États d’âmes d’après élections_1

Reçue au courrier sémaphorien, la lettre qui suit reflète les réactions légitimes de certains citoyens après le résultat des législatives dans notre 2eme circonscription. Notre choix d’en faire part va avec notre vœu que ces lignes engagent tout un chacun à une nécessaire réflexion sur l’avenir politique de nos communes de Petite Camargue.

 

LETTRE OUVERTE D’UN MILITANT SOCIALISTE GRAULEN

A SES AMIS RÉPUBLICAINS DE L’AUTRE BORD

 La campagne est maintenant achevée sur un triste constat : Gilbert COLLARD, candidat du Front National, candidat des pires thèses de ce parti (recherche de boucs émissaires à la crise, repli sur soi et sortie de l’Euro, rétablissement de la peine de mort…), candidat médiatique pétri de vulgarité (il veut être dorénavant le « casse-couille de la démocratie »), est maintenant le député de notre circonscription.

Comment en est-on arrivé là ?

Vous avez cru faire un rempart au Front National en votant aux deux tours pour votre candidat, le candidat sortant UMP Etienne MOURRUT.  Votre choix est respectable bien que je ne le partage pas. Notre candidate, Katy GUYOT quant à elle, n’a été battue que de 660 voix. Etienne MOURRUT a, lui, essuyé une sévère défaite.

Son maintien au second tour, malgré son arrivée loin derrière les deux autres candidats, son refus de se désister en faveur du candidat de gauche,  son absence de campagne entre les deux tours après une valse-hésitation, ses attaques ciblées contre la gauche, ont permis ce résultat . Etienne MOURRUT, par son attitude honteuse, par son bilan sur lequel il faudra bien revenir , a permis une fuite de son électorat le plus droitier vers le candidat Front National et une cristallisation de l’électorat républicain de droite sur son nom… Le résultat est là !

Je voudrais revenir avec vous sur un événement qui s’est produit entre les deux tours, dont la presse a peu parlé et qui illustre tristement ce climat de « lepénisation » des esprits. Eline ENRIQUEZ-BOUZANQUET, votre candidate suppléante a été lâchement agressée et tabassée en bas de chez elle entre les deux tours par un individu lui reprochant de « faire le jeu des socialistes et des arabes ». « Des salopards », a dit à fort juste titre votre candidat. Mais des salopards inspirés par qui, par quelle thèses, si ce n’est celles de la haine distillée par le Front National (qui, bien évidemment s’est désolidarisé de cette agression). Ce climat de haine, antirépublicain (que ce soit de droite ou de gauche), anti-immigrés, va-t-on le laisser se développer sur notre territoire, sur notre commune ? Doit-on attendre l’émergence de partis ouvertement nazis comme « Aube Dorée » en Grèce pour réagir ?

Certes, nous n’en sommes pas là et le Front National, Marine LE PEN et Gilbert COLLARD savent se parer d’un vernis présentable pour faire avancer leurs idées nauséabondes. Les Républicains de droite comme de gauche ont toujours, et ce depuis la Résistance et la Libération, su faire barrage ensemble à l’extrême-droite. Rappelez-vous 2002 et l’appel de la gauche à voter Jacques CHIRAC pour barrer la route à Jean-Marie LE PEN.

Fort heureusement, la 2éme circonscription du Gard reste une exception nationale (avec le Vaucluse)

Triste bilan. Chacun sent bien qu’à travers ce résultat, c’est la fin de l’ère MOURRUT sur le Grau du Roi après 30 années de mandat. Etienne MOURRUT a préféré jouer la carte du Front National plutôt que d’accepter l’alternance républicaine. Il vous a trompé. Beaucoup d’entre vous n’auraient pas voté pour lui s’ils avaient su ce résultat calamiteux pour notre circonscription.

Il faudra s’en souvenir dans les futures batailles électorales car Gilbert COLLARD va servir de point d’appui au développement du Front National sur notre commune et le danger sera alors encore plus grand.

Il faudra tout faire pour empêcher un tel scénario qui est rejeté par une majorité de républicains graulens, qu’ils soient de droite ou de gauche.

B.D. Militant socialiste du Grau Du Roi

copyright_montage Sylvain Thomas_AFP

 

 

 

C’est quoi la majorité « nationale » ?

Si ce qu’on veut prendre pour la réalité ne sert qu’à masquer l’illusion que l’on s’en fait, on peut voir les choses comme cela :

Sinon il n’est pas interdit d’aborder le débat autrement, par exemple :

Encore faudrait-il, pour plus de justesse, faire également figurer dans ce tableau le pourcentage des citoyens non-inscrits sur les listes électorales. Nul ne semble à ce jour connaître ce nombre mais il est évalué sur une fourchette de 10 à 15 %.

Reposons-donc notre question :

C’est quoi la majorité « nationale » ?

Réactions d’ici et là face aux législatives

L’article qui suit est la compilation du « fil législatif » que nous avons tenu en page d’accueil du 12 au 17 juin 2012, infos et réactions diverses axées principalement sur notre 2eme circonscription de Petite Camargue.

_=_=_=_=_=_=_=_

=-=-=-=-=-=-=-=-=-


En Grèce et en France : place au peuple par PlaceauPeuple

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Quand on dit que les digues ont sauté…

L’imitateur et humoriste Gérald Dahan, spécialiste des canulars téléphoniques et soutien de François Hollande pendant la campagne présidentielle, a piégé hier Nadine Morano en se faisant passer pour Louis Aliot, n°2 du Front National et compagnon de Marine Le Pen.

Le pitch est simple: Dahan-Aliot appelle Morano sur son portable pour tenter de troquer un retrait de l’UMP Etienne Mourrut dans le Gard contre un soutien du candidat FN dans la circonscription de la proche de Sarkozy où elle est en difficulté. «Monsieur Mourrut s’est maintenu parce que François Fillon lui a demandé de le faire»

écouter l’appel (presque) intégral sur Sud Radio : http://www.sudradio.fr/10/podcasts/

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Jeudi 14 juin

Tout notre soutien à Éline Enriquez-Bouzanquet, suppléante d’Étienne Mourrut, victime hier soir vers 23 heures d’une agression devant son domicile à Saint Dionizy. Le jeune femme a été frappée de deux coups de poing au visage par un homme qui l’attendait.

Selon radio France Bleu Gard Lozère, l’agression aurait été assortie de propos racistes (information non confirmée par la gendarmerie mais néanmoins par le procureur de la République de Nîmes Robert Gelli). Selon LCI, l’agresseur aurait accusé la jeune femme de « faire le jeu des arabes », lui reprochant le maintien au second tour du député sortant UMP qui favoriserait la candidate socialiste et par conséquent l’immigration.

Une enquête est menée par la Brigade de recherches de Vauvert.

La réaction de Katy Guyot

« Je suis scandalisée par cette agression et souhaite à Éline Enriquez-Bouzanquet un bon rétablissement. Le débat démocratique nécessite sérieux et sérénité, il ne saurait sombrer dans la virulence, la violence ou la haine »

La réaction d’Etienne Mourrut

« Ceux qui ont fait ça sont des salopards« . Selon lui, l’agresseur aurait aussi menacé de s’en prendre à lui. Contacté par le préfet, le candidat UMP a refusé de bénéficier d’une protection particulière pour ses derniers jours de campagne.

La réaction de Gilbert Collard

Je condamne sans réserve l’agression dont a été victime la suppléante de M.Mourrut, Éline Enriquez-Bouzanquet. Tout au long de ma campagne, j’ai été suivi par la presse, je n’ai jamais tenu le moindre propos de haine. J’ai demandé à Éline Enriquez-Bouzanquet, si elle accepte, d’aller lui dire tout mon respect et mon soutien. Je suis moi-même l’objet de menaces sérieuses, dans l’ignorance, je ne les attribue à personne. Je souhaite que cette campagne se termine dans le calme et LE RESPECT DE TOUS. Et je me demande à qui profite le crime ? En tout cas, pas à nous !

Hospitalisée, Éline Enriquez-Bouzanquet est sortie après plusieurs examens.

