de la situation en Sarkozie profonde

Trois responsables de la campagne présidentielle de 2012 de l’ancien chef de l’État ont été mis en examen, vendredi 3 avril, dans le cadre de l’affaire Bygmalion.

Directeur de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, Guillaume Lambert a été mis en examen pour « usage de faux », « escroquerie », « recel d’abus de confiance » et « complicité de financement illégal de campagne électorale ». Préfet de Lozère depuis juin 2013, il a été démis de ses fonctions par le ministère de l’intérieur sitôt sa mise en examen annoncée.

Le député UMP Philippe Briand (président de l’association de financement) et l’avocat Me Philippe Blanchetier (trésorier de cette structure) ont également été mis en examen pour les mêmes faits. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire, avec interdiction d’entrer en contact.

Outre les trois mises en examen du jour, voici la liste complète :

le député et maire Patrick Balkany, sa femme et adjointe Isabelle Balkany,

l’avocat Me Arnaud Claude (associé de Nicolas Sarkozy),

l’avocat Me Thierry Herzog (avocat personnel de Nicolas Sarkozy),

le magistrat Gilbert Azibert,

l’ancien conseiller ministériel Thierry Gaubert,

l’ancien directeur de cabinet Nicolas Bazire,

l’intermédiaire Ziad Takieddine,

l’ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée François Pérol,

l’ancien chef des services secrets intérieurs Bernard Squarcini (qui a été condamné dans l’affaire des fadettes),

l’ancien n° 2 de la présidence de la République Claude Guéant,

le businessman Bernard Tapie,

l’ancien ministre Éric Woerth,

l’ancienne ministre et actuelle présidente du FMI Christine Lagarde,

le sénateur et industriel Serge Dassault,

l’ancien conseiller élyséen Jean-François Étienne des Rosaies,

l’homme d’affaires Stéphane Courbit,

l’ancien président de l’UMP Jean-François Copé,

l’ancien directeur général du parti Éric Césari,

l’ancienne comptable du parti Fabienne Liadzé,

l’ex-trésorière du parti Catherine Vautrin,

l’ex-directeur de la communication du parti Pierre Chassat

Il faut également ajouter à cette liste les noms du conseiller Patrick Buisson, mis en cause dans l’affaire des sondages de l’Élysée mais pas mis en examen pour le moment, et l’ancien conseiller diplomatique Boris Boillon, qui avait été arrêté avec plus de 350 000 euros en liquide gare du Nord.

Du mal à vous repérer ? Suivez les étoiles noires…

Sémaphores note avec étonnement que le préfet de Lozère qui vient d’être mis à pied n’avait pas la légion d’honneur. Comme dirait Desproges : étonnant, non ?

Chevalier des Palmes Académiques
Chevalier du Mérite agricole
Médaille d’Argent des services Militaires Volontaires
Médaille de la Jeunesse et des Sports

Et comme le disait Cavanna : Quand le singe s’est redressé sur ses pattes arrières, il a bombé le torse et on a pu lui accrocher des médailles, et c’est là que le singe est devenu con, très con…

Mais faut croire que certains singes sont plus malins que d’autres, même s’ils finissent tous, un jour ou l’autre, par tomber de l’arbre…

 

Le retour de l’emprunt russe ?

mise à jour du 24 novembre :

Ce lundi soir dans l’émission Spécial Investigation.

« Violences d’extrême droite : le retour », une enquête de Thierry Vincent, journaliste indépendant et ancien rédacteur en chef adjoint de Spécial Investigation. Diffusion le 24 novembre à 22 h 50 sur Canal Plus, dans Spécial Investigation. Production Antipode, 52 min.


Extrait du documentaire de Canal Plus… par Mediapart

L’emprunt russe de Marine

Pour Marine Le Pen c’était quitte ou roubles. Elle a choisi les seconds. Pas trop le choix, à vrai dire, quand les banques françaises refusent de vous prêter de l’argent. Depuis que Sarko s’est vu refuser le remboursement de ses comptes de campagne, paraît que les banques françaises sont devenues frileuses envers les partis politiques. Mais pas les banques étrangères. Encore qu’il fallait la trouver, cette First Czech Russian Bank (FCRB) toute prête à prêter 9 millions d’euros à un parti politique étranger sans qu’il puisse y avoir la moindre ingérence.

Selon Mediapart, les fonds ont déjà été partiellement débloqués à hauteur de 2 millions d’euros, et c’est le député européen Jean-Luc Schaffhauser, ancien consultant de chez Dassault, qui a servi de « go-between » en Russie pour acter le principe de ce prêt.

« Schaffhauser aurait présenté Marine Le Pen à un puissant député nationaliste, Alexander Mikhailovich Babakov – conseiller du président Poutine en charge de la coopération avec les organisations russes à l’étranger – lors d’un voyage resté confidentiel en Russie, en février. Lors de ce déplacement, la présidente du Front national aurait rencontré Vladimir Poutine, et enclenché la recherche d’un organisme susceptible de faire un prêt au Front national.

