Noël au goût amer

Noël au goût amer pour les catégories populaires

Noël est l’occasion d’un immense déballage. Les plus aisés ne connaissent pas la crise, alors qu’une partie de la population décroche. Un contraste de plus en plus saisissant. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait d’Alterecoplus


Y aura-t-il de la neige à Noël ? Les fêtes sont l’occasion d’un immense déballage. Téléphones et tablettes sont des invités de marque. Dès novembre les catalogues de jouet ouvrent le bal. Début décembre, les rues s’illuminent, les « marchés » de Noël s’installent et la chasse aux cadeaux commence. Comment une telle frénésie de consommation est-elle possible, dans un pays frappé de plein fouet par une crise d’une ampleur inégalée, où le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de deux millions depuis 2008 selon Pôle Emploi ?

Le poids des marchands

Pour deux raisons. La première, est liée au poids des marchands. L’injonction à consommer est immense. Ils déversent des tonnes de papier tous les mercredis dans nos boites aux lettres, envahissent les murs des villes, Internet, la presse, la radio et la télé pour nous pousser à passer à l’acte. Leur lobbying pèse lourd. Ils sont si bien outillés qu’ils ont réussi à pousser une majorité sensée défendre d’autres valeurs à engager une extension de l’espace de la consommation le dimanche. Extraordinaire. Ceux qui s’en offusquent sont présentés comme des « archéos ».

La deuxième raison est liée aux écarts qui augmentent entre les ménages. Non entre une poignée de riches dont les revenus s’envoleraient et tous les autres, comme on se rassure dans les classes « moyennes supérieures » (traduisez : catégories aisées). Notre orgie a lieu parce qu’un gros tiers du pays continue à s’enrichir, abrité du chômage. Ce gros tiers a comme un « haut le cœur fiscal » selon le Premier ministre. Haut le cœur de payer pour le tiers qui s’enfonce, qui « bénéficie » de minima sociaux. La crise du « pouvoir d’achat » est un leurre qui masque la progression des revenus des uns et la baisse de celui des autres. Une partie de ceux dont les moyens sont limités mais qui tentent de rester dans la course, d’en montrer autant que les autres – notamment que leurs enfants ne sont pas moins bien lotis – aura rendez-vous avec le surendettement en janvier.

Goût amer

Notre orgie aura lieu, mais ces jours laisseront un goût amer pour une partie de la population. Un I phone 6 représente à lui seul un mois d’indemnisation pour la moitié des chômeurs. Un bon nombre de soirées de Noël des foyers favorisés équivaudra à l’équivalent de six mois à un an de chômage. On peut continuer à ne pas voir ce qui joue aujourd’hui. A s’empiffrer en réclamant moins d’impôt. A faire semblant de croire à des plans de « lutte contre la pauvreté » sans moyens, tout en réduisant les charges des entreprises et des ménages de 46 milliards d’euros. A découvrir les inégalités au bout de deux ans et demi de pouvoir, il faut en accepter les conséquences. Si la gauche est anéantie d’élection en élection, c’est qu’elle a arrêté de défendre les intérêts des catégories populaires.

Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités

Lux Fric

Une fois n’étant pas coutume, les habitué-e-s de Sémaphores voudront bien nous pardonner de céder à un spot de pub. On nous le reprochera d’autant moins que celle-ci est réellement d’intérêt public et devrait plaire à tous ceux qui se demandent…

… Comment bien réussir sa fraude fiscale


Lux Fric: comment bien réussir sa fraude fiscale par EurodeputesEE

Et comme c’est dimanche, un petit bonus ne saurait nuire, c’est pourquoi nous avons sélectionné le fichier PDF suivant à lire et/ou télécharger, véritable guide pour mieux comprendre à bord de quelle galère vous êtes embarqué avec votre banque ou, plus sérieusement, comprendre pourquoi il est temps d’en finir avec le capitalisme. C’est un cadeau Solidaires.

Un fichier clair, net, précis et très pédagogique à faire circuler : PLAQUETTE-BANQUES-SUD-BPCE

 

Le capitalisme disséqué

Un documentaire d’Arte revient en six épisodes sur l’histoire et les mécanismes du capitalisme. Repartant des origines, il démonte les idées et les théories, rappelant combien ces principes parfois discutables ou faux pèsent sur notre vie.