Toujours ce jeudi, en fin d’après-midi, elle confiait à Midi Libre :

« Si je reste choquée psychologiquement et atteinte physiquement par cette agression, j’écarte toute hypothèse selon laquelle nos adversaires politiques sur la circonscription pourraient en être tenus responsables.Je remercie toutes les personnes qui m’ont témoigné leur soutien et leur sympathie suite à l’agression dont j’ai été hier (mercredi) victime. Je reste fidèle à mes idées de droite et déterminée à ce qu’aucun député de gauche ne soit élu »

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Dans tous les cinés de la circo cette semaine :

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

mercredi 13 juin

Sous le titre « Mourrut-FN : un accord seulement différé » une réflexion intéressante de Didier Caire (EELV-Les Verts) :

Par de fortes pressions des instances nationales de l’UMP allant jusqu’à la menace d’exclusion, M. Mourrut, qui souhaitait se retirer au bénéfice de Gilbert Collard, a été contraint de se maintenir au 2d tour. Ce qui de fait augmente les chances d’élection de la candidate socialiste.

On pourrait penser qu’il s’agissait là d’une position personnelle incongrue pour une fin de carrière politique un peu piteuse mais ce n’est pas ça : c’était un choix local collectif de l’entourage du candidat UMP. Adhérents et sympathisants rendent les armes devant l’idéologie frontiste croyant sauver l’essentiel alors qu’ils perdent tout.

Étienne Mourrut pense-t-il sauver sa mairie en s’attirant les bonnes grâces du FN alors qu’il fait acte d’allégeance et aveu de soumission? Curieux calcul perdu d’avance? Peut-être – mais on peut penser qu’en politique expérimenté et roué M. Mourrut ne ferait pas une telle erreur.

Il y a donc une autre hypothèse : lire la suite sur http://camargue.europe-ecologie.net/2012/06/13/mourrut-fn-un-accord-seulement-differe/

-=-=-=-=-=-=-=-=-

Pour Olivier SCHLAMA (Midi Libre 12/06/2012) « Étienne Mourrut, qui espère terminer plusieurs projets, dont une future mairie pharaonique, est au pied du mur. Faire dissidence aura sans doute un prix. Et, en coulisses, il devra faire avec ses meilleurs soutiens locaux, notamment gaullistes, qui grincent à propos de certains pans de sa gestion municipale.
Actuellement, période de fragilité, tout fait critique. Comme l’installation récente d’une barrière interdisant le passage de tout véhicule sur le quai Colbert, les « Champs-Élysées » graulens, qui n’a pas suscité que des applaudissements. Ou le TER à 1 € qui importerait la délinquance des cités de Nîmes. »

« Il n’y a pas assez de CRS ni de policiers municipaux l’été. Une partie des commerçants seront tentés de voter pour le changement« , croit savoir ce patron de bar.

POINTURES : Soutiens au PS

Ce jeudi, Noël Mamère, député-maire de Bègles (EELV) et peut-être le maire de Paris, Bertrand Delanoë, soutiendront à Nîmes les candidats de la majorité présidentielle du Gard.

Vendredi, Manuel Valls, certainement accompagné du président de Région Christian Bourquin, viendra soutenir Katy Guyot. Le nouveau ministre de l’Intérieur était déjà venu sur la 2e circonscription du Gard, à Saint-Gilles, la semaine dernière, pour porter le fer face à Gilbert Collard.

« J’ai une proximité avec Manuel Valls, assure Katy Guyot. Et s’il faut expérimenter en matière de sécurité, c’est bien sur ce territoire qu’il faut le faire. Mon élection pourrait permettre cela… »

-=-=-=-=-=-=-=-=-

15h 20 sur BFM tv info

Gard : le député sortant UMP Étienne Mourrut se maintient au 2ème tour face à Gilbert Collard (FN) et la candidate PS  Katy Guyot

M. Mourrut a déclaré qu’il se maintenait pour le second tour des législatives pour « porter haut et dignement les valeurs de la droite et du centre ».

-=-=-=-=-=-=-=-=-

15 h.     Les digues se fissurent

l’UMP Roland Chassain a annoncé son retrait au profit de la candidate du Front national face au socialiste Michel Vauzelle. l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) parle « d’attentat politique ».

Étienne Mourrut a rappelé qu’il avait jusqu’à 18 heures pour annoncer sa position, qu’elle le sera par communiqué mais aucune interview accordée.

Florian Philippot, le porte-parole du « Rassemblement bleu Marine » a confirmé que Marine Le Pen devrait annoncer ce soir un ou deux désistements, ce qui pourrait signifier une forme de « réciprocité » envers des candidats UMP dans un contexte beaucoup plus favorable pour le FN.

SOS Racisme dénonce trois « candidats de la honte », deux de l’UMP, l’ex-ministre Nadine Morano et Roland Chassain, et une du PS, Catherine Arkilovitch, que l’association accuse de faire le jeu du Front national.

« Cette droite républicaine, qui aujourd’hui n’existe plus, n’a plus de clarté idéologique, n’a plus de principes, n’a plus d’ordre, qui est dans la confusion absolue, et qui est en train de tomber dans le piège que lui tend Marine Le Pen, d’un côté on ne condamne pas le Front national, et de l’autre coté on subit les listes noires« , a dit Pierre Moscovici sur Europe 1.

-=-=-=-=-=-=-=-=-

12/06/2012 | 12:50 info france télévision
Cette triangulaire, si elle est maintenue, dans la 2ème circonscription du Gard conditionnera la situation dans la 3ème.

Gilles Caïtucoli, le candidat FN , qui avait annoncé son retrait dès le lendemain du premier tour, serait contraint de se maintenir si l’UMP Étienne Mourrut repart à la bataille. Un donnant donnant, confirmé entre les lignes par Alain Jamet et démenti formellement par Gilbert Collard que nous avons joint au téléphone.
Deal confirmé à l’AFP

« Je retire ma candidature si M. Mourrut en fait autant. On m’a demandé de le faire », a déclaré M. Caïtucoli, joint au téléphone par l’AFP.

Interrogé dans la matinée, M. Mourrut a confirmé qu’il annoncerait « en début d’après-midi »sa décision de se maintenir ou non dans la triangulaire qui l’oppose au candidat FN Gilbert Collard (34,57%) et à la PS Katy Guyot (32,87%).
« Ma décision est prise mais je dois encore l’annoncer à quelques personnes », a ajouté l’élu UMP.

aller directement à 6’40 » pour la partie concernant la 2eme circonscription

_=_=_=_=_=_=_=_

Déclaration du Front de Gauche_Gard

 

 

_=_=_=_=_=_=_=_=_

Mardi 12_ MESSAGE DE KATY GUYOT

Bonjour à tous,
Avec 32,87% des voix, soit 16948 suffrages, les électeurs m’ont placée en seconde position dimanche 10 juin.
C’est un très beau score, le meilleur score de gauche de tout le département (PS, EELV, MRC, PRG).Ce score je vous le dois ainsi qu’à tous ceux que vous avez convaincus, gagnés à nos idées, à notre combat.

Le FN et son illusioniste sont devant nous. Le menteur de Vichy, l’abuseur des pauvres gens.

Le combat sera rude. A l’heure où je vous écris, je ne sais pas encore quelle sera la décision d’Etienne Mourrut. Je doute qu’il se maintienne. C’est dire si le risque est grand de voir l’avocathodique faire des effets de manche à l’assemblée. JE NE PEUX PAS M’Y RÉSOUDRE. JE NE M’Y RÉSOUDRAI JAMAIS.
Il ne s’agit plus aujourd’hui d’un combat pour des idées mais pour des valeurs, celles de la France née de la Révolution française, qui porte aujourd’hui une image à travers le monde.

Plus que jamais il faut se mobiliser, aller chercher les abstentionnistes, toutes les voix des républicains, convaincre, arracher les votes un après l’autre dans le porte à porte, sur les marchés, au travail, au supermarché, etc.
Lancez des appels via facebook, touchez les jeunes, informez tous vos contacts.
Nous avons besoin de solutions pour l’emploi, pour la sécurité, pour la santé, pour le logement, pour l’environnement, pour nos traditions, pour notre agriculture…
Avec François Hollande, nous avons ces solutions. Manuel Valls sera à nouveau parmi nous jeudi ou vendredi.

Faites le savoir et rappelez que :
jeudi 14 juin aura lieu un grand meeting à Vauvert, à 18H30

Je compte sur vous.
J’ai besoin de vous. Notre territoire a besoin de toutes les forces vives !
Amitiés
Katy

_=_=_=_=_=_=_=_=_

mardi 12_un mot de Danielle FLOUTIER aux militants et à tous les citoyens qui ont défendu le Front de Gauche.