Élu à la Douma, Alexander Mikhailovich Babakov, ancien chef du parti nationaliste Rodina, responsable de la commission en charge du développement du complexe militaro-industriel de la Fédération de Russie, a fait son apparition sur la liste des personnes visées par les sanctions de l’Union européenne consécutives à l’intervention russe en Ukraine.

La First Czech Russian Bank (FCRB). © Google Street View

« Légalement, rien n’interdit à un parti politique de contracter un emprunt auprès d’une banque française ou étrangère, à la condition bien sûr que le prêt ne dissimule pas un don de personne morale ou un blanchiment d’argent », remarque Me Jean-Christophe Ménard, avocat spécialisé en droit du financement politique, ancien rapporteur auprès de la commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP). « L’origine des fonds prêtés au parti est évidemment cruciale, poursuit-il. Dans le cas présent, il faudrait s’intéresser aux conditions de l’emprunt ou bien encore à l’éventuelle participation de l’État russe au capital de la banque. »

Meuh non ! Poutine ne va pas aider Marine à virer Hollande juste parce qu’il hésite à livrer de gros bateaux, faut pas paranoïer. Mais on peut quand même se demander pourquoi « le premier parti de France » (dixit le Marine’s club ) doit aller taper chez les voisins. Pas assez de militants et de sympathisants ? Ou bien ont-ils trop d’oursins dans les poches ?  Quand on pense que le Sarkothon a rapporté en un clin d’œil de quoi renflouer l’UMP… Mais il est vrai que tout le monde ne peut pas aller frapper chez mamie Bettencourt, ni emprunter à Kadhafi ou aux gentils Qataris.

Comment ça, il est mort Kadhafi ? Ça alors ! On en apprend tous les jours. Et aujourd’hui, tiens ça tombe bien, les juges d’instruction Renaud Van Ruymbeke et Aude Buresi sont saisis de soupçons d’irrégularités sur les financements du Front national – à travers « Jeanne », le micro-parti de Marine Le Pen. Paraît que l’enquête a été élargie à des faits de « blanchiment en bande organisée » liés aux contrats de prêts accordés à des candidats frontistes. Peut-être que dans la foulée, Aude et Renaud feront aussi péter un œil sur ce financement accordé au FN par la First Czech Russian Bank.

Quoi qu’il en soit n’oublions pas ce vieil adage coluchien : « Quand il pleut des roubles, les pauvres n’ont pas de sac. »

Le grand retour de Nicolas Sarkozy_2ème épisode

L’omerta continue dans les médias aux ordres et sous perfusion, donc nous continuons d’informer ceux qui nous suivent et ne sont toujours pas abonnés à Mediapart. Car c’est une autre bombe lâchée dans le jardin de Sarkozy que ces dernières déclarations, qui ne viennent que confirmer les précédentes accusations de financement illégal de campagne.

À l’origine est un livre paru récemment aux éditions du Cherche-Midi, dont il semblerait que l’éditeur en ait expurgés quelques extraits pour se garantir des foudres sarkoziennes via un procès en diffamation. Ce sont ces extraits caviardés que publie Mediapart, qui s’est procuré la version intégrale en français et en arabe. En arabe car l’auteur n’est rien moins que M. el-Megarief, ex chef d’état de la Libye après la chute de Kadhafi dont il était un opposant (ndlr_ Il a démissionné le 28 mai 2013 en vertu d’une loi sur l’exclusion de la vie politique des personnes ayant occupé des responsabilités sous le régime de Kadhafi).

On vous laisse découvrir.

« Il n’est pas question de blâmer Nicolas Sarkozy, son engagement pour la libération de la Libye a été exemplaire et le peuple libyen lui en est reconnaissant. Mais pourquoi mentir ou nier ? Oui, Kadhafi a financé la campagne électorale de Nicolas Sarkozy et a continué à le financer encore après 2007 », écrit M. el-Megarief dans le manuscrit original du livre.

el-Megarief à l’ONU

L’ancien chef d’État appelle aussi à une restitution des fonds : « J’aimerais enfin que tout ce qui a été pris au peuple libyen soit rendu au peuple libyen, écrit M. el-Megarief, ancien ambassadeur en Inde qui a rejoint l’opposition libyenne en exil dès le début des années 1980. L’argent qui a pu financer les campagnes de dirigeants occidentaux a été volé aux travailleurs libyens, a été dérobé au sous-sol libyen. Ces histoires sont derrière nous (en tous cas en Libye), mais (…) pour repartir sur des bases saines, tout doit être restitué. La presse française fait mine de découvrir les financements libyens. Ils sont réels et n’auront plus jamais lieu. Du moins je l’espère.» Lire la suite

Le fil sémaphorien_février2014_n°2

¤=¤=¤=¤=¤

le dessin du jour. Enfin une médaille pour la France

¤=¤=¤=¤=¤

On a beaucoup aimé

Le 8 février, dans plusieurs villes d’Espagne, des centaines de femmes ont enregistré leur corps au Registre de la Propriété, pour qu’il soit bien clair que leur corps n’est pas la propriété de l’État.

