No song for Corbyn ?

Jeremy-Corbyn-en-cravate-rougeLa presse anglaise fait ses choux gras autour d’une photo où l’on voit Jérémy Corbyn plutôt grave et recueilli au lieu de chanter God Save the Queen. Mais personne ne se pose la question de savoir si tout le monde a encore envie de sauver la reine (ici ou ailleurs) dans un monde en pleine mutation citoyenne.

L’occasion de découvrir que les Anglais ont aussi leur version de l’Internationale.

 

Pour quoi tant de mensonges ?

suite à la polémique entre Najat Vallaud-Belkacem et Jean-Luc Mélenchon à propos des créations de postes à l’Éducation Nationale.

Voici les chiffres. Sarkozy a supprimé 80 000 postes. Hollande a promis de créer 60 000 postes. En toute hypothèse, il en manquerait 20 000 alors que le nombre d’élèves aura augmenté. Ça c’est la base de l’enfumage de Hollande. Maintenant voyons la réalisation.

NV-BNajat Vallaud-Belkacem parle de « 35 200 postes créés ». Qu’en est-il ? Première mise au point : dans ce total, il y a 24 300 postes de professeurs de l’enseignement primaire et secondaire (école, collège et lycée). En fait ce ne sont pas des professeurs titulaires. Ils sont stagiaires. Madame la ministre dit qu’ils finiront par être titularisés. Admettons par principe qu’il y ait 100 % d’admis à la fin du stage. Pourquoi pas. Ils seraient alors tous professeurs. Est-ce que cela fera 24 300 professeurs de plus devant les élèves ? Non. Pourquoi ? Parce que chaque année il y a des départs à la retraite. Combien ? 17 000 l’an passé. Si l’on fait la soustraction on voit que 24 300 – 17 000 laisse un solde positif de 7300.

Le ministère dit qu’il y a eu 4130 créations de postes. Pas un de plus. Tout le monde peut aller vérifier ! Ce qui n’a rien à voir avec les 30 000 annoncés ! Même en ajoutant les 4100 du ministère aux 7000 qui resteraient après remplacement de départ en retraite, on voit que dans le meilleur des cas il y aura à terme 11 000 professeurs de plus. Pas 24 000 et encore moins 30 000 ! Encore faut-il bien préciser que tout cela reste bien théorique et calculé de la façon la plus favorable au ministre. En effet l’année suivante, en 2016, il y aura 13 000 départs de plus à la retraite chez les professeurs. Pour rester dans le raisonnement précédent, il faudrait qu’il y ait donc 13 000 stagiaires recrutés cette année, en 2015 ! C’est-à-dire qu’il faudrait embaucher en un an la moitié des embauches faites en trois ans de mandat ! Après quoi il n’y aurait pourtant toujours pas un professeur de plus devant les élèves !

Plan B

« Pour un Sommet du Plan B en Europe » – Fête de l’Huma

le débat sera retransmis en direct !

Le samedi 12 septembre 2015 à 16h30  Au stand du Parti de Gauche

https://www.facebook.com/events/859860817467435/

PlanBle texte paru dans Mediapart:

Le 13 juillet, le gouvernement grec démocratiquement élu d’Alexis Tsipras a été mis à genoux par l’Union européenne. « L’accord » du 13 juillet est en réalité un coup d’État. Il a été obtenu par la fermeture des banques grecques par la Banque centrale européenne (BCE) et la menace de ne pas les autoriser à rouvrir tant que le gouvernement grec n’accepterait pas une nouvelle version d’un programme qui a échoué. Pourquoi ? Parce que l’Europe officielle ne pouvait pas supporter l’idée qu’un peuple souffrant de son programme d’austérité autodestructrice ait osé élire un gouvernement déterminé à dire « Non ! ». Lire la suite

Petite revue de p(a)resse

revo===========
Comme chaque 15 août, l’aéroport de Nantes Atlantique a été sursaturé, ainsi qu’en témoigne la photo ci-après.

aeroNantes Une telle foule à l’embarquement est bien la preuve de la nécessité d’un deuxième aéroport, pourquoi pas à Notre Dame des Landes, par exemple ?

===========
Sans commentaire (mais ça sent très fort le sapin)

Sapin croissance===========
Le mauvais coup de l’été : l’État évacue la ferme des Bouillons et la cède à des proches du groupe Auchan.
À lire d’urgence sur Reporterre : http://reporterre.net/Le-mauvais-coup-de-l-ete-l-Etat-evacue-la-ferme-des-Bouillons-et-la-cede-a-des

Par ailleurs une pétition est en cours. Pour en savoir plus sur le pourquoi du comment c’est ici : http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/sauvons-ferme-bouillons-1008.html

11701225-162481920_59===========

En une seule journée, les équatoriens ont planté près de 600 000 arbres sur tout le territoire. Des dizaines de milliers de volontaires étaient mobilisés.