Cher(e)s ami(e),
Je souhaite vous remercier pour tout le travail que nous avons réalisé ensemble pendant près de 10 mois. Même si mes résultats ne sont pas au niveau de nos espérances je veux retenir une chose qui me parait fondamentale : nous avons appris à travailler ensemble, à nous respecter malgré nos différences. Nous avons su créer une dynamique et tisser des liens d’amitié qui, je le souhaite, seront durables. Je pense que beaucoup d’entre nous souhaiteront poursuivre le chemin nouveau que nous avons ouvert pour un monde meilleur. Vous m’avez beaucoup apporté. Je vous remercie.
Affectueusement.
Danielle
_=_=_=_=_=_=_=_=_

L’UMP a opté ce lundi 11 juin pour le ni-ni (ni Front national, ni Front républicain) en vue du second tour des législatives dans les circonscriptions où un candidat de gauche se retrouve seul en lice face à un candidat FN. Une position opposée à celle du PS.
M. Copé a rappelé que l’UMP « demande à l’ensemble de ses candidats »  qualifiés pour le second tour « de se maintenir », selon des participants. « Si  l’un des nôtres se retirait, il serait désapprouvé par notre famille  politique ».
C’est le cas de Roland Chassain, arrivé 3e dans la 16e circonscription des  Bouches-du-Rhône (Les Saintes Maries), qui a annoncé lundi à l’AFP qu’il se retirait pour tenir sa  « position » qui est « tous contre Michel Vauzelle » (PS). Il pourrait être imité  par Étienne Mourrut dans la 2e du Gard.

Jean-François Copé a « condamné » ce retrait, sans toute fois en dire plus.

l’ancien ministre UMP de l’intérieur, Brice Hortefeux, a lui aussi tenté de décourager toute initiative locale

_=_=_=_=_=_=_=_=_

Pour l’élu d’opposition aigues-mortais Didier Caire (EELV-Les Verts), les législatives deviennent « un ennuyeux troisième tour de la présidentielle qui montre l’état de dégradation de l’esprit parlementaire et traduit le caractère outrancièrement présidentialiste du régime, une forme de bonapartisme. »  Après avoir pris note de ce que les résultats décevants se suivent pour Europe Écologie Les Verts, Didier Caire met en avant deux principales raisons : « une stratégie politique hasardeuse et peu lisible d’accord avec le PS et une course peu digne aux postes ministériels, et l’inactualité dans l’opinion des questions écologiques, qui ne laisse pas d’inquiéter quand l’urgence écologique n’a jamais été aussi pressante. »

Par ailleurs, si Gilbert Collard arrive en tête en profitant de l’effet « vu a la télé », il semble clair que la candidate PS, Katy Guyot, a bénéficié du vote utile du fait du soutien d’EELV et de ce que les résultats du Front de Gauche n’aient atteint que la moitié de ce qu’avait réalisé JL Mélenchon lors des présidentielles. A quoi il faut ajouter, pour expliquer « l’effet Collard », la chute libre d’Etienne Mourrut qui perd 24 points par rapport à 2007 et pour lequel « il se pourrait aussi que les errements de gestion locale relevés par les magistrats commencent à peser. » (voir nos articles précédents)

Quoi qu’il en soit, pour l’élu écologiste, « la stratégie d’Etienne Mourrut est emblématique de la porosité nouvelle entre UMP et FN. (…) Cette dérive est alarmante et suicidaire, la sanction le prouve. » Quant à l’alliance avec le Front National, sur laquelle M. Mourrut s’interroge depuis hier soir, Didier Caire y voit, comme bon nombre d’électeurs, une tentative désespérée de « sauver son siège de maire du Grau-du-Roi explicitement menacé par Gilbert Collard » et gage que par cette reculade supplémentaire il signe sa perte définitive.

La dynamique est aujourd’hui clairement du côté de Katy Guyot et de ses alliés qui doivent pouvoir l’emporter lors de ce 2ème tour à haut risque. La mobilisation doit être sans faille. Europe Écologie Les Verts appelle à voter et faire voter pour Katy Guyot dimanche 17 juin.

Lire l’article intégral sur le blog de Didier Caire :  http://camargue.europe-ecologie.net/2012/06/10/legislatives-30-02-mourrut-sanctionne-ps-et-verts-unis-pour-lemporter-dimanche-prochain/

_=_=_=_=_=_=_=_=_

LA QUADRUPLE DEFAITE SELON MEDIAPART (sous la plume de François Bonnet)

La première défaite est celle de la participation
l’abstention n’a cessé de progresser : de 34,3 % en 1988, elle est passée à 35,6 % en 2002, à 39,6 % en 2007 et fait aujourd’hui un bond à environ 42,77 %.

l’argument massue fut assené : voter « en cohérence », donner à François Hollande « les moyens de sa politique ». Cette démarche, portée par le bulldozer institutionnel du scrutin présidentiel, donne une victoire certes nette mais sans enthousiasme ni dynamique.

La deuxième défaite est celle des écologistes Europe Ecologie-Les Verts, menacé dans ce cas de devenir le petit supplément d’âme environnemental du géant socialiste.

La troisième défaite est l’élimination de Jean-Luc Mélenchon
le Front de gauche pourrait même maintenant se fracasser sur la question de la participation au gouvernement : ce sera le débat des jours à venir. Au-delà, c’est toute la stratégie du parti de gauche qui sera sans doute interrogée : comment transformer désormais en dynamique politique durable ce qui a été initié durant la campagne présidentielle ?

La quatrième défaite est celle qui menace sérieusement François Bayrou
Faisant au niveau national 1,76 % des voix, le MoDem qui peut espérer dans la meilleure des configurations obtenir trois députés sort fracassé de ces deux élections présidentielles et législatives.

C’est donc ce paysage d’un centre indépendant inexistant et d’une gauche plurielle malade que le parti socialiste va devoir gérer dans les mois à venir.
Le plus probable est que cette situation hégémonique, comme en 1981 et dans une certaine mesure en 1997, laisse le parti socialiste renouer avec ses vieux démons.

Or face à une UMP qui a échappé à la débâcle et continue de peser lourd avec 34,07 % des voix, face surtout à une extrême droite qui confirme ses scores élevés (13,6 % des voix contre 12 % en 2002 et 4 % en 2007) et renforce son implantation territoriale, le PS va devoir prendre le risque d’affronter seul, sans les relais et les dynamiques qu’auraient pu construire les autres forces de gauche, des adversaires déterminés à provoquer son échec. Ce sont là les vraies fragilités d’une victoire monocolore dont ce dimanche vient de démontrer qu’elle ne parvient pas à enthousiasmer les citoyens.

_=_=_=_=_=_=_=_=_

Sur le blog de Robert Cavaillès, un sentiment largement partagé : Diogène

Après cette seconde pseudo victoire, dans ce flot d’abstention, je me sens un peu comme Diogène une lanterne à la main en plein soleil, il cherchait un homme sur l’agora.

*  moi je ne cherche pas le vainqueur, je le connais, c’est la politique libérale européenne
mandataire du capitalisme libéral financier qui court à son suicide et nous pousse devant lui, ce sont les médias organisatrices du jeu, c’est la monarchie de cette V° République,

* je ne cherche pas le vaincu, je le connais bien que lui-même ne se connaisse pas, c’est le peuple des travailleurs qui continuera de souffrir, c’est la révolution par les urnes qui ne saurait désormais attendre des lendemains plus chantants, c’est l’union de ceux qui voulaient parler VRAI au peuple et porter la cognée sur la racine du mal, ils s’étaient entendus, peu ou prou, ils n’ont pas été entendus, la cognée branle dans le manche, qu’en adviendra-t-il ?

*je ne cherche pas ce qu’il adviendra demain, cohabitation ou non, je sais que très vite sous l’accentuation des pressions du monde beaucoup qui courbaient à peine la tête la relèveront, je sais que dans un tel contexte le fascisme n’est pas loin,

Ce que je cherche avec ma lanterne en plein jour, la gauche, pas celle que l’on étiquette ainsi et qui triomphe, celle qui se bat contre ce qui détruit l’humain, celle qui ne cherche pas à plaire mais qui voudrait entraîner avec elle dans la lutte et la démocratie, non pas celle dont on nous sert à intervalles contre un chèque en blanc mais celle qui veut rendre la souveraineté et donc l’information au peuple, celui qui vote encore et surtout, le plus frappé et le plus découragé, celui qui ne vote plus.

