La farce du non-sens

Dimanche 9 mars, alors que Le Grau du Roi affichait une affluence record pour la saison, trois pelés et une tondue essayaient de remplir le quart du tiers de la moitié de la salle Carrefour 2000 pour la présentation de la liste FN-RBM. En vain.

Tout au plus une quarantaine de personnes, dont il faut décompter la quinzaine de colistiers adverses venus pour le fun ou la curiosité.  Car l’affiche était pourtant alléchante : Gilbert Collard présentait Yvette Flaugère… ou le contraire, avec comme slogan de campagne « La force du bon sens », qui nous a d’ailleurs inspiré le titre de cet article.

Hélas, rien, pas même un tract n’avait annoncé la venue du cabotin de Gallician, qui aurait sans doute préféré se garder d’une pareille publicité s’il avait su ce qu’allait être la suite du meeting. Déjà, lors de l’annonce officielle de candidature d’Yvette Flaugère aux municipales, Gilbert Collard était arrivé avec deux heures de retard, accompagné du comique recyclé Jean Roucas. C’est dire le respect de l’orchidoclaste envers les citoyens électeurs ! Lire la suite

Les étonnantes pratiques de Maître Gilbert Collard

Dans la série « Tenons notre Collard au chaud », nous avons bien apprécié l’article qu’André GENOT (Vauvert) a consacré aux relations fort ambiguës que notre député casse-couilles, pardon… orchidoclaste, entretenait avec le tortionnaire avoué Aussaresses. Nous invitons donc les lecteurs qui auraient manqué cet épisode à cliquer sur le lien suivant : http://pcfgard.over-blog.com/2013/12/collard-et-aussaresses.html

Mais comme nous avions promis de vous faire découvrir d’autres facettes encore du personnage qui brigue aujourd’hui la mairie de Saint Gilles, en voici une qui montre, dans toute sa splendeur, ce que peut être la déontologie de ce grand donneur de leçons que certains s’apprêtent à suivre.

À l’origine, c’est sur la plainte d’un particulier que le barreau de Marseille et le parquet général d’Aix-en-Provence s’était sentis obligés d’ouvrir discrètement des investigations sur le comportement de l’avocat alors marseillais, Me Collard. Pas le choix, les récriminations du plaignant s’étaient retrouvées dans les colonnes de La Dépêche du Midi en décembre 2005. Quelques mois plus tard, en mars 2006, c’est La Dépêche (tout court) qui révèle « Les étonnantes pratiques de Maître Gilbert Collard »

Empêtré dans une affaire de démarchage de clientèle (ce qui est rigoureusement interdit par la profession), voilà que notre Collard sollicite un curieux témoignage pour échapper aux poursuites de l’ordre et de la justice. Ce qu’il ne sait pas à ce moment-là, c’est que la conversation est enregistrée…

Mais pour comprendre la conversation… il faut connaître le début de l’histoire, et elle est assez édifiante.

« Charles-Louis Roche, fils d’un magistrat de Montpellier décédé dans des conditions qu’il juge suspectes, racontait dans l’article de la Dépêche du Midi comment Me Collard l’avait directement contacté pour assurer sa défense dans une affaire de photos licencieuses diffusées sur internet.

« Il nous a dit qu’il nous assisterait gratuitement et qu’il se paierait en retour sur la publicité faite autour du dossier », explique, alors, Charles-Louis Roche qui dispose déjà des conseils d’un avocat du barreau d’Angoulême, Me Hoepffner. La démarche de Gilbert Collard lui paraît d’autant plus singulière que le jeune homme et sa sœur font le lien entre la vie dissolue de leur père et l’affaire Alègre… dont Gilbert Collard est déjà l’avocat. Rapprochement stratégique ?

Charles-Louis Roche se pose la question, mais accepte le concours « gracieux », lui qui a été accusé par son père décédé d’avoir divulgué sur le net avec la complicité de sa mère, des photos dénudées de la seconde épouse du magistrat, une ex-prostituée. Au mois de janvier, trois jours avant le procès en appel de ce dossier devant la cour de Nîmes, c’est un Gilbert Collard aux abois qui appelle Charles-Louis Roche. »

Voici des extraits de la conversation téléphonique enregistrée par Charles-Louis Roche le mardi 24 janvier à 14 h 30.

Gilbert Collard : J’ai le sentiment que tout est fait pour me déstabiliser à l’approche de l’audience et pour amoindrir votre défense. Je reçois du bâtonnier une lettre émanant du Parquet général. (Il lit) « Monsieur le Bâtonnier : j’ai l’honneur de vous faire parvenir la copie d’un article de presse paru dans le quotidien « La Dépêche du Midi » du 13 décembre 2005, relative à certaines pratiques professionnelles de Me Collard. Je vous serais très obligé de bien vouloir faire recueillir les observations de votre confrère, de me les faire parvenir accompagnées de votre avis sur la suite qu’il convient de donner à cette affaire ». Alors, l’article, c’est celui que vous avez accordé à un voyou, qui s’appelle Souillés. Alors, les questions qui se posent sont les suivantes (…) Est-ce que je vous ai démarché ?

Charles-Louis Roche : Alors, maître, je vais vous répondre en mon âme et conscience. Bon, je ne sais pas ce que vous placez sous le terme de démarchage.

Collard : Mais est-ce que je vous ai appelé pour vous dire : Monsieur, votre affaire m’intéresse ? Lire la suite

La veste bleu marine de Collard

Dans notre série « Tenons notre Collard au chaud »…

Cet article était paru en septembre 2012 sous la plume de Jean-Baptiste Malet. Les amis Graulens de Sémaphores ont tenu à le rappeler aux amis Saint-Gillois à qui le Collard s’apprête à faire le coup du « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ». Il est vrai qu’en matière de retournement régulier de veste, nous pouvons tous en prendre de la graine… ou avoir le tournis.

Gilbert Collard, maquignon politique opportuniste, carriériste et arriviste, bref, mariniste.

Si vous cherchez le sens du vent, il vous l’indiquera. Après trente années de militantisme politique, le 17 juin dernier Gilbert Collard savourait enfin sa victoire : il était élu député de la deuxième circonscription du Gard sous les couleurs du «Rassemblement Bleu Marine» soutenu par le Front national.