Forêt en Équateur © Maxppp

Forêt en Équateur © Maxppp

580.000 arbres, 200 espèces différentes : c’est tout simplement du jamais vu en moins de 24 heures ! Pour participer, il suffisait de planter un arbre, de prendre une photo et d’envoyer un tweet avec le hashtag de l’opération. Les volontaires avaient été convoqués par le ministère équatorien de l’Environnement, mais aussi les autorités locales, les entreprises privées, et même… l’armée ! Des soldats se sont mobilisés, munis de pelles et de pioches.
Les autorités équatoriennes veulent en faire le symbole d’une « politique d’État permanente » en faveur de la reforestation. La ministre de l’Environnement a rappelé que le pays y a consacré 74 millions de dollars depuis 2008, ce qui a permis le reboisement d’un peu plus de 4% de la superficie totale du territoire. L’objectif des autorités est maintenant d’atteindre un niveau de déforestation zéro en 2017, à la fin du deuxième mandat du président Correa.

===========

L’inénarrable Daniel Cohn-Bendit s’attire bien des foudres depuis son virage libéral. Loin de vouloir défendre ses positions actuelles (et hollandistes) au sujet d’un éventuel ministère de l’économie européenne, on ne pourra retirer à Dany ses quelques coups de gueule bien placés au conseil de l’Europe. Preuve en image et son…


Greece spendings – Daniel Cohn-Bendit (english… par corruptscotch

===========
goodnews===========

chassé-croiséOGM migrant===========

Bienvenue dans le Disneyland post-apocalyptique

C’est officiel : le premier parc d’attractions de Banksy vient d’ouvrir ses portes.

Depuis le mercredi 19 août se trame un drame au Royaume-Uni, dans un parc d’attractions pas comme les autres. On croise une sirène au physique trouble baignant dans un plan d’eau au moins aussi propre que la Seine, un château décrépit, un mannequin se faisant agresser par des oiseaux façon Hitchcock, un manège dont l’aspect sinistre est appuyé par un homme grimé en scientifique-boucher ou encore un orque sortant d’un chiotte. Le tout, sous un ciel gris et pesant.

disma-9-810x1040Vous l’aurez compris : il s’agit du Disneyland post-apocalyptique de Banksy, aka Dismaland. Le street-artist britannique a installé un parc dystopique à Weston-super-Mare, une petite ville située à une demi-heure de Bristol. particularité est de rassembler les œuvres de 50 artistes venant du monde entier

dismaland

À noter que le parc sera ouvert du 22 août au 27 septembre. Et surprise, ce sera l’occasion de voir une bonne flopée de groupes et artistes dont Massive Attack, Run The Jewels, Savages et les Pussy Riot. Les spectateurs pourront aussi écouter DJ Yoda, Peanut Butter Wolf and Breakbeat Lou, Sleaford Mods et Kate Tempest.

dismaland4

Grèce_le suivi

Suite à la démission d’Alexis Tsipras et à l’annonce d’élections législatives anticipées en Grèce le 20 septembre prochain, la plateforme de gauche de Syriza a publié la réponse suivante.

stop austeritéLa plateforme de gauche répond à Alexis Tsipras

Lors de son discours annonçant des élections anticipées, Alexis Tsipras est apparu avec un autre visage, complètement et radicalement opposé à ce qu’étaient jusqu’alors les engagements et les combats de Syriza.
La première et principale promesse d’Alexis Tsipras a été l’acquiescement au troisième Mémorandum d’austérité et de dure servitude du pays, un Mémorandum qu’il a accepté de signer sans consulter les membres et cadres exécutifs de Syriza.

Les élections décidées par Alexis Tsipras constituent un refus complet du « NON » fier lors du référendum. Elles sont une pierre tombale des luttes contre le mémorandum et les attentes anti-austéritaires du peuple. L’objectif de ces élections anticipées annoncées au milieu de l’été est non seulement de se débarrasser des engagements anti-Mémorandum de Syriza, mais aussi de demander au peuple grec de se mettre une corde autour du cou et d’approuver un nouveau Mémorandum en votant en faveur de Tsipras ou de Nouvelle démocratie ou du PASO ou de To Potami, les partis constituant le nouveau consensus pro-austéritaire.

Fidèle aux engagements de Syriza, en accord avec le « non » du peuple grec, la plateforme de gauche soulève haut la bannière de la lutte pour une alternative à la crise, pour la reconstruction productive et progressiste du pays.