Le changement, c’est au Parlement

Par Mario. Billet d’humeur.

Il s’agit certes d’un parti pris, celui qu’Edwy Plenel publie ce 08 juin 2012, quelques heures avant l’interdiction légale de toute propagande, articles et autres documents qui seraient de nature à influencer le vote de quelque citoyen qui soit. Un parti pris que certains goûteront avec enthousiasme, d’autres peut-être avec plus d’amertume, et pourtant …

Voter est un droit et un devoir, voter aujourd’hui dans ce monde en crise est essentiel, mais voter pour qui, pour quoi, quel programme, quelle démocratie, quelle Europe, quel monde pour demain et qui commencerait dès aujourd’hui ? Chacun répondra à l’aune de ses convictions les plus profondes. C’est néanmoins un appel à la réflexion qu’on peut saisir à travers ce parti pris d’Edwy Plenel. N’étant pas autorisé à en publier l’intégralité, je tenais cependant à partager ces quelques extraits.

« S’il faut une énième preuve des déséquilibres démocratiques du présidentialisme français et des renoncements auxquels ils nous ont habitués, l’actuelle campagne électorale législative nous la fournit. L’enjeu des scrutins des 10 et 17 juin est réduit à la confirmation parlementaire de la victoire du président élu, François Hollande. Or, plutôt qu’une majorité présidentielle dominée par le PS, c’est une majorité du changement, pluraliste et diverse, qui garantira son approfondissement par le rééquilibrage du pouvoir.

(…) Depuis bientôt un demi-siècle – très précisément, le référendum du 28 octobre 1962 instaurant l’élection du président de la République au suffrage universel direct –, nous n’avons cessé de nous habituer à une anormalité croissante : la prépondérance de l’institution présidentielle sur l’institution parlementaire. Pourtant, l’enjeu du changement démocratique qu’ont appelé de leurs vœux une majorité de Français le 6 mai, en mettant fin à l’hyperprésidence sarkozyste pour lui préférer les engagements d’un président « normal », c’est d’inverser ce cours, en rééquilibrant notre démocratie au profit des propositions et des délibérations des assemblées élues, et au détriment de cette dérive qui n’a cessé d’aligner leurs majorités sur la volonté d’un seul, le locataire provisoire de l’Élysée.

(…) C’est donc une démocratie de basse intensité que celle qui dépend des seules limites que se fixent les hommes, au lieu de s’en remettre à des pouvoirs institués qui arrêtent le pouvoir, l’équilibrent ou le contrôlent. Telle est la fragilité foncière du défi politique que s’est lancé le pays en élisant un président qui revendique sa normalité comme ligne de conduite, promesse d’un retour sur la terre ferme d’une démocratie rendue à tout un peuple après l’hystérie de sa confiscation au profit d’un seul et du clan oligarchique dont il défendait les intérêts. Si les premiers pas du nouveau pouvoir attestent plutôt de la sincérité de cet engagement, nous ne saurions, collectivement, nous satisfaire de ces signaux de bon augure. Le changement ne se réduit pas à une délégation de pouvoir à d’autres, mais suppose, pour réussir, une volonté partagée, par tous.

(…) Le garantir et l’approfondir passe par l’élection à l’Assemblée nationale dominée d’une majorité du changement, pluraliste et diverse, plutôt que d’une majorité présidentielle dominée par le seul Parti socialiste. Le paradoxe n’est qu’apparent, mais c’est, sans doute, le meilleur service à rendre à François Hollande pour qu’il soit au rendez-vous non seulement de ses propres engagements de campagne mais des défis immenses qui l’attendent. Une majorité absolue du PS, c’est le risque de ces majorités automatiques, sans délibération véritable ni invention originale, qui n’obligent plus le pouvoir à convaincre, à rassembler, à mobiliser.

(…) L’ensemble des forces politiques qui, peu ou prou, ont apporté leur contribution à la victoire de François Hollande doivent pouvoir peser sur le changement, y apporter leurs contributions, leurs nuances ou leurs exigences.

Aux députés socialistes, inévitablement les plus nombreux à gauche, il nous faut ajouter des députés écologistes d’EELV, mais sans pour autant laisser le PS dans cette union solitaire. Et donc aussi des députés du Front de gauche, dans la diversité de ses composantes. »

J’ajouterai pour ma part, en regard de cette diversité, qu’il ne peut être qu’un seul vote utile, c’est celui des convictions. Celui qui oublie les siennes en entrant dans l’isoloir ne doit pas s’étonner de ne pas les retrouver en sortant.

Et comme c’est le weekend, je me permets de vous emmener au cinéma pour 11 minutes d’un film qu’on peut voir ou revoir, qui parle d’un type de gouvernement qu’on aimerait bien ne plus voir. Il s’agit de l’interprétation du « Président » par Jean Gabin, un film tourné en 1960 par Henri Verneuil. Plus de 50 ans nous séparent de cette vision de l’Assemblée et de l’Europe… autant dire que l’actualité a la peau dure, même si on peut se dire que, là au moins, c’est du cinéma.

2ème circo du Gard, le débat sur TV Sud

Ce débat a eu lieu sur TV Sud mardi 5 juin a 11 heures, retransmis le soir même à 18 heures et le lendemain mercredi 6 juin à 11 heures.
Il réunissait Katy Guyot, Danielle Floutier, Evelyne Ruty, Auguste Victoria, Etienne Mourrut et Georges Pigeonneau, tous candidats aux élections législatives sur la 2ème circonscription du Gard.
Mme Ruty remplaçait le candidat Gilbert Collard qui n’a pas pu ou pas souhaité se déplacer.

note : la vidéo est dans un format quelque peu déformant. Nous ne pouvons que la proposer telle que mise en ligne sur Daylimotion. Le débat entier dure 1h 35.


Legislatives 2012 Nîmes 2e circonscription par TVSud

Gestion Mourrut_épisode n°4_Résidence de Camargue

On pouvait apprendre par le Midi Libre du 05 juin 2012 qu’une question vedette à l’ordre du jour du dernier Conseil municipal du Grau du Roi avait été retirée avant séance, suite à « des éléments connus dans les dernières heures précédant le conseil. »

Si nous ignorons la teneur exacte de ces derniers éléments (mais nous en avons une idée), nous savons néanmoins que la question « vedette » concernait la « mise en sauvegarde de la société RESITEL, gérante de l’hôtel Résidence de Camargue », société aussi peu pressée que l’équipe Mourrut de communiquer sur un naufrage annoncé et une gestion calamiteuse. En attente du miracle qui assainirait la situation, faisons le point sur les éléments connus et reprenons les constatations faites par la Chambre Régionale des Comptes de Languedoc-Roussillon dans son rapport 2012.

A savoir : L’hôtel Résidence de Camargue appartient à la commune du Grau du Roi depuis 2004, qui en a confié la location-gérance à la société «Lagrange-RESITEL ».

Un premier constat sur les recettes qui auraient dû découler de cette location tient à leur stagnation sur la période 2004-2009 (progression de seulement 1,1 % en moyenne par an).Par contre, les charges sont en progression de 18 % par an en moyenne depuis 2004. Ainsi, sur cette même période certaines charges d’exploitation ont progressé de 903 K€ à 2 114 K€ en cinq ans. La chambre souligne l’importance de la dotation 2009 aux amortissements : 1 610 110 € (dont 729 047 € sont relatifs au seul hôtel Résidence de Camargue) pratiquement multipliée par 9 par rapport à l’année 2004. De même, la chambre constate que certaines charges sont supportées par le budget principal alors même qu’elles relevaient du budget annexe, participant ainsi à un équilibre artificiel du budget annexe. Ceci noté, revenons un peu en arrière.

Les conditions d’acquisition par la commune

Ce complexe touristique important (402 appartements, 3 piscines, un restaurant et une superette à l’origine) a été créé en 1981 par la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Nîmes en vue de répondre à une demande d’hébergements touristiques que le secteur privé n’arrivait pas, à l’époque et selon les protagonistes, à satisfaire. L’ensemble appartenait à la « SCI CAMARGUE », l’exploitation était assurée par la « SA GEXTOUR » (actuellement en liquidation), deux filiales de la CCI.

