Bravo France 2

C’est le dernier billet de Daniel Schneiderman. De quoi s’inquiéter une fois de plus de l’état d’esprit de certains médias, service public compris.

Tiens, Ulcan, tu ne veux pas faire tomber @rrêt sur images ?

Ce soir, France 2 tourne un petit délinquant. Ce n’est pas la première fois. C’est même un des passages obligés des émissions comme Envoyé Spécial ou Complément d’enquête. Ce soir, c’est Complément d’enquête. Et le délinquant n’est pas n’importe qui : c’est le nommé Grégory Chelli, dit Ulcan, le hackeur ultra-sioniste à l’origine de désopilants canulars, dont l’un a visé le père d’un de nos confrères de Rue89, lequel est depuis plongé dans le coma.

mise à jour Sémaphores du 02 octobre : ce monsieur (et papa de Benoit LeCorre, journaliste à Rue 89) vient de décéder.

Ulcan vit en Israël. Et l’équipe de Nicolas Poincaré est donc allé le filmer à domicile. Mais pour obtenir des images parlantes d’un hackeur, il faut le filmer en train de hacker. En situation, disent les journalistes télé. Là, on a le choix. On peut le filmer se livrant à un désopilant canular. Mais ça pourrait être un peu long. On va donc le filmer en  train de « faire tomber » un site qui ne lui plait pas. Et bim, le site de la Fédération Anarchiste. Et bam…Et là, apparaît à l’écran une page d’accueil que vous connaissez bien : la nôtre. Et bam, Chelli va donc faire tomber le site d’@rrêt sur images. Devant la caméra de France 2. Pour la caméra de France 2. Et vous saurez maintenant, chers @sinautes, pourquoi il vous est parfois impossible de lire nos articles ou de voir nos émissions. Ne vous inquiétez pas : c’est seulement Chelli qui fait une petite démo pour la télé.

Ulcan – Envoyé spécial par asi

Ce n’est pas la première fois que la télé pousse à une mise en scène. C’est classique. Allez les skins, vous nous faites une petite bagarre ? Allez, les néo-nazis, une petite manif bras tendus ? Mieux tendus, les bras, on ne voit pas bien. Allez les jeunes-des-cités, une petite tirade machiste avec plein de verlan dedans ? Allez les gendarmes, une petite traque de pyromanes ou un petit sauvetage en montagne et tiens, tu ne veux pas te cagouler et passer pour un trafiquant d’armes serbe ? La démo de Chelli pour l’émission de Nicolas Poincaré s’inscrit dans cette glorieuse tradition de mise en scène (le reportage commence par de fort belles scènes, parfaitement spontanées, d’entrainement et de patrouilles du Bêtar, la milice de défense pro-israélienne). Bravo France 2, bien bossé. Mieux que la coopération des polices française et israélienne, apparemment moins efficace pour retrouver Chelli, et le mettre hors d’état de nuire. Lesquelles disposent pourtant, depuis hier soir, d’un nouvel indice, que nous mettons gracieusement à leur disposition. Ne nous remerciez pas, c’est un plaisir.

 

David Pajudas et les CDD

En France, 84% des embauches se font en CDD

Ce n’est pas nous qui le disons, c’est ce qu’a annoncé David Pujadas au 20h du 28 août. Sont balèzes, n’est-ce pas, les journaleux de France 2. Ils ont même réussi à rencontrer des salariés inquiets de se retrouver au chômage à l’issue de leur contrat saisonnier. Fallait les trouver, non ? Ce sont des agents de loisirs ou des maîtres nageurs, crapahuteurs dans les arbres ou surveillants de trampoline, bref des saisonniers. Mais curieusement, dans cette recherche de ces oiseaux pas si rares que ça s’ils sont 84 %, ils n’ont pas trouvé un seul journaliste en CDD. À France Télévisions ! On a du zapper un morceau sans faire gaffe…

Lu le 29/08/2014 sous la plume de Sébastien Rochat (Arrêt sur Image) :

Le 20 heures de France 2 s’est donné bien du mal pour trouver des CDD. Pourtant, il n’était pas utile de monter sur un arbre ou d’enfiler un maillot pour trouver des témoins. Il suffisait pour la chaîne d’interroger les propres journalistes de sa rédaction. C’est ce qu’avait fait Télérama en mai 2014, ou plus récemment Le Canard enchaîné, qui a publié cette semaine cinq témoignages pour raconter « la vie quotidienne au paradis des CDD de France Télés ».

France 2 a raconté la galère d’un maître-nageur de 45 ans ?

L’histoire de ce journaliste de France 3, âgé de 44 ans, n’est pas mal non plus : après 12 ans d’ancienneté, il cumule plus de 560 CDD et 40 demandes de titularisation. « Caméra à l’épaule, ce JRI (Journaliste reporter d’images) a couru le tour de France 3 pendant dix ans : une semaine chez lui, à Lille, la suivante à Périgueux, la troisième à Clermont-Ferrand. Le jour, à la rédaction ; le soir, seul à l’hôtel dans un foyer de jeunes travailleurs, faute de moyens ; les week-ends de repos, dans le train« , raconte l’hebdomadaire. En mai 2013, le PDG de France TV, Rémy Pfimlin, croisé à Lille, lui aurait alors assuré qu’il faisait partie « des gens à régulariser vite ». Raté : on vient de lui accorder un nouveau CDD de six mois à Besançon. Il a saisi les Prud’hommes.

Dans le genre galère, le 20 heures de France 2 aurait pu aussi raconter le cas d’Odile, qui cumule les CDD à France 2 et France 3 depuis quatre ans. « Pour la deux, elle assure parfois les permanences 24 heures sur 24. Tarif de la prime de nuit : 24 euros », écrit Le Canard. Et depuis trois mois, son activité s’est considérablement réduite. Et pour cause : cette remplaçante va être remplacée par un autre CDD dont le contrat a été transformé en CDI… à la suite d’un jugement des Prud’hommes.

Le Canard cite d’autres exemples : Christine (qui cumule les CDD depuis quatre ans), Adèle (70 contrats en seulement deux ans) ou encore Djamel, 52 ans, qui réclame un CDI devant les Prud’hommes après avoir accumulé trop de CDD.

Mais le record reste détenu par Funambule, pseudonyme utilisé par une journaliste de France Télévisions ayant écrit une lettre ouverte publiée sur le site de Télérama. En dix ans, elle a accumulé… 400 contrats à durée déterminée. Ça aurait bien mérité quelques secondes dans le sujet du 20 heures de France 2, non ?