Ici devant le Registre de la Propriété de Bilbao

¤=¤=¤=¤=¤

C’est une info AFP, reprise ce matin par LeMonde.fr et Libé.fr : Jean-François Copé « s’est emporté dimanche soir contre un livre pour enfants qu’il a feuilleté sur le plateau du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. » L’ouvrage en question ? Tous à poil ! de Claire Franek, illustré par Marc Daniau, paru aux Éditions du Rouergue en 2011 :


copé tous à poil

Il se trouve que Copé s’est complètement fourvoyé. Un livre paru en 2011… Dites, monsieur Copé, qui était aux commandes en ce temps-là ? Qui s’occupait du chômage ? Qui devait aller chercher la croissance avec les dents ?

En effet, ainsi que l’ont montré les Décodeurs du Monde (lien en fin d’article), « le livre, qui a remporté des prix, date de 2011. Il figure depuis 2012 sur une bibliographie indicative réalisée par une association ardéchoise, mais n’a jamais été recommandé officiellement par l’éducation nationale. Il ne s’agit donc pas d’un choix « pétri d’idéologie » opéré par le gouvernement. Ce livre n’est pas recommandé, aucun enseignant n’est tenu de s’en servir. »

Tous à poil n’est présent sur aucune liste de livres officiellement proposés aux enseignants et la constitution de la liste est particulièrement singulière puisqu’elle a été réalisée par les parents d’élèves d’une association.

Alors pourquoi M. Copé juge-t-il soudain nécessaire de dénoncer un ouvrage vieux de trois ans et qui n’avait, jusqu’ici, traumatisé personne ? La réponse est sans doute du côté des Zemmour, des Alain Soral et autres fouteurs de merde.

En savoir plus sur le livre en question : http://decodeurs.blog.lemonde.fr/2014/02/10/tous-a-poil-cope-sattaque-a-la-litterature-jeunesse/

¤=¤=¤=¤=¤

le dessin du jour

¤=¤=¤=¤=¤

Irlande : homophobie et droits des homosexuels

Les Irlandais sont appelés à voter par référendum, à la fin du mois, sur le mariage pour tous. S’il est adopté, ce sera toute la Constitution irlandaise qui devra être revue, d’où le référendum. D’où également les affrontements des pour et des contre à coups d’analyses constitutionnelles via articles, interviews et interventions télévisées.

C’est dans ce débat que le comédien-écrivain-drag-queen, Rory O’Neill, alias Panti Bliss, s’est livré à une performance à l’Abbey Theater de Dublin. Une vidéo connaît depuis un véritable succès dans le pays – et même au-delà.

Sous-titre en français disponibles en cliquant sur le bouton « captions », en bas à droite de l’écran.

¤=¤=¤=¤=¤

Serge Dassault_ le suivi

Le sénateur UMP a demandé de son propre chef, lundi 10 février, la levée de son immunité parlementaire, anticipant la décision des membres du bureau du Sénat qui doivent se prononcer mercredi.

Bien joué, Serge ! Quand une situation vous échappe, autant feindre d’en être l’instigateur. Une stratégie du « volontariat » qui, n’en doutons pas, a dû se négocier en coulisse.

Par ailleurs on a appris que c’est Christine LAGARDE qui va accompagner HOLLANDE chez OBAMA…

On comprend mieux pourquoi l’amie de Sarkozy et patronne du FMI n’a pas été mise en examen suite à son audition du 31 janvier 2014 par la Cour de justice de la République. Cela aurait fait mauvais genre à la Maison Blanche. Faut pas être un grand poète pour voir que Hollandie rime avec comédie…

¤=¤=¤=¤=¤

Loi sur la transition énergétique : nouveau retard

Un document de travail devait être présenté par la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) du ministère de l’écologie le 11 février à un groupe de suivi regroupant des représentants de l’État, des collectivités locales, des syndicats, des ONG et des parlementaires. Cette réunion a été reportée au 27 février, soit quinze jours plus tard, « en raison de difficultés d’agenda ».

Officiellement, le projet de loi doit être déposé devant le Conseil économique, social et environnemental le 1er avril. Mais le ministère de Philippe Martin a d’ores et déjà annoncé que le conseil national de la transition écologique (CNTE) ne se réunirait pas en mars, à cause de la campagne municipale.

Après ça on nous dira que les élections municipales ne sont pas des élections nationales… Si n’était le cumul de mandats des uns et des autres, on ne voit pas en quoi des municipales peuvent mettre en suspend le travail des parlementaires et du gouvernement. Suite de l’article après les municipales.

¤=¤=¤=¤=¤

On n’a pas trop aimé…

Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, estime qu’il faut enseigner l’entrepreneuriat dès l’école maternelle.

Euh… finalement, on n’aime pas ça du tout !

¤=¤=¤=¤=¤ Lire la suite