En 2003, la CCI signifie son intention de se séparer du complexe pour lequel elle a un acheteur, mais la commune du Grau-du-Roi fait valoir son droit de préemption et se porte acquéreur par un acte de vente en date du 30 décembre 2003. Via le conseil municipal du 14 janvier 2004, Etienne Mourrut annonce que l’objet de cette opération immobilière est de « préserver un outil économique (…) qui favorise le développement des loisirs et du tourisme sur la ville », et à fin que la commune « … puisse avoir un revenu patrimonial important, ce qui sera le cas dans une quinzaine d’années », dixit.

On applaudirait presque ce regard tourné vers l’avenir si cette opération ne révélait des conditions d’acquisition particulières, et c’est toujours la Chambre des Comptes qui souligne, pas la rédaction de Sémaphores.

En effet, le fonds de commerce a été cédé par la société GEXTOUR pour une valeur de 650 000 € alors que le service du Domaine avait estimé la valeur vénale à 2 500 000 €,

Cependant, l’ensemble immobilier a été cédé par la « SCI DE CAMARGUE » au prix de 14 100 000 alors que la valeur vénale du bien était estimée à 12 050 000 par le même service du Domaine (cf compte rendu du même conseil municipal du 14 janvier 2004). Le complexe touristique, ensemble murs et fonds de commerce (y compris la licence IV), a donc été acheté pour une valeur totale de 14 750 000 €, c’est-à-dire supérieure de 200 000 à l’estimation haute, voire supérieure de 1 380 000 € à l’estimation basse des Domaines.

Par ailleurs, l’acquisition du fonds de commerce était financée par un contrat de prêt auprès de la Caisse Régionale du Crédit Agricole du Gard, pour un remboursement de 660 000 € s’effectuant sur 5 ans. Quant au financement de l’ensemble immobilier, il est assuré par un emprunt de 14,2 millions d’euros, toujours auprès du Crédit Agricole mutuel du Gard, à taux fixe de 4,65 % par an, remboursable trimestriellement sur une période de 25 ans.

Au titre de cet emprunt, la commune a payé, par exemple en 2009, une annuité de 967 402 € dont 581 401,28 d’intérêts.

Mais il n’y a pas que les intérêts qui soient « chers ». Il arrive que les « intéressés » le soient aussi. Et qu’on flirte donc d’assez près avec les conflits d’intérêt. C’est ainsi que, par delà ces opérations d’emprunt, la chambre souligne le risque juridique constitué par la présence d’un conseiller municipal, alors employé du Crédit Agricole, lors des délibérations. (…) La prudence aurait dû conduire ce conseiller à se retirer du vote, ce que n’atteste pas le registre des délibérations du 3 novembre 2003 qui, au contraire, montre que ledit conseiller a bien participé au vote.

Enfin, le 27 juillet 2005, la commune emprunte aussi auprès de la Société Générale la somme de 400 000 € afin de financer des travaux de réhabilitation de l’hôtel « Résidence de Camargue ».

Mais qui gère vraiment l’hôtel « Résidence de Camargue» et comment ?

Tout d’abord la gestion du complexe a été confiée, par un contrat de location gérance en date du 22 janvier 2004, à la société anonyme « RESITEL-Groupe Lagrange» moyennant le paiement d’un loyer annuel hors taxe de 1 450 000 € qui devait être révisé annuellement pour une période de 8 ans à compter du 1er janvier 2004.

Ce contrat a fait l’objet successivement de 2 avenants.

Si le premier avenant ne suscite pas d’observations particulières, le second, en date du 9 février 2009, prolonge de huit ans à compter du 1er janvier 2012 la location et fixe le loyer annuel à 1 637 551,34 €, maintenu sur 2008 et 2009 sans que les indices de révision initialement prévus ne s’appliquent.

L’équipe Mourrut justifie cette faveur en regard de la prise en charge par le locataire-gérant des travaux de rénovation de 107 appartements pour un coût alors estimé à 800 000 € HT.

Rénovez, rénovez, il en restera toujours quelque chose ! Mais est-ce bien sûr ? Voici, par exemple, quelques témoignages qu’on peut trouver aujourd’hui sur le Net en provenance de vacanciers qui avaient cru bon faire confiance à la société Lagrange-RESITEL.

Avis postés sur les forums

« Logement vieux, sale et vétuste. Pas de micro onde alors que c’est stipulé dans le descriptif. Il faut être contorsionniste pour faire la vaisselle tellement la cuisine est mal agencée. Literie d’un autre âge. Nous avons dû faire le ménage en arrivant. Cuisinière rouillée… Bref du coup, pour nos premières vacances depuis 3 ans, nous avons écourté notre séjour. »

« Le logement est quand même à rénover de À à Z, literie moyenne (matelas sales, pas d’alèse), pas de micro ondes, peu de rangement… »

« Le logement est étroit, avec 2 placards de rangement pour 6 personnes et d’une chaleur épouvantable ! La nourriture laisse à désirer. Elle est très peu variée et pas bonne. Pour le prix qu’on a payé, c’est très décevant ! Changez vraiment de destination. Une famille. »

« La rénovation, je ne l’ai pas vue. Formule en pension complète : Bien mais trop de frites et de nuggets pour les enfants, manque de variété. Le vin compris est horrible ! »

« Je ne suis pas près d’y retourner ! »

« Nous avions réservé 4 nuits pour passer un séjour agréable avec nos deux enfants, dans de bonnes conditions, mais cela a été plutôt galère. Pour commencer, décharger les bagages loin de l’appartement, le parking payant, ensuite l’état de l’appartement. Un lit de 140×190 au milieu du salon, aucun espace pour bouger, mobilier d’intérieur dépassé, les toiles d’araignées dans les sanitaires, la lunette des toilettes cassée, manque des ustensiles de cuisine, pas de chaises de jardin… Et pour finir aucune intimité, les voisins installés à deux mètres de votre terrasse en train de boire de la bière et autre alcool devant les enfants, jouer aux raquettes pratiquement sur notre emplacement .De plus si vous voulez des pains aux chocolats cru ils ont les meilleurs. Le coté positif c’est d’être à coté de la plage. »

Voilà pour n’en citer que quelques-uns. Comme tourisme de qualité impliquant directement la commune on devrait pouvoir faire mieux.

En fait, l’exploitation du complexe touristique « Résidence de Camargue» a présenté quelques difficultés dès l’origine. Exploitation commerciale assurée par la « SA GEXTOUR » avec pour proprio la « SCI CAMARGUE», la situation comptable et financière de ces sociétés s’est révélée médiocre « avec un résultat et une CAF constamment négatifs jusqu’en 1998, ceci étant dû essentiellement aux charges financières ».

Ces points avaient fait l’objet d’un relevé de constatations provisoires (en date du 12 janvier 2001) par la Cour des comptes qui examinait les exercices 1992 à 1999. Ainsi la cour recommandait « un désengagement d’une activité qui n’est pas dans le cœur des missions d’une CCI… ». C’est ce même constat et ce même conseil qui sont prodigués en 2012 à l’équipe Mourrut : il n’est pas dans le cœur de mission d’une commune de gérer ce type de complexe touristique, ce qu’avait très bien compris le groupe municipal d’opposition en votant contre cette acquisition dès le début.

Le résultat, on le voit aujourd’hui, est un fiasco de gestionnaires, bien loin de la promesse ou la croyance de M. Mourrut qui prétendait en « confier la gestion à un professionnel du tourisme » ! Bonjour et merci les pros !

Dans un prochain article nous aborderons le montage financier qui a conduit à la catastrophe via un système de prêts spéculatifs et d’opérations bancaires dites de « SWAP » conclues avec la banque CALYON. Transparence, avez-vous dit ? Nous verrons qu’il s’agit plutôt d’occultisme pour les uns et, dans le meilleur des cas, d’aveuglement pour les autres.

Rappel des épinglages précédents :

1)     La cour des comptes et les comptes un peu courts d’Etienne Mourrut.

