de la situation en Sarkozie profonde

Trois responsables de la campagne présidentielle de 2012 de l’ancien chef de l’État ont été mis en examen, vendredi 3 avril, dans le cadre de l’affaire Bygmalion.

Directeur de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, Guillaume Lambert a été mis en examen pour « usage de faux », « escroquerie », « recel d’abus de confiance » et « complicité de financement illégal de campagne électorale ». Préfet de Lozère depuis juin 2013, il a été démis de ses fonctions par le ministère de l’intérieur sitôt sa mise en examen annoncée.

Le député UMP Philippe Briand (président de l’association de financement) et l’avocat Me Philippe Blanchetier (trésorier de cette structure) ont également été mis en examen pour les mêmes faits. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire, avec interdiction d’entrer en contact.

Outre les trois mises en examen du jour, voici la liste complète :

le député et maire Patrick Balkany, sa femme et adjointe Isabelle Balkany,

l’avocat Me Arnaud Claude (associé de Nicolas Sarkozy),

l’avocat Me Thierry Herzog (avocat personnel de Nicolas Sarkozy),

le magistrat Gilbert Azibert,

l’ancien conseiller ministériel Thierry Gaubert,

l’ancien directeur de cabinet Nicolas Bazire,

l’intermédiaire Ziad Takieddine,

l’ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée François Pérol,

l’ancien chef des services secrets intérieurs Bernard Squarcini (qui a été condamné dans l’affaire des fadettes),

l’ancien n° 2 de la présidence de la République Claude Guéant,

le businessman Bernard Tapie,

l’ancien ministre Éric Woerth,

l’ancienne ministre et actuelle présidente du FMI Christine Lagarde,

le sénateur et industriel Serge Dassault,

l’ancien conseiller élyséen Jean-François Étienne des Rosaies,

l’homme d’affaires Stéphane Courbit,

l’ancien président de l’UMP Jean-François Copé,

l’ancien directeur général du parti Éric Césari,

l’ancienne comptable du parti Fabienne Liadzé,

l’ex-trésorière du parti Catherine Vautrin,

l’ex-directeur de la communication du parti Pierre Chassat

Il faut également ajouter à cette liste les noms du conseiller Patrick Buisson, mis en cause dans l’affaire des sondages de l’Élysée mais pas mis en examen pour le moment, et l’ancien conseiller diplomatique Boris Boillon, qui avait été arrêté avec plus de 350 000 euros en liquide gare du Nord.

Du mal à vous repérer ? Suivez les étoiles noires…

Sémaphores note avec étonnement que le préfet de Lozère qui vient d’être mis à pied n’avait pas la légion d’honneur. Comme dirait Desproges : étonnant, non ?

Chevalier des Palmes Académiques
Chevalier du Mérite agricole
Médaille d’Argent des services Militaires Volontaires
Médaille de la Jeunesse et des Sports

Et comme le disait Cavanna : Quand le singe s’est redressé sur ses pattes arrières, il a bombé le torse et on a pu lui accrocher des médailles, et c’est là que le singe est devenu con, très con…

Mais faut croire que certains singes sont plus malins que d’autres, même s’ils finissent tous, un jour ou l’autre, par tomber de l’arbre…

 

La compta chez Bygmalion…

De la bombe ! Mediapart a reconstitué la double facturation de Bygmalion établie pour les 44 meetings électoraux de Nicolas Sarkozy en 2012. Voir tableau ci-dessous. Quant à mieux comprendre pourquoi le moindre déplacement du nabot coûtait la peau des fesses, c’est dans Le Monde et le Canard Enchaîné qu’il fallait le lire :

« Affaire Bygmalion : Nicolas Sarkozy, des exigences de diva en campagne »

« …D’après Le canard Enchaîné qui cite Le Monde, le mari de Carla Bruni aurait eu la folie des grandeurs et de la mégalomanie. En effet, lors de son grand meeting de la Concorde, il aurait ordonné d’avoir, en arrière-plan, derrière son pupitre, un très grand portrait de lui. Oui mais la photo, une fois imprimée, ne lui plait pas. Et il donne l’ordre d’en commander une autre illico-presto. « Payée hors de prix et réalisée pendant la nuit », écrit Le Canard. Lors de ce formidable meeting, il aurait ordonné que sa loge soit préparée comme un vrai appartement et qu’elle soit insonorisée. Selon Le Monde « Bygmalion fait bâtir des doubles cloisons en bois épais bourrés de laine de verre… »

Si vous avez raté la soirée sur Mediapart…

Retour sur nos enquêtes : l’affaire Bygmalion… par Mediapart

ndlr: Toutes les factures afférentes aux diverses « conventions » organisées par l’UMP ont été publiées sur Mediapart le 20 juin 2014. Nous ne reproduisons ci-après que celles afférentes aux principaux meetings du candidat Sarkozy.

Factures UMP’