la 6ème

Nous sommes désormais plus de 60 000 à avoir signé pour la 6e République. 60 000 en 55 jours ! Plus de 1 000 signatures par jour ! Bravo et merci.

  • Ce jeudi 6 novembre, nous serons à la mi-mandat de François Hollande. C’est une belle occasion pour revendiquer la fin de cette monarchie présidentielle.

  • Le 12 novembre, le site m6r.fr fêtera ses deux mois. C’est le moment de mettre notre force en mouvement. À cette occasion, faisons une manifestation en ligne : mercredi 12 novembre, chacun d’entre nous publie sur les réseaux sociaux un texte, une image ou une vidéo invitant à signer pour la 6e République en utilisant le même mot-clé de ralliement (hashtag) : #6eRépublique !  Pour que l’opération soit un succès, chacun est également invité à partager ce que font les autres.


Entre ces deux dates, il y a 6 jours. Faisons-en 6 jours pour la 6e République !

Il n’y a pas de petite initiative, les petits ruisseaux font les grandes rivières ! Tout le monde peut agir. Si chacun d’entre nous convainc une personne de signer pour la 6e République, l’objectif des 100 000 signataires sera atteint !

Pendant ces 6 jours, que chacun prenne une initiative pour faire signer pour la 6e République :

  • Invitez vos contacts à l’événement Facebook de la manif en ligne

  • Glissez un petit papier avec l’adresse m6r.fr dans la boîte aux lettres de vos voisins

  • Faites signer un collègue de travail, un ami ou une connaissance

  • Accrochez l’affichette sur votre voiture ou votre abribus

  • Organisez un « apéro pour la 6e » avec quelques amis

  • Réalisez des visuels pour la 6e République comme ceux que plusieurs d’entre vous nous ont déjà envoyés

A la fin de ces 6 jours, mercredi 12 novembre, publions tous sur Facebook et Twitter les photos de nos actions avec le mot-clé #6eRépublique et partageons ce qui est publié !

(si vous n’avez pas de compte Facebook ou Twitter, vous pouvez aussi nous envoyer vos photos par email à contact@m6r.fr ; nous les partagerons pour vous !)

Les lecteurs informent

*=*=*=*=*=*=*=*

*=*=*=*=*=*=*=*

“Graine, future monnaie locale à Montpellier”

Une monnaie locale complémentaire citoyenne, c’est un moyen de se réapproprier l’outil monétaire pour le mettre au service d’échanges plus justes, respectueux de l’humain et de la nature.

L’association ADESL (Alternatives pour un développement économique et social local) est en train de mettre en place, la Graine, une monnaie citoyenne pour Montpellier et ses environs : des membres du collectif viendront présenter le projet, son intérêt et inviter à faire réfléchir à la nature et au sens de la monnaie.

Plus de renseignements ici : http://www.lemois-ess.org/evenement/graine-future-monnaie-locale-a-montpellier/

Les précédents billets de Sémaphores concernant les monnaies locales :

Juillet 2012 http://semaphores.info/2012/07/les-monnaies-solidaires/

Aout 2013 http://semaphores.info/2013/08/revenu-de-base-inconditionnel-et-monnaies-complementaires/

*=*=*=*=*=*=*=*

Grau du Roi

Ndlr : Errata et nostra culpa.

Dans notre billet relatif aux obsèques d’Étienne Mourrut (ici), regrettant qu’un deuil communal n’ait été décidé par la mairie, nous avons laissé entendre que le personnel communal alors en service n’avait pas pu se joindre au cortège.

Notre erreur, et nous la regrettons, est de n’avoir recueilli qu’une partie des doléances, singulièrement éloignées de la réalité. Dans les faits, le personnel municipal a été autorisé à se joindre à sa guise aux obsèques sans perte d’indemnités, et la part du personnel ne pouvant s’absenter pour des raisons d’astreinte et de responsabilité a eu la possibilité de récupérer ce temps consacré à l’hommage qui était dû à celui qui fut le maire du Grau du Roi de 1983 à  2014.

Cette rectification méritait d’être signalée et nous le faisons volontiers.