2)     Et les Shadocks pompaient…

3)     http://semaphores.info/2012/05/sans-concession-pour-les-plages-gestion-mourrut_episode-3/

Ça l’affiche toujours mal au Grau du Roi

Les détournements d’affiches électorales sont très en vogue en ce moment, et nous ne pouvions passer sous silence ce dernier trait d’humour qui a fleurit ces jours-ci au Grau du Roi et ses environs, même si nous comprenons qu’il n’est pas destiné à faire rire tout le monde. Mais un détournement d’affiche qui rappelle un détournement d’argent… c’est tout l’art de l’auto-référence. Salut les militants !

Pour ceux qui auraient manqué le début de cette abracadabrantesque histoire des 25 000 €uros, nous rappelons nos liens suivants :

http://semaphores.info/2012/02/mourrut-accuse-les-morts-deja-quil-les-faisait-voter/

http://semaphores.info/2012/03/lenveloppe-aux-25-000-euros_suite-n3/

 

Le nazisme dans la peau

 Lorsque Gilbert Collard se dédouane en disant qu’il n’est pas encarté au FN, c’est surtout pour ne pas avoir à partager l’héritage, lourd en dérapages et autres détails de l’histoire, du papa de Marine. Et de nous repeindre la fifille en bleu avec une touche de blanc (bien blanc, s’il vous plaît, c’est si vite gris), manière d’achever la période de « dédiabolisation » pour entrer enfin dans celle de la respectabilité. La vente de chants nazis, la nostalgie du Troisième Reich, tout ça c’est fini nous jure-t-on par Ste Jeanne d’Arc.

Mais non mais non, maître Gilbert, il reste pas mal de boulot de nettoyage et c’est bien dommage, à l’heure où tous les partis s’occupent du leur, que le FN laisse partir en campagne et en son nom de bien tristes hères.

Par exemple au FN 51, dans la Marne, l’exemple dynastique des Le Pen semble avoir déteint sur la famille Erre qui, contrairement à ce que pourrait laisser entendre son nom, sait très bien où elle veut aller. C’est ainsi qu’aux cantonales de 2004 ils étaient trois membres de la famille à se présenter, puis six à celles de 2008 et encore cinq aux cantonales de 2011. Jusque là, puisque la cinquième république le permet, rien à redire, du moins pour ceux qui ont accepté que le FN soit un parti républicain comme les autres.

Or, la cuvée législatives 2012 de la famille Erre laisse partir au front un de ses rejetons en la personne de Bryan PUIREUX (un prénom très français).

L’affiche électorale (ci-contre) nous semble en raconter beaucoup par elle-même sur la posture identitaire du garçon.

Délit d’intention ou de faciès, direz-vous ? Plus si sûr lorsque le jeune frontiste Bryan se met torse nu pour montrer à ses potes ou sa chérie le magnifique tatouage qui couvre son dos.

Rien n’y manque, les avions Stukas, les fantassins nazis avec le drapeau à la croix gammée, les tanks, et surtout, dans un cadre d’ossements, la devise « Blut und Ehre ! » (Sang et Honneur) qui était celle des Jeunesses hitlériennes et ornait la lame de leurs poignards.

Le FN a changé, monsieur Collard ? On va attendre encore un peu avant de vous croire. Et vous laisser le temps d’expliquer au garçon (vous êtes avocat, non ?) que l’article R645-1 du Code pénal prohibe « le port ou l’exhibition d’uniformes, insignes ou emblèmes rappelant ceux portés ou exhibés par des personnes reconnues coupables de crime contre l’Humanité ». Et, de grâce, ne nous répondez pas que ce candidat fait campagne habillé et non pas torse nu ; votre défense convaincrait peut-être un prétoire acquis à votre cause s’il en existe, mais nous ne la trouverions pas moins des plus creuses.

Et comme votre néo-programme entend porter sur des « valeurs humaines », profitez-en pour parler aussi avec le papa et la maman du brillant Bryan. Il nous semble pour notre part qu’ils portent leur poids de responsabilité. Et sans trop tarder, mestre Gilbert. De préférence avant que le papa, un certain Pascal Erre, Conseiller régional de Champagne-Ardenne et secrétaire départemental de la Marne, ne reprenne la parole sur les ondes, comme samedi dernier en direct sur France 3 Champagne-Ardenne. Là, le Bryantissime papa a d’abord tenté de nier les faits avant de déclarer qu’il s’agit d’une «affaire purement familiale et privée » ou encore que «chacun a droit à disposer librement de son corps ».

Expliquez à ce monsieur Pascal que, peut-être, les limites de la vertu républicaine ne sont pas tout à fait celles du troisième Reich. Allez, beaux joueurs que nous sommes, nous vous donnons des éléments à sa décharge puisqu’il a fini par dire à l’antenne : « si ça s’avère exact, la première chose que je ferai… je vais demander sa suspension, son exécu… son exclusion… c’est inadmissible… ». Expliquez-lui qu’on lui pardonne le lapsus. On sait ce que c’est quand la langue fourche. Exécuter Bryan, tout de même, on ne lui en demande pas tant. Et quant à rencontrer toute la famille, profitez-en pour partager avec le garçon ce rappel fait par Philippe Le Claire dans l’article qu’il leur a consacré via le journal L’Union :

« Pour mémoire, la politique raciale est au cœur de l’idéologie nazie qui visait à régénérer la supposée race aryenne, notamment par la stérilisation puis élimination des handicapés, l’extermination industrielle des juifs, des tziganes, des populations polonaises, slaves, russes. Dans le détail, le bilan humain du IIIe Reich c’est 55 millions de morts, dont 12 millions dans les camps de concentration ; Reinhard Heydrich, adjoint de Himmler avait déclaré : « La solution finale du problème juif en Europe sera appliquée à 11 millions de personnes environ… », ils n’auront le temps d’en exterminer qu’environ six millions. Il faut y ajouter 35 millions de blessés du fait de la guerre, et encore 7 millions de travailleurs forcés ou d’esclaves, sur 20 millions d’étrangers contraints à travailler pour le IIIe Reich…

On ne peut impunément se revendiquer d’une telle idéologie sans insulter tous ceux qui en ont souffert et leurs descendants aussi. À méditer en ces temps de petits jeux électoraux… »

Si, si ! Y a encore du nettoyage à faire, cher monsieur Gilbert. Et vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.

 

Source : http://www.lunion.presse.fr/article/francemonde/tatouage-nazi-une-tache-sur-la-campagne-du-fn

Et : http://www.lunion.presse.fr/article/region/fn-de-la-marne-le-nazisme-dans-la-peau#comments-box

Un Collard de plus_suite 1

Dans le cadre de notre rubrique « Apprenez à connaître ceux qui prétendent vous représenter à l’Assemblée », la suite du Collard Show.

Par ailleurs un ami du coin (Gallician) nous certifie avoir croisé (sur la route qui va du mas Teissier à la Laune) notre Collard en compagnie d’un certain Aussaresse. C’était le surlendemain du jour où le portrait de ce dernier faisait la Une de Libération suite à ses déclarations sur des actes de torture pour lesquels il n’avait aucun regret.

Mise au vert d’un client par son propre avocat ?  Une relation bien confuse entre le privé et le professionnel.

Se faire une autre idée du triste sire, voir quels autres ressorts sous-tendent sa campagne et sa pensée réelle, c’est possible en voyant quel genre de banderoles il déploie dans ses meetings. Sans autre commentaire de notre part, ça parle tout seul.

à suivre ( de près )

Ça l’affiche mal au Grau du Roi

Que notre député sortant au Grau du Roi ne fasse pas l’unanimité, on s’en serait douté. Mais que fleurissent des affiches électorales « pirates » c’est plutôt nouveau. Celle-ci est restée quelques jours à l’entrée d’un établissement dont nous tairons le nom pour ne pas faire de pub à une certaine candidate aux présidentielles… Ne suivez-pas notre regard. N’empêche que, comme on dit, y en a qui en ont ! Et qui l’affichent ! Malgré tout ça fait plaisir.

 

Maitre Collard sur FN perché…

Courriel reçu de la part d’Auguste Victoria, candidat aux législatives sur notre 2ème circonscription.