L’avocat médiatique, élève dès l’âge de 8 ans chez les pères maristes de l’Institution Sainte-Marie à La Seyne-sur-Mer (Var), se souvient «en être sorti avec un très mauvais souvenir. Mais maintenant, un très bon. Quand on avait un contentieux avec un camarade, on devait le régler sur un ring de boxe, pendant une fête de division. Cela nous apprenait la confrontation, c’était une manière loyale de régler les conflits. Cela codifiait la violence».

Enfant d’une famille bourgeoise, il grandit au château de la Madone à Marseille. Son père, maurassien, était membre des Camelots du Roi et aurait été l’ami de Léon Daudet. «Mon père m’a fait lire Maurras, Marx, j’ai lu Bainville, Jaurès, Proudhon…» étale-t-il volontiers. Après la faculté de droit à Aix-en-Provence, il devient avocat et installe son cabinet à Marseille, un cabinet devenu depuis une puissante machine bien rodée, éminemment lucrative, dont la vitrine est la forte teneur médiatique de «Maître Collard», toujours animateur de l’émission «Les Grandes Gueules» sur RMC, et qui, malgré son mandat de député, ne compte pas abandonner sa profession d’avocat.


Socialiste, trotskiste…
Le parcours politique sinueux de Gilbert Collard commence au Parti socialiste où, dès 1981, il entre au comité de soutien de François Mitterrand. Mais pour la présidentielle de 1988, son appui va plutôt à l’extrême gauche trotskiste, puisqu’il soutient Pierre Boussel, le candidat du Mouvement pour un parti des travailleurs (MPPT).

Filmé dans le clip de campagne de Pierre Boussel, Collard condamne à l’époque les centres de rétention pour étrangers. Sur un ton solennel, dans une archive disponible à l’INA (Institut national de l’audio-visuel), il proclame : «Je suis ici en tant que témoin. Je crois qu’à l’heure actuelle, sans que les gens s’en rendent bien compte, les droits de l’homme sont en danger. Comme partout on cherche, sur les mécanismes de la peur et de l’inquiétude, à gagner des voix. On peut se demander si ces hommes, ces femmes, ces enfants entassés dans ces cimetières de béton, que sont les centres de rétention, et qui subissent l’expulsion comme on subit l’humiliation, ce n’est pas plus la raison d’État racoleuse que la justice».

Deux ans plus tard, membre du secrétariat national du MRAP (Mouvement contre le racisme), au moment où il défend un négationniste, il est exclu en même temps qu’il démissionne du mouvement. Lire la suite

Collard fait sa loi dans le Gard

cet article est paru dans MLACTU.FR et sous ce titre. Seules les photos ont été changées et sont de Sémaphores.

« Collard sera tête de liste », promet Yvette Flaugère à qui veut l’entendre. Au Grau-du-Roi (Gard), elle est chargée de monter la liste du Rassemblement Bleu Marine pour les prochaines élections municipales de 2014. « Effectivement, je sais qu’elle fait circuler cette rumeur,reconnaît Gilles Caïtucoli, secrétaire départemental du FN dans le Gard. La rumeur est-elle fondée ? Je l’ignore. »

Nous avons voulu poser directement la question à l’intéressé. « M. le Député Gilbert Collard ne sera pas disponible dans l’immédiat, très pris par son activité au parlement », nous a répondu son attaché parlementaire, Nicolas Meizonnet, à notre demande d’interview. Nous avons surfé, comme nous le conseillait M. le député dans un droit de réponse sur un précédent article consacré à ce sujet. Sur le site du RBM Gard, dans le menu « Municipales 2014 », une seule ville apparaît : « Le-Grau-du-Roi 2014 ». Un petit clic. Et rien. « Nothing found ». C’est marqué.

« Collard est le patron » (Gilles Caïtucoli, secrétaire départemental du FN 30)

Une certitude, tout de même, le candidat du RBM ne sera pas Bernard Luciani qui avait obtenu, dans un premier temps, l’investiture du mouvement pour les municipales 2014 au Grau-du-Roi. Mais celle-ci lui a été retiré par le Front National, qui gère les investitures pour le FN et le RBM. « Gilbert Collard a tout fait pour faire sauter mon investiture, enchainant mensonge sur mensonge », affirme celui qui maintient sa candidature mais au nom du Rassemblement de la droite du Grau-du-Roi.

« Il y a beaucoup de choses qui m’échappent dans cette affaire, concède Gilles Caïtucoli, le patron du FN dans le Gard. Gilbert Collard a évidemment une notoriété que je n’ai pas. Il a un esprit assez indépendant donc je ne m’occupe pas trop de la deuxième circonscription. Je ne sais pas qui sera candidat FN-RBM au Grau-du-Roi. Je ne peux pas exclure qu’il soit candidat. Apparemment, il se destinait plutôt vers Saint-Gilles. Maintenant, il ne dit pas clairement ce qu’il veut faire. Je suis un peu dans l’expectative moi aussi. Il faut tenir compte des réalités, Gilbert Collard a une personnalité telle, qu’il faut reconnaître qu’il est un peu le patron de sa circonscription. »

« Collard est bien loin de nos préoccupations » (Robert Crauste, candidat d’opposition au Grau-du-Roi)

« Collard n’a pas envie d’être maire, affirme Robert Crauste, candidat de l’opposition aux municipales 2014 au Grau-du-Roi, mais qui n’a plus sa carte au Parti Socialiste depuis quatre ans. C’est un homme qui pense d’abord à lui, plus qu’aux autres. Les tribunes radiophoniques et les plateaux télé lui vont bien, il cherche surtout ça. Mettre les mains dans le cambouis pour gérer une commune, je ne pense pas que ce soit son truc. » Lire la suite

La flamme de Collard

Dans notre série « Tenons notre Collard au chaud », aujourd’hui :

Quand Gilbert Collard poussait la chansonnette pour Vichy avant de vouloir la pousser pour Marseille, pour Saint Gilles, ou pourquoi pas pour le Grau du Roi…

Souvenons-nous ! En 2008, le Collard est candidat à l’élection municipale de Vichy, dans l’Allier, sous la bannière du Parti radical valoisien (Centre). Outre son show habituel qui lui sert pour tout programme, il se laisse alors aller à pousser la chansonnette et c’est ainsi que naît le tube « Aimer une ville », avec des chœurs et une orchestration de folie, surtout le guitariste. Selon le journal La Montagne, un CD a été distribué aux Vichyssois à l’époque. Ce document avait un temps disparu des sites et des blogs sur lesquels il avait été publié, puis Le Nouvel Observateur l’a ressuscité, nous partageons pour les lecteurs de Sémaphores cet ineffable instant de haute poésie et d’engagement politique qui transpire la sincérité du candidat.