*=*=*=*=*=*=*=*

L’invité :

Floréal Romero est issu de la tradition anarcho- syndicaliste espagnole par son père. Il adhère aux thèses de Bookchin et en devient un des principaux promoteurs en Espagne, mais aussi en France à travers des rencontres, des publications et des articles. Il vit en Andalousie et travaille comme agriculteur en lien avec des Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP). Nous le recevons à l’occasion de la sortie du livre coécrit avec Vincent Gerber « Murray Bookchin, pour une écologie sociale et radicale ».

Le livre :

Pour Murray Bookchin (1921-2006), fondateur de l’écologie sociale, c’est au cœur même de nos institutions que se situent les causes de notre rapport destructeur à la nature. Les principes de domination induits par la « société de marché » ont fini par envahir tous les domaines de la vie, colonisant nos valeurs et nos modes de pensée. Le modèle économique du capitalisme est donc à condamner sans détours et sous toutes ses formes.

Mais la force de cette pensée réside surtout dans la proposition du « municipalisme libertaire » : un retour à une gestion à échelle humaine des affaires publiques. En instaurant la propriété communale des moyens de production, il s’agit de créer des espaces – ouverts sur l’extérieur –, où, en harmonie avec l’environnement, chacun, en prenant part aux décisions collectives, exprime pleinement son potentiel et ses aspirations.

*=*=*=*=*=*=*=*

Une histoire de l’art au Grau du Roi. Calendrier des conférences mensuelles.


*=*=*=*=*=*=*=*

Le mois du film documentaire

La coordination régionale, LR livre et lecture et LR Cinéma, s’engage une nouvelle fois auprès des professionnels : accompagner cette dynamique régionale au plus près des lieux en croisant les regards artistiques de cinéastes et d’écrivains.

3 rencontres sont organisées : le 1er novembre à Montpellier, dans le cadre du Cinémed, le 20 novembre à Toulouges et le 21 novembre à Port-la-Nouvelle.

Promouvoir le film documentaire est un acte citoyen. Prendre part à cette manifestation nationale, c’est se positionner sur son territoire, saisir l’opportunité de développer des partenariats culturels avec les salles de cinéma, les associations de documentaristes et le réseau vivant des médiathèques, encourager la rencontre entre les publics et les œuvres.

*=*=*=*=*=*=*=*

Les prix Pinocchio 2014

Les prix Pinocchio du développement durable, organisés par Les Amis de la Terre, dénoncent les impacts négatifs de certaines entreprises : celles qui agissent en totale contradiction avec le concept de développement durable qu’elles utilisent pourtant abondamment.

Afin de dénoncer publiquement ce décalage entre les « beaux discours » d’un côté et la réalité des actes des entreprises de l’autre, les Amis de la Terre décernent chaque année trois prix Pinocchio. Une référence, bien entendu, à la fameuse marionnette en bois et à sa très personnelle conception de la vérité…

Samsung, Total, EDF, Perenco… Vous aussi mobilisez-vous pour que votre entreprise « préférée » l’emporte !

 

Catégorie « Plus vert que vert »
– EDF et le charbon de Serbie,
– Pur Projet et la compensation carbone au Pérou,
– GDF Suez et les « obligations vertes ».

Catégorie « Une pour tous,
tout pour moi ! »

– Shell et les gaz de schiste en Ukraine et Argentine,
– Total et les hydrocarbures au Nigéria,
– Crédit Agricole et le charbon des Appalaches.

Catégorie « Mains sales,
poches pleines »

– Perenco, pétrolier opaque en RDC,
– Samsung et l’exploitation d’enfants en Chine,
– Lyon-Turin Ferroviaire et les tunnels sous les Alpes.

http://courrier.peuples-solidaires.org/HS?a=ENX7CqkQXNQk8SA9MKJGpV_nGHxKLZMfA_cStGb5lw8W0bBhOG5mpqVsje_HhdDtiVNm

Jusqu’au 17 novembre 2014, votez sur www.prix-pinocchio.org !

Le revenu de base_une idée qui avance

Ces 4 mini-films sont le résultat d’un travail réalisé par Jean-Eric Hyafil, Jonathan de Mulder, Amaru Mbape, Léon Régent, Marc de Basquiat et Sébastien Calvez.