La plateforme de gauche va contribuer immédiatement à la création d’un large front démocratique, progressiste et anti-Mémorandum qui se présentera aux élections afin de se battre pour l’annulation de toutes les Mémorandums et pour l’annulation de la majeure partie de la dette. Pour défendre le « NON » combatif du peuple grec lors du référendum du 5 juillet. Pour en finir avec l’austérité dans les salaires, les retraites et les dépenses sociales. Pour arrêter la liquidation des biens publics et des actifs de la Grèce. Pour orienter le pays dans une nouvelle voie d’indépendance nationale, de souveraineté, de reconstruction et dans une nouvelle trajectoire progressiste.  »
Jeudi 20 août 2015

*=*=*=*=*=*

Lors d’une conférence organisée le 13 août 2015 à Lasalle par le Collectif cévenol de solidarité avec le peuple grec, Éric Toussaint a présenté son témoignage sur ce qui a amené le gouvernement Tsipras à capituler. 130 personnes étaient présentes.
Voici une vidéo de 37 minutes réalisée par Jean-Claude Carcenac qui reprend des extraits de la conférence qui a duré deux heures. La version complète de la conférence est également visible.

Dans la foulée de cette conférence, le cinéaste Philippe Menut, auteur de la Tourmente grecque, prépare avec Éric Toussaint une vidéo consacrée à l’explication de la capitulation. La conférence présentée à Lassalle constitue en quelque sorte une préparation de cette nouvelle vidéo.
À noter qu’au cours de cette conférence 800 euros ont été récoltés en soutien au dispensaire de santé d’Hellinikon à Athènes.

*=*=*=*=*=*

Pour mémoire, le mercredi 8 juillet, le premier ministre grec Alexis Tsipras s’exprimait face au Parlement Européen ; on retrouvera la retranscription intégrale de son intervention en suivant le lien : http://blogs.mediapart.fr/blog/manon-t-aubry/080715/discours-dalexis-tsipras-face-au-parlement-europeen

TSIPRASPEI_8 juillet2015*=*=*=*=*=*

Et toujours pour mémoire, un petit panneau récapitulatif de la vraie question que tout citoyen et contribuable devrait se poser : comment peut-on accepter de continuer à discuter avec les têtes ci-après (pour ne citer que celles-là) ?

11846657_10205892169316651_1779193354687530504_n

 

Et si on parlait du plan B ?

POUR UN SOMMET INTERNATIONALISTE DU PLAN B

DR Crédit Stéphane Burlot

DR Crédit Stéphane Burlot

L’heure de la résignation n’a pas sonné pour l’autre gauche grecque. On suivra donc attentivement son congrès en septembre. Et il serait étonnant que la magnifique résistance du peuple grec contre la Troïka tout au long de ces six mois se soit évaporée. Difficile d’en dire plus aujourd’hui mais incontestablement la question grecque n’est pas derrière mais devant nous. L’irresponsabilité économique du 3ème mémorandum laisse de toutes façons le problème entier.(…)

C’est pourquoi nous mettons aujourd’hui sur la table un sommet du plan B.

L’heure est venue pourtant de tourner la page. Depuis plusieurs années le PG travaille sur un scénario « plan A/plan B » (à savoir l’action d’un gouvernement mixant désobéissance/négociation avec les traités pour transformer radicalement l’UE, le plan A, avec celui de sortie de l’Euro en cas d’intransigeance en face, le plan B). Depuis les conclusions de notre forum de juin 2010 animé par Jacques Généreux (« gouverner face aux banques) qui en traçaient déjà les perspectives sans le nommer jusqu’à la plateforme de notre congrès d’août dernier précisant encore davantage ce que pourrait être ce scénario en passant par les différentes déclarations de Jean-Luc Mélenchon et les travaux de notre commission économie animée par Guillaume Etiévant, le PG a largement contribué à le populariser. Aujourd’hui des responsables politiques européens l’évoquent clairement (tels Yanis Varoufakis ou Oskar Lafontaine). Il faut donc travailler à le crédibiliser toujours plus. Mais on ne peut le faire chacun dans notre coin. Notre vision du plan B est internationaliste. Il ne s’agit pas de s’en tirer au mieux dans chacun de nos pays en comptant sur les marges de manœuvre plus ou moins fortes que sa puissance économique, son poids démographique lui donnent. Bien sûr, il est plus aisé de concevoir un plan B en France en sachant que le chantage qui a été exercé sur la Grèce serait moins efficace vis-à-vis de la 2ème puissance économique de l’UE. Mais à l’inverse, il sera beaucoup moins facile aux partisans de ce scénario que nous sommes d’accéder au pouvoir pour le réaliser si un à un nos partenaires de l’autre gauche en capacité de gouverner finissent par accepter les diktats de Bruxelles et Berlin. Voilà pourquoi, dès maintenant, en prévision de ce qui peut se passer en Espagne, en Irlande et pourquoi pas de nouveau en Grèce selon l’évolution de la situation politique, il faut travailler concrètement tous ensemble à un plan B tenant compte des caractéristiques de chaque pays.