« Moi Gilbert Collard, je m’offre tout entier, je dépose à tes pieds, mon verbe et mon bagage« 

En plusieurs couplets entrecoupés du refrain « aimer une ville« , le Collard déclame son amour pour Vichy, 25.000 habitants, dirigée depuis 1989 par l’UMP Claude Malhuret. Il s’engage (sic) à ne pas « déménager, quoi qu’il puisse arriver« … Bref, un homme de parole, mais plutôt en paroles.

« Vichy, je suis ton VRP, ton meilleur avocat« , chante-t-il encore en voulant « redonner la flamme à Vichy« , tout comme il se propose de la redonner aujourd’hui à St Gilles ou au Grau du Roi, selon l’humeur de la Marine ou les variations climatiques électorales dont dépendent les parachutages. Mais place à la chanson ! Ceci n’est qu’une mise en bouche.


Quand Gilbert Collard chantait pour gagner Vichy par LeNouvelObservateur

Maître Connard

Franchement, ce n’est pas à Sémaphores que nous aurions osé un tel titre 😉 Mais si c’est Jean-Marie Le Pen en personne qui le dit…

Quoi qu’il en soit, cet article du Canard Enchaîné vient à point pour lancer notre série sur ce casse-couilles autoproclamé dont on vous promet qu’il ne va pas nous les casser longtemps. Notre série est prévue pour toute la durée de la campagne municipale, c’est promis, vous saurez tout ce qu’il faut savoir sur ce menteur, frimeur et magouilleur de première.

(cliquer sur l'image pour éventuellement agrandir)

le trio R-M-C_suivi

Une rumeur (puisqu’il faut appeler les choses par leur nom) avait insidieusement laissé planer le doute que Léopold Rosso ne serait peut-être pas candidat à la succession de son cousin Étienne Mourrut, pour des raisons de santé, voire personnelles. Que nenni ! Il n’en est rien (les rumeurs sont toujours assassines) et Sémaphores est heureux d’annoncer depuis une source très fiable que le candidat à la mairie du Grau du Roi pète la forme. C’est donc en soi une excellente nouvelle de savoir tous les candidats en pleine bourre sur la ligne de départ d’une campagne qui s’annonce redoutable tant l’enjeu déborde déjà le simple plan local, nous aurons l’occasion d’y revenir amplement.

En attendant, petit retour sur le Collard, l’homme qui murmure à l’oreille de l’UMP

Gilbert Collard (RMB-FN) et Étienne Mourrut (UMP) préparent-t-ils ouvertement une alliance pour les élections municipales au Grau-du-Roi ? Un accord UMP-FN est-il possible dans d’autres villes du Gard, comme Saint-Gilles ou Aigues-Mortes ? Une certitude en tout cas, ce n’est pas un hasard si Collard et Mourrut apparaissent aujourd’hui aussi complices à quelques mois à peine des élections municipales.

 

 

« Ah, voilà mon maire préféré », lance Gilbert Collard, député RBM-FN, lorsqu’arrive Etienne Mourrut, maire UMP du Grau-du-Roi, qui ne sera pas candidat à sa propre succession lors des prochaines élections municipales en 2014. La scène se déroule aux yeux de tous, lors du lancement de la fête votive au Grau-du-Roi ce samedi 7 septembre 2013. Collard et Mourrut, complices, s’échangent des confidences au creux de l’oreille, discutent longuement, et restent ensemble pendant un très long moment.

Le député Rassemblement Bleu Marine n’a jamais caché qu’il était favorable, d’une manière globale, à des accords entre le Front National et l’UMP pour les prochaines élections municipales. Il semble clairement y travailler aujourd’hui sur le terrain ?

Il y avait d’abord eu cette photo où l’on voyait Gilbert Collard et Étienne Mourrut, maire UMP du Grau-du-Roi, en discussion,

Lire la suite ici : http://mlactu.fr/article/gard-collard-l%E2%80%99homme-qui-murmure-%C3%A0-l%E2%80%99oreille-de-l%E2%80%99ump/687

 

La figure de proue du FN, invitée des cousins

Il n’y a pas que Sémaphores qui s’interroge sur certaines rencontres estivales…

 

La section socialiste Jean Bastide du Grau du Roi a reçu ces derniers jours, comme d’autres, une série de photos prises en ce mois d’août. Elles nous montrent bras dessus, bras dessous, en tenue estivale et dans la bonne humeur, des personnages qui, visiblement ont beaucoup de choses à échanger.
En toute discrétion, mais visiblement, c’est raté ! Bien sûr, on nous dira qu’Etienne Mourrut, Maire UMP du Grau du Roi, Léopold Rosso, son 1er adjoint UMP, Conseiller Général, Président de la Communauté de Commune et prétendant à la Mairie, ainsi que Gilbert Collard, député FN de la 2ème Circonscription du Gard ont débattu de sujets éminemment importants, relevant de l’intérêt général et de la relation normale entre élus, sujets dépassant les clivages politiques… mais tout de même !