La production de cette série de vidéos a été financée par 81 généreux donateurs. http://www.kisskissbankbank.com/fr/pr… et soutenu par le Mouvement Français pour un Revenu de Base : http://revenudebase.info/

Les calculs ont été réalisés à partir des chiffres officiels que l’on retrouve sur les sites suivants : Lire la suite

Climat-énergie_le suivi

À deux jours d’un sommet de l’ONU, la marche pour le climat a connu un vif succès dans de nombreuses villes du monde, une marche pour rappeler que le changement climatique est l’enjeu politique prioritaire pour l’humanité. L’événement a été plutôt bien couvert par les médias, mais sans plus, et assez vite oublié.

Pour rappel, cette marche a mobilisé plus de dix mille personnes à Paris, pendant que d’autres marches avaient lieu à Melbourne (Australie), Jakarta (Indonésie), Amsterdam, Londres, Bruxelles, etc. Mais le succès le plus retentissant est bien évidemment ce qui s’est passé à New York où la manifestation a rassemblé plus de 300.000 personnes dans les rues.

300 000 personnes dans les rues de New-York, c’est plus qu’il n’y en a jamais eu pour aucune autre manif américaine, toutes causes confondues. Un autre élément peu rapporté en France est que cette manif est portée pour grande part par les étudiants et que ce mouvement n’est pas sans rapport avec l’action et la pression que les campus américains ont entrepris depuis déjà trois ans auprès des plus pollueurs, à savoir les multinationales dont l’industrie est basée sur le pétrole et autres sources d’énergie fossile. À croire que les débats finissent par faire avancer les choses…

Sur Boursier.com (23 septembre 2014) on pouvait lire ceci :

« Le virage est historique ! Les héritiers du roi du pétrole américain, John D. Rockefeller, vont céder leurs actifs pétroliers pour investir dans les énergies renouvelables. Le fonds Rockefeller Brothers Fund, qui gère au total 860 millions de dollars d’actifs, a ainsi annoncé qu’il allait réduire « dès que possible » ses participations pétrolières à moins de 1% de son portefeuille, pour privilégier les énergies propres… »

Bien évidemment, la véracité de ce souhait annoncé par le Rockefeller Brothers Fund est suspendue à ce « dès que possible ». Ne tient qu’à nous de soutenir davantage ces luttes qui vont dans le bon sens, encore faudrait-il que l’info soit plus grandement partagée. Aussi apprend-on que

« Les Rockefeller ne sont pas les seuls milliardaires à vouloir se sevrer du pétrole. Ils ont rejoint un groupe baptisé la « Coalition Désinvestir-réinvestir », qui compte 650 membres individuels et 180 institutions (dont des universités, des hôpitaux, des fondations…) et prône la cession d’actifs pétroliers et gaziers. L’objectif affiché de la « Coalition » est de céder pour plus de 50 milliards de dollars d’actifs liés aux énergies fossiles. »

Source : Victoria Adam — ©2014, Boursier.com

photo Reuters

 Il en était question lors d’une des dernières émissions d’Arrêt sur Image. Daniel Schneidermann recevait Jade Lindgaard, journaliste chargée de l’environnement à Mediapart et auteur d’un ouvrage intitulé Je crise climatique. Éric Dupin, journaliste, auteur de Les Défricheurs, présenté comme un voyage dans la France qui « innove vraiment ». Le thème de l’émission était l’Info positive, existe-t-elle, est-elle aussi peu rentable pour que les journaux, télévisés ou pas, ne nous rapportent qu’un flot quotidien de faits négatifs.


Integrale-Info-positive-Acte-3 par asi

Pour continuer ce dossier sémaphorien avec une info qu’on espère positive, on a trouvé bien sympathique cette éolienne qui réinvente le moulin à vent. On dédie ce clip à ceusses qui trouvent que les éoliennes « c’est pas beau ».

C’est un mât de 20 mètres de haut bardé de focs qui se gonflent au gré du vent. Une éolienne à voile. Elle a été mise au point par Charles Sarrazin, un ingénieur mécanicien passionné de voile, et le premier prototype de VoiléO a été installé l’été dernier à Grande-Synthe, près de Dunkerque (Nord).

Cette éolienne rétro-futuriste est plus petite et bien moins puissante que les turbines classiques (75 à 300 kW contre 1 à 3 MW). Mais elle est aussi bien moins chère (180 000 euros) et surtout plus poétique. Autant d’atouts face au syndrome «Nimby» («pas dans mon jardin»).