C’est là notre proposition : un sommet internationaliste du plan B dès le dernier trimestre 2015. Il réunirait toutes les forces de l’autre gauche de l’UE acceptant de travailler et de réfléchir concrètement à ce scénario, des personnalités, des économistes, des syndicalistes, des militant associatifs, altermondialistes… Il pourrait évidemment voir associer des forces de pays non membres de l’UE mais voisins, y compris de l’autre côté de la Méditerranée, intéressés par cette internationalisme concret. Il faut aller vite. Nous allons donc soumettre cette idée dans les jours à venir à des personnalités politiques de premier plan de nos différents pays afin qu’ils la fassent leur et appellent à ce sommet. Ce qui vient de se passer en Grèce ne sera pas vain, et même utile, si nous sommes ainsi capable de réagir. Il est plus que temps de franchir un cap.

Article intégral ici : http://www.eric-coquerel.fr/node/299

 

L’Islande pour rappel

L’Islande, l’une des nations les plus touchées par la crise bancaire, semble avoir complètement surmonté ses problèmes, et cette année, elle devrait être le premier pays du monde frappé par la crise de 2008 à dépasser le PIB le plus élevé qu’il avait atteint avant cette crise, rapporte ZeroHedge. Le pays est parvenu à ce résultat sans sacrifier son système social et les dépenses du gouvernement. Il y a encore quelques années, l’Islande est arrivée au bord de la faillite lorsque ses banques, qui au fil des ans s’étaient montrées bien trop audacieuses, se sont trouvées en situation de quasi-effondrement.

Selon le Fonds monétaire international (FMI) l’Islande a réussi à se remettre totalement de la crise, sans avoir compromis son modèle social qui prévoit la gratuité des frais de santé et d’éducation. Le pays, qui ne fait pas partie de l’Union européenne, n’a pu compter que sur lui-même pour se relever, et pour se faire, il a opté pour une approche très originale mais efficace.

Source : http://www.businessbourse.com/2015/06/23/lislande-a-laisse-ses-banques-faire-faillite-et-jete-des-banquiers-en-prison-et-voici-ce-qui-sest-produit/

Remue méninges du PG

remue meninges2015Le Remue-Méninges du Parti de Gauche a lieu les 28, 29 et 30 août 2015 à l’Université de Toulouse Jean Jaurès (5 Allée Antonio Machado – 31000 TOULOUSE).

En savoir plus sur l’organisation des journées : https://remuemeninges2015.lepartidegauche.fr/

*=*=*=*=*=*=*

Lettre ouverte aux organisations du Front de Gauche, d’EELV, Nouvelle Donne et NGS

Cher-e-s ami-e-s, cher-e-s camarades,

Alors que s’avance la rentrée scolaire, la situation de notre pays ne s’est pas améliorée. Le gouvernement continue sa politique économique austéritaire qui aggrave la crise sociale et empêche la mise en oeuvre d’une véritable politique écologique digne de ce nom. Les discours sur la nécessité de réorienter l’économie pour plus d’écologie sont régulièrement contredits par les faits et ce alors que la France va accueillir la COP21. La crise démocratique s’approfondit et nombreux sont celles et ceux qui n’ont plus aucune espérance dans leur représentation politique. Le parti socialiste continue tel un bateau ivre. La droite et l’extrême-droite sont en embuscade. Lire la suite

de la balkanysation à Levallois-Perret

J’invite instamment tous les lecteurs de Médiapart (et nous ceux de Sémaphores) à visiter le site consacré aux œuvres du merveilleux peintre et dessinateur que fut Boris Taslitzky (http://www.boris-taslitzky.fr/accueil.htm) et à signer la pétition en ligne contre cette atteinte insupportable aux droits de l’art, des artistes et du public.
Pierre Bancel, fils de Louis Bancel, résistant du Vercors, sculpteur, ami de Boris et auteur du monument aux déportés de Buchenwald (cimetière du Père-Lachaise, Paris)

Le 17 août 2015 par Antoine Perraud (extraits)

P_Balkany« On ne lui connaissait pas encore ce petit côté taliban : Patrick Balkany est sur le point de faire détruire une œuvre d’art dans son fief de Levallois-Perret (92). Cinq panneaux de ciment gravé décorant une crèche collective, signés Boris Taslitzky (1911-2005). Visite guidée…

Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, les fonctionnaires municipaux ne se risquent pas à prendre leur courage à deux mains. Ils exsudent la peur. Comme s’ils avaient un canon de revolver braqué sur la tempe. Patrick Balkany, le maire du cru, n’aime pas la presse. Il a dû donner des consignes : son personnel oppose un motus et bouche cousue paniqué au journaliste de Mediapart venu aux renseignements. L’affaire s’avère pourtant culturelle, donc anodine, en cette ville où la figure de Néron semble plus proche de nous que celle de Malraux…

M. Balkany veut raser une crèche (sans doute dans son esprit le symbole du collectivisme nord-coréen), édifiée en 1968 (annus horribilis), située rue Vergniaud (affreux révolutionnaire de 1789), au numéro 13 (un malheur n’arrivant jamais seul) et portant le nom fort encombrant de Louise Michel. À Levallois, Louise Michel a sa station de métro et sa rue afférente, que viennent tempérer une place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny et les rondes incessantes de la police municipale. Louise Michel est enterrée au cimetière local. (…)

Hic de taille : la crèche Louise Michel de la rue Vergniaud à Levallois est ornée de panneaux en ciment gravé de l’artiste Boris Taslitzky (1911-2005). Ces œuvres sont, de toute évidence, promises à la démolition, comme en témoigne le permis de construire sauvagement vissé à même la création : elle a quatre trous rogues au côté droit. (…)
Résistant pendant l’occupation, caché dans le Lot par Jean Lurçat, Boris Taslitzky, traqué, arrêté, fut déporté à Buchenwald (voir sous l’onglet “Prolonger” son travail sur l’univers concentrationnaire). Après la guerre, revenu des camps, il continua de jouer un rôle dont nous n’avons plus idée aujourd’hui : artiste organique au service du parti communiste français.

IMG_0013En 1968, longtemps après que Staline – sinon le stalinisme – a disparu, Boris Taslitzky compose un hommage à Louise Michel pour la crèche qui porte son nom, aux allures de post-Gauguin syncrétique : la militante de la Commune, bannie en Nouvelle-Calédonie, apparaît telle une madone républicaine ouvrant les bras à la différence kanak, aimée, respectée. Voilà ce qui décore la façade et qui risque de disparaître, telle une revanche des pires colons caldoches, à l’heure où le référendum promis à la Kanaky sur son avenir est menacé.

Pétition en ligne : « Sauvegarder les œuvres de Boris Taslitzky à Levallois-Perret »
http://www.petitions24.net/sauvegarder_les_uvres_de_boris_taslitzky_a_levallois-perret

article intégral sur Mediapart : http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/170815/levallois-patrick-balkany-met-lart-la-casse?onglet=full

 

APPRENEZ LA LANGUE DE BOIS !

Proposé le 29 juillet 2015 par L’équipe de Là-bas

Grâce à Là-bas, devenez énarque en trois minutes. Avec un peu d’effort, vous parviendrez très vite à parler comme un vrai homme politique.

Commencez par la case en haut à gauche, puis enchaînez avec n’importe quelle case en colonne 2, puis avec n’importe laquelle en 3, puis n’importe laquelle en 4 et revenez ensuite où bon vous semble en colonne 1 pour enchaîner au hasard…
Mais surtout, n’oubliez pas d’y mettre l’intonation et la force de conviction !

Ndlr : Pour infos cette grille vient du livre de Georges Charpak et Henri Broch « Devenez sorciers, Devenez savants ». A lire et à relire pour l’autodéfense intellectuelle !

langue_de_bois-9a732

Par Dumont et par veaux…

slogansComme elle le fait chaque année, l’ONG Global Footprint Network a annoncé jeudi 13 août que l’humanité vit désormais à crédit pour sa fourniture en énergie. Un crédit « contracté » auprès de la planète en épuisant des ressources fossiles non renouvelables ou en détruisant des zones au potentiel environnemental important. Ce qui confirme que cette date intervient chaque année un peu plus tôt.

marquesMesurons les progrès accomplis…

C’était en 1974, René Dumont était candidat à la présidentielle. Son idée d’une croissance raisonnée n’était pas dans l’air du temps, les temples de la consommation poussaient comme des champignons, voilà ce que voulait le bon peuple, qui accordera finalement 1% des suffrages à cet homme au pull-over rouge sans cravate et sans langue de bois. Mais le pire au fond restait encore à venir : une humanité de plus en plus destructrice de son écosystème, des aveugles fils d’aveugles qui, encore en 2015, répètent comme des perroquets qu’ « On ne va quand même pas revenir à la bougie » chaque fois qu’on leur parle de sortir du nucléaire. À se demander si 1974 appartient vraiment au passé. Et quand on sait qu’on se dirige allègrement vers 1984…