La figure de proue, le dauphin et l’entremetteur

A longueur d’interventions dans les médias, le parti de Le Pen et de Collard se targue de dénoncer « le système UMPS » ! De leur coté, les dirigeants de l’UMP clament haut et fort leur refus de toute alliance avec l’extrême-droite ! Mais au Grau du Roi, on se promène, à pied, en bateau, on déjeune ensemble, dans la discrétion et en toute complicité…
Surprenant… la veille, le site de la liste locale du FN supprimait toute référence au Rassemblement Bleu Marine et à l’avocat frontiste… Pas de doute, ça grenouille ferme entre la droite et l’extrême-droite locale… Dans quel but ? L’avenir nous le dira…
En tous cas pas dans l’intérêt des graulens dont beaucoup, républicains sincères de droite ou de gauche sont scandalisés par de telles accointances.

Le maire s’emploie au rapprochement de son dynamique dauphin avec le FN

Le Parti Socialiste, qui se met en ordre de bataille pour les prochaines élections municipales prendra position pour un véritable projet pour le Grau du Roi, pour une véritable équipe soudée autour de ce projet et autour de valeurs républicaines dont on voit bien combien l’équipe sortante semble se débarrasser pour tenter de « sauver ses meubles ».

SECTION SOCIALISTE « JEAN BASTIDE » DU GRAU DU ROI

Grau du Roi : la croisière s’amuse

Ce sont juste deux photos reçues au courrier de Sémaphores et sans commentaire. Pas une raison suffisante pour que nous n’en fassions pas.

À moins d’une amitié de longue date qui nous aurait échappé, on ne peut que s’interroger sur ces rencontres estivales entre le calife sortant Étienne Mourrut, son cousin et prétendant au trône Léopold Rosso, et l’inénarrable casse-couilles autoproclamé (paraît qu’il faut maintenant dire « orchidoclaste », ça fait moins vulgaire), à savoir Gilbert Collard, interchangeablement député, avocat, chanteur, franc-maçon, président de ceci et de cela… et rêvant de cumuler prochainement ses fonctions avec un mandat de maire. On ne va pas s’y attarder aujourd’hui mais Sémaphores vous promet un bon tour des horizons embrassés par ce spécialiste hors normes du retournement de veste et des effets de manche.

En fait nous attendions naïvement quelques signes avant-coureurs du lancement de la campagne pour les municipales de 2014. Malgré les insipides tentatives du F’haine local pour occuper le terrain avec quelques tracts, nous pensions ne faire valoir notre hostilité qu’à partir du mois d’octobre. Grand mal nous en prendrait puisqu’à l’évidence les « frères de la côte », Mourrut-Rosso (cf. article de la Gazette de Nîmes pour comprendre cette appellation) n’ont pas attendu pour témoigner qu’aucune digue ne sépare plus le F’haine de l’UMP.

Les tractations ont donc commencé et nous ne devrions pas être longs à en connaître la teneur, malgré l’enfumage orchestré par monsieur Rosso quant à sa prétention à prendre la succession du cousin en bout de course, ne serait-ce que relativement à son état de santé. Certes, la loi n’oblige pas tous les élus à fournir un bulletin médical déclarant leur aptitude à mener jusqu’à son terme un mandat, mais c’est bien dommage car cela oblige les électeurs à courir le risque de n’avoir qu’un intérim-maire. Espérons pour le moins que l’intéressé saura rassurer la population graulenne sur ce point, en termes clairs, précis et sans mensonge, c’est le moindre des respects dus aux concitoyens.

À suivre, c’est promis !

En attendant, ok, c’est encore l’été, alors que la croisière s’amuse…

des nouvelles du casse-couilles

Maître Collard sur son arbre perché, le même qui avait annoncé dès son élection qu’il serait le casse-couilles de l’Assemblée, a donné une interview à Nice-Matin qu’on vous laissera lire en intégralité en cliquant sur le lien.

Après avoir annoncé qu’il souhaitait « une révolution constitutionnelle complète » et « modifier la relation au travail, à l’impôt, à l’économie » (Vaste programme, mais au moins on ne peut pas dire que le casse-couilles n’en ait pas…), il a répondu à une question sur les salles de shoot en proposant de « légaliser le vol ». Toujours aussi provocateur, le Gilbert ! N’empêche qu’on en apprend à l’écouter, du moins entend-on se confirmer ce qu’on avait deviné lors des législatives : sans Etienne Mourrut, dépité maire du Grau du Roi, maître Collard n’aurait pas pu percher sur l’arbre.

A la question : 52% des sympathisants UMP souhaitent un rapprochement avec le FN. Vous-même, le souhaitez-vous ? la réponse est édifiante !

« Ça s’est fait pour moi. Sans les voix de l’UMP, je n’aurais pas été élu. On l’occulte parce que ça dérange mais je suis le premier à avoir été élu grâce à un rapprochement entre le Rassemblement Bleu Marine et l’UMP. C’est un tel facteur de dédiabolisation qu’on se refuse à le voir. La France est à droite et elle a un pouvoir de gauche. C’est une aberration. Je dirais même que c’est un viol démocratique. »

Vous avez bien lu : «  France à droite + pouvoir de gauche = viol démocratique « . C’est l’équation Collard. On comprend mieux qu’il souhaite une révolution constitutionnelle, il n’est pas le seul, mais rien n’est moins sûr que nous marchions dans le même sens.

ndlr : retrouvez ces petits dessins et découvrez-en d’autres sur Facebook à la page Leptitgraulen

Ceux qui agissent… et les autres

Si l’Huma n’en parle pas… c’est le grand vide, et bien sûr toujours le boycott du Front de Gauche par les chiens de garde de la presse locale comme nationale. Le changement, maintenant on le sait, c’est pour plus tard. Mais la solidarité en regard des valeurs républicaines c’est pour quand ?

Qu’on ne nous dise pas, à Sémaphores, que c’est hurler avec les loups que de pointer avec le Front de Gauche et les Verts l’absence de réaction des élus. Nous attendons toujours les réactions du député Collard (FN non encarté) et celles des maires des communes concernées, Bonato (PS) à Aigues-mortes et Mourrut (UMP) au Grau du Roi. Si nous citons aussi ce dernier c’est parce que nous avions déjà mentionnés les commentaires haineux et inacceptables qui fleurissent tant sur les forums de Midi Libre que sur Facebook. Dans ces propos racistes ou fascisants libérés on peut notamment relever cet avertissement d’un graulen (parmi d’autres, certes) qui annonce que pendant la prochaine fête du Grau « On verra qui sont les français ! ». C’est ainsi qu’aux sombres événements qui ont déjà eu lieu on laisse s’ajouter des menaces pour les jours à venir. Messieurs les élus, vous attendez quoi ? Ces propos sont signés ! Même lorsqu’il s’agit d’un pseudonyme, rien n’est plus facile que de remonter aux sources. Et si, comme le dit notre ministre de l’Intérieur Manuel Valls, le racisme est une forme de délinquance, qu’attend-on pour la sanctionner à sa juste mesure ?

