Indigestion de quenelles

Billet de sale humeur, par Mario

Un dernier élément vient nourrir le dossier accablant de l’humoriste qui fait toutes les Unes : il serait suspecté de « blanchiment, organisation d’insolvabilité et fraude fiscale » après avoir envoyé plus de 400 000 euros au Cameroun depuis 2009.

Enfin on aurait trouvé l’argument qui va permettre de clouer définitivement au pilori le chien enragé. Mais il est clair que les médias chiens de garde manquent singulièrement d’informations. Selon nos sources, Dieudonné était impliqué dans les attentats du 11 septembre, il n’était pas innocent lors du tsunami qui a foutu la zone à Fukushima, porte une grande responsabilité dans le réchauffement climatique, et d’après de nouvelles analyses ADN, il serait le corbeau dans l’affaire du petit Grégory, mais ne serait pas le père de l’enfant de Rachida Dati.

Mais trêve de plaisanterie car ce n’en est pas une, et rien ne nous fait plus rire, ni du côté de Dieudonné, ni du côté du sinistre ministre de l’Intérieur.

Que l’humoriste ait gravement franchi la ligne jaune est une évidence et pas même une nouveauté, qu’en soient témoins les alertes et les plaintes qui s’accumulent depuis 2004. Encore faut-il considérer à une juste mesure d’où, quand, comment et pourquoi sont nées certaines de ces plaintes si l’on veut comprendre ce qui a conduit à la dangereuse et inadmissible radicalisation de Dieudonné. Car le désigner à la vindicte comme seul meneur reviendrait à évacuer d’un revers de main la question de savoir pourquoi ses vidéos approchent ou dépassent le million de vues sur Internet, pourquoi les salles où il se produit font le plein quelle qu’en soit la taille (un sondage a estimé qu’il remplirait Bercy si on l’autorisait !).

Se poser la question de savoir qui compose ce public conduit à cette autre évidence que le malaise est plus profond que ne le laissent entendre ceux qui voudraient le limiter aux dérapages d’un artiste. Que croit-on ? Que ce public, pour grande part composé de jeunes qui sont NOS enfants, serait un ramassis de racistes, d’antisémites, de révisionnistes et autres fascistes en devenir ? Si tel n’est pas le cas, que viennent-ils écouter et qu’entendons-nous de leur révolte ?

Qu’il soit déjà dit que Sémaphores n’ouvrira pas un énième « dossier Dieudonné », la presse en abonde et même en nauséabonde. Celui-ci sera le seul et unique dans nos pages. Pour nous, le fait que depuis plusieurs semaines on ne parle que de Dieudonné et de Valls, ça s’appelle LA CENSURE ! Nous allons y revenir. Lire la suite

Laisse aller, ce n’est qu’un Valls

ajout jeudi 5 décembre

Erreur Canal+ : Mélenchon interpelle le CSA

Une « erreur d’indexation des images au service documentation » pour les uns, « un manquement grave à la déontologie » pour les autres. La polémique continue à la suite de la diffusion de fausses images de la manifestation du Front de gauche par Itélé et Canal+. Au Grand journal, ces images avaient été présentées à Jean-Luc Mélenchon comme la preuve que les rangs des manifestants de la manifestation contre les hausses de TVA étaient très clairsemés. Raté : il s’agissait des images de la manifestation de la veille, contre le racisme.

le bidonnage d’Itélé et de Canal+__ ces images ne sont pas celles de la marche du 1er décembre.

mercredi 4 décembre

Qu’une poignée de fachos folkloriques huent le Président de la République dans sa fonction sacrée de devoir de mémoire, et voilà des pages et des reportages pendant des jours. Mais que des dizaines de milliers de citoyens manifestent pour faire entendre leur voix sur une politique fiscale qui soit redistributrice et porteuse de prospérité ailleurs que dans les paradis fiscaux… c’est aussitôt une vaste entreprise de minimisation. Et les médias aux ordres de continuer à voir un extrémiste de droite jusqu’à 8 000 fois plus gros qu’un citoyen de gauche. Bataille de chiffres dont on pourrait se dire qu’elle est habituelle, si ce n’est qu’il ne s’agit plus de stigmatiser quelques milliers de Roms mais des dizaines de milliers de citoyens dont le grand tort serait d’être de gauche sans être solfériniens.

Après avoir annoncé qu’elle ne procèderait plus au comptage des manifestants, la Préfecture a néanmoins dû se fendre d’un chiffre sous l’injonction de Manuel Valls : il n’y avait pas plus de 7 000 personnes à la manif du premier décembre qui regroupait les huit courants du Front de gauche, auxquels s’étaient joints le NPA et Lutte Ouvrière, et plus d’une dizaine de syndicats et associations militantes. Vaine discussion, les photos ci-contre parlent seules et voilà bien ce qui fait peur à l’hidalgo qui nous sert de sinistre de l’Intérieur et ses amis de l’Élysée, de Matignon ou de Bercy. On ne peut pas passer sous silence un regroupement cinq fois plus important que celui de bonnets rouges manipulés par des patrons voyous. Lire la suite