 

Et pour clore ce suivi consacré aux énergies, un article dont on sent qu’on ne va pas pouvoir le classer dans le franchement positif. Mais les chiffres sont les chiffres et les faits sont les faits. Alors, même si l’info est bonne à connaître, ça ne peut pas nous faire plaisir que Jade Lindgaard vienne nous apprendre que « le nucléaire se fait dépasser par les renouvelables ». C’est une bonne nouvelle pour la planète, oui, mais voilà, la France risque de ne pas être au rendez-vous… Comment ça pourrait nous faire plaisir ? Un article fort intéressant, comme d’hab, merci Mediapart.

À lire tout de suite après la balise Lire la suite

Palestine : la solidarité est un droit, pas un délit

Cinéastes, écrivain-e-s, philosophes, sociologues, universitaires, artistes, musicien-ne-s, femmes et hommes politiques lancent un appel en faveur de l’abandon des poursuites contre Alain Pojolat et l’ensemble des militants incriminés pour les manifestations de soutien à Gaza, cet été à Paris, et pour l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie qui criminalise le boycott d’Israël.

Cet été, l’État d’Israël a conduit une nouvelle offensive meurtrière contre la bande de Gaza. Le bilan de 50 jours de bombardements et d’opérations terrestres est édifiant : près de 2 200 morts, 11 000 blessés, des dizaines de milliers de bâtiments partiellement ou totalement détruits, plus de 500 000 personnes déplacées (soit 30% de la population), etc.

Révoltés par cette agression, mais aussi par la position des autorités françaises qui ont, dans les premiers jours de l’offensive, déclaré leur soutien à l’État d’Israël avant d’essayer en vain de corriger le tir en dénonçant timidement la violence des bombardements, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, à de multiples reprises, dans de nombreuses villes de France.

Le gouvernement Hollande-Valls, soucieux de ne pas fâcher le pouvoir israélien et inquiet de constater le développement de la mobilisation malgré la période estivale, a alors entrepris de s’attaquer frontalement à celle-ci. Il n’a pas hésité à pratiquer de scandaleux amalgames et à laisser entendre que la solidarité avec les Palestiniens portait en elle l’antisémitisme. Puis, comme cela ne suffisait pas, les autorités ont décidé d’interdire certaines manifestations, notamment à Paris.

Nous avons été nombreux à protester contre ces interdictions, une atteinte grave, au nom de prétextes fallacieux, aux droits élémentaires et aux libertés fondamentales. Nous avons été d’autant plus révoltés d’apprendre qu’Alain Pojolat, membre du NPA, qui était en contact, au nom de nombreuses organisations, avec la Préfecture pour les manifestations parisiennes, était convoqué par la justice le 22 octobre prochain sous prétexte d’avoir organisé des « manifestations illégales ».

Nous exigeons que les poursuites contre Alain Pojolat soient immédiatement levées : manifester est un droit et même, dans certaines circonstances, un devoir, et il est scandaleux que quiconque puisse être condamné pour avoir voulu exercer ce droit.

Nous demandons en outre que les poursuites contre celles et ceux qui ont participé ou organisé les manifestations de cet été, ou qui s’investissent dans la campagne de boycott d’Israël, soient abandonnées, et exigeons l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie qui criminalise le boycott.

La solidarité est un droit, pas un délit !

Signer l’appel : http://www.petitions24.net/solidarite_avec_les_palestiniens

Liste des premiers signataires après la balise Lire la suite

Palestine/Israël_le suivi

Cette annonce était parue dans Politis le 5 juillet dernier, mais comme rien n’a bougé…

France 2 et France 3 attribuent en cadeau des produits Sodastream dans des émissions de divertissement, telles que « Questions pour un champion », « Slam » et « Motus ». Or Sodastream est une entreprise israélienne implantée dans la colonie Ma’ale Adumim en Palestine occupée, en violation du droit international.

Quand France Télé fait la promo des colonies israéliennes

Le syndicat Sud France Télévisions a interpellé la direction de France Télé qui offre dans certaines de ses émissions des « cadeaux » de l’entreprise, très contestée, Sodastream, dont le siège est, selon l’ONG israélienne « Whosprofits », situé dans une colonie israélienne, illégal au regard du droit international.

