Incivilités et délinquance au Grau du Roi

Sous le titre « Robert CRAUSTE répond à l’appel de ses concitoyens » nous apprenons que : « Informé par les habitants de la survenue d’un incendie, Robert CRAUSTE s’est rendu lundi 2 décembre dans le quartier du Repausset-Levant. Trois colonnes de tri sélectif ont été détruites par les flammes et plusieurs voitures stationnées à proximité ont été endommagées.
Sans que l’on puisse faire de rapport absolu de cause à effet avec cet événement, des agissements viennent, depuis quelques temps, nuire à la tranquillité. Trafics, détérioration des installations électriques plongeant le quartier dans l’obscurité sont autant de motifs d’inquiétude et de colère.
Un sentiment d’abandon est partagé pas les interlocuteurs qui pointent l’insuffisance de présence de la police municipale. »

Lire l’article intégral sur : http://www.hisserhaut.org/robert-crauste-repond-a-lappel-de-ses-concitoyens/

À noter que l’élu d’opposition n’était pas seul à se rendre sur les lieux, puisque les faits sont également retranscrits sur le blog de Bernard Luciani, informé de l’incident au même titre que tous les prétendants à la prochaine mairie, en même temps qu’étaient prévenus les pompiers et bien sûr la gendarmerie. L’occasion d’apprendre « qu’aucun élu de la majorité sortante n’a daigné se rendre sur les lieux », ce qui mérite bien cet autre titre :

Sécurité : la mairie laisse se développer une zone de non-droit sur notre commune

Après avoir neutralisé l’éclairage public, des voyous ont incendié deux bornes de tri sélectif devant les immeubles ; bilan : 2 voitures endommagées et des habitants traumatisés (l’incendie aurait pu se propager aux autres véhicules).

Les pompiers sont intervenus vers 4H00 du matin et le constat des actes de malveillance a été réalisé par la Gendarmerie … à 10H00 ; aucun élu de la majorité sortante n’a daigné se déplacer sur les lieux pour écouter – oui, simplement écouter – la détresse des habitants.

Lire sur : http://www.legrauduroi2014.com/securite-la-mairie-laisse-developper-une-zone-de-non-droit-sur-notre-commun.html

le TER à 1 €, wagon suivant

Information du groupe Cap sur le Changement. 04/08/2012

L’utilisation politique du TER à 1€ par le maire du Grau du Roi est grossière. Elle saute aux yeux de ceux qui veulent bien voir.  Nous pensons que nombreux ne sont pas dupes. Il est temps de prendre de la hauteur et d’être constructif.

Il est vrai que la claque qu’il vient de subir au législatives (27% sur sa propre ville) a dû particulièrement l’affecter. Alors ce train à 1€ instauré par le conseil régional et son représentant local Robert CRAUSTE, ce pourrait être pour lui du pain bénit pour tenter de se refaire une santé politique ! On doit reconnaître que les débordements, les incivilités et les actes de petite délinquance, commis par une minorité de jeunes voyageurs doivent être dénoncés et réprimés ; des solutions doivent êtres apportées (des solutions qui ne sont pas seulement factuelles mais de politique générale de la jeunesse). Sur ce point Robert CRAUSTE n’a cessé d’agir avec responsabilité et en respectant les engagements qu’il a pris devant les commerçants. Le conseil régional a toujours été représenté aux réunions à la Préfecture   par le Directeur de cabinet du Président BOURQUIN et par la direction en charge du TER.

Le premier magistrat et certains de ses proches en font des tonnes ! Cela avait commencé le 02/07/2011 le jour de l’inauguration du TER. Ce jour-là un comité d’accueil hostile attendait le Président du Conseil Régional devant la gare. Cette manifestation a été qualifiée de spontanée par le maire ! Qui peut croire cela quand on a la preuve que des mails ont été adressés aux commerçants de la ville, quand on connaît l’activisme zélé de certains élus de la majorité, en manque de reconnaissance, pour recruter et servir le chef suprême ! Ce n’est pas la bonne méthode pour dialoguer avec les collectivités territoriales. On n’oubliera pas la présence du FN avec ses représentants locaux et régionaux. La politisation était déjà forte.   Les commerçants présents en étaient-ils conscients ?

Et puis sur un fond de réalité, sur l’émotion et les rumeurs, la mise en scène politique a pris de l’ampleur, alimentée par des écrits, des postures et des discours. On arbore l’écharpe tricolore, on rédige une foule de courriers, que l’on s’empresse de diffuser largement, on déclame des tirades mélodramatiques en conseil municipal. Et que lit-on ? Qu’entend-on ? « Vous allez tuer le Grau du Roi », « ce sont des hordes sauvages qui déferlent sur la ville », « le train déverse 800 jeunes sur la ville et une seule famille », « il va y avoir des morts »… Le maire va jusqu’à publier un courrier inquiétant sur le site de la ville. Autant d’éléments contre productifs en termes d’image de la station qui décrédibilisent leurs auteurs.