 

Ce que cache le port de Marseille : la vidéo choc de Sea Shepherd

OMN
La nouvelle campagne de Sea Shepherd a été lancée ce début juillet. Elle s’intéresse à la pollution marine en Méditerranée. Entre le plastique, les déchets, la pollution chimique et le trafic maritime, la Méditerranée est devenue l’une des mers les plus polluées au monde, mais également la plus dangereuse pour les mammifères marins. C’est ce que nous explique l’ONG qui nous ramène une première vidéo choc des fonds marins aux abords de Marseille…

Vidéo à voir ici : https://www.youtube.com/watch?v=q4eDWACR3RM

article à lire ici : https://mrmondialisation.org/ce-que-cache-le-port-de-marseille-la-video-choc-de-sea-shepherd/

Hayao Miyazaki

Repéré par Léo Moser (les Inrocks), l’internaute Dono est un animateur de talent et suscite notre coup de cœur visuel de la semaine. Il s’agit d’un court mais remarquable hommage à l’œuvre d’Hayao Miyazaki, qu’on peut considérer comme le maître japonais de l’animation. Le voyage de Chihiro, Princesse Mononoké, Porco Rosso, Le Château ambulant, Mon voisin Totoro… tous les chefs-d’œuvre de Miyazaki sont mis à l’honneur dans ce court, sur la musique de Joe Hisaishi qui a signé la plupart des BO du cinéaste.

chihiroPour qui n’aurait vu aucun film de Miyazaki, rappelons par exemple que Le voyage de Chihiro avait obtenu l’Ours d’Argent à Berlin en 2002. C’était la première fois qu’un dessin animé soufflait le prix à des films d’acteurs. En 2003 il fut nominé aux Césars comme meilleur film étranger et remporta l’Oscar du meilleur film d’animation.

Alors, comme c’est les vacances et qu’il peut arriver qu’une journée par trop pluvieuse donne envie de se faire une toile à la maison, n’hésitez pas à vous programmer une « spéciale Miyazaki », surtout si vous avez des enfants, ça les changera vraiment des disniaiseries et même de la plupart des japoniaiseries. Et s’ils n’aiment pas ? Ben… là on ne peut plus rien pour vous, vous avez vraiment raté une draille dans leur éducation.

Un univers de haute magie et de poésie mêlées. On en redemanderait bien si Miyazaki n’avait pas annoncé qu’il prend sa retraite. Resteront quelques chefs d’œuvre.

 

Revenu de base inconditionnel_le suivi

habitatLe seuil de pauvreté (SP) est établi à 50 ou 60 % du revenu médian (l’Observatoire des inégalités rappelle régulièrement qu’il ne s’agit là que d’une convention : on pourrait aussi bien dire que la grande pauvreté c’est 30 ou 40%). Lorsque le revenu médian diminue, mathématiquement le seuil de pauvreté s’abaisse (c’est ce qui s’est passé entre 2011 et 2012). Sur la base d’un SP à 60 %, on comptait, en 2012, 8,6 millions de pauvres. On n’a pas les chiffres actualisés, mais on sait qu’en décembre 2014 le nombre de bénéficiaires du RSA socle se situait à 1,9 millions de foyers (soit une hausse de 12 % entre 2012 et 2014). Donc, si on affecte ce pourcentage au nombre de pauvres, on approche vraisemblablement les 10 millions de pauvres en France aujourd’hui.
On peut compléter ce triste tableau ainsi :

– 700 000 personnes sans domicile personnel, dont 400 000 obligées d’habiter chez des tiers et 140 000 SDF (dont 10 000 dormant dans la rue),
– 4 millions de personnes vivent avec de très faibles revenus (bien en dessous du seuil de pauvreté) dans l’un des pays les plus riches du monde,
– mais 6 millions de personnes vivent dans des foyers avec plus de 39200 € par an (3200 pour un célibataire, 4800 pour un couple),
– 15 900 avec 500 000 € par an (chiffre qui a doublé depuis 2004),
– le revenu annuel d’un grand patron : entre 400 et 1110 années de Smic,
– la fortune des 500 plus riches s’élève à 390 Mds€ (+ 15 % en un an) : 67 milliardaires (soit 12 de plus en un an).