« Il est immoral, estime ce syndicat, mais aussi contraire à la charte éthique des antennes, que France Télévisions fasse quasi quotidiennement de la publicité pour cette entreprise implantée dans les colonies, colonies dont on sait qu’elles sont l’un des principaux obstacles à toute paix juste et durable au Proche-Orient ». Le syndicat Sud Média Télévision demande au groupe public de cesser de servir de vitrine à un produit fabriqué dans une colonie implantée sur un territoire occupé.

Une pétition est en ligne par Wesignit : http://stopsodastreamfrancetv.wesign.it/fr

 

Maïs, armée et globalisation

Maïs, armée et globalisation: c’est le barrage du Testet, dans le Tarn

09 septembre 2014 |  Par Genevieve Azam

L’agriculture industrielle – ici à Sivens, dans le Tarn, celle du maïs – ne nécessite plus seulement de l’eau, des tracteurs, des engrais et pesticides. Elle doit éradiquer d’autres « nuisibles », des citoyens engagés, des « zadistes », des grévistes de la faim, certains enterrés, qui résistent face à une armada de machines guerrières hallucinantes, broyeuses géantes et bulldozers, encadrés de garnisons de gardes mobiles.

Gazez ! Voilà ce qui résonne des ordres de la police, à intervalles réguliers, pour supprimer les nuisibles et assurer la marche en avant des monstres lancés sur la forêt et ses occupants. Ici au Testet, il suffit de se poster tout près des garnisons en action pour voir défiler en condensé les promesses de l’agriculture productiviste.

Je voudrais revenir sur les bûcherons employés pour ouvrir le chemin des machines. Car oui, il n’y a pas seulement du gaz et des machines, il y a aussi des humains engagés dans cette guerre. Ce sont tous des ouvriers immigrés qui pénètrent la tête basse dans des véhicules immatriculés en Espagne, encadrés par la police et les gardes mobiles. On apprend sur le site que les congés maladie sont arrivés en nombre, vite remplacés par de la main d’œuvre en quasi-esclavage. Miracle de la globalisation et des sous-traitances, qui permettent à l’entreprise Sepso, certifiée développement durable, d’œuvrer en toute impunité. On peut d’ailleurs lire sur son site sa description du travail des bûcherons, un travail quasiment bucolique ! Ils devraient rajouter les risques du métier : dans la forêt du Testet, les bûcherons sont eux-mêmes sacrifiés et régulièrement gazés pour permettre la marche du progrès.

Le barrage de Sivens est le premier de la liste. Il est entièrement dédié à la culture du maïs dans une région, au sud de la France, où l’eau doit être gérée avec la plus grande sagesse, intelligence et ingéniosité, et ceci d’autant plus avec le changement climatique, comme l’indique le volume 4 du rapport récemment remis à la ministre de l’écologie, « Le climat de la France au 21è siècle, scénarios régionalisés », dirigé par Jean Jouzel.   Voir plus récemment l’article de Matthieu Schmitz : https://www.fournisseur-energie.com/actualites/changements-climatiques-enjeux/

Intérêts, opportunisme politique et bêtise se conjuguent dans un scénario insoutenable. Le barrage du Testet n’est pas seulement une cause locale, elle est une cause nationale et globale, à laquelle nous devons, partout où nous sommes et en mobilisant notre ingéniosité, opposer une résistance sans faille.

Geneviève Azam, porte-parole d’Attac-France

Sites à consulter : http://www.collectif-testet.org/ ; http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

 

BDS, on continue !

Relancer les négociations pour la paix et l’indépendance de la Palestine

On apprend (Le Monde_1er septembre) que les États-Unis ont exhorté Israël à annuler sa décision de s’approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie, à Gva’ot, dans les environs de Bethléem. C’est bien mais loin d’être suffisant, et ce n’est pas le moment de lâcher. Dans ce sens, que nous rejoignons volontiers, le Parti de Gauche a annoncé sa solidarité avec la campagne de boycott BDS. (voir nos articles ici, ici, ici et ).

Un nouvel accord de cessez-le-feu permanent est intervenu à Gaza. Le bilan du conflit – le troisième survenu entre Israël et le Hamas en six ans- est effroyable pour la population de Gaza déjà soumise depuis 2009 à un impitoyable blocus : 2143 morts, dont la moitié sont des femmes et des enfants, près de 15000 blessés, 40000 logements endommagés dont la moitié totalement détruits (1), plus de 400000 déplacés sur une population de 1,8 millions d’habitants dans ce territoire surpeuplé. Du côté israélien, 64 militaires de la force d’intervention israélienne ont été tués, ainsi que quatre civils dont un enfant.