« Ce que j’ai appris de ce documentaire, explique aujourd’hui son réalisateur, c’est que l’économie ne doit pas être abandonnée à une minorité. C’est trop dangereux, car elle détermine nos vies et peut détruire nos sociétés. Nous devons nous engager et le savoir est le meilleur moyen de résister. »

Le premier épisode est passé mardi 14 et peut être visionné en replay sur le site de la chaîne.

http://www.arte.tv/guide/fr/044979-001/capitalisme-1-6

Par ailleurs, dans le cadre des débats à « Contre-courant » Mediapart propose une rencontre exceptionnelle entre le philosophe Alain Badiou et l’économiste Thomas Piketty.

Au programme de cet entretien, bien sûr le rapport de Thomas Piketty à la pensée de Marx et à l’idée de révolution, ainsi que sa position par rapport aux échecs communistes passés. Mais surtout une discussion sur les chances d’une réforme de la société qui passerait par une nouvelle répartition des richesses et non par une série de conflits violents. Que nous est-il encore permis d’espérer quand le capitalisme globalisé, libéré de tout contre-pouvoir sérieux, ne semble plus connaître le moindre frein ?

Depuis la parution aux États-Unis de son livre Le Capital au XXIe siècle (Le Seuil), le succès planétaire de celui-ci ne se dément pas. Ces dernières semaines en Corée et en Allemagne, le mois de novembre prochain en Chine, l’économiste français connaît partout des audiences impressionnantes autour de la thématique de l’explosion mondiale des inégalités.

Le débat dure 55 mn). S’il ne passait pas dans nos pages essayez le lien suivant : http://www.mediapart.fr/ ou recherchez-le sur Dailymotion.


«Contre-Courant» : le débat Badiou-Piketty par Mediapart

 

vœux 2014 : ce qui va changer… ou pas !

La hausse de la TVA engagée depuis le premier janvier est censée rapporter environ 5 milliards d’euros supplémentaires par an. La mesure doit aider au financement du Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi, en faveur de la compétitivité des entreprises. Le CICE vise à faire baisser de 4 % en 2014 – et de 6 % en 2015 – le coût du travail des salariés gagnant jusqu’à deux fois et demie le Smic.

Le taux de mauvais esprit chez les grands patrons ne devrait, lui, pas baisser, surtout chez ceux qui persistent à appeler « charges » ce qui correspond à de nécessaires « cotisations ». Ensuite les journalistes et politiciens gagneront à mettre en parallèle ce qu’ils appellent le « coût » du travail avec celui du capital. Aussi convient-il de commencer cette année par une petite révision… Le coût du capital


Ep. 21 – Le coût du capital par CN-PCF

« La devise de l’année 2013 pourrait être « champagne pour le CAC 40, gueule de bois pour les Français ».

Parmi les diverses réactions aux vœux du Président, nous avons sélectionné pour aujourd’hui celle de François Delapierre.

« Pour 2014, les intentions exprimées par François Hollande lors de ses vœux sont claires : continuer d’arroser les puissants et de maltraiter le peuple.

Le président nous a resservi un pot-pourri des poncifs néolibéraux qu’il a appliqués cette année : baisse du coût du travail, réduction des dépenses publiques, remise en cause insidieuse de la protection sociale, alignement sur Madame Merkel… L’échec de cette politique éclate pourtant avec le niveau record du chômage. Nous voilà prévenus, les partisans de l’austérité nous annoncent une année de combat contre le peuple et contre l’environnement.

Faisons en plutôt l’année de la victoire du peuple contre l’austérité. Les urnes nous donnent l’occasion de sanctionner deux fois les austéritaires : en mars aux municipales et en mai aux européennes. C’est le seul espoir raisonnable que l’année prochaine soit meilleure que la précédente. »

De son côté, le Parti communiste français livre un nouveau montage grinçant pour appeler de ses vœux un grand virage à gauche du gouvernement. L’année dernière, le PCF avait déjà proposé une vidéo de ce type rappelant les engagements de campagne non tenus de François Hollande, qui avait suscité une certaine polémique.


Les vœux du PCF pour 2014 par CN-PCF

Récapitulons…

Reconstitution : pour une nouvelle ère politique

Parmi les thèmes abordés : l’histoire de la prise totale de pouvoir du grand capitalisme financier ; les crises, guerres et coups d’État orchestrés pour imposer un marché sauvage, exonéré de toute régulation étatique ; la privatisation de la nature ou la mise sous tutelle de toute l’agriculture mondiale ; le contrôle de la monnaie ; la situation en Grèce…

Intervenants :
– Etienne Chouard
– Frédéric Lordon
– Franck Lepage
– Bernard Stiegler
– Henri Guillemin
– Naomi Klein
– Olivier Delamarche
– Michel Collon
– Xavier Mathieu
– Jean-Paul Jouary
– Claude Bourguignon
– Dominique Guillet
– Pierre Rahbi