Ce qui conduit les rapporteurs à écrire : « Visiblement, ni la crise, ni la politique fiscale n’entament la progression des grandes fortunes. »

GeluckC’est pourquoi nous relançons le dossier-débat sur le revenu de base (ou salaire universel, selon les défenseurs). Car il ne faut pas rêver : l’inversion de la courbe du chômage est une de ces promesses qui n’engagent que ceux qui y croient. Outre une étude qui démontre que 40% des jobs actuels sont parfaitement inutiles à une société efficace, l’avancée fulgurante des technologies et de l’intelligence artificielle promet bien d’autres suppressions d’emplois à très court terme. Du boulot pour tous, c’est terminé, sauf à taxer et imposer proportionnellement toute machine ou robot qui remplace un humain, ou sauf à considérer qu’il y a mille et une manières pour tout un chacun d’apporter sa pierre de plus-value à la société, et que cela nécessite de reconsidérer la notion même de travail. Peut-on vivre, par exemple et pour ne citer que ceux-là, sans les artistes de tous crins, sans les millions de bénévoles qui œuvrent au quotidien via des associations de secours humanitaire, d’entraide, d’alphabétisation, etc. ? Pourquoi ceux qui aident au maintien de la dignité humaine n’auraient-ils pas le droit de vivre dignement de leur apport ? C’est en tout cas un des éléments qui doit permettre de maintenir le débat ouvert.

Où en sommes-nous sur le sujet ? Derniers points relevés dans la presse :

Une somme fixe d’argent, versée à chaque citoyen, salarié ou pas, de manière automatique, pour mieux accompagner les mutations du monde du travail ? Des expérimentations – encore floues – sont annoncées en Finlande ou aux Pays-Bas. L’Aquitaine veut y réfléchir. Le vieux débat sur le revenu de base reprend de plus belle.

En Suisse, un référendum est censé avoir lieu sur le sujet, sans doute en 2016, après le dépôt à Berne de 126 000 signatures exigeant la tenue de cette consultation. En Espagne, la promesse figure, parfois, parmi les revendications du mouvement anti-austérité Podemos. Aux Pays-Bas, la ville d’Utrecht va lancer une expérimentation à partir de janvier 2016, sur un groupe d’environ 300 personnes (on parle d’un forfait de 900 euros par mois pour un adulte, 1 300 pour un couple).

logo-ubi-2Les défenseurs du revenu de base avaient déjà fait parler d’eux en janvier 2014. Ils avaient alors récolté, à travers toute l’Europe, 285 000 signatures de citoyens qui s’étaient déclarés favorables à un « revenu de base inconditionnel ». L’opération n’avait pas suffi à enclencher une dynamique au sein de l’Union. Il aurait fallu beaucoup plus – rassembler un million de noms en l’espace d’un an – pour contraindre la commission de Bruxelles à s’emparer de ce dossier, souvent qualifié de totalement utopique par ses adversaires.

De quoi parle-t-on ? Voilà l’idée générale, qui a rarement dépassé le stade de la micro-expérimentation à travers le monde (sauf quelques exceptions comme l’Alaska) : un revenu fixe, versé à n’importe quel citoyen jusqu’à sa mort, sans aucune condition ou contrepartie (« inconditionnel, universel et forfaitaire », disent les économistes). Qu’on soit riche ou pauvre, avec ou sans emploi, seul ou en ménage, tout le monde touche la même somme. Dans la pratique, il existe des dizaines de manières d’imaginer et de financer cette garantie, théorisée par des économistes de droite (Milton Friedman et son « impôt négatif ») comme des penseurs de gauche (André Gorz et son « revenu d’existence »), des néolibéraux comme des anticapitalistes, et défendue, chez les politiques français, tout à la fois par José Bové et Christine Boutin.

Articles précédents proposés par Sémaphores pour un tour plus exhaustif du sujet (on peut notamment y retrouver le lien vers la pétition européenne, celle qui n’a recueilli à ce jour que 285 000 signatures, soit seulement le quart du million nécessaire pour qu’elle puisse être débattue par le conseil européen) :
http://semaphores.info/2014/01/dossier-revenu-de-base-inconditionnel/

http://semaphores.info/2013/08/revenu-de-base-inconditionnel-et-monnaies-complementaires/

http://semaphores.info/2013/06/reseau-salariat-yes-we-can/

 

dossier TRANSHUMANISME_volet 2/3

L’homme modifié

Ray Kurzweil

Ray Kurzweil

Une espèce « nouvelle » arrive dans le monde ! Moitié homme, moitié robot ! Ray Kurzweil (qui prévoit de « ressusciter son père ») est un ingénieur informaticien et futurologue embauché par Google. Il annonce que l’homme qui arrive « sur le marché » sera de moins en moins biologique car « bourré » de composants électroniques. D’autres annoncent déjà que « nous serons comme des Dieux » puisque nous serons capables de connaître les pensées de n’importe quelle personne située dans n’importe quel endroit du monde.