Ces chiffres reflètent le déséquilibre absolu des forces en présence. Nous avons assisté au massacre d’une population civile sans défense, et à des crimes de guerre, qui appellent la ferme condamnation des instances internationales et des sanctions.

Au final, une nouvelle fois la démonstration a été faite qu’il n’existe pas de solution militaire à la question palestinienne.

Le Parti de Gauche appelle donc à donner une impulsion nouvelle à la campagne « Boycott-Désinvestissement-Sanctions » à travers le monde et d’abord en Europe, qui doit peser sur Israël pour obtenir :

  • la levée totale du blocus de Gaza
  • la reprise de négociations sérieuses aboutissant à la création d’un État palestinien indépendant et souverain vivant en paix à côté d’Israël
  • – la reconnaissance du droit au retour de tous les Palestiniens

(1)  Voir la visite virtuelle des quartiers de Gaza les plus touchés que nous avions proposé ici.

Bientôt dans vos assiettes !

OGM et pesticides: le désastre argentin, la guerre transatlantique

Copieux et très intéressant article ce 29 août 2014 |  Par Paul Moreira (http://www.mediapart.fr/), que nous complétons à la suite par un lien et une vidéo pour qui souhaite aller plus loin sur le sujet.

« Bientôt dans vos assiettes ! (de gré ou de force…) », un documentaire de Paul Moreira
Diffusion lundi 1er septembre à 20 h 50, Canal plus.

Les OGM permettent d’utiliser moins de pesticides et de produits chimiques: c’est l’argumentaire de l’industrie transgénique. Problème: il est faux et l’Argentine, massivement convertie au soja OGM, est en train d’en payer le prix fort sur le plan sanitaire et agricole. Le journaliste Paul Moreira en revient, avec un documentaire diffusé lundi sur Canal+. Enquête et extraits.

Manuel Valls est un chaud partisan des OGM. Dans son programme pour la primaire socialiste en 2011, intitulé « l’abécédaire de l’optimisme », il en vantait les bienfaits. Pour l’environnement notamment. Les OGM, expliquait-il, permettaient d’utiliser chaque fois moins de pesticides et de produits chimiques dangereux (voir sa vidéo en cliquant ici). C’est exactement le message que répand partout l’industrie transgénique. Toujours plus d’OGM, c’est toujours moins de pesticides…


O comme « OGM » par manuelvalls

Avec cette promesse, elle a conquis presque toute la planète. Une poignée de pays européens traîne encore les pieds. Mais pour combien de temps ? Depuis le début de la conquête transgénique, le gouvernement américain s’est littéralement mis au service de la firme Monsanto. Et lors des prochaines négociations du traité transatlantique de libre-échange (ou TAFTA), les OGM risquent d’être imposés partout en Europe.

(…)

 

Bientôt dans vos assiettes… – Le 01/09 à 20H55

L’Argentine a entamé sa course au transgénique depuis 1996. Elle a multiplié sa surface cultivée par trois en quinze ans. Un triomphe du point de vue financier. Le soja OGM massivement exporté vers l’Europe a permis à l’Argentine de retomber sur ses pieds économiquement. Aujourd’hui, c’est quasiment 100 % du soja produit en Argentine qui est OGM, et qui résiste au glyphosate. (…)

Les sols argentins sont imbibés de combinaisons d’agrotoxiques. De l’aveu même du gouvernement, personne n’a étudié l’impact sanitaire de ces combinaisons chimiques, leur synergie, leurs effets combinés. Sur un tracteur d’épandage, j’ai découvert des fûts de Round up mélangés à de l’Atrazine, un agrotoxique interdit en Europe (il change le sexe des grenouilles…) et du 2,4 D, un des composants actifs de l’agent Orange, le célèbre défoliant militaire qui a provoqué des vagues d’enfants déformés au Vietnam.