« Bonsoir, quelques nouvelles du monde des législatives:
J’ai depuis près d’une semaine invité personnellement Monsieur Gilbert COLLARD à un débat public médiatisé pour développer et confronter nos programmes respectifs (le mien est celui des verts bien sûr) avec la grille d’analyse si chère à Marine LE PEN, à savoir « les valeurs humaines ».
N’ayant pas de réponse , je me suis permis de l’interpeller lui et sa remplaçante (à qui j’ai
aussi envoyé un courriel) samedi à 19h15 devant la salle Nicolas LASSERRE à AIGUES-MORTES.
Ils m’ont répondu en chœur  » je n’ai pas reçu le « mail », pas au courant !

A noter qu’il y avait 50 spectateurs dans la salle , c’est assez peu non ? à moins que ceux qui votent FN aient toujours peur de se montrer et de le montrer ? ça voudrait dire que le FN n’est pas un parti comme les autres…
Je doute qu’ils m’aient dit la vérité, aussi ai-je demandé à Monsieur COLLARD s’il avait été
comme moi invité à TV SUD pour un débat dans les conditions du direct, diffusé en différé, la semaine prochaine. Il m’a répondu « je ne sais pas, on est en train de voir, de s’organiser… »
J’ai le pressentiment qu’il va esquiver le débat (ça doit être une valeur du FN non ?) on
verra… en attendant la lutte continue !
J’ai été questionné par une journaliste de Mediapart sur EELV, le FN et le programme, puis elle est allée voir Monsieur MOURUT(UMP) qui était arrivé entre temps et qui lui, assistera au débat TV SUD.(on devrait être 6 je crois).

à suivre donc.
en attendant le débat, Auguste Victoria a aussi relayé et développé l’info sur son blog à Mediapart.
http://blogs.mediapart.fr/blog/auguste-victoria/280512/legislatives-2-eme-circonscription-du-gard-maitre-collard-sur-le-f

Et pour maintenir le Collard au chaud vous pouvez aussi vous rendre sur :
http://camargue.europe-ecologie.net/2012/05/25/collard-au-grand-coeur/
en prime vous y trouverez le lien vers une vidéo du maître-Collard-chanteur à l’époque où il se présentait à Vichy et préférait dire sa passion en chanson. Ne vous attendez pas à ce que le tube gagne l’Eurovision mais vous aurez au moins la preuve que le ridicule ne tue pas.

Le changement c’est pour plus tard

« Personne n’est une île, entière en elle-même ; tout homme est un morceau de continent, une partie du tout. Si une motte de terre est emportée par la mer, l’Europe en est amoindrie, tout autant que s’il s’agissait d’un promontoire, ou que s’il s’agissait du manoir d’un de tes amis ou le tien propre : la mort de chaque être humain me diminue, parce que je fais partie de l’humanité, et donc, n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas ; il sonne pour toi. »

 Ces lignes rappelées par Edwy Plenel dans son édito « Nous sommes tous grecs » sont extraites du roman d’Ernest Hemingway « Pour qui sonne le glas ». Nous les reprenons à l’attention de ceux qui n’auraient pas compris qu’en Europe, le glas ne sonne pas pour les Grecs mais pour nous tous.

Le président Hollande n’a pas daigné recevoir Alexis Tsipras.

Qui est Tsipras ? Pour résumer, il est le représentant du parti grec SYRIZA qu’on peut comparer au Front de Gauche français, à la différence qu’il y a en Grèce deux formations communistes et qu’une seule des deux a pour l’instant rejoint la coalition SYRIZA. Pour en savoir plus sur Tsipras, voir en fin d’article en cliquant sur « lire plus ». Vous aurez des extraits de sa conférence de presse aux côtés de Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent, une interview par Arlette Chabot sur Europe 1, et même  le programme de Syriza dans ses grandes lignes (traduit en français).

Pour revenir à cette fin de non-recevoir par le gouvernement actuel, on a tout lu dans la presse. Il s’agirait d’agenda présidentiel, voire de protocole. On reçoit des ministres ou des chefs d’états, pas de simples chefs de partis. Admettons !

Mais alors ? Qui est ce M. Venizelos reçu à l’Élysée au lendemain du jour où on ne peut recevoir Alexis Tsipras ? Rien moins que le président du Pasok, qui n’est autre que le PS grec, qui n’est autre qu’un parti. Et ce monsieur accueilli par François Hollande aura bien du mal à nous faire admettre qu’il n’est pour rien dans la crise grecque, tant il a exercé de responsabilités diverses depuis 20 ans. Son CV parle pour lui :

  • Ministre adjoint à la Présidence et porte-parole du gouvernement (1993-1994)
  • Ministre de la Presse et des Médias (1994-1995)
  • Ministre des Transports et de la Communication (1995-1996)
  • Ministre de la Justice (1996)
  • Ministre de la Culture (1996-1999)
  • Ministre du Développement (1999-2000)
  • Ministre de la Culture (2000-2004)
  • Ministre de la Défense (2009-2011)
  • Vice-président du gouvernement, ministre des Finances (2011-2012)

Pour info, aux législatives grecques de mai 2012 le PASOK a obtenu 13.18 % des suffrages et il est crédité de 12 à 14 % d’intentions pour le scrutin du 17 juin prochain.

SYRIZA a obtenu 16.78 % et se trouve crédité de 22 à 25 % des intentions de vote au même scrutin du 17 juin 2012. Autrement dit, que ça plaise ou non, et même si ça ne résoudra pas d’un coup le problème grec, Alexis Tsipras est en position de devenir un prochain chef de gouvernement.

 Alors, ce changement, c’est maintenant ou plus tard ?

Car, en termes de changement annoncé, on pourrait aussi se poser la question de savoir pourquoi la France poursuit sa participation à ces sommets de l’arnaque démocratique que sont les G8 et les G20. Combien de temps encore faudra-t-il rappeler que ces réunions insipides et coûteuses n’ont aucune légitimité démocratique. Que 8 ou 20 pays se réunissent pour régler les comptes des 160 autres sans leur demander leur avis… ça devrait tout dire sous le simple bon sens.

Et quel a été l’apport de François Hollande au dernier G8 ? On peut se le demander mais on peut aussi noter la mise en veille de l’engagement n°13 du projet socialiste en faveur d’une « nouvelle politique commerciale », engagement par lequel il appelait à « faire obstacle à toute forme de concurrence déloyale » et à « fixer des règles strictes de réciprocité en matière sociale et environnementale ».

Attention à ce que les promesses électorales ne soient pas de celles qui n’engagent que ceux qui y croient.

Car une fois mises à part les auto-congratulations des participants autour du mot « croissance » ( ça y est ! c’est le nouveau mot magique!) quelle est la déclaration finale de ce G8 ? Le changement dans la continuité, pardi ! La même soupe capitaliste que servie aux précédentes rencontres : « Nous soulignons l’importance de l’ouverture des marchés […], nous nous engageons à nous abstenir de toutes mesures protectionnistes et à poursuivre les efforts en faveur du cadre de travail de l’OMC pour réduire les barrières au commerce et à l’investissement et maintenir des marchés ouverts. Nous appelons toute la communauté internationale à en faire autant ».

Et pour le cas où ce ne serait pas assez clair pour tout le monde, le même paragraphe de conclusions dénonce « les réglementations excessivement pesantes qui servent de barrières au commerce ».

Que Sarkozy ait validé ça pendant des années était au moins dans sa logique de destruction des peuples et des politiques publiques. Mais que François Hollande accepte et signe sans rechigner… Voilà une magnifique occasion ratée de faire entendre à la planète entière la voix d’une prétendue nouvelle politique française.

En savoir plus sur Syriza et le problème grec, voir l’interview par Arlette Chabot et un extrait de la conférence de presse, c’est tout de suite après la balise « Lire la suite ». Lire la suite

Candidats radioactifs

communiqué du réseau Sortir du Nucléaire

Élections législatives : pas de sièges pour les pro-nucléaires !

En vue des élections législatives, les 10 et 17 juin prochain, découvrez notre top 12 des candidats les plus impliqués dans la promotion de l’industrie nucléaire. Une sélection sans concession à faire circuler le plus possible, pour que chacun-e sache pour qui ne pas voter !

Patrick Balkany, Christian Bataille, Bernard Cazeneuve, Patrick Ollier… Vous connaissez probablement déjà ces noms. Ils jouent les agents d’Areva, sont de fervents défenseurs du nucléaire militaire, des partisans notoires de l’enfouissement des déchets ou encore des ennemis jurés des énergies renouvelables. Et de nouveau, ils briguent un mandat de député.