cit diamandis Ces déclarations sont dans la droite ligne du mouvement « transhumaniste », un mouvement qui souhaite « améliorer » l’homme grâce à la technologie et pourquoi pas, le rendre immortel…

 

 

Le transhumanisme, une question qui divise

Reportage de l’AlterJT du 28/05/2015

cit warwickCertains ont d’ores et déjà choisi de ne pas devenir ces chimpanzés du futur, et de le faire savoir haut et fort, de préférence au bon endroit. La vidéo qui suit présente le double avantage de nous faire connaître quelques-uns des principaux acteurs français impliqués dans ce secteur de la recherche en génétique, et celui de témoigner des résistances qui se mettent en place.
Ne nous cachons pas que ces dernières peuvent sembler bien faibles en regard du mastodonte à affronter, mais l’objectif est d’abord de susciter un débat trop largement absent alors que les questions politiques, philosophiques et sociétales qui se posent sont essentielles. Peut-être est-il encore temps de se poser la question « Dans quel monde voulons-nous vivre ? », mais pour gagner du temps il vaudrait mieux commencer par « Les robots prendront-ils au sérieux la lutte des classes ? ». Autrement dit, pour autant qu’il soit nécessaire de prioriser certains combats, la vitesse de progression de l’intelligence artificielle alliée à d’autres avancées technologiques risque de prendre de court bien des combattants contre ceci ou pour cela.

La révolte des chimpanzés du futur

 

La révolte des chimpanzés du futur from camille.ludd on Vimeo.

L’Appel des Chimpanzés du futur et bien d’autres infos se trouvent sur le site de Pièces et main d’œuvre : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=543

Bonus pour celle et ceux qui ont plus de temps à consacrer au sujet…
L’occasion de revenir vers Laurent Alexandre à travers une autre de ses conférences. Loin de défendre l’abomination transhumaniste, il n’est pas moins grand défenseur des nouvelles technologies, ici sous l’angle (libéral oblige et il ne s’en cache pas) de l’économie française et/ou européenne.
« Qu’attendons-nous pour grimper dans ce train pendant qu’il est encore temps ? ». La France en a-t-elle les moyens, la volonté politique ? Y a-t-elle seulement réfléchi ? D’après Laurent Alexandre, dans un pays où le président de la République n’a pas d’ordinateur sur son bureau… la réponse est non.
Pour nous, il n’est pas interdit de penser « Tant mieux ! »

L’économie face aux révolutions technologiques
Laurent Alexandre – Nicolas Bouzou – Laurent David – Serge Héripel – Bernard Ravenne
France Gestion & France Gestion Professions Libérales

À suivre…
Prochain volet : Et les politiques et les philosophes dans tout ça ?

Unknown-37

La réponse de Varoufakis à ses détracteurs

yanis1Cette tentative surprenante de me faire accuser de trahison pour avoir conspiré afin de pousser la Grèce hors de l’Eurozone, est le reflet de quelque chose de bien plus vaste.
Elle reflète un effort acharné à délégitimer notre négociation de 5 mois (du 25 janvier au 5 juillet) avec une Troïka furieuse que nous ayons eu l’audace de douter ouvertement de la sagesse et l’efficacité de son plan raté pour la Grèce.
Le but de mes pseudo-procureurs est de faire passer notre attitude rebelle lors des négociations pour une aberration, une erreur, ou mieux encore, selon la perspective de l’Establishment oligarchique grec favorable à la Troïka, pour un crime contre l’intérêt national de la Grèce.
Mon crime ignoble a été, en exprimant la volonté collective de notre gouvernement, d’incarner les péchés suivants :

• Me comporter devant les leaders de l’Eurogroupe comme un égal qui s’autorise à dire NON et présente des arguments de poids pour repousser le manque de logique catastrophique des énormes prêts concédés à un état insolvable soumis à une austérité contre-productive.
• Démontrer que l’on peut être un Européiste engagé, lutter pour maintenir son pays dans l’Eurozone, et en même temps rejeter les politiques de l’Eurogroupe qui nuisent à l’Europe, déconstruisent l’Euro et piègent fondamentalement son pays par un esclavage de la dette entretenu par l’austérité.
• Préparer des réponses à des dangers éventuels dont me menacent les collègues de premier plan de l’Eurogroupe et des officiels haut-placés de la Troïka lors de discussions en tête à tête.
• Révéler de quelle manière les gouvernements grecs précédents ont transformé des ministères aussi cruciaux que le Secrétariat Général des Recettes Publiques et l’Office Statistique Hellénique en des ministères sous contrôle de la Troïka et soumis à des pressions ayant vocation à saper le gouvernement élu. Lire la suite