Mémoire des camps

Un documentaire d’Hitchcock sur l’holocauste nazi sorti d’un long silence …

53 minutes, parmi lesquelles certaines sont aussi de silence. Un silence glacial. Pour le reste, que ceux qui ne parlent pas l’anglais se rassurent, il est des images qui, de toutes façons, couvrent tous les discours et rendent vains tous les commentaires.

Alfred Hitchcock nous avait habitués aux films dits d’angoisse, mais peu de cinéphiles savaient que la besace du cinéaste contenait aussi quelques bobines d’horreur. D’une horreur qui renvoie chacun de nous à son seuil d’acceptation de l’insupportable. Nombre de ceux qui l’ont déjà vu nous disent déjà « à déconseiller aux âmes sensibles », peut-être avec raison. Mais la vraie raison à trouver réside dans le nombre de ceux qui persisteront encore et encore à fermer les yeux après de pareils témoignages.

En cette période déjà fortement troublée, et particulièrement à l’approche d’élections (nous songeons surtout aux Européennes), une question se posera à toutes celles et ceux qui auront vu ce film, tout autant qu’à celles et ceux qui auront refusé de le voir : « Suis-je en train de voter en toute et pleine conscience ? »

Ce film restauré par le Musée impérial de la guerre de Londres sera présenté en 2015, à l’occasion du 70e anniversaire de la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Notre source et plein de renseignements sont ici : http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/01/11/un-documentaire-dhitchcock-sur-lholocauste-nazi/