Le rapport Obin

Laïcité à l’école : enterrement et résurrection du rapport Obin

On nous cache tout ? En 2004, un rapport d’un inspecteur général de l’Éducation nationale pointait de nombreuses atteintes à la laïcité dans les établissements scolaires. Un rapport explosif occulté par le ministère l’Éducation qui ne l’a mis en ligne sur son site qu’un an après, sans autre communication. Mais cette volonté de mettre le voile sur ce rapport a eu l’effet inverse : depuis 10 ans, le fameux rapport refait surface à intervalles réguliers.

Par Sébastien Rochat le 24/01/2015 avec Adèle Bellot (Arrêt sur Image)

Et soudain, son téléphone s’est mis à sonner tous les jours. Jean-Pierre Obin, inspecteur général honoraire de l’Éducation nationale, enchaîne les interviews depuis les attentats contre Charlie Hebdo et le magasin casher de Vincennes. 20 minutes, L’Express, Le Figaro (entre autres) l’ont appelé pour parler d’un rapport sur la laïcité qui date… de 2004. Pourquoi un tel regain d’intérêt pour un rapport vieux de dix ans ? Parce que Jean-Pierre Obin aurait tout vu avant tout le monde et constaté, dès 2004, de graves atteintes à la laïcité dans les établissements scolaires.


« L’enquête de terrain menée en 2004 par l’Inspection générale de l’Éducation nationale révélait un phénomène inquiétant, explique aujourd’hui Jean-Pierre Obin à L’Express. Dans les écoles mais aussi dans les collèges et les lycées visités, nous avions relevé de nombreuses atteintes aux principes de laïcité. Et la plupart du temps, ces mises en cause provenaient d’enfants d’immigrés d’origine musulmane. (…) Cela prenait plusieurs formes : manifestations vestimentaires (voile ou tenue islamique complète), exigences concernant les repas pris à la cantine, absentéisme massif et de plus en plus long lors des fêtes religieuses. Dans certains cas, des élèves allaient jusqu’à introduire des tapis de prières ou revendiquaient le droit d’installer des lieux de cultes dans les établissements. Les périodes de carême, notamment, étaient l’occasion d’un prosélytisme notable de la part de groupes qui souhaitaient imposer une vision particulièrement radicale de l’Islam. Le refus de la mixité lors de certaines activités sportives avait aussi retenu notre attention ».

« occulté, enterré, étouffé » en 2004 Lire la suite

La Laïcité contre le choc des civilisations

Une conférence de Jean-Luc Mélenchon à Lyon le 20 juin 2008

Ceci est une conférence, pas un meeting. Voici plus de sept ans qu’elle a été donnée, et l’on verra à quel point ce qu’elle précise est plus que jamais d’actualité pour comprendre le défi qui reste à relever en ce qui concerne la laïcité, l’occasion d’apprendre ou réviser son ancrage historique, et dénouer les pièges que nous tendent ceux qui parlent d’une laïcité à plusieurs visages, qui serait une règle de la République pour les uns mais pas pour les autres.

En 2008, le Front de Gauche n’était encore qu’en gestation, Hollande pas encore président, et Nicolas Sarkozy, président de la République, parlait en tant que chanoine de Latran ! Sept ans plus tard où en sommes-nous ? Sans doute guère plus avancés quand on songe que le Pape peut intervenir au Parlement européen sans susciter plus d’indignation que ça, voire quand d’autres nous bassinent encore avec de prétendues « racines chrétiennes de l’Europe » et d’une « France, fille aînée de l’Église » !


Conférence de Jean-Luc Mélenchon sur la laïcité… par lepartidegauche

Les canons de Valls

La visite de Manuel Valls chez le Pape n’est pas sans faire couler d’encre, et à juste titre. Cette rencontre n’est pourtant pas la première pour qui se souvient que déjà le 11 octobre 2012, Jacques Berthieu et Louis Brisson étaient canonisés en présence de Manuel Valls. Sans doute l’hidalgo qui nous sert de Premier ministre n’a-t-il pas lu le fameux Brisson dans le texte. Sur son blog, François Cocq nous rappelle quelques perles édifiantes du canonisé :

 « Au lieu de laisser aux prêtres l’instruction et l’éducation, on établit des gymnases où on enseigne à la jeunesse la littérature, les arts, les coutumes et les religions des peuples étrangers. »

« Le confesseur doit toujours tenir pour la loi et pour l’autorité. Il doit apprendre (…) à la femme à obéir à son mari. Il ne faut jamais que le confesseur donne raison aux enfants contre leurs parents, contre leurs frères ou sœurs plus âgés, à la femme contre son mari. »

« Il faut obéir sans raisonner, ne pas écouter ce nous dit notre jugement propre. »

 « La femme est fourbe naturellement. (…) La femme est menteuse naturellement. (…) La femme est traîtresse. »

« C’étaient les couvents qui conduisaient le monde. Aujourd’hui ce sont les Francs-maçons et les Juifs. Ils sont partout. Tous nos livres d’histoire sont faussés par eux. C’est Satan qui est l’inspirateur de tout cela. » Lire la suite

Charte de la laïcité

A partir d’aujourd’hui (lundi 09 septembre 2013), dans toutes les écoles publiques, sera affichée la charte de la laïcité, voulue par le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon.

Cette charte est composée de 15 articles, destinés aux élèves mais aussi au personnel. Elle précise que la laïcité de l’école «offre aux élèves les conditions pour forger leur personnalité, exercer leur libre arbitre et faire l’apprentissage de la citoyenneté. Elle les protège de tout prosélytisme et de toute pression qui les empêcheraient de faire leurs propres choix». De même, «Aucun élève ne peut invoquer une conviction religieuse ou politique pour contester à un enseignant le droit de traiter une question au programme».