Mais leur réélection n’est pas inéluctable ! Vous pouvez agir. Que ce soit dans les départements des Hauts-de-Seine, de la Manche, de la Haute-Marne, de l’Isère, de l’Aube, de l’Oise, de Meurthe-et-Moselle ou de la Meuse, vous pouvez faire en sorte que ces porte-paroles de l’industrie nucléaire ne vous représentent pas ! Faites circuler largement cette liste de candidats radioactifs !

Votre circonscription n’est pas concernée par un candidat radioactif ? Qu’à cela ne tienne, vous pouvez aussi agir : la grande majorité des candidats sont peu et mal informés sur les grands enjeux énergétiques. À vous de les interpeler par courrier, grâce à la lettre type que nous vous proposons de télécharger et que nous vous encourageons à personnaliser. À l’occasion de ces élections, nous devons faire savoir aux candidats que nous attendons des prises de positions claires et courageuses en faveur de la sortie du nucléaire !

Rendez – vous sur www.sortirdunucleaire.org/legislatives pour en savoir plus et agir. N’hésitez pas à rediffuser ce mail sur vos réseaux sociaux ! Plus nous seront nombreux, plus l’accès à l’Assemblée Nationale sera difficile pour ces élus radioactifs. Nous comptons sur vous !

Toute l’équipe du Réseau « Sortir du nucléaire »

 

Étienne Mourrut, portrait chinois

Dans le cadre des législatives et de notre série « Apprenez à connaître vos députés », voici le portrait chinois auquel Étienne Mourrut a bien voulu se prêter pour le site Politiquemania. Ce sera sans commentaire de notre part, laissant à chacun (e) le soin de se faire sa propre idée.

 

Si j’étais un objet

Le sceau de la Vème République

Si j’étais un animal

Le guépard

Si j’étais un évènement

L’appel du 18 juin 1940

Si j’étais une couleur

Le bleu

Si j’étais un roman

Le Crabe-tambour de Pierre Schœndœrffer (1976)

Si j’étais un film

Autant emporte le vent du réalisateur Victor Fleming

Si j’étais un lieu

Le phare de l’Espiguette

Si j’étais une devise

« Ce n’est pas la force mais la persévérance qui fait les grandes œuvres »

Si j’étais une légende politique

Le Général de Gaulle

Mon mentor politique

Winston Churchill

Mon plus grand succès politique

Être élu Maire de ma commune en 1983

Mon plus grand échec politique

Les élections régionales de 1992

Ma plus grande réalisation d’élu

La maison de retraite de ma commune

L’évènement politique qui m’a marqué

La guerre d’Algérie

Mon élection la plus difficile

Les législatives de 2002

Mon prochain défi ou mon actualité

Les élections législatives de 2012

Dix questions aux candidat(es) PS, FdG, EELV aux élections législatives

Ces questions sont posées par Paul Alliès sur son blog

François Hollande s’est engagé pendant sa campagne en faveur d’une « République nouvelle », soit un ensemble de mesures concernant la fin de l’hyper-présidence et une réhabilitation de ce que la Ve République contient de parlementarisme. Il a appelé de ses vœux une « majorité parlementaire qui porterait une importante révision de la Constitution ».

La Convention pour la 6° République, heureuse de l’élection d’un « Président normal », se tourne vers les candidat(e)s à l’élection législative des 10 et 17 juin prochains pour qu’ils se prononcent sur les chantiers ouverts par celui-ci :

1- Le cumul des mandats : le Président prévoit de le limiter à l’interdiction avec une fonction d’exécutif local. Êtes-vous prêt(e) à l’appliquer à vous-même, souhaitez-vous étendre cette disposition ?

2- L’élection à la proportionnelle : le Président a annoncé l’introduction « d’une part » de celle-ci dans l’élection législative. En êtes-vous d’accord, et si oui pouvez-vous en préciser la portée ?

3- Le contrôle du gouvernement et de l’administration : le Président a promis « de nouveaux droits reconnus au Parlement pour enquêter sur leur action et dysfonctionnements ». Comment concevez-vous l’organisation de ce contrôle ?

4- Le contrat de législature : le Président souhaite sa signature entre les formations de la majorité et sa « vérification chaque année ». Comment l’entendez-vous ?

5- Le contrôle des nominations : le Président veut en finir avec le « pouvoir personnel » en la matière en le limitant aux directeurs d’administration centrale. Quel périmètre des fonctions publiques tracez-vous au champ du contrôle par les commissions parlementaires concernées ?

6- L’indépendance de la justice et de l’information : le Président souhaite des réformes du Conseil supérieur de la magistrature comme des rapports entre les médias et les groupes d’intérêt. Quelles propositions prioritaires soutiendrez-vous dans ces domaines ?

7- Le pouvoir local : le Président a prévu l’abrogation de la loi Territoriale et une nouvelle phase de décentralisation. Quels sont les points essentiels de votre vision d’une telle réforme ?

8- La démocratie participative : le Président n’en a rien dit, en particulier du référendum d’initiative populaire mais aussi des Jurys citoyens. Quelles positions défendrez-vous en ce domaine ?

9- La révision de la Constitution : le Président a annoncé l’inscription dans la Loi fondamentale de dispositions sur la laïcité, de la notion de « démocratie sociale ». L’abrogation du terme de « race », la ratification de la Charte sur les Langues régionales. Voterez-vous ces modifications ? Étendrez-vous le champ de cette révision à d’autres domaines comme, par exemple une réforme du Conseil Constitutionnel ?

10- Êtes-vous favorable à l’avènement d’une 6°République d’ici à fin du Quinquennat ? Par quelles voies pensez-vous-y parvenir ?

(Ces questions vont être envoyées sous forme de lettre aux candidats à la députation dans le plus grand nombre de circonscriptions possible. Tout citoyen attaché à un retour à la responsabilité parlementaire et à l’exercice de la souveraineté populaire peut s’en saisir).

 

C’est pas le boulot qui manque !

Les 2 500 000 français à l’étranger n’ont pas été exemptés des sollicitations par mail de la part des candidats à la présidentielle. Nous avions déjà reproduit le premier mail de Sarkozy sans nous douter qu’il serait suivi de trois autres (soit un mail par semaine). De son côté, l’équipe Hollande a tenu le même rythme cependant que Marine Le Pen, François Bayrou, Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon se contentaient d’un seul mail. D’autres courriers ont pu nous échapper, nous nous sommes fiés aux réceptions d’amis résidant et travaillant au Canada et à Madagascar.

Mais d’autres mails continuent de pleuvoir dans les boites des expats, en rapport avec les législatives qui vont suivre. Ainsi (pour l’instant) ceux d’Alain Marsaud (UMP), de Claudine Lepage (PS), de Lucien Bruneau (Les Verts), tous en lice pour cette 10ème circonscription à l’étranger. Une candidature a cependant retenu notre attention au point de susciter ce billet, celle de Jean-Pierre Pont.

L’homme se présente comme « indépendant » et « expert en mobilité internationale » ! Ben oui, quoi, il n’y a pas de sot métier. Et certains doivent être passionnants puisque JP. Pont déclare exercer le sien depuis 60 ans (la retraite, connaît pas). C’est ainsi qu’il suggère son aide à tous ceux qui rechercheraient la sécurité de l’emploi dans un groupe. Savez-vous, nous informe-t-il, que 60 000 emplois sont disponibles en 2012 dans les entreprises suivantes :

 

GDF Suez : 7 800

Bouygues : 6 700 

EDF : 6 000 

Vinci : 6 000 

Veolia : 5 350 

Carrefour : 5 000 

Capgemini : 3 500 

Crédit Agricole : 3 500 

Saint-Gobain : 3 000 

Safran : 2 500 ; Société Générale : 2 500

France Télécom : 2 200 

Accor : 2 000 ; EADS : 2 000 

LVMH : 2 000 

BNP Paribas : 1 750 

Axa : 1 500 

Total : 1 500 

Michelin : 700 

Alstom : 500…

Et cætera. Et dire que nos candidats s’escriment à dénoncer les licenciements et imaginer des plans de restructuration ! Dans la nature, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Les emplois n’ont donc pas disparu, faut juste aller chercher le boulot ailleurs. Chômeurs délocalisables, à vos marques… prêts…