Aujourd’hui au Danemark, demain en France ? Lire la suite

Urgence Palestine_suivi 21 août

*=*=*=*=*=*=*mise à jour_15h30

L’Archevêque Desmond Tutu vient juste de publier un appel vibrant à la conscience dans un journal israélien. Le prix Nobel, figure incontournable de la lutte anti-apartheid, se range aux côtés de 1,7 million d’entre nous, et appelle aux désinvestissements pour contrer l’occupation et la répression en Palestine. Il incite les israéliens (dont 87% soutiennent les bombardements de Gaza) à se libérer de ce statu quo terrible. Il faut absolument le lire.

Mon plaidoyer pour le peuple d’Israël : Libérez-vous en libérant la Palestine

L’archevêque émérite Desmond Tutu, dans un article exclusif pour le journal Haaretz, appelle à un boycott mondial d’Israël et demande aux Israéliens et aux Palestiniens de réfléchir au delà de leurs dirigeants à une solution durable à la crise en Terre Sainte.

Publié initialement sur http://www.haaretz.com/opinion/1.610687. Traduction par la communauté d’Avaaz

Les dernières semaines, des membres de la société civile du monde entier ont lancé des actions sans précédent contre les ripostes brutales et disproportionnées d’Israël au lancement de roquettes depuis la Palestine. Lire la suite

Irak : ce sont des monstres mais ce sont vos monstres

Lu sur le blog de José Fort, ou l’art et le courage de poser les bonnes questions. Ça tombe bien, nous avions les mêmes.

Les djihadistes de « l’État islamique en Irak et au Levant » sont des monstres. Personne ou presque ne le conteste. Mais s’en tenir à ce constat et à la compassion pour les populations martyrisées relève de l’escroquerie. Ces monstres ont été enfantés par le prix Nobel de la paix Obama, Hollande et la plupart des dirigeants occidentaux.

D’ou vient l’argent ? D’où viennent les armes ? 

L’organisation terroriste dispose de moyens financiers considérables…

Lire la suite sur l’Huma : http://www.humanite.fr/blogs/irak-ce-sont-des-monstres-mais-ce-sont-vos-monstres-549343

Boycott_4ème épisode

La trêve dans le conflit israélo-palestinien n’est pas reconduite. Israël n’a donné aucun gage de vouloir une paix durable, dont le premier signe (et loin d’être le seul) serait la levée du blocus sur Gaza.

Mais s’il est un mouvement qui est à l’inverse bien reconduit, c’est le boycott qui fait tache d’huile à travers toute la planète, et ne concerne plus seulement les produits israéliens produits dans les colonies, comme nous allons le voir.

Pour sa part, comme de nombreux sites, blogs, journaux et des milliers de citoyens (mais toujours pas assez nombreux), Sémaphores prend sa part de responsabilité et continuera de relayer ces infos jusqu’à la levée effective du blocus ET l’arrêt franc et définitif des constructions israéliennes en terre palestinienne. De nombreuses pétitions existent, nous privilégions les deux seules mises en avant par l’Humanité et, bien sûr, BDS (Boycott Désinvestissement Sanction).

Nous en profitons pour signaler que de nouvelles manifs sont prévues ce samedi 9 août à Paris mais aussi en province (voir appel pour Montpellier sous l’onglet Terres de Camargue), avant d’en venir à ces petits gestes du quotidien qui peuvent changer la donne.

Peut-être que, pour parer aux chaleurs de l’été, vous avez déjà succombé à acheter une de ces machines imbéciles pour fabriquer à domicile vos propres sodas. (Au passage, nous regrettons qu’il y ait si peu d’anti-pubs et de médecins pour expliquer pourquoi TOUS les sodas sont néfastes à la santé). Mais sachez qu’il est au moins un modèle qui vous rend complice :

Une autre idée ?

Pour la Palestine : Faites les courses pas la guerre !

Et si par un geste anodin et quasiment quotidien nous pouvions, chacun, faire pression économiquement sur Israël ? Lire la suite

C’est la trêve !

C’est la trêve, les Palestiniens peuvent rentrer chez eux…

– Maman, elle est où notre maison ? Ils sont où papy et mamie et papa ? J’ai soif !
– C’est la « trêve humanitaire » : on va à la morgue les identifier.
– Ça veut dire quoi, ‘humanitaire’ ? Maman, j’ai faim !
– ça veut dire que les criminels qui ont fait tout ça, font une pause et s’avisent…
– Ah, d’accord ! Et nous, on va faire quoi ??? On va où, déjà ?

et c’est bientôt la rentrée…