Cela continue avec un communiqué de presse du maire en réponse à une interview de Robert CRAUSTE dans la presse régionale. La copie de ce communiqué est distribuée illico presto aux commerçants par un Agent de Surveillance de la Voie Publique (ASVP). Il n’est pas dans les missions d’un Agent de Surveillance des Voies Publiques de faire la propagande du Maire, surtout quand il manque cruellement d’effectif pour assurer ses « missions de surveillance de la voie publique ».

Le règlement de comptes politique se poursuit. Premier objectif du maire : Il faut abattre Robert CRAUSTE le seul concurrent crédible pour les municipales de 2014.

Il est pratique de tenter de reprendre la main sur la thématique de l’insécurité (notamment au regard des 41% enregistrés par le FN lors des législatives au Grau du Roi. Mais c’est aussi dangereux car cela peut également alimenter les haines et les amalgames. L’identité qui est une belle chose risque de se transformer en repli pour une ville qui se doit d’être ouverte. Alimenter des rumeurs infondées conduisant à la quasi paranoïa, voilà ce qui est irresponsable !

C’est commode de faire le «buzz» sur le TER et de taper sur l’opposant principal  pour masquer les propres insuffisances de la politique municipale dont il est le responsable : le sous-effectif de la police municipale, une pauvre politique d’animation culturelle, un centre ville dénaturé qui perd son âme de village méditerranéen, la saleté de la ville,  la pollution de l’étang de Salonique,  le surendettement dénoncé par la chambre régionale des comptes, 8 millions d’euros annoncés pour la construction d’un nouvel hôtel de ville prestigieux avec un bureau vue sur mer pour le maire, le salaire de 9 000 € par mois pour le directeur du camping municipal jugé excessif par la Chambre Régionale des Comptes, le cadeau de 458 000 € consenti à la société qui gère l’Hôtel-Résidence de Camargue. Avec tout cet argent public, il serait possible recruter des policiers municipaux et des agents de médiation, il serait possible de mieux communiquer et de mieux dynamiser la vie économique, culturelle et commerciale tout au long de l’année.

Nous espérons bloquer le projet pharaonique de nouvelle mairie et nous préconisons la vente de l’hôtel-résidence de Camargue. Ceci permettrait de désendetter la ville et d’engager des politiques utiles.

Derrière l’écran de fumée, il y a la réalité d’un homme et d’une politique à bout de souffle. Ce n’est pas en brandissant des épouvantails que l’on va vers le progrès. Le maire veut-il faire du TER à 1€ un point d’entrée de sa campagne des municipales pour 2014 ?  Le suspense est total, après trente années de pouvoir va-t-il oser se représenter ? Quoi qu’il en soit, nous, avec Robert CRAUSTE nous relevons le défi pour mettre le cap sur le changement et sur l’avenir afin d’impulser une nouvelle dynamique dont la ville a besoin.

Le groupe d’opposition municipale CAP SUR LE CHANGEMENT

Note de Sémaphores.info : cette information parue également sur le blog de Robert CRAUSTE a généré de nombreux commentaires sur Facebook, dont pas un seul pour rattraper l’autre, réactions primaires voire haineuses qui rendent perplexe sur le fait qu’on appelle ça des « réseaux sociaux« . Nous rappelons que l’incivilité est le problème de toutes et de tous, et que seules les propositions citoyennes et responsables sont les bienvenues.

 

TER_le débat continue

Voici le dernier épisode de notre thriller estival « Touche pas à mon TER ».

Dans son édition du 31 juillet achevé, Midi Libre laissait la parole à Robert CRAUSTE, conseiller municipal d’opposition et conseiller Régional.

 

 

La réponse n’a pas tardé, à en juger par le communiqué de presse suivant adressé à Midi Libre avec prière d’insérer en tant que « droit de réponse » et signé Étienne MOURRUT, maire de Le Grau du Roi et fraîchement plus député. Notons toutefois que, sans attendre la publication de ce droit de réponse dans la presse, elle a été distribuée auprès des commerçants du Grau par une ASVP (auxilliaire de police municipale). Pourquoi seulement les commerçants ? Le reste de la population compterait-il pour du beurre ? Il est vrai que les milliers d’usagers du TER Nîmes/Le Grau du Roi n’ont pas besoin d’être informés personnellement, juste le droit de fermer leur gueule d’otages.