Retour sur un racisme « ordinaire »

Ouf ! Ils ont fini par en parler. Il aura quand même fallu dix jours pour que nous puissions commencer cette revue de presse tant les vacances sont démobilisatrices pour les élus de tous crins, dans un pays où 42 % des citoyens n’ont pas les moyens de s’en offrir et où, parmi ceux qui le peuvent, bon nombre avoue ne pouvoir le faire que tous les deux ou trois ans. Puisse ce petit préambule nous inciter, et les politiques en particulier, à organiser pour l’avenir des tours de vigie.

Car la bêtise et la pensée crasse, elles, ne désarment jamais ni ne s’offrent de vacances. Mais elles savent s’entendre pour pourrir la tranquillité de ceux qui n’aspirent qu’à un « mieux vivre ensemble », pour reprendre ces mots de Damien Alary, vice président de notre région Languedoc-Roussillon, édition Midi Libre du 15 août.

Le 15 août, c’est précisément dix jours après les tristes événements qui ont fini par alerter la presse nationale et s’avèrent être le reflet de ce qui divise la population bien au-delà d’Aigues Mortes et du Cailar : un racisme de plus en plus banalisé, au point que cette banalité fait titre pour le journal Le Monde.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/08/16/le-racisme-anti-arabes-se-banalise-dans-le-gard_1746745_3224.html

Nous n’allons pas reprendre ici le détail des faits, l’article sus-cité les livre à sa manière, ainsi que celui paru dans Libération :

http://www.liberation.fr/societe/2012/08/16/c-est-pas-les-arabes-qui-vont-nous_840188.

Rendons grâce cependant à ceux qui furent les premiers à s’insurger, Jean-Paul Boré, conseiller régional PCF, et Danielle Floutier, candidate FDG aux législative pour notre 2ème circonscription. Pour JP Boré, il est temps que le monde politique prenne conscience de la situation.

« L’imbécillité ou l’enivrement de quelques individus est une explication bien courte. Tout simplement parce l’imbécillité ou l’enivrement expriment toujours ce qui sommeille et se libère dès qu’il y a un sentiment d’impunité. Nous ne pouvons laisser souiller l’image de notre département par une petite minorité provocatrice quelles qu’en soient les motivations. Le rôle des élus n’est pas d’utiliser les oppositions entre communautés et encore moins de faire le dos rond devant de tels événements mais de tout faire pour que la cohésion sociale respectueuse des intérêts de chacun soit recherchée. »

Tout autant « effarée et inquiète » des incidents qui se sont produits à Aigues Mortes et au Cailar, Danielle Floutier va plus loin en pointant qu’ « il est difficile de ne pas faire le lien entre ces deux événements et les propos xénophobes et racistes développés durant la campagne des élections législatives ». Elle poursuit : « Banaliser ces incidents, c’est laisser se développer dans nos villages un climat délétère de tension lié à l’intolérance, au rejet de l’autre. »

Midi Libre ayant choisi de réduire ce communiqué de presse à ces seules deux phrases, nous invitons le lecteur à lire l’intégralité du communiqué de Danielle Floutier, en fin d’article après la balise lire plus.

Bien sûr, il ne fallait pas attendre de Midi Libre la moindre phrase qui fasse le lien avec les dernières élections et le rôle de Gilbert Collard dans tout cela. C’est néanmoins un lien qu’établit aussi l’élu écologiste Didier Caire et conseiller municipal d’Aigues Mortes, ne serait-ce que dans un simple souci d’établir une chronologie des faits qui se produisent depuis un certain temps dans notre région, et qu’on ne saurait tenir pour isolés les uns des autres.

Après avoir noté que le FN se maintient depuis 25 ans à un niveau très élevé en Camargue gardoise et qu’il est devenu une force dominante en 2012, Didier Caire analyse que « cette position légitime soudain tous les discours déjà présents mais intériorisés comme minoritaires ou opprimés. Depuis l’élection de G. Collard la «République», pour une part, est aussi devenue «anti-arabe». La position de rejet, déjà peut-être majoritaire dans les têtes, le devient dans le droit sanctionné par la légitimité du suffrage démocratique : l’inhibition n’est plus de mise, le passage à l’acte est permis. D’autres forces politiques se sont désormais compromises et le cordon sanitaire – déjà bien fragile – qui entourait le FN a été rompu. En hésitant à se retirer entre les deux tours des législatives Etienne Mourrut (UMP) a clairement affiché sa préférence pour G. Collard. Et le silence assourdissant depuis 15 jours de C. Bonato (PS), maire d’Aigues-Mortes, ne peut se comprendre que comme une concession à la puissance électorale du FN et donc à l’idéologie extrémiste. »

A la liste des faits (et méfaits) proposée par l’élu EELV (lien ci-après vers son blog), nous pourrions ajouter également l’agression dont a été victime la suppléante d’Etienne Mourrut (ex-député mais toujours maire du Grau du Roi) en pleine campagne électorale. Et puis cet autre silence assourdissant du député Collard que nous invitons à mesurer sa propre responsabilité vis-à-vis de ce fascisme décomplexé.

http://camargue.europe-ecologie.net/2012/08/20/comprendre-et-reagir-aux-evenements-du-sud-gardois/

Additif Sémaphores : Pour notre part, désolé, nous ne reportons pas les propos lénifiants (ou tout simplement langue de bois) de notre ministre Valls, récemment en visite privée à la fête de Vauvert. Certes nous défendrons comme lui les « valeurs de la République », mais sans oublier que nous n’aspirons qu’à en changer le caractère institutionnel bonapartiste (et par trop libéral) qu’on ne peut plus croire innocent pour ce qui est de l’effondrement des valeurs.

Car reporter cette dégradation sur les dix années de sarkosysme en matière de sécurité n’expliquera pas le comportement du PS au long des deux campagnes présidentielle et législatives envers le Front de Gauche et EELV qui, à travers Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly, se sont retrouvés bien seuls pour affronter les thèses racialistes du FN. Et qu’en est-il encore à ce jour ? Si, comme le dit M. Valls « le racisme est une forme de délinquance » alors qu’attend-on pour le sanctionner au même titre que les autres formes de déviances ?

Qu’au moins à gauche il soit temps d’en finir avec ces nauséabondes stratégies électorales qui ont amené le FN à la place qu’il occupe aujourd’hui. Et, oui, la responsabilité des socialistes y est très grande, de la même manière qu’elle le restera tant que ne sera pas acquise cette vérité populaire qui veut que même les chevaux se battent lorsqu’il n’y a plus de picotin. L’argent ne résout pas tout mais il ne faut pas s’étonner que son absence génère des mouvements imprévisibles. Et de l’argent, tout le monde sait maintenant qu’il n’y en a jamais eu autant qu’aujourd’hui, des sommes fabuleuses qui attendent d’être réparties autrement que par une toute aussi fabuleuse augmentation du SMIC de 0,46 % ! Pour que le peuple ne se trompe pas de colère, encore faudrait-il que ses élus ne se trompent pas de combat. Ce monde est ce que nous en avons fait ou avons laissé faire. Mais il serait vain d’attendre de la dignité de la part de peuples dont les conditions de vie ne leur permettent plus de vivre dignement de leur travail, de se nourrir et de se soigner correctement, de pouvoir développer leur conscience et leur esprit critique autrement qu’à travers un gavage d’oie mesuré en temps de cerveau disponible.

La plus haute délinquance n’est pas celle qu’on désigne à la vindicte publique mais celle pratiquée en toute légalité par les véritables assistés, pontes, banksters et autres patrons-voyous. Dire que la finance n’a pas de visage est une tromperie éhontée. Elle a des visages et nous connaissons les noms. Alors c’est quand, le changement ?

Lire la suite

Etats d’âmes d’après élections_2

Nota bene : Ce texte est écrit en graulen, prière de le lire avé l’assent.

L’enfant du pays

Un mois. Un bon mois. Oh oui, fallait bien ça pour digérer le résultat des dernières législatives. Encore que je sache toujours pas si c’est digérable. Té ! Vous savez quoi ? J’ai comme un petit reste en travers de la gorge et mon docteur est formel, ça risque de me rester jusqu’aux prochaines élections. Bah, que je me dis dans mon for intérieur, avec des municipales en vue je vais pas souffrir longtemps.

Faut quand même que je vous dise de quoi je cause, à vous qui n’avez peut-être tout suivi que par les merdias interposés. Figurez-vous que mon pays est passé Front National ! Il a viré facho ! Remarquez, ça nous pendait déjà un peu au nez, avec tous ces arabes qu’on voit dedans le poste de télé. Non, je dis ça parce que chez nous c’est pas pareil. Des arabes, on en a comme tout le monde. Mais depuis longtemps. Et les nôtres on les connait bien, ils vont à la pêche pareil que nous, même depuis qu’il y a plus rien à pêcher. Ils vendent des vêtements sur le marché, ou des légumes, des montres, des godasses. Y en a même qui ont des commerces en dur, ma parole. On peut dire qu’ils sont bien des intégrés, chez nous.

Franchement, j’ai pas compris pourquoi on a viré facho en votant pour un nain connu. L’est avocat le mec, je crois. Y s’est aussi essayé dans la chanson. Vous vous rappelez pas le tube, avec des chœurs de folie par derrière ? Vichyiiii, ma ville, je t’aimerai toujours… Un carton, ma parole ! Mais ça n’a pas marché. Alors fallait bien qu’il tente autre chose. On dit qu’il fait dans la marine maintenant. Pour nous c’est important la marine, en bord de mer. Alors ça m’étonnerait pas qu’il y ait même des pêcheurs qui aient voté pour le nain. Moi je croyais que les pêcheurs se sentaient mieux défendus par le maire qu’on a, et qui était aussi député jusqu’à ce que le nain lui fasse un croc-en-jambe. Ça fait trente ans qu’on l’a, notre maire. En principe il devrait savoir y faire. Surtout que lui il est pas tombé du dernier parachute.

Je me souviens quand on l’a mis en place pour la première fois. Sur son affiche y avait un cœur pour bien montrer qu’il était la circulation sanguine du pays, et puis surtout, écrit en dessous de son nom : L’enfant du pays ! Même que ça faisait rire les étrangers qui venaient juste de s’installer. Pour eux, l’enfant du pays, ça avait sa place dans un livre de Pagnol ou de Giono mais pas sur une affiche électorale. Ouais, c’était peut-être pas un argument politique mais c’était vrai, il était bien du pays.

C’est après, que ça s’est gâté. Lire la suite

États d’âmes d’après élections_1

Reçue au courrier sémaphorien, la lettre qui suit reflète les réactions légitimes de certains citoyens après le résultat des législatives dans notre 2eme circonscription. Notre choix d’en faire part va avec notre vœu que ces lignes engagent tout un chacun à une nécessaire réflexion sur l’avenir politique de nos communes de Petite Camargue.

 

LETTRE OUVERTE D’UN MILITANT SOCIALISTE GRAULEN

A SES AMIS RÉPUBLICAINS DE L’AUTRE BORD

 La campagne est maintenant achevée sur un triste constat : Gilbert COLLARD, candidat du Front National, candidat des pires thèses de ce parti (recherche de boucs émissaires à la crise, repli sur soi et sortie de l’Euro, rétablissement de la peine de mort…), candidat médiatique pétri de vulgarité (il veut être dorénavant le « casse-couille de la démocratie »), est maintenant le député de notre circonscription.

Comment en est-on arrivé là ?

Vous avez cru faire un rempart au Front National en votant aux deux tours pour votre candidat, le candidat sortant UMP Etienne MOURRUT.  Votre choix est respectable bien que je ne le partage pas. Notre candidate, Katy GUYOT quant à elle, n’a été battue que de 660 voix. Etienne MOURRUT a, lui, essuyé une sévère défaite.

Son maintien au second tour, malgré son arrivée loin derrière les deux autres candidats, son refus de se désister en faveur du candidat de gauche,  son absence de campagne entre les deux tours après une valse-hésitation, ses attaques ciblées contre la gauche, ont permis ce résultat . Etienne MOURRUT, par son attitude honteuse, par son bilan sur lequel il faudra bien revenir , a permis une fuite de son électorat le plus droitier vers le candidat Front National et une cristallisation de l’électorat républicain de droite sur son nom… Le résultat est là !

Je voudrais revenir avec vous sur un événement qui s’est produit entre les deux tours, dont la presse a peu parlé et qui illustre tristement ce climat de « lepénisation » des esprits. Eline ENRIQUEZ-BOUZANQUET, votre candidate suppléante a été lâchement agressée et tabassée en bas de chez elle entre les deux tours par un individu lui reprochant de « faire le jeu des socialistes et des arabes ». « Des salopards », a dit à fort juste titre votre candidat. Mais des salopards inspirés par qui, par quelle thèses, si ce n’est celles de la haine distillée par le Front National (qui, bien évidemment s’est désolidarisé de cette agression). Ce climat de haine, antirépublicain (que ce soit de droite ou de gauche), anti-immigrés, va-t-on le laisser se développer sur notre territoire, sur notre commune ? Doit-on attendre l’émergence de partis ouvertement nazis comme « Aube Dorée » en Grèce pour réagir ?

Certes, nous n’en sommes pas là et le Front National, Marine LE PEN et Gilbert COLLARD savent se parer d’un vernis présentable pour faire avancer leurs idées nauséabondes. Les Républicains de droite comme de gauche ont toujours, et ce depuis la Résistance et la Libération, su faire barrage ensemble à l’extrême-droite. Rappelez-vous 2002 et l’appel de la gauche à voter Jacques CHIRAC pour barrer la route à Jean-Marie LE PEN.

Fort heureusement, la 2éme circonscription du Gard reste une exception nationale (avec le Vaucluse)

Triste bilan. Chacun sent bien qu’à travers ce résultat, c’est la fin de l’ère MOURRUT sur le Grau du Roi après 30 années de mandat. Etienne MOURRUT a préféré jouer la carte du Front National plutôt que d’accepter l’alternance républicaine. Il vous a trompé. Beaucoup d’entre vous n’auraient pas voté pour lui s’ils avaient su ce résultat calamiteux pour notre circonscription.

Il faudra s’en souvenir dans les futures batailles électorales car Gilbert COLLARD va servir de point d’appui au développement du Front National sur notre commune et le danger sera alors encore plus grand.

Il faudra tout faire pour empêcher un tel scénario qui est rejeté par une majorité de républicains graulens, qu’ils soient de droite ou de gauche.

B.D. Militant socialiste du Grau Du Roi

copyright_montage Sylvain Thomas_AFP

 

 

 

Le nazisme dans la peau

 Lorsque Gilbert Collard se dédouane en disant qu’il n’est pas encarté au FN, c’est surtout pour ne pas avoir à partager l’héritage, lourd en dérapages et autres détails de l’histoire, du papa de Marine. Et de nous repeindre la fifille en bleu avec une touche de blanc (bien blanc, s’il vous plaît, c’est si vite gris), manière d’achever la période de « dédiabolisation » pour entrer enfin dans celle de la respectabilité. La vente de chants nazis, la nostalgie du Troisième Reich, tout ça c’est fini nous jure-t-on par Ste Jeanne d’Arc.

Mais non mais non, maître Gilbert, il reste pas mal de boulot de nettoyage et c’est bien dommage, à l’heure où tous les partis s’occupent du leur, que le FN laisse partir en campagne et en son nom de bien tristes hères.

Par exemple au FN 51, dans la Marne, l’exemple dynastique des Le Pen semble avoir déteint sur la famille Erre qui, contrairement à ce que pourrait laisser entendre son nom, sait très bien où elle veut aller. C’est ainsi qu’aux cantonales de 2004 ils étaient trois membres de la famille à se présenter, puis six à celles de 2008 et encore cinq aux cantonales de 2011. Jusque là, puisque la cinquième république le permet, rien à redire, du moins pour ceux qui ont accepté que le FN soit un parti républicain comme les autres.

Or, la cuvée législatives 2012 de la famille Erre laisse partir au front un de ses rejetons en la personne de Bryan PUIREUX (un prénom très français).

L’affiche électorale (ci-contre) nous semble en raconter beaucoup par elle-même sur la posture identitaire du garçon.

Délit d’intention ou de faciès, direz-vous ? Plus si sûr lorsque le jeune frontiste Bryan se met torse nu pour montrer à ses potes ou sa chérie le magnifique tatouage qui couvre son dos.

Rien n’y manque, les avions Stukas, les fantassins nazis avec le drapeau à la croix gammée, les tanks, et surtout, dans un cadre d’ossements, la devise « Blut und Ehre ! » (Sang et Honneur) qui était celle des Jeunesses hitlériennes et ornait la lame de leurs poignards.

Le FN a changé, monsieur Collard ? On va attendre encore un peu avant de vous croire. Et vous laisser le temps d’expliquer au garçon (vous êtes avocat, non ?) que l’article R645-1 du Code pénal prohibe « le port ou l’exhibition d’uniformes, insignes ou emblèmes rappelant ceux portés ou exhibés par des personnes reconnues coupables de crime contre l’Humanité ». Et, de grâce, ne nous répondez pas que ce candidat fait campagne habillé et non pas torse nu ; votre défense convaincrait peut-être un prétoire acquis à votre cause s’il en existe, mais nous ne la trouverions pas moins des plus creuses.

Et comme votre néo-programme entend porter sur des « valeurs humaines », profitez-en pour parler aussi avec le papa et la maman du brillant Bryan. Il nous semble pour notre part qu’ils portent leur poids de responsabilité. Et sans trop tarder, mestre Gilbert. De préférence avant que le papa, un certain Pascal Erre, Conseiller régional de Champagne-Ardenne et secrétaire départemental de la Marne, ne reprenne la parole sur les ondes, comme samedi dernier en direct sur France 3 Champagne-Ardenne. Là, le Bryantissime papa a d’abord tenté de nier les faits avant de déclarer qu’il s’agit d’une «affaire purement familiale et privée » ou encore que «chacun a droit à disposer librement de son corps ».

Expliquez à ce monsieur Pascal que, peut-être, les limites de la vertu républicaine ne sont pas tout à fait celles du troisième Reich. Allez, beaux joueurs que nous sommes, nous vous donnons des éléments à sa décharge puisqu’il a fini par dire à l’antenne : « si ça s’avère exact, la première chose que je ferai… je vais demander sa suspension, son exécu… son exclusion… c’est inadmissible… ». Expliquez-lui qu’on lui pardonne le lapsus. On sait ce que c’est quand la langue fourche. Exécuter Bryan, tout de même, on ne lui en demande pas tant. Et quant à rencontrer toute la famille, profitez-en pour partager avec le garçon ce rappel fait par Philippe Le Claire dans l’article qu’il leur a consacré via le journal L’Union :

« Pour mémoire, la politique raciale est au cœur de l’idéologie nazie qui visait à régénérer la supposée race aryenne, notamment par la stérilisation puis élimination des handicapés, l’extermination industrielle des juifs, des tziganes, des populations polonaises, slaves, russes. Dans le détail, le bilan humain du IIIe Reich c’est 55 millions de morts, dont 12 millions dans les camps de concentration ; Reinhard Heydrich, adjoint de Himmler avait déclaré : « La solution finale du problème juif en Europe sera appliquée à 11 millions de personnes environ… », ils n’auront le temps d’en exterminer qu’environ six millions. Il faut y ajouter 35 millions de blessés du fait de la guerre, et encore 7 millions de travailleurs forcés ou d’esclaves, sur 20 millions d’étrangers contraints à travailler pour le IIIe Reich…

On ne peut impunément se revendiquer d’une telle idéologie sans insulter tous ceux qui en ont souffert et leurs descendants aussi. À méditer en ces temps de petits jeux électoraux… »

Si, si ! Y a encore du nettoyage à faire, cher monsieur Gilbert. Et vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.

 

Source : http://www.lunion.presse.fr/article/francemonde/tatouage-nazi-une-tache-sur-la-campagne-du-fn

Et : http://www.lunion.presse.fr/article/region/fn-de-la-marne-le-nazisme-dans-la-peau#comments-box

Un Collard de plus_suite 1

Dans le cadre de notre rubrique « Apprenez à connaître ceux qui prétendent vous représenter à l’Assemblée », la suite du Collard Show.

Par ailleurs un ami du coin (Gallician) nous certifie avoir croisé (sur la route qui va du mas Teissier à la Laune) notre Collard en compagnie d’un certain Aussaresse. C’était le surlendemain du jour où le portrait de ce dernier faisait la Une de Libération suite à ses déclarations sur des actes de torture pour lesquels il n’avait aucun regret.

Mise au vert d’un client par son propre avocat ?  Une relation bien confuse entre le privé et le professionnel.

Se faire une autre idée du triste sire, voir quels autres ressorts sous-tendent sa campagne et sa pensée réelle, c’est possible en voyant quel genre de banderoles il déploie dans ses meetings. Sans autre commentaire de notre part, ça parle tout seul.

à suivre ( de près )

Maitre Collard sur FN perché…

Courriel reçu de la part d’Auguste Victoria, candidat aux législatives sur notre 2ème circonscription.

« Bonsoir, quelques nouvelles du monde des législatives:
J’ai depuis près d’une semaine invité personnellement Monsieur Gilbert COLLARD à un débat public médiatisé pour développer et confronter nos programmes respectifs (le mien est celui des verts bien sûr) avec la grille d’analyse si chère à Marine LE PEN, à savoir « les valeurs humaines ».
N’ayant pas de réponse , je me suis permis de l’interpeller lui et sa remplaçante (à qui j’ai
aussi envoyé un courriel) samedi à 19h15 devant la salle Nicolas LASSERRE à AIGUES-MORTES.
Ils m’ont répondu en chœur  » je n’ai pas reçu le « mail », pas au courant !

A noter qu’il y avait 50 spectateurs dans la salle , c’est assez peu non ? à moins que ceux qui votent FN aient toujours peur de se montrer et de le montrer ? ça voudrait dire que le FN n’est pas un parti comme les autres…
Je doute qu’ils m’aient dit la vérité, aussi ai-je demandé à Monsieur COLLARD s’il avait été
comme moi invité à TV SUD pour un débat dans les conditions du direct, diffusé en différé, la semaine prochaine. Il m’a répondu « je ne sais pas, on est en train de voir, de s’organiser… »
J’ai le pressentiment qu’il va esquiver le débat (ça doit être une valeur du FN non ?) on
verra… en attendant la lutte continue !
J’ai été questionné par une journaliste de Mediapart sur EELV, le FN et le programme, puis elle est allée voir Monsieur MOURUT(UMP) qui était arrivé entre temps et qui lui, assistera au débat TV SUD.(on devrait être 6 je crois).

à suivre donc.
en attendant le débat, Auguste Victoria a aussi relayé et développé l’info sur son blog à Mediapart.
http://blogs.mediapart.fr/blog/auguste-victoria/280512/legislatives-2-eme-circonscription-du-gard-maitre-collard-sur-le-f

Et pour maintenir le Collard au chaud vous pouvez aussi vous rendre sur :
http://camargue.europe-ecologie.net/2012/05/25/collard-au-grand-coeur/
en prime vous y trouverez le lien vers une vidéo du maître-Collard-chanteur à l’époque où il se présentait à Vichy et préférait dire sa passion en chanson. Ne vous attendez pas à ce que le tube gagne l’Eurovision mais vous aurez au moins la preuve que le ridicule ne tue pas.