Charte de la laïcité :

1. La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi, sur l’ensemble de son territoire, de tous les citoyens. Elle respecte toutes les croyances

2. La République laïque organise la séparation des religions et de l’État. L’État est neutre à l’égard des convictions religieuses ou spirituelles. Il n’y a pas de religion d’État.

3. La Laïcité garantit la liberté de conscience à tous. Chacun est libre de croire ou de ne pas croire. Elle permet la libre expression de ses convictions dans le respect de celles d’autrui et dans les limites de l’ordre public. Lire la suite

Chrétiens de droite, comment c’est possible ?

Par Mario. Billet d’humeur.

Si j’ai mal parlé, prouve-le ; si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? (Jean 18, 23)

Qu’il soit dit avant toute chose que le titre de ce billet n’est pas une provocation délibérée. C’est une vraie question que je me pose, que j’ai souvent posée, sans jamais recevoir de réponse qui ne m’apparaisse pas comme un faux-fuyant.

On dit qu’il ne faut pas mélanger ce qui ne doit pas l’être, que la politique relèverait de la sphère publique et la religion de la sphère privée. C’est bien ainsi que j’aimerais l’entendre en regard de la loi de 1905 qui sépara l’Église de l’État. Mais dès lors, par cette seule référence à la séparation, je comprends moins que tel ou tel parti politique puisse se définir, par exemple, comme « démocrate-chrétien ». Non pas que les deux mots soient antinomiques, mais on ne saurait mieux amalgamer de manière visible le politique et le religieux. Passons rapidement car là n’est pas l’essentiel de mon propos. Après tout, Pasolini se déclarait un jour marxiste-chrétien, ce que je crois bien évidemment possible et sincère.

Tout de même ! A qui d’autre qu’au Christ se réfèrerait-on lorsqu’on dit se reconnaître des siens ? Ma culture et ma foi seraient-elles parcellaires au point d’ignorer qu’il y aurait plusieurs Christs en circulation ? Comment serait-ce possible ? Quelle étape aurais-je manqué, quelle parole n’aurais-je pas entendue en moi ?

Car s’il ne fut qu’un seul Christ, et si nous partageons les mêmes évangiles, il faut m’expliquer (je sais, je suis candide) pourquoi tant de prétendus chrétiens placent leur foi dans celui qui leur dit « Aimez-vous les uns les autres » puis courent du confessionnal à l’isoloir pour accorder leurs voix à un candidat qui leur dit « Exploitez-vous les uns les autres  car telle est la loi du capital ». Comment ceux-là peuvent-ils entendre l’Agneau de Dieu leur conseiller de favoriser un système dans lequel l’homme est un loup pour l’homme ? Comment peuvent-ils porter dans leur cœur celui qui invite à la communion de tous les hommes lorsque, hors de leurs églises, ils soutiennent autant d’inégalités, d’injustices, lorsqu’ils rejoignent sans trembler le puissant qui écrase le faible ? Quel est ce Christ qui ne les incite qu’au partage des seules prières mais surtout pas à celui des fortunes amassées ? Quel Christ est donc en eux qui me heurte si fort ?

Mais qui sont ces frères et sœurs que j’aimerais croire chrétiens et chrétiennes, que disent-ils, où posent-ils politiquement leurs pieds ?

En septembre dernier (13/09/2011) le journal La Croix nous « informait » que, parmi eux, 29% des catholiques pratiquants se disent proches de la gauche, que 58% se sentent proches de la droite et 9% du Front national.

En bref 70% des chrétiens oublient qu’il est plus facile pour un chameau de passer par le chas d’une aiguille que pour un riche d’entrer au royaume des cieux. (Évangile de Marc, 10,25, Évangile de Matthieu 19,24, Évangile de Luc 18,25).

Ces mêmes oublieux ont toujours des oreilles mais n’entendent pas ce Christ qui leur rappelle que « Les pauvres, vous les aurez toujours avec vous ».  Oui, ces oublieux ont toujours des yeux mais ils préfèrent les fermer plutôt que voir ceux qui n’ont plus que la rue où dormir et les restaurants du cœur où manger ; de même ferment-ils les yeux sur ces voisins et ces étrangers qu’on stigmatise quand on ne les expulse pas par charters. En attendant de revenir aux bons vieux wagons quand le pétrole coûtera trop cher ?

Dans un récent article sur Rue 89, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon et primat des Gaules, rappelle qu’à la différence des idées soutenues actuellement par la droite et l’extrême droite la Bible est inclusive et non pas exclusive : « Dans la Bible, rappelle le cardinal, il y a partout l’étranger. M. Le Pen disait : « Je préfère ma fille à ma nièce, ma nièce à ma cousine, ma cousine à ma voisine », ou quelque chose comme ça. C’est la logique de l’exclusion : éloignez de moi ceux qui m’intéressent moins ou pas du tout ! La Bible, elle, est inclusive. Elle dit toujours : « Quand tu fais ceci ou cela, prends ta femme, tes enfants… et l’étranger qui vit avec toi. » Mais en faisant des discours uniquement idéologiques, on n’est pas un artisan de paix, on augmente la violence. »

Lire l’interview intégrale de l’archevêque de Lyon : http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2011/12/25/mgr-barbarin-le-fn-est-exclusif-la-bible-elle-est-inclusive-227794

Prolonger cet article, comprendre que la loi de 1905 et la laïcité ne portent aucune atteinte aux religions, comprendre le mensonge du Front National et d’une certaine droite (voir la vidéo sur Sarkozy et Benoit XVI), replacer la laïcité à sa juste place, c’est ce que je vous propose ci